AccueilMembresPortailGroupesRechercherFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comtesse de glace & Prince du feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Yezekaël Adrazar
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Allemande
Magie pratiquée: Elementaliste
Âge:

Nombre de messages : 209
Age : 24
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Comtesse de glace & Prince du feu   Dim 23 Déc 2007 - 23:17
Le Duel
Erzèbeth Nàsdy vs. Yezekaël Adrazar


Résumé

Noël 2007, 6 mois après la ré-ouverture de Lómilendë, deux des trois directeurs se défient lors d'un duel qui marquera l'Histoire. Quelques semaines auparavant, aux termes de considérables et persistantes tensions, Erzèbeth décida de provoquer son collègue en duel dans l'espoir d’aplanir leur relation devenue toxique. Yezekaël, qui était non seulement le meilleur sorcier de son art mais également un duelliste jamais défait, accepta immédiatement; sûr de lui. C'est ainsi que le 24 Décembre, dans une des arènes de duels de l'école se déroula la bataille entre la Comtesse de Glace et le Prince de Feu. Vanina, chargée d'arbitrer le spectacle et de maintenir le dôme de protection qui séparait les combattant du public assista ce jour à une lutte qui marqua sa mémoire à jamais. Les deux directeurs se battirent avec férocité, s'impliquant corps et âme dans un duel qui se jouait bien au-delà de l'arène. 








Le Duel

Yezekaël entra dans l’arène qui pour le moment était encore neutre. Allait-il se battre dans les montagnes, une plaine ou même une forêt ? Qu’importe tous les éléments pourraient aider l’élémentaliste et puis, en tant que gentleman, il laissera son adversaire choisir le terrain. Personne n’était encore présent, Erzèbeth allait surement arriver et les spectateurs aussi. Il livrerait un magnifique duel, entre des sorciers d’une grande puissance.
 
L’Allemand s’assit en tailleur sur le sol, cherchant à se concentrer. Le duel promettait d’être épuisant, autant physiquement que moralement. Il rassemblait ses forces et cherchait à se vider la tête, en pensant à de vieux souvenirs. Tout le monde avait un endroit dans son cœur où se cacher, pour se ressourcer. Pour le directeur, c’était une petite cabane qu’il avait construit avec son frère lorsqu’il était encore très jeune. Le magicien se mit à chantonner un petit air allemand et il se leva. En regardant dans les gradins, il vit que des élèves étaient déjà arrivés, piaffant d’impatience. Un sourire flottait sur ses lèvres, il était confiant. Jusqu’à maintenant, l’élémentaliste n’avait jamais perdu un seul duel, mais tout à une fin et il ne voulait pas que ce glorieux palmarès s’achève aujourd’hui.
 
Une petite flamme passa du majeur au pouce, il claqua des doigts et la flamme passa de l’orange au violet avant de s’éteindre. Yezekaël réajusta sa chemise et releva son col. En ce jour, il avait revêtu une simple chemise noire et un jeans. Il ne tenait pas à ce que ses beaux habits soient abimés, alors il avait enfilé une tenue simple. Il passa inconsciemment sa main dans ses cheveux, son adversaire allait bientôt arriver.
 
Des pas claquèrent sur le sol de l’arène, relevant les yeux, Yezekaël vit sa collègue et il se releva. Son sourire toujours présent, il lui fit un petit signe de la tête.
 
« Alors Miss Nàsdy, prête à leur donner un beau spectacle ? Il va nous falloir décider la nature du terrain. Je vous en laisse le choix. »
 
Il se rassit et sortit sa célèbre boîte de bonbon, en tira un et le mâchouilla négligemment. Des élèves s’installaient dans les gradins, regardant avec intérêt leurs deux directeurs au milieu de l’arène. Pour le moment tout était calme.  
 
« Il ne manque que Miss Tsukiyo pour que la fête soit totale. »
 
Yezekaël affichait toujours un sourire tranquille, le duel ne commencerait pas avant un long moment. Il y avait encore tellement de choses à mettre en place, tellement de spectateurs qui devaient arriver. Si tout se passait bien, le duel pourrait commencer dans une heure et demie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 24
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Lun 24 Déc 2007 - 16:58
Un bruit strident vint tirer la comtesse de ses draps de soie noire, c’était son réveil. Dans deux petites heures, le duel allait commencer. Lentement, la noble se leva et se dirigea vers sa salle de bain, là, elle s’immergea dans son bassin d’eau glacée – qu’avait préalablement fait couler Amélia. Après quelques minutes de détente elle se sortit et se dirigea à nouveau vers sa chambre, ses habits, elle les avait disposés hier sur une chaise, et ils avaient étés sélectionnés en fonction de la journée qui les attendait. Un ensemble de cuir aussi noir que la mort composé d’un pantalon, d’un corset de combat, de gants de fauconnier, de bottes montantes et d’un manteau lourd. Consciencieusement elle enfila la tenue de combat, mais avant de partir, la belle s’arrêta devant l’imposant miroir de sa chambre et après quelques coups de brosses la chevelure de jais de la Finlandaise était maintenant légèrement bouclée. Satisfaite de son apparence la Nécromancienne se dirigea enfin vers la salle de Duel.

Lorsque la Nymphe Obscure entra dans l’arène, son adversaire était déjà là, vêtu simplement. Elle le salua glacialement et approuva, il ne manquait plus que Vanina, et que faisait-elle celle-là ? Qu’importe.

"En réponse à votre demande, je choisi un terrain changeant, aucun de nous deux ne sera avantagé, c’est le destin qui décidera."

Sans un mot de plus, la Nordique alla prendre place à l’autre extrémité de l’arène, qui était, pour le moment, totalement nue, uniquement recouverte d’une fine couche de sable rouge. Tout en réajustant ses gants, la comtesse observa les quelques élèves déjà présents. Ils trépignaient d’impatience et … faisaient des paris avec Cathena ? Elle ne plaisantait donc pas. Elle avait vraiment fait ces maudits paris. Soit. La noble fut tirée de ses pensées par l’arrivée tant attendue de l’arbitre.

Tenue de combat :



Dernière édition par Erzèbeth Nàsdy le Ven 30 Mai 2008 - 23:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Vanina Tsukiyo
Maléfice de l'égarement


Feuille de personnage
Nationalité: Japonaise
Magie pratiquée: Chamanisme
Âge: 40 ans

Nombre de messages : 219
Age : 27
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Dim 30 Déc 2007 - 18:45
Le grand jour était arrivé. Deux des trois directeurs de l’école allait se battre en duel dans le simple but de satisfaire leur ego. Vanina qui n’y participait pas en tant que combattante s’avouait pourtant toute excitée à l’idée de voir ses deux collègues défendre leur honneur ou quelques autres enjeux qu’ils soient. La matinée avait pourtant été longue. Debout bien avant tout le château, elle s’était permis d’aller faire un petit tour, voir une vieille connaissance – bien que le terme « vielle » était très subjectif étant donné son âge. C’était aussi la raison de son retard.

Pour l’occasion, la chamane n’avait pas lésiné sur les apparences. Bien entendu, n’allant pas se « salir », la jeune dame avait opté pour une magnifique robe blanche à paillettes argentées lui arrivant aux genoux et ses cheveux étaient bouclée parfaitement. Elle apparut en quelques instants dans la grande arène où les deux opposants étaient déjà arrivés depuis un moment déjà.

« Oh ! Dites-moi que je ne vous ai pas trop fait attendre, on pourrait s’imaginer des choses. »

La directrice lança un clin d’œil malicieux et se retourna vers les gradins qui semblait s’embellir de plus en plus aux couleurs des nouveaux arrivants. On pouvait même distinguer des preneurs de paris. Néanmoins avant de commencer, elle se retourna vers les deux participants.

« Avant de mettre en place les dernières petites choses, quelques préférences à me soumettre, où on peut y aller ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Yezekaël Adrazar
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Allemande
Magie pratiquée: Elementaliste
Âge:

Nombre de messages : 209
Age : 24
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Mer 2 Jan 2008 - 1:24
L’arbitre était enfin arrivé, le duel allait pouvoir commencer. Les deux adversaires réglèrent quelques détails avec celui-ci, puis allèrent se placer à quelques mètres de distance. Yezekaël arborait un regard confiant, mais son visage trahissait sa concentration. Il était prêt à réagir à n’importe quelle attaque, aussi rapide soit-elle. Vanina avertit les deux directeurs que le duel allait enfin pouvoir démarrer. D’un simple claquement de doigt et d’une formule, l’arène se transforma. Les ruines d’un château apparurent, d’immenses blocs de pierre jonchaient le sol. Le terrain n’était ni en faveur de la nécromancienne, ni en faveur de l’Allemand.

Yezekaël ne voyait plus la Finnoise des yeux, caché à sa vue par les restes de ce qui avait dû être un majestueux château. Il put la localiser grâce à sa chaleur corporelle, un pouvoir qui allait sûrement se montrer décisif par la suite. Erzèbeth était à une trentaine de mètres de lui, c’est tout ce qu’il pouvait savoir. L’Allemand se dirigea donc vers elle, tous ses sens en alerte.

« Alors Miss, on se cache dans les ruines ? Je pensais que nous allions nous battre, pas jouer à cache-cache. Enfin, remarquez que ça ne me dérange pas. Mais je ne sais pas si ce spectacle plaira aux spectateurs. »
Yezekaël jouait la provocation. Était-ce une bonne stratégie ? Seul l’avenir le lui dirait. Néanmoins, fidèle à lui-même, l’Allemand ne donnerait pas la première offensive. Incapable de frapper le premier, il allait devoir attendre que son adversaire daigne se montrer. Il se trouvait entre deux remparts – plutôt ce qu’il en restait – ce qui donnait à son adversaire un léger avantage, pouvant surgir du haut du mur.

Le directeur s’adossa contre un mur, pas décidé à chercher la nécromancienne. Il rassembla son énergie, paré à répondre à la première agression. Le duel allait être aussi dur sur le plan physique que psychologique. Celui qui arriverait à rester calme et à déstabiliser son opposant en premier disposerait d’un avantage non négligeable.

« Attention, je compte jusqu’à cent et je viens vous chercher. »

Tout en faisant l’imbécile, l’élémentaliste réfléchissait à différentes stratégies. Sur ce terrain l’élément qui lui serait le plus favorable serait la terre, et pourtant c’était celui-ci que Yezekaël avait le plus de peine à maîtriser. Il ne pourrait tirer qu’un maigre avantage du feu, son élément favori. Il espérait que l’arbitre allait rapidement changé de terrain, une forêt serait l’idéal et un terrain volcanique serait un rêve. Stratégiquement, le combattant était au point. Il craignait surtout la télépathie de son adversaire. Peut-être était-elle  en train de prendre connaissance des manœuvres que Yezekaël voulait mettre en place. Ceci sans qu’il ne s’en rende compte. Il s’intima de ne pas s’angoisser avec des choses qu’il ne pouvait pas contrôler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 24
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Mer 2 Jan 2008 - 2:13
Enfin Vanina, l’arbitre, daigna pointer le bout de son nez. Toujours aussi arrogante, elle fit une allusion sur son retard, puis demanda si elle devait savoir quelque chose de particulier. Les deux combattants et la Japonaise réglèrent la question du terrain et d’autres détails. Puis Erzèbeth et Yezekaël allèrent, à nouveau, se placer à chaque extrémité de l’arène. Tout en se dirigeant vers le bout du terrain la Comtesse jeta un coup d’œil aux gradins. Ils étaient bondés, plus une place de libre. La noble eut le temps de distinguer Cassis assit à côté d’une petite blonde et à côté de cette même blonde elle reconnut la téméraire Valandra. La Nymphe Obscure ne put identifier un visage de plus car Mlle Tsukyo déclara que le duel pouvait commencer, et, en un claquement de doigt, un dôme recouvrit l’arène et l’Allemand et la Finlandaise se retrouvèrent au milieu d’imposantes ruines. D’immenses blocs de pierres noirs apparurent, des semblants de tours, des murailles trouées … Après un court instant le terrain était immobile. Silencieux, angoissant même. Erzèbeth ne pouvait plus voir l’élémentaliste. Comme elle s’y attendait se fut le directeur qui ouvrit le duel … verbal.

"Ne vous inquiétez pas des spectateurs, je m’occuperai de satisfaire leur soif de spectacle. Je vous conseille plutôt de vous trouver une bonne cachette."

La Nordique se mit à marcher, enjambant gracieusement les obstacles, le dos droit, la tête haute, un sourire malsain aux lèvres. Miss Nàsdy prenait enfin conscience que le duel avait commencé. Au-delà d’une simple vengeance personnelle et mutuelle pour le nombre de piques que les deux directeurs s’étaient envoyés, s’était un combat pour le respect vis-à-vis l’un de l’autre. Même si l’Allemand perdait il pourrait gagner la reconnaissance de sa collègue, du moins s'il perdait dans les règles après avoir mené un combat admirable, pas s'il abandonnait ou contestait l’arbitre.

La Nymphe Obscure avait déjà préparé sa tactique, la déroute. Et son sourire sadique s’étira lorsqu’elle s’imagina la tête que tirerait le Germanophone lorsqu’il verrait comment la Nordique allait se battre. Et en parlant de l’élémentaliste, celui-ci faisait le pitre … enfin aux yeux du public car la Comtesse sentait que son adversaire tentait de se calmer.

"Mon cher, vous ne pouvez pas me voir alors laissez-moi vous expliquer pourquoi je souris. Car oui en cet instant je souris. Lorsque vous m’avez vu arriver ainsi vêtu ce matin j’ai lu une touche de surprise dans votre esprit – tout en parlant la Nécromancienne avait sorti deux armes blanches, des sortes de dagues effilées, avec un manche orné d’un rubis bleu, qu’elle faisait tourner d’une manière experte et se rapprochait de son adversaire qu’elle avait repéré – mais avec ce que je vous prépare vous n’allez pas en revenir. Car dès le moment ou vous m’avez vu vous m’avez classée et sous-estimée. Vous vous disiez que Erzèbeth la Bourge était incapable de se battre et que sa réputation s’était formée à partir de relations haut-placées plutôt que d’exploits. Et il y a quelques semaines je vous ai provoqués en duel. Première surprise – la Nordique se trouvait maintenant à peu près deux mètres au-dessus de Yezekaël, les armes avaient cessé de tourner, mais la noble continuait de marcher en parlant, fixant son adversaire qui tournait la tête dans tous les sens – Aujourd’hui vous m’avez vu débarquer ainsi vêtu. Deuxième surprise. Mais la troisième surprise … - Erzèbeth se mit à rire – sera la plus … - elle s’arrêta – surprenante."

Le dernier mot eut à peine le temps de parvenir aux oreilles de l’Allemand que la Nymphe Obscure avait fait un bond spectaculaire, décrivant un arc de cercle dans le ciel, elle avait atterrit juste derrière Yezekaël, celui-ci avait prévu le coup, mais pas la vitesse et alors qu’il était de profil une des dagues déchira sa chaire au niveau des côtes. Il poussa un cri étouffé. Et un centième de seconde plus tard la Finlandaise était à nouveau à  une dizaine de mètre de son adversaire, léchant le poignard ensanglanté avant de déclarer

"Je suis une femme pleine de surprises"    


Dernière édition par Erzèbeth Nàsdy le Ven 30 Mai 2008 - 23:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Yezekaël Adrazar
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Allemande
Magie pratiquée: Elementaliste
Âge:

Nombre de messages : 209
Age : 24
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Ven 4 Jan 2008 - 13:47
Erzèbeth Nàsdy se tenait au-dessus de lui, sur un des murs, deux dagues effilées dans les mains. D’ailleurs, ces armes étaient magnifiques, un véritable chef-d’œuvre. L’artisan qui les avait forgés pouvait en être fier, mais elles allaient donner du fil à retordre au directeur. Il n’avait pas prévu la présence d’armes blanches dans le combat. Toute sa stratégie était à refaire.

« Des armes blanches, effectivement c’est une surprise. Mais bon je veux bien vous laisser ce petit avantage, sinon vous perdriez trop facilement »

Un petit sourire flottait sur le beau visage du directeur. Le duel avait réellement commencé et les spectateurs allaient sûrement en avoir pour leur argent. Alors que Yezekaël réfléchissait à toutes allures, son adversaire porta enfin le premier coup, et quel coup. La Nymphe sauta de son mur à une vitesse surprenante pour atterrir gracieusement derrière l’Allemand. Et avant qu’il ait le temps de réagir, elle lui lacéra la chaire aux niveaux de ses côtes. Il poussa un hoquet de surprise suivit d’un long gémissement de douleur. La Nécromancienne était de nouveau à une dizaine de mètre de son collègue, léchant le sang avec un plaisir sadique.

Le duel venait de commencer et déjà il était salement touché. Les armes blanches, la vitesse, son sadisme, tant de facteurs qu’il n’avait pas pris en compte. Yezekaël se maudissait de son assurance. Il allait devoir mettre toutes ses forces dans ce combat s’il comptait en ressortir victorieux, et surtout en bonne état.

« Cae-danna »

Ces mots avaient jailli de la bouche de l’élémentaliste. Quelques secondes après, les murailles proches d’Erzèbeth se mirent à tomber en un nuage de poussière. Il ne put donc savoir s’il elle avait été touchée, mais il avait au moins réussi à mettre de la distance entre ses dagues et lui. Le combat qu’il allait mener devrait être un duel à distance et non pas un duel rapproché comme il l’avait initialement prévu.

Yezekaël relança un sort, et la terre se mit à tourbillonner autour de lui. Le cachant à la vue d’Erzèbeth et des spectateurs et même de l’arbitre. Il put mettre un peu plus de distance entre eux avant de lever l’incantation. Une cinquantaine de mètres séparaient les deux adversaires.

« Miss allez-vous me faire l’affront de n’utiliser que vos dagues et votre rapidité ? Si oui, vous m’en verrez vexé et je prendrai les mesures nécessaires. »

L’élémentaliste savait qu’il pouvait faire fondre le métal des dagues, mais il gardait cette option en réserve. Il était impatient de voir ce qu’elle était véritablement capable de faire avec ces armes blanches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 24
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Sam 5 Jan 2008 - 1:34
Perdre trop facilement, un rire glacial, sadique, aiguë, démoniaque même [Rire d’Aléra*], résonna dans l’arène. Peu à peu Erzèbeth reprit son calme

"« Perdre », ce mot n’est pas dans mon vocabulaire."

Et alors qu’elle essuyait une trace de sang au coin de sa lèvre gauche, l’élémentaliste riposta. Une fraction de seconde après qu’une formule eut franchi ses lèvres, les murailles sur lesquelles se tenait la Finlandaise s’effondrèrent. La Nordique fut surprise, mais c’était sans compter sur le fait qu’elle possédait une agilité hors-du commun, vampirique… Ce fut donc en deux « pirouettes » qu’elle atterrit gracieusement loin du danger, la lame d’une de ses dagues – celle qui était encore tachée de « rouge » - coincée entre ses dents et l’autre à nouveau ranger dans sa tenue. Elle était accroupie, le jambe droite à angle droit, la main gauche prenant appui au sol, le genou gauche au sol, et la main droite posée sur celui-ci. Elle était maintenant à dix mètres à peine de l’Allemand. Se relevant félinement, presque érotiquement, la Comtesse reprit la dague entre ses dents éclatantes d’un geste théâtrale avant de déclarer

"Bien essayer…"  

Alors qu’elle fonçait à nouveau sur l’Adrazar, celui-ci leva un tourbillon de roche. A nouveau, la noble fut surprise, et cette fois pas assez rapide, elle ne put éviter la première vague de gravier qui la percuta alors qu’elle s’envolait en un périlleux arrière. Elle atterrit donc, non comme prévue à vingt mètres de Yezekaël, mais à 5 mètres tout au plus. Elle était donc au milieu de la mortelle tornade, car, non, il n’y avait pas que des petits gravillons, mais également des blocs dépassant sans doute les cent kilos.  A une vitesse fulgurante la Nordique rangea la deuxième arme et « s’envola » en tourbillonnant. A peine touchait-elle le sol qu’elle décollait à nouveau en voltigeant dans tous les sens. En quelques secondes, sous les yeux ébahis de la foule, elle était à une bonne cinquantaine de mètres de l’élémentaliste, et se tenait à bien cinq mètres de la tornade, qui balayait violemment le bon quart de l’arène de ses roches. Alors qu’elle se pensait hors de danger, elle n’avait pas prévue que lorsque la destructrice protection du directeur s’arrêterait, les rochers s’envoleraient dans tous les sens. Et, alors que l’Allemand stoppait le violent tourbillon, tous les projectiles s’éparpillèrent dans l’arène. Une vague de gravillons alla percuter avec force, qu’on pouvait deviner importante en voyant le dôme gonfler sous le choc, la protection créer par l'arbitre, tandis que les grosses pierres, trop lourdes allaient s’écraser dans un périmètre plus restreint. Et justement, une de ces roches, percuta Erzèbeth de plein fouet alors que celle-là allait l’éviter. Elle fut donc éjecter à terre. Lorsque les derniers morceaux eurent touchés le sol et que le silence fut redevenu roi. Le public ainsi que Yezekaël purent découvrir Erzèbeth, allonger face contre terre, ses cheveux de jais en pagaille sur le sol. Il y eut un vague « oh » très explicite dans la foule. « Elle est morte ? », « C’est déjà fini ? ». Mais la Nymphe Obscure pris appui sur son bras droit et avec une légère pression elle se retrouva debout, faisant à nouveau face à son adversaire. Sa tenue était maintenant plus terne, recouverte de poussière, de terre, mais ces yeux dégageaient une force de caractère assez impressionnante, terrifiante même, elle affichait un sourire presque dément. Et alors que le directeur lui demandait si elle comptait n’utiliser que ses dons vampiriques, la noble se recoiffa, secouant ses belles ondulation afin de les « laver », leur redonner un aspect présentable. Une fois que Yezekaël eut fini de parler ce fut au tour d’Erzèbeth de prendre la parole :

"Et bien j’ai hâte de voir vos « mesures », je vais donc continuer ce petit jeu jusqu’à ce que vous trouviez comment me forcer à utiliser ma magie … ou pas. Parce qu’après tout pourquoi me fatiguer à utiliser mes talents de nécromancie et de magie universelle, alors que pour l’instant j’arrive à vous blesser et à me ménager en quelques sauts ?"

Le sadisme laissait sa place à l’ironie, et alors que les deux combattants se fixaient, la Nymphe Obscure sortit ses dagues à une telle vitesse qu’on aurait juré qu’elle les avait fait apparaître.

"Prouvez-moi que vous êtes vraiment le meilleur dans votre domaine"

Bien qu’Erzèbeth possédait les canines, la peau, l’agilité et encore d’autres points communs avec les Vampire,s elle n’en était pas une, du moins, pas à proprement parler. Mais cette formule avait un but bien précis. La Nécromancienne aurait pu se servir de ses talents pour faire un bon de vingt mètres tout au plus, mais plus du double la séparait de son adversaire et si elle devait s’y prendre à deux fois, ce dernier aurait le loisir de l’attaquer. Avec une formule d’aide, elle atteindrait l’Allemand en un bond.

"Arat"

Et ce mot que la Finlandaise chuchota fut cette aide. La Nordique décolla dans les airs tel un démon, toutes dagues dehors. Bien que la formule eu décuplé la hauteur et la vitesse de son saut, Yezekaël avait anticipé et il détacha un immense bloc de granit du sol, bloc qu’il envoya en direction de la furie, mais ça, Erzèbeth aussi l’avait prévu, et alors que le projectile allait la heurter elle pris appui sur ce dernier et s’envoya encore plus haut. La Comtesse tomba comme une masse, on vit d’ailleurs une bonne partie des âmes sensibles des spectateurs se cacher les yeux pour ne pas voir la Nymphe Obscure s’écraser au sol, mais ce fut tout en douceur et avec grâce que la Dame retrouva la terre ferme, un sourire indéchiffrable aux lèvres.     
[*Aléra est une des trois femmes de Dracula dans le film "Van Helsing"]


Dernière édition par Erzèbeth Nàsdy le Ven 30 Mai 2008 - 23:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Vanina Tsukiyo
Maléfice de l'égarement


Feuille de personnage
Nationalité: Japonaise
Magie pratiquée: Chamanisme
Âge: 40 ans

Nombre de messages : 219
Age : 27
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Sam 5 Jan 2008 - 16:41
Changement de terrain : Glacier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Yezekaël Adrazar
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Allemande
Magie pratiquée: Elementaliste
Âge:

Nombre de messages : 209
Age : 24
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Sam 5 Jan 2008 - 23:08
Alors que Yezekaël avait fait s’effondrer les murs sur lesquels se tenaient la nécromancienne, celle-ci les évita avec une facilité déconcertante. Il lança une deuxième vague de pierres et cet essai-ci fut le bon. Erzèbeth ne put esquiver les gravats et fut obligé d’atterrir à cinq mètres de l’élémentaliste. Les roches continuaient de voler dans l’arène et miss Nàsdy était obligée de faire acrobaties sur acrobaties pour ne pas être touchée.

Yezekaël arrêta le tourbillon de roches et l’un d’eux partit droit en direction de sa collègue. Alors qu’il pensait qu’elle allait l’éviter une énième fois, ce fut la surprise. Le rocher la percuta pour l’envoyer sur le sol. Les spectateurs poussèrent des cris de surprise et pour certains d’effroi. Le Germanophone savait bien que son adversaire allait se relever et il se prépara à une nouvelle tornade de gravats et de roches.

Erzèbeth s’envola dans les airs, Yezekaël ayant prévu cette attaque envoya un immense bloc de granit contre elle. Encore une fois, elle l’évita, l’utilisant même comme appuie pour retomber sur le sol. Elle n’était plus qu’à une dizaine de mètres de lui.

« "Arriver à me blesser". Un petit coup de dague et vous dîtes que vous m’avez blessé. Le duel ne fait que commencer et à mon avis les blessures seront bien plus importantes qu’un peu de chairs arrachées. »


Une incantation traversa les lèvres du magicien, et quelques secondes plus tard des éclairs s’abattaient sur l’arène. Ils n’étaient pas mortels, juste assez puissant pour provoquer une immobilité momentanée. Alors que la foudre tombait, l’arbitre décida de changer de terrain. L’arène se transforma donc en glacier. Il avait troqué la pierre pour de la glace. Ce petit imprévu n’arrangeait pas l’élémentaliste. Il savait que sa collègue maîtrisait parfaitement la glace et le froid. Bien qu’il ne soit pas en reste de ce côté-là, il aurait préféré ne pas avoir à se battre contre ses propres pouvoirs.

« Laug »

Le métal d’une des dagues de la Scandinave commençait à fondre. L’Allemand ne voulait pas utiliser ce stratagème, mais la nature du terrain ne lui laissait pas le choix. Il ne pouvait se permettre de se battre en combat rapproché et en même temps avec de la glace. Il ne craignait pas la réaction de la Nymphe quant à la perte d’une de ses armes, mais il n’aimait pas détruire des objets d’une telle facture.

« Allons-nous faire mumuse avec de la glace ? »

Un petit sourire taquin accompagna ces mots. La provocation, toujours la provocation ; ce défaut allait peut-être lui coûter très cher un jour. Mais que voulez-vous ; on ne change pas. Des mots elfiques franchirent de nouveau la bouche du Germanophone, mais sans résultat apparent - tout du moins pour le spectateur peu attentif. La glace avait fondu en un long fil entre le directeur et sa collègue. Mais avant qu’il ait pu relancer une incantation, Erzèbeth se plaça derrière lui en un bond et lui lacéra une nouvelle fois la peau de ses côtes. Et elle repartit se placer à une distance raisonnable.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 24
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Dim 6 Jan 2008 - 16:26
"Jusqu’à preuve du contraire je vous ai blessé. J’ai même pu goûter à votre sang, c’était hum… délicieux."

Le sourire, affiché quelques secondes auparavant, encore indéchiffrable était maintenant clairement carnassier. Après ces quelques échanges entre les deux combattants, le combat reprit subitement. Sans crier gare, un éclair s’abattit quelques mètres derrière la Finlandaise, puis un autre à quelques centimètres d’elle cette fois. Ils n’étaient pas bien puissants mais suffisamment pour faire mal. La Comtesse me mit donc à « valser » dans les airs, évitant brillement tous les fuseaux électriques. Alors que la noble sautait de rocher en rocher, faisait des roues et des périlleux pour éviter la foudre le terrain se mit à changer, la roche devint lisse et froide… de la Glace. C’était bien pour elle et son collègue le savait. Après quelques secondes, le terrain était maintenant entièrement glacé et percé de profondes crevasses. Alors que la Nordique allait attaquer dans son élément un mot franchit les lèvres de l’Allemand et une des dagues de la Scandinave se mit à fondre.

"Oui, et on va bien s’amuser."


Le fer de la lame était maintenant en train de dégouliner.

"Tiens, on a peur de mes jouets alors on les casse ? Mais il fallait le dire tout de suite que vous les vouliez …"
, poursuivit la Comtesse sur un air étrangement sadique.

Et alors que l’élémentaliste faisait fondre la glace, la Nécromancienne fit un bon impressionnant et atterrit derrière Yezekaël. Là, elle enfonça sa dague qui n’était maintenant plus que du fer en fusion dans les côtes de l’Adrazar, et alors que la Finlandaise s’envolait pour atterrir sur un pic de glace dix mètres derrière le Germanophone celui-ci poussait encore un cri de douleur.

"Je vous la donne avec plaisir."


Dit la comtesse un sourire terrifiant aux lèvres. Et alors que le directeur continuait à hurler de douleur elle continua

"Oui, le métal en fusion c’est chaud, très chaud."

Alors que la Nordique regardait sa proie de haut – dans tous les sens du terme – Yezekaël se retourna sans crier gare un bras sur ses côtes, l’autre tendu en direction de la Nymphe Obscure il cria une incantation et un éclair - pas un simple filet électrique comme les précédents - surgit de sa main tendu venant percuté la noble avec une force inouïe. On vit d’ailleurs Vanina crier une formule pour atténuer l’attaque qui aurait été mortelle, sans cela. Sous la force de l’impact, la Nordique fut propulser contre le dôme, elle heurta la surface magique avec bruit, laissant échappé un grognement de douleur et retomba lourdement sur la glace. La Nécromancienne se releva lentement, incapable d’ouvrir sa main droite que l’éclair avec bloqué, tout comme sa jambe gauche qui était étrangement raide. La Comtesse murmura un sortilège de soin et elle retrouva une partie de la mobilité de ses membres bloqués.

"Alors comme ça tu commences enfin à te battre chéri."

Avant que ce dernier, qui se tordait toujours de douleur, ne put répliquer la Scandinave envoya avec force sa deuxième dague dans la direction du Directeur, mais celui-ci fit jaillir une rafale de feu qui consuma directement l’arme et qui poursuivit sa course vers la Finlandaise. Erzèbeth leva ses deux bras et hurla

"Súl Khelek !"  


Un puissant vent glacé vint à la rencontre du souffle volcanique de l’élémentaliste. Les deux sorts s’annulèrent et les directeurs se regardèrent un moment, sans bouger, sans parler, souffrant en silence de leurs blessures respectives.    


Dernière édition par Erzèbeth Nàsdy le Ven 30 Mai 2008 - 23:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Yezekaël Adrazar
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Allemande
Magie pratiquée: Elementaliste
Âge:

Nombre de messages : 209
Age : 24
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Dim 6 Jan 2008 - 21:08
Le sourire d’Erzèbeth devint clairement carnassier et Yezekaël sut à ce moment qu’aucun cadeau ne lui serait fait. La suite des événements allait le lui confirmer. Alors qu’avant, la Nécromancienne valsait dans les airs, évitant chaque éclair avec une telle facilité, elle utilisait maintenant le terrain à son avantage, et aucun des éclairs n’aurait pu la toucher. L’élémentaliste le savait, son adversaire avait une agilité extrême et il allait devoir redoubler de talent pour la blesser.

La nécromancienne fit un extraordinaire bond pour se placer derrière son adversaire, puis lui planta sa dague encore brûlante dans les côtes. Yezekaël poussa un cri à glacer l’âme, et chercha Erzèbeth autour de lui. Malheureusement, elle s’était déjà placée à des dizaines de mètres de lui. Le fer chaud brûlait sa peau, brisait ses côtes et rendait sa respiration extrêmement difficile. Le combat était en train de tourner clairement à la faveur de sa collègue, mais il ne laissa pas tomber. Un éclair jaillit de ses mains et percuta la nécromancienne de plein fouet. Elle fut projetée contre le dôme et une partie de ses membres étaient engourdis par le choc. Yezekaël profita de ce court répit pour s’appuyer contre un immense pic de glace. Cherchant à reprendre sa respiration, il ferma les yeux. L’élémentaliste posa sa main sur la garde de l’arme et l’extirpa de son corps. Il dut s’y reprendre à plusieurs reprises. Des larmes coulèrent sur ses joues – des larmes de douleur – puis il incanta un simple sort de soin qui n’eut pour effet que d’atténuer la douleur et de refermer la plaie. Le métal chaud continuait de couler dans le corps du directeur et celui-ci se releva pour faire face à son adversaire. Courbé de douleur, mais prêt à en découdre. Elle lui lança une petite pique, suivi de sa deuxième arme qu’il fit fondre prestement en faisant jaillir de sa main une rafale de feu. Lorsqu’elle continua sa course vers la Nécromancienne, elle la contra avec un sort de glace. Les sorts de puissances égales s’annulèrent.

Les deux directeurs se regardaient, immobiles, souffrants. Yezekaël était sûrement le plus touché pour le moment. Erzèbeth fut la première à relancer une attaque. Une incantation jaillit de sa bouche et des pics de glaces sortirent du sol. Non pas de petites aiguilles mais de grandes lances de glaces, certaines mesuraient plus d’un mètre cinquante. Voyant de tel dard se diriger vers lui, il rassembla ses forces et relança une rafale de feu. En vain, la glace était trop dur et le feu n’eut pas le temps de tous les faire fondre et le transformer en eau inoffensive.  Il lança une deuxième langue de feu, certaines piques retombèrent au sol à l’état d’eau et la plupart des autres avaient perdu leur taille de moitié. Mais il restait toujours des dards d’au moins un mètre et si une seule venait à transpercer l’élémentaliste, il pouvait dire au revoir au duel et peut-être à sa vie. Il fit donc jaillir un bouclier enflammé devant lui, se préparant à la violence du choc. La glace se heurta au feu et cinq des sept dards restant furent stoppés. La première à percer le bouclier ne fit qu’effleurer le directeur qui lâcha un cri de douleur, mais la deuxième vint se ficher dans sa jambe. A ce moment, il poussa un tel râle que certains des élèves de l’assistance se cachèrent les yeux et imaginaient que le duel touchait déjà à sa fin. Le bouclier de flamme s’éteignit en quelques minutes, dévoilant un directeur en bien piètre état. Sa chemise était en lambeau et du sang venait la tacher à plusieurs endroits. Et une pique de glace était plantée dans sa jambe gauche. Tous ses traits étaient figés de douleur et lorsqu’il l’arracha, ses traits se crispèrent encore plus et nombre d’élèves poussèrent des cris, comme compatissant à la douleur d’un des duellistes.

« Aggar met »

Le sang s’arrêta de couler, la plaie se referma instantanément mais on voyait que Yezekaël continuait de souffrir. L’eau sur la glace reliait la Nymphe Obscure au Germanophone, et ce dernier l’utilisa comme conducteur. Posant un doigt sur le sol et lançant des rayons d’électricité dans ce mince fil d’eau. Avant de voir l’effet produit, il fit naître du brouillard sur le terrain et s’appuya contre un monticule de glace. Sa chemise le faisait souffrir, frottant contre les plaies récemment fermées. Il l’enleva gentiment, pour ne pas prendre le risque d’ouvrir une nouvelle fois les plaies. Il lança un nouveau sort de soin et la douleur s’atténua légèrement. L’Allemand se maudit de ne pas avoir plus étudié la magie du soin et se promit d’en apprendre sur cette magie bien utile. Il sortit de sa cachette et regarda Erzèbeth.

« Oui, on va bien s’amuser. Ne vous inquiétez pas pour moi, ce n’est qu’un échauffement. »

L’élémentaliste qui arborait d’habitude un sourire taquin avait les traits crispés par la douleur et la concentration. Les spectateurs en avaient pour leur argent.

*Foutu arbitre, pourquoi avoir choisi la glace ! Pourquoi pas un cimetière pendant qu’on y est.*

Tout en maudissant l’arbitre, il espérait que son adversaire entendait ses pensées, pourquoi seul lui le savait.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 24
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Dim 6 Jan 2008 - 21:57
Alors que les deux directeurs se fixaient sans bouger, la Nymphe Obscure put remarquer que son adversaire avait retiré la dague. Il pleurait de douleur et elle souriait. Elle voulait le pousser à bout afin que ce dernier montre toute l’ampleur de ses capacités.

"Bien, bien, bien. Tu as l’air d’avoir chaud ! Laisse-moi te refroidir… Khelek Fírin !"

Cria la Finlandise et, instantanément, des longs pics de glace tranchant commencèrent à surgir du sol, se rapprochant dangereusement de l’élémentaliste, devenant de plus en plus gros. L’Allemand blessé, essoufflé, lança deux faibles contre-attaques qui n’eurent que très peu d’effets puis dans un effort colossal, alors que les pics étaient arrivés jusque chez lui, il se protégea dans une sphère de feu. La première à transpercer le bouclier ne toucha que très légèrement le directeur. La deuxième vint lui transpercer la jambe droite et la troisième surgit juste derrière lui. Puis la chaine mortelle continua sa route jusqu’au bout de l’arène, laissant derrière elle, une chaine des Andes miniatures. L’Adrazar murmura un faible sortilège de soin et puis un autre sortilège, Erzèbeth comprit très vite son effet, la glace que l’élémentaliste avait précédemment fait fondre les reliait en un mince filait d’eau, filet que le sorcier avait utilisé pour conduire de l’électricité. Miss Nàsdy fut secouée d’une décharge, puis elle s’effondra, au sol, ses paralysies la reprenant. Cette fois, la Nécromancienne décida d’utiliser un peu plus d’énergie et d’au lieu de les diminuer, les éradiquer, et donc après deux mots elfique la Comtesse avait retrouvée toute sa mobilité. Mais lorsque la Finlandaise leva les yeux, un épais brouillard lui cachait Yezekaël. La Nordique entendit ce dernier se soigner puis il sortit de sa cachette, et cette fois il ne souriait plus. Torse nu, le visage crispé, alors que la noble était en bon état et souriait.

"Oh, tu essayes de me faire du charme, dommage ça ne marchera pas".

Ironisa la Scandinave. Puis elle entendit et elle sut que Cassis aussi : l’Allemand pestait contre le choix du terrain.

"Oh mais je peux lever des morts ici-même. Seulement je veux vous pousser à vous surpasser, jusqu’ici vous m’avez déçu. Pour vous stimuler je vous propose une épreuve de force."

Une fois sa phrase finit la Comtesse laissa le temps à son collègue de réaliser ce qu’elle sous-entendait, puis elle écarta les bras et leva la tête au ciel, se mettant à rire, rire comme une diablesse. Soudain un puissant blizzard se leva, se mariant parfaitement avec les cris stridents, presque hystériques que poussait la Finlandaise. Des cristaux de glaces griffaient le germanophone et le froid commençait lentement à le rendre bleu. Sans crier gare la Nordique augmenta la puissance des rafales et diminua la température de celle-ci. Est-ce qu'enfin, l’Allemand allait réagir et montrer son plein potentiel ?


Dernière édition par Erzèbeth Nàsdy le Ven 30 Mai 2008 - 23:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Vanina Tsukiyo
Maléfice de l'égarement


Feuille de personnage
Nationalité: Japonaise
Magie pratiquée: Chamanisme
Âge: 40 ans

Nombre de messages : 219
Age : 27
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Lun 7 Jan 2008 - 20:23
Changement de terrain : Désert
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Yezekaël Adrazar
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Allemande
Magie pratiquée: Elementaliste
Âge:

Nombre de messages : 209
Age : 24
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Mar 8 Jan 2008 - 21:15
Alors que Yezekaël maudissait l’arbitre, son adversaire écoutait ses pensées. Il était persuadé qu’elle utiliserait ce pouvoir. L’élémentaliste voulait juste s’en assurer. Il était enfin prêt à montrer de quoi il était vraiment capable, prêt à en découdre. Erzèbeth utilisa les éléments à sa disposition, c’est-à-dire la glace. Elle leva un puissant blizzard, des flocons de neige voletaient dans toutes l’arène, des cristaux de glace griffait le torse du magicien. La température de l’arène était descendu de plusieurs degrés. Le directeur gardait un visage impassible, concentré alors que sa peau commençait à prendre une teinte bleue. Lorsque la nécromancienne augmenta la puissance des rafales et en diminua la température, des mots elfiques jaillirent de la bouche du magicien. Sa peau reprit une couleur normale, et les cristaux de glace fondirent avant d’écorcher son torse. La température autour de l’élémentaliste avait brusquement augmenté de plusieurs degrés.

« Voulez-vous vraiment utilisez mes propres pouvoirs contre moi ? »

Le magicien souriait. Il était sur son terrain et ne pouvait pas perdre une telle épreuve. Il prononça rapidement des mots de pouvoir elfiques et des flammes jaillirent de ses paumes. Les rafales de glace perdirent en intensité, la température ambiante augmenta. Les langues de feu s’ouvraient un chemin à travers les rafales de glace, en direction de la Comtesse. Celle-ci augmentant encore la puissance de son sort, réussissant provisoirement à immobiliser les flammes qui se dirigeaient vers elle.

« Beleg urys ! »

Les flammes prirent une couleur violette et la température remonta encore. Le blizzard n’offrait plus à Erzèbeth une protection assez puissante et le feu la percuta de plein fouet. Avant que le sort ne la touche, on entendit l’arbitre lancé un sort pour atténuer la puissance du sortilège. Alors que son adversaire était au sol, le terrain changea subitement. La glace laissa place au sable. Le sol dur disparut au profit du sable. Les pieds du mage s’enfoncèrent dans la dune sur laquelle il se tenait. A son tour de lever une tempête, le vent se mit à souffler dans l’arène, pur produit magique. Le sable s’élevait dans les airs, allant écorcher la peau de la Nymphe. Les spectateurs qui ne pouvaient plus voir ce qui se passaient dans l’arène poussèrent un cri de mécontentement. Yezekaël ne pouvait voir où se trouvait actuellement son adversaire de ses yeux. Il la localisa donc grâce à sa chaleur corporelle. Elle était au sol, à quelques mètres de lui.

« L’épreuve de force a-t-elle été réussie ? »

Ironisa le directeur. Les élèves n’avaient aucune idée de ce qui pouvait bien se passer, la tempête de sable empêchant toutes possibilités d’apercevoir le moindre détail dans l’arène. Les bourrasques de vents s’arrêtèrent brusquement et le sable retomba paresseusement au sol. Les habitants de Lómilendë purent enfin apercevoir les deux duellistes. Erzèbeth s’était relevée, Yezekaël se tenait debout sur une dune. Son visage toujours tendue par la concentration et la douleur.

« Helta haru. »

La douleur dans la jambe du magicien se fit moins vive. Le pic de glace s’était enfoncé profondément dans les muscles et la chair du directeur, laissant des séquelles dans la démarche de l’élémentaliste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 24
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Mar 8 Jan 2008 - 21:58
Et alors que la Comtesse augmentait la puissance destructrices des rafales glacées et faisait chuter la température drastiquement, l’Allemand riposta, faisant surgir des flammes de ses mains. Celles-ci se dirigèrent vers Erzèbeth. La Nymphe Obscure augmenta encore le blizzard, qui maintenant était en train de forcer l’arbitre à renforcer le dôme, mais malgré cela la température remontait. Mais alors que les flammes et la tempête polaire étaient de puissance égale, l’élémentaliste hurla une formule qui eut pour effet de rendre les flammes violettes et de forcer la Nécromancienne à utiliser son sort qui était précédemment une attaque en défense. Vanina fut même obligée de réduire le sort, mais même après ça, lors de l’impact, le blizzard s’éteint et la noble tomba à terre. Le feu cessa et le contact froid qu’avait la Comtesse devint granuleux, du sable, un désert. Aucun avantage pour les deux combattants. Alors que la Nordique époussetait ses vêtements, elle entendit Cassis lui formuler des encouragements auquels elle répondit.

° Oh je vais lui montrer … °

Soudain, le sable se mit à tourner puis à tempêter. Le Germanophone venait de lever une tempête de sable, sable qui griffait la Scandinave qui se jeta à terre, à croupir, se recouvrant entièrement de son manteau de cuir noir afin de se protéger de l’agression. Objectif réussi, l’attaque était devenu inutile, une fois que cette dernière cessa, l’Allemand se mit à ironiser. Et comment répondre à l’ironie ? Et bien par l’ironie !

"Je dois l’avouer, oui épreuve réussie, du moins pour l’instant… Mais attends de voir ça."

Un sourire présageant un sale coup orna les si parfaites lèvres de sa si parfaite propriétaire. Puis elle prononça une formule :

"Huinë !"  

Instantanément, les ténèbres envahirent toute l’arène, et alors que les spectateurs venaient de pousser un soupir de contentement car la tempête de sable qui leur empêchait de profiter du spectacle s’était « éteinte », ils re-protestèrent une nouvelle fois à l’unisson. Car il existe une énorme différence entre la nuit et les ténèbres, l’œil s’habitue à la nuit et il y a toujours moyen de l’éclairer, mais pas les ténèbres. Les ténèbres c’est le mal, c’est … la mort. Après avoir murmuré une autre formule la vue de la Finlandaise s’éclaira et elle vu son adversaire qui essayait d’éclairer le noir avec du feu, mais peine perdue.

"On n’éclaire pas le mal"

Ironisa la Nordique, et alors qu’elle allait porter un coup à l’Allemand celui-ci envoya une déflagration qu’Erzèbeth évita de peu. Soudain elle comprit, l’élémentaliste utilisait la chaleur corporelle de la Nécromancienne pour la repérer. Ce fut donc immédiatement que la Nymphe Obscure refroidit son corps jusqu’à devenir morte … du moins, aux yeux de la science.  

"Tu sais Yezekaël, la Nécromancie consiste à contrôler la mort, et à mon niveau on peut se faire passer pour morte, du moins descendre la température de son corps jusqu’à ce qu’elle égale celle d’un cadavre"


Et sur ce dernier mot, la Nécromancienne envoya un kick, que malheureusement aucun spectateur ne pourrait savourer, dans le ventre nu de l’Allemand. Ce dernier cria de douleur provocant un mouvement d’interrogation dans la foule. Sans attendre, la Comtesse envoya une droite au mage maintenant à quatre pattes par terre avant de faire une roue arrière en envoyant ses pieds dans le ventre du directeur. La Scandinave profita du moment. Elle voyait lui pas, et il était en train de se faire battre à main nu pas une noble, une bourge. La Finlandaise ricana avant de s’adresser à l’Adrazar

"Alors, qu’est-ce que ça fait de ne rien voir, de ne pas me voir, et de ne pas pouvoir se défendre ?"

Alors que l’Allemand, qui s’était relevé,  préparait une boule de feu, la Nordique envoya un nouveau coup de pied, dans les hanches déjà amochées cette fois de l’élémentaliste. Ce dernier s’écroula à nouveau, et cette fois Erzèbeth se demandait vraiment comment il allait s’en sortir.


Dernière édition par Erzèbeth Nàsdy le Ven 30 Mai 2008 - 23:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Yezekaël Adrazar
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Allemande
Magie pratiquée: Elementaliste
Âge:

Nombre de messages : 209
Age : 24
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Jeu 10 Jan 2008 - 20:46
Alors que la nécromancienne avoua que son adversaire avait remporté l’épreuve de force, enfin provisoirement, un sourire malsain vit le jour sur les lèvres de la directrice, et une formule jaillit de ses lèvres. Quelques secondes après, les ténèbres jaillirent dans l’arène. L’Allemand essaya d’illuminer le noir avec une simple boule de feu. Peine perdue, rien ne se passa et il ne put voir à quelques mètres de lui. Sa dernière chance restait la chaleur corporelle de son adversaire. Elle s’approcha de lui par derrière et juste avant qu’elle ne porte son coup, une langue de feu jaillit des paumes de l’élémentaliste. Elle put l’éviter grâce à ses réflexes vampiriques. La Finlandaise comprit que le deuxième duelliste utilisait la chaleur corporelle pour pouvoir la localiser à n’importe quel moment. Elle utilisa donc ses pouvoirs et baissa la température de son corps, Erzèbeth était morte, en tout cas aux vues de la science.

Un coup de pied jaillit des ténèbres pour toucher le directeur au ventre. Il poussa un cri de douleur, ce qui provoqua de nombreuses interrogations dans le public. Le kick fut suivi d’une droite au visage. Le Germanophone était à quatre pattes au sol et la nécromancienne en profita. Elle exécuta une roue et un nouveau coup de pied jaillit du noir pour toucher une nouvelle fois le directeur au ventre. Un nouveau râle de douleur. Il prépara une boule de feu pour se défendre, mais la Nymphe ne le lui laissa pas le temps de riposter, elle lui envoya un coup de pied dans les hanches. Au sol, l’élémentaliste, mal en point, cherchait un moyen de s’en sortir. Et enfin, l’idée qui allait sûrement le sauver germa dans son esprit.

« Uri Amin ! »

Après que le mage ait lancé cette formule, rien ne se passa, enfin du point de vue de la directrice de Vèrestävä. La température de son corps augmenta de manière radicale. Des flammes entourèrent le corps du magicien, des flammes noires. Il se transformait en une véritable torche humaine, mais une torche invisible. La Nordique avait voulu aveugler son adversaire, il allait donc jouer avec ce petit inconvénient.

La nécromancienne jaillit des ténèbres et envoya un gauche à l’Allemand. Au moment même où le poing entra en contact avec le visage du magicien, la Finlandaise lâcha un cri de douleur. Ses doigts étaient brûlés, et surtout elle était surprise. Elle ne bougea pas pendant quelques secondes. L’Allemand mit ce laps de temps à profit, lançant des éclairs droit sur Erzèbeth. Un nouveau cri, et la foule se mit à protester de plus belle, ne pouvant voir ce qui se passait dans l’arène. Le bras droit d’Ackien affaiblie par l’attaque qu’elle venait de subir, ne put maintenir le sort qui obscurcissait l’intérieur du dôme. La foule lâcha d’abord un soupir de contentement lorsqu’ils purent enfin revoir le duel, et après quelques secondes plus tard, les âmes les plus sensibles du public poussèrent un cri d’horreur en voyant l’état des deux combattants. Malgré leurs blessures respectives, les deux duellistes se tenaient debout l’un en face de l’autre. Une distance d’environ cinquante mètres les séparait.

« Lith Tarn ! »

Les grains de sable se condensèrent pour former des boules d’une dizaine de centimètres de diamètres, aussi dur que la pierre. Elles s’envolèrent en direction de Miss Nàsdy qui les avaient vu venir et qui les évita avec une facilité déconcertante. Des larmes de feu suivirent l’assaut du sable. Encore une fois, la nécromancienne les évita sans trop de difficultés. Tout le mal qu’elles purent causer fut la brûlure d’une des jambières de la Finnoise.

L’élémentaliste était tout de même salement toucher. La seule chose qui lui permettait de tenir et de continuer le combat était sa fierté. Il abusait des différents sorts de soin qu’il connaissait. Yezekaël savait qu’il devrait en payer le prix plus tard. Certes, les sorts de soin étaient plus qu’efficaces mais le corps humain ne pouvait supporter autant d’effort. Une dague dont le métal était brûlant avait percé son torse, un pic de glace sa jambe droite et de nombreux bleus étaient dispersés sur l’entier du corps de l’élémentaliste.

Si son envie de se battre n’était pas aussi forte, il aurait sûrement déclaré forfait, comme toute autre personne normalement constituée. L’être humain pouvait supporter bien des douleurs, mais lorsqu’une porte de sortie lui était offerte, généralement il l’ouvrait. Ce duel lui tenait à cœur, il voulait le remporter. Les seules issus de ce combat seraient la victoire ou l’arbitre déclarant un forfait.

Yezekaël leva une nouvelle tempête de sable, provoquant du même coup un cri de mécontentement dans le public. Cet orage n’avait qu’un but défensif, le soustrayant à la vue de son adversaire, il pouvait se déplacer à loisir. Il en profita pour marmonner différentes formules de soin.

« Alors Miss, on continue ou peut-être voulez-vous aller boire un petit thé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Vanina Tsukiyo
Maléfice de l'égarement


Feuille de personnage
Nationalité: Japonaise
Magie pratiquée: Chamanisme
Âge: 40 ans

Nombre de messages : 219
Age : 27
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Jeu 10 Jan 2008 - 21:07
Changement de terrain : Champ de fleurs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 24
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Sam 2 Fév 2008 - 12:19
Erzèbeth eut vite réponse à sa propre question, car Yezekaël avait beau être un gamin, il n’en restait pas moins un mage intelligent. L’élémentaliste utilisa donc la nuit. L’arme de la noble contre cette dernière, et donc lorsque la Finlandaise envoya à nouveau une droite dans la tête du Germanophone elle en fut brûler. Elle ne put retenir un cri de douleur et de surprise. L’Adrazar avait enflammé son propre corps ! Intelligent. Malheureusement pour la Scandinave l’Allemand ne s’arrêta pas là, et il profita que la bourgeoise était immobilisée par la surprise pour la heurter de ses foudres – dans tous les sens du terme. La Comtesse hurla de douleur lorsque la puissante décharge électrique la propulsa dans les ténèbres. D’ailleurs, ces même ténèbres se dissipèrent. La Nécromancienne était devenue trop faible pour les maintenir. Les spectateurs purent donc à nouveau profiter du spectacle que leur offrait depuis maintenant près d’une heure les deux directeurs. Pris dans un élan de confiance, Yezekaël lança une nouvelle offensive, des boules de sables compact, aussi dures que la pierre, fusaient vers la Nymphe Obscure. En quelques pirouettes, elle montra une nouvelle fois à son adversaire qu’il était totalement inutile d’essayer de la blesser de front. Malgré cet échec, l’élémentaliste persista et fit naître une pluie de flammes qu’évita avec grâce la cible. Seule une larme de feu réussit à toucher l’une de ses jambières, maigre consolation pour l’adversaire. Maintenant, les deux directeurs se faisaient à nouveaux faces, immobiles, silencieux, élaborant à une vitesse déconcertante des tactiques. Erzèbeth fut tirée de ses pensées par la voix, devenue âcre et grave, de son collègue. Alors qu’elle allait lui répondre le terrain changea et l’espace granuleux laissa place à … des fleurs ! La Comtesse quitta momentanément sa pose de combat ce qui surpris Yezekaël et le pria d’attendre, ce qui le choqua encore plus, mais il respecta la « demande » et attendit. L’Allemand aurait éclaté de rire s’il n’avait pas si mal. Après une brève incantation la Finlandaise avait fané le champ.

"Voilà qui est mieux. Je suis pour prendre du thé… à condition que j’invite quelques amis."

Enfin, le moment le plus attendu, après le duel en lui-même, était arrivé. La Nécromancienne avait décidé d’invoquer la mort, la vraie, d’utiliser les fondements même de la Nécromancie. Et ça, tout le monde le comprit. S’en suivit alors un frisson général dans la foule, et le blanchissement de la figure de l’Allemand. La dernière fois que le directeur avait vu l’étendu des pouvoir de la Nymphe, il avait failli mourir de peur. La Scandinave était impatiente de voir comment allait s’en sortir le Germanophone. Il allait peut être déclaré forfait, par peur. Mais ça, la Nordique n’y croyait pas. Miss Nàsdy écarta ses bras, leva la tête, et commença son incantation. Pas de l’elfique, ni du celte, mais les mots qui sortait de la bouche de la Comtesse était du Nécromant, une langue terrifiante, oubliée, puissante. Instantanément le « ciel » s’assombrit, et un brouillard glacé envahit l’arène et les gradins. Les élèves se serrèrent entre eux, terrifiés mais fascinés. Erzèbeth sentit même Cassis se serrer contre un autre élève, ou plutôt accepter qu’un autre élève se colle à elle. Le summum de la peur fut atteint lorsque la puissante, l’intouchable chamane, Vanina, l’arbitre elle-même recula de quelques pas, les yeux écarquillés de frayeur. Yezekaël réagit intelligemment, ou presque. Il essaya d’interrompre la formule de son adversaire en la forçant à se défendre, mais l’éclair qu’il envoya rebondit sur une paroi invisible.

°Lorsque la mort est lancée on ne l’arrête pas.°

Cette terrible phrase retentit dans la tête de l’Allemand et alors qu’il comprit que c’était peine perdu la Comtesse prononça le dernier mot et dans un cri de fureur démonique leva ses bras vers le ciel. Le cri que poussa la foule ne fut pas démoniaque, c’était un cri de peur, de terreur ! Des flammes vertes dansaient autour de la noble, le sol commença à trembler, et des mains décharnées surgirent dans l’arène, des cadavres s’extirpaient tout entier du sol. Un, deux, trois … ce fut bientôt une quinzaine de morts enragés qui se tenaient debout dans l’espace de combat, aux ordres de leur maîtresse. Les flammes vertes s’étaient éteintes et la Comtesse avait baissé la tête et les bras, un sourire sadique aux lèvres sourire qui se transforma en ricanement puis en rire satanique incontrôlé.

"Cette fois c’est fini !"

Dans un cri bestial les créatures infernales se ruèrent  à l’unisson sur l’Allemand. Ce fut la panique générale. Vanina ne savait si elle devait « atténuer l’attaque » et comment. Plusieurs élèves sortir en courant et criant des gradins, seuls les plus téméraires restèrent. Yezekaël allait devoir user de tous ses talents pour échapper aux morts, et pour rester en vie …


Dernière édition par Erzèbeth Nàsdy le Ven 30 Mai 2008 - 23:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Yezekaël Adrazar
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Allemande
Magie pratiquée: Elementaliste
Âge:

Nombre de messages : 209
Age : 24
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Sam 16 Fév 2008 - 20:30
Après que le sort de Yezekaël ait fait fondre une des jambières de son adversaire, le terrain changea, encore. Le sable laissa place aux fleurs, un immense champ de fleurs. Ce qui n’était visiblement pas au goût de la nécromancienne, qui les fit faner instantanément. L’Allemand aurait voulu éclater de rire, s’il ne souffrait pas autant. La Comtesse désirait bien boire le thé, à condition que quelques-uns de ses amis les rejoignent. Yezekaël devina évidemment qu’il s’agissait de morts, la plus pure forme de la nécromancie. Le duel commençait réellement. Le germanophone essaya de se calmer, certes il n’avait que très rarement combattu contre des nécromanciens, mais il était sûr de pouvoir tuer quelques squelettes. Néanmoins sa figure blanchit; la perspective d’affronter des créatures réanimées n’était pas des plus réjouissantes. La Scandinave écarta les bras, prononçant une incantation dans une langue qui n’était ni de l’elfique ni du celte. Très peu de monde maîtrisaient parfaitement cette langue oubliée de tous, le nécromant. L’élémentaliste prenait conscience de la puissance du sort que son adversaire allait lancer, et il lança un rapide contre-sort, persuadé qu’il n’aurait pas d’effet, mais il fallait essayer. Le ciel s’était assombri, un vent glacé soufflait dans l’arène et dans les gradins. Tout le monde retenait son souffle, attendant une échéance inévitable. Inconsciemment les spectateurs s’étaient resserrés. L’Allemand réfléchissait à toutes allures, se remémorant les divers écrits qu’il avait lus dans sa jeunesse.

* Lorsque la mort est lancée, on ne l’arrête pas. *

Cette phrase résonnait dans la tête de Yezekaël. Erzèbeth avait utilisé la télépathie pour donner plus de force à son message.  La Finnoise leva les bras au ciel, un cri démoniaque résonna dans l’arène. Les dés étaient lancés. Un cri s’éleva depuis les gradins, un cri de terreur contrastant avec la fureur de la nécromancienne. C’était une quinzaine de morts qui s’étaient relevés de terre pour répondre à l’appel de leur maître. Des élèves quittèrent la salle de duel en courant, terrifiés par la vue de ces monstres. Même l’arbitre tressaillit à leur vue, et Yezekaël poussa un cri en les voyant. Ce n’était pas un cri de terreur, car l’élémentaliste était impressionné par les zombies que son adversaire avait lancé sur lui, mais pas effrayé. C’était un cri de rage, concentrant sa puissance dans la paume. Les morts se lancèrent à l’unisson sur lui. Leur visage n’avait plus rien d’humain, il n’y avait qu’un rictus mortel. Ils étaient prêts à tout pour manger de la chair humaine et l’élémentaliste le savait.

Une incantation jaillit de la bouche du magicien et une sphère enflammée l’entoura. La température autour de celle-ci dépassait les cinquante degrés. Mais ce n’était pas suffisant pour repousser les êtres qui l’assaillaient. L’un d’eux s’enflamma et courut dans toute l’arène. Un deuxième réussit à passer la main à travers le mur de flamme. Ses griffes tailladèrent le torse nu du germanophone. Criant de rage et de douleur, une boule de feu jaillit de sa paume et ne laissa du cadavre qu’un tas de chair carbonisée. La sphère commençait à perdre de sa puissance et la chaleur descendit de 10 degrés. C’est à ce moment que le directeur décida de changer radicalement d’élément. Toutes les flammes s’éteignirent et la foudre tomba sur l’arène. Non pas de ridicules décharges, mais toutes la puissance dont le plus vieux des directeurs était capable. Trois éclairs firent mouche, ne laissant rien d’autre qu’un tas de cendres des trois horreurs. Après cette dépense d’énergie conséquente, il ne restait encore une dizaine de cadavres en vie. Le germanophone savait qu’il ne pouvait pas éternellement déchaîner la puissance des éclairs sur l’arène sans en payer le prix. Son souffle devint haletant, ses jambes commencèrent à trembler. Mais une vigueur nouvelle envahit son corps, celle de l’excitation. Un tel duel excitait grandement l’Européen.

Deux lames de feu apparurent dans les mains de Yezekaël, et il commença une valse mortelle au milieu des cadavres, tranchant des chaires pourrissantes, détachant des têtes de leur corps. De cette façon, il conservait un minimum son énergie, mais en retour il recevait des coups de cadavres. De nombreuses entailles meurtrissaient son torse. Une main s’était agrippée à la cheville du magicien, et logiquement un corps la suivait. Il s’en débarrassa d’une boule de feu. Il avait réussi à renvoyer deux cadavres dans leur tombe, encore huit. L’Allemand éleva un mur de feu entre les horreurs et lui. Empêchant pour un court laps de temps les cadavres de l’atteindre. Il en profita pour animer cinq léopards enflammés. Le mur s’effondra et les horreurs lancèrent l’assaut de plus belle. Les léopards sautèrent sur les cadavres, une lutte sans merci s’engagea. Yezekaël lançait des boules de feu, provoquait des glissements de terrains, de la foudre tombait du ciel et des flèches électriques jaillissaient des paumes du magicien. Après dix minutes de combats intensifs, tous les cadavres étaient retombés en terre. Les léopards disparurent aussi vite qu’ils étaient apparu. Laissant Yezekaël seul, dans un bord de l’arène. Le souffle haletant, les cheveux plus en bataille que jamais et son torse luisant de transpiration. Un savant mélange entre le sang et la sueur. Son torse était tailladé de multiples griffures. Il lança un rapide sort de soin pour arrêter l’écoulement de sang et le poison de la mort. Malgré son piteux état, l’élémentaliste souriait plus déterminé que jamais.

« Je crois que ça ne fait que commencer. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 24
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Mar 4 Mar 2008 - 20:48
Avec courage l’Allemand se mit à affronter les terrifiantes créatures de l’ombre. Des êtres pourrissants, avides de chair humaine et de sang, des bêtes… Usant de tous ses talents, l’Elémentaliste vint finalement à bout des morts-vivants, épuisé, meurtri, mais toujours arrogant. La Comtesse sourit. Avant de lui répondre d’une voix glaciale qui se mit à sonner en écho dans l’arène à présent totalement silencieuse.

"Oh non. Je vais te faire ravaler ton arrogance et on va en finir."

Lentement, la Nécromancienne recula, encore et encore. Une vague d’interrogation parcouru la foule « Que fait-elle ? ». Une fois à l’extrémité de l’arène Erzèbeth reprit ses incantations nécromantes dans la terrible langue des défunts.  Yezekaël prit les devant et fonça sur son adversaire qui était devenu plus faible. Ressusciter quinze morts qui soient « en parfaite santé » et les faire garder sous son contrôle n’était pas sans conséquences. Maintenant, la Scandinave allait mettre fin au duel, utiliser toutes ses forces, toute sa puissance. A vingt mètres de la Finlandaise, l’Allemand fut stoppé par une main qui lui saisit la cheville, surgissant du sol. Il la coupa avec son épée de feu et continua. Un autre, puis encore une, des vingtaines de mains sortaient maintenant du sol et empêchait l’Européen de progresser. Usant d’un sort particulièrement efficace Yezekaël élimina l’océan de mains décharnées d’un seul coup. Mais il ne continua pas de progresser, il s’arrêta. Il se tut comme les personnes présentes dans l’arène et les gradins. Tout le monde le sentait. Le souffle de la mort. Une douce brise polaire qui semblait murmurer. Dans un dernier mot, la Nordique acheva son sort. Ce fut le silence total. Plus rien. Les deux adversaires se fixaient. Erzèbeth du s’agenouiller. Elle prit appui avec sa main gauche sur le sol et se tint la tête avec la droite. Le souffle saccadé elle murmura :

"Une dernière prière ?"

La lumière s’éteint. On entendit des cris de terreurs, des tentatives de faire revenir le jour par de futiles incantations puis, une douce lumière verte commença à danser au milieu de l’arène, éclairant le visage concentré de l’Adrazar et impressionné de Vanina. La lueur prit de l’importance, grandit puis dans un dernier éclat éblouit tout le public, l’arbitre et l’adversaire. Une fois que tous les yeux se rouvrirent, ils purent découvrir, trônant au milieu de l’arène, une femme, vêtue d’une robe à corset noire, les cheveux noirs, et la peau blanche. On aurait dit de la porcelaine. Sa chevelure d’ébène était ramenée en un chignon étroit. Le premier à comprendre fut l’intéressé, Yezekaël. Elisabeth Bathóry était revenue d’entre les morts, et contrairement aux bêtes sans intelligence levées précédemment par Erzèbeth, la Comtesse Hongroise n’était pas décharnée et assoiffée de chair. Mais d’une beauté paranormale et assoiffée de sang. Passant sa langue pourpre sur ses canines immaculées, la Sanglante Dame s’approcha du directeur. On entendit alors un cri dans la foule : « C’est elle ! Elisabeth Bathóry ! ». Il y eut un court instant de silence, puis ce fut l’émeute. Erzèbeth qui commençait à sombrer dans l’inconscience put voir tous les élèves se ruer vers la sortie, après quelques minutes il ne restait plus que la Nymphe Obscure, assise, vidée de ses forces, Yezekaël face à la reine des Nécromants, et l’arbitre, à la fois fascinée et impressionnée.


Dernière édition par Erzèbeth Nàsdy le Ven 30 Mai 2008 - 23:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Yezekaël Adrazar
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Allemande
Magie pratiquée: Elementaliste
Âge:

Nombre de messages : 209
Age : 24
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Mar 4 Mar 2008 - 21:21
Alors que l’élémentaliste venait de se débarrasser des horreurs que son adversaire avait relevées, celle-ci enchaîna sur un rituel d’une puissance inégalée à ce jour. La lumière qui venait de réapparaître dans l’arène avait disparu aussitôt, laissant les deux duellistes dans le noir, et les spectateurs mécontents. Une bise glaciale se mit à souffler dans le dôme, et Yezekaël savait que ressusciter des morts demandait une énergie incroyable et que ce sort laissait son lanceur dans un petit instant de vulnérabilité. Bien décidé à utiliser cet avantage, il s’élança à toute vitesse vers sa collègue mais malheureusement pour lui, des mains jaillirent du sol pour lui agripper  les chevilles. Il manqua de tomber et se débarrassa de ces membres d’un puissant sort de feu pour éliminer la nuée de mains qui jaillissait du ciel. Un cri de rage, il savait que la nécromancienne allait jeter toutes ses forces dans la bataille.

Une lumière verdâtre se diffusa dans l’arène, la magicienne avait réussi son coup. Terrifié l’élémentaliste regarda en direction de celle-ci mais entre eux, se tenait une femme d’une beauté époustouflante et surtout l’Allemand comprit que ce n’était pas un simple cadavre sans intelligence. Il devina à qui il avait affaire, la Comtesse Bathory. Une des pierres angulaires du mythe des vampires. Une femme folle qui tua plus de six cents vierges pour garder une jeunesse éternelle. Son adversaire lui avait demandé s’il souhaitait dire une dernière prière. L’élémentaliste, le regard déterminé, et peut-être y brillait-il une once d’excitation, répondit par une formule. Erzèbeth commençait à sombrer dans l’inconscience et le directeur savait qu’il jouait le tout pour le tout. L’atmosphère, si glaciale il y avait  quelques minutes, se réchauffa de plusieurs degrés, et des profondeurs de la terre, un immense dragon de feu jaillit. Il était de couleur rouge, comme la triste couleur du sang, et des gerbes de flammes jaillissaient de son corps. Il fonça droit sur la Comtesse Hongroise, et le directeur ne savait pas si la puissance de son sort avait été suffisante. Mais quelques secondes plus tard, il vit la réincarnation de la Bathory à genoux, certes, mais toujours dans un monde qui n’était plus à elle. Il poussa un cri de désespoir, il ne lui restait que trop peu d’énergie pour réussir à achever ce cadavre. Dans un dernier élan de haine, il lança sur elle de multiples boules de feu, des éclairs zébrèrent l’obscurité et la terre trembla. Mais l’Eternelle était toujours parmi les vivants, affaiblie, mais toujours présente.

Yezekaël s’écroula sur ses genoux, les forces de son corps littéralement vidé par la pluie de sorts qu’il avait lancé. Une triste réalité apparue aux yeux du magicien, il avait perdu de peu, mais il venait de connaître sa première défaite. Il tenta en vain de relancer un dragon de feu – de plus petite envergure – contre son adversaire, mais rien ne jaillit de ses mains. Son corps lui ordonnait d’arrêter là ou sa tête voulait continuer. Triste, il s’effondra et tomba inconscient sur le sol de l’arène. Il ne savait pas si la Comtesse lui laisserait la vie sauve ou si elle ne pourrait s’empêcher de venir lui sucer tout son sang. Avant de sombrer dans l’inconscience, une larme coula sur la joue du magicien. Et une parole résonna dans sa tête : « J’ai perdu ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 24
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Mar 4 Mar 2008 - 21:35
Les dernières forces de l’Allemand se concentrèrent en un sublime reptile enflammé. Un dragon de feu, dans toute sa puissance, majestueux. Un instant, la crainte envahit le corps faible d’Erzèbeth, et si l’animal légendaire était assez fort ? Au même moment le sort attaqua la Comtesse Báthory, celle-ci leva la main et susurra une formule que, étonnement, même la Finlandaise ne connaissait pas. Le Dragon explosa et la Dame de Sang se retrouva à genoux, affaiblie ? « Respirant » par saccades en tout cas. Désespérément, l’Elémentaliste envoya une nuée de boules de feux, et devant l’inefficacité de son attaque, s’effondra, ne supportant plus le poids de son corps fatigué, et s’avoua la première défaite de sa vie. Elisabeth, quant à elle, était maintenant debout, terrifiante. Ce monde qu’elle chérissait temps, elle ne le quitterait pas. Elle y était et comptait y rester. Cette réalité, elle éclata aux yeux de l’arbitre et de la Scandinave, comme une étoile explose lorsque son heure est venue, faisant déferler une vague de terreur. Ce que n’avait pas prévu la Nordique c’était le retour, l’annulation de l’incantation. Ou plutôt si, elle l’avait prévu, mais pas comme ça. Son idée de base était de laisser son aïeule tuer cet arrogant de rat. Mais maintenant, après ce duel, tous ces moments passés, elle ne pouvait pas. Elisabeth Bathóry qui venait d’empêcher Vanina de lancer un sort se pencha sur le corps de l’Allemand. La Nécromancienne ne prit même pas le temps de réfléchir, elle puisa dans ses dernières ressources vitales et hurla un sort nécromant. Son aïeule se retourna. Leurs regards se croisèrent, et froid comme la mort, froid comme toute la souffrance de ce monde, la voix de la Comtesse Hongroise résonna dans la tête de sa descendante

*Je suis Eternelle, je suis en toi, je suis toi.*

Puis, la Sanglante Dame disparut dans un cri de rage. De son côté, Erzèbeth n’entendit pas l’arbitre prononcer sa victoire dans l’arène vide. Elle sombra dans l’inconscience. Elle avait donné ses ultimes forces non pour tuer Yezekaël, mais pour le sauver, et aujourd'hui, le plus vieux des directeurs venait de gagner le respect d'Erzèbeth Nàsdy.


Dernière édition par Erzèbeth Nàsdy le Ven 30 Mai 2008 - 23:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Vanina Tsukiyo
Maléfice de l'égarement


Feuille de personnage
Nationalité: Japonaise
Magie pratiquée: Chamanisme
Âge: 40 ans

Nombre de messages : 219
Age : 27
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   Mar 4 Mar 2008 - 21:55
Un duel époustouflant avait eu lieu entre ces murs… mais à quel prix ?

Vanina qui avait assisté en première ligne à ce combat en avait bien retiré quelques conclusions. La première était que ces collègues sont de très puissants sorciers, tous deux et c’était ce qui avait rendu cette bataille si passionnante et si impressionnante. Mais la suivante était que les deux directeurs, malgré leur âge plus avancé, manquaient parfois de raison. Une fois absorbés par la soif de vaincre, ils foncaient presque tête baissé, en ne pensant qu’au combat. Utilisés certains de leur sort, mettre en danger leurs élèves, sans pouvoir se contenir était quelque peu irresponsable de leur part et cela terrifiait Vanina… Savaient-ils seulement s’arrêter ?

Mais le plus affreux, avait été ce dernier sort d’Erzèbeth. La fascination avait envahis la jeune nipponne à la vue de la sanglante Elisabeth, car celle-ci pensait que la nécromancienne la maîtrisait. Malheureusement Yezekael avait bien failli y passer…

Déclarer la victoire de la Hongroise était superflu et d’ailleurs au fond… qui avait vraiment gagné ? Vanina se promit pourtant de ne plus laisser libre cours à un pareil duel si celui-ci devait tourner de cette façon…

La japonaise s’approcha des deux corps inertes et usa de quelques sorts de guérison majeure, pour soigner les quelques blessures profondes et les emmena à l’infirmerie où il aurait le droit au repos. Elle s’installa ensuite sur une chaise et but une tasse de thé au chevet de ses deux collègues évanouis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comtesse de glace & Prince du feu   
Revenir en haut Aller en bas
 

Comtesse de glace & Prince du feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Socle de glace
» Le Feu et la Glace réunies... [PV Goupixa]
» MOIS DE GLACE
» Une nouvelle amitiée [.Nuage de Glace -Feuille de miel]
» Cherche joueur de hockey sa glace

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lómilendë :: Fin du Supplice :: Archives :: Archives des trames 1-2 :: Postes et annonces des trames 1-2-