AccueilMembresPortailGroupesRechercherFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vuodenvaihde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

Yezekaël Adrazar
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Allemande
Magie pratiquée: Elementaliste
Âge:

Nombre de messages : 209
Age : 24
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Vuodenvaihde   Mar 20 Mai 2008 - 20:06
Le directeur était assis à sa table, une assiette de composée de différentes friandises devant-lui. Malgré les différents incidents, il passait une bonne soirée. Il restait inquiet, Sliven venait de faire un pas de plus vers la victoire et les chiens de l’OMDS ne faisaient toujours rien. Pourquoi tant de haine envers l’organisation qui a sûrement réglé de nombreux conflits et rassemblé les trois grandes magies, me direz-vous ? La raison est, au fond, pas si compliquée à deviner, ni même à comprendre. Sa famille, les Adrazar, a été décimée lors du conflit qui opposa les grandes familles allemandes. Des jeunes sont passés de vie à trépas, des familles entières ont disparue de la surface de la Terre. Les Adrazar – une des plus grandes familles d’Allemagne – ont tout perdue, leur prestige et leur rôle dans la politique magique mondiale. Ce malheur aurait pu être évité, plusieurs dignitaires des lignées allemandes étaient allés à Genève, dans le but d’obtenir une intervention de l’Organisation Mondiale Des Sorciers. Mais les bureaucrates, la lenteur du système, les différentes étapes à passer pour obtenir de l’aide, n’ont pas permis à cette si belle organisation d’intervenir assez vite. A cause de la paperasse, Yezekaël a perdu sa famille et ses amis.

Le germanophone chassa ses tristes pensées, il ne supportait pas de se remémorer de si tristes problèmes. Il se cachait perpétuellement derrière ce sourire et son attitude de gamin. Mais dans les recoins de son âme restait cachée une triste réalité, celle de l’élémentaliste blessé. Il avala une part de gâteau au chocolat, au moment où sa collègue annonça que la fin du bal approchait. Ce à quoi Liam – le professeur de métamorphose et dragueur de toujours – répondit que la soirée ne finirait pas tant qu’il n’aurait pas obtenu sa danse. Yezekaël sourit devant l’audace de l’Italien, attendant patiemment la réaction de la directrice ou plutôt de voir comment la Nécromancienne enverrait valser son prétendant, sans mauvais jeu de mots.

C’est quelques minutes plus tard, que, Ichiko – l’animalière – déposa devant lui un cadeau. Surprise ! Il ne s’attendait pas à recevoir de présent, puisqu’il ne s’était pas vraiment attaché à ses collègues. L’Allemand ne connaissait pas vraiment les raisons qui avaient poussé l’animalière à le choisir lui. Mais qu’importe, il déchira le papier vert et argent. Il n’arrivait pas à comprendre les gens qui prenaient soin de ne pas abîmer l’emballage. N’est-ce pas ce qui est à l’intérieur qui compte ? Ca devait sûrement être un de ses restes de gamin, il découvrit un écrin noir, et dans celui-ci, un magnifique collier pour dragon incrusté de diverses pierres précieuses. Il ne savait pas si elles étaient réellement précieuses, mais vu leur éclat, il pensa que oui. Le directeur se retourna donc pour remercier la jeune Japonaise, mais malheureusement, celle-ci s’était déjà éclipsée. Ne supportant pas l’idée ne pas la remercier, il se leva et chercha l’animalière des yeux. Mais il ne la vit pas, supposant que celle-ci était partie en direction de son magasin, il partit au pas de course et sous les regards interrogateurs de ses élèves. Le directeur espéra la voir dans le hall, mais non. Il ouvrit les portes qui menaient au parc, et là, au fond du parc, près du portail qui marquait la fin du territoire de l’école, une silhouette portant une robe blanche, simple, un peu à l’image de la jeune femme qui la portait. Il se dépêcha, et, au vu de son goût pour le spectacle, il s’arrêta. Il marmonna une formule magique et juste devant la Japonaise apparut de fines lettres en flammes vertes : Merci, m’accorderiez-vous quelques pas en votre douce compagnie ?

Yezekaël n’était plus qu’à une dizaine de mètres d’elle. Il attendit de la voir se retourner. Il arborait un doux sourire, sincère pour une fois. Qu’importe que la soirée ait mal débutée, elle finissait de la meilleure façon. Au lieu de se battre verbalement avec ses collègues, le germanophone passerait sûrement la fin de la nuit en compagnie d’une personne qu’il appréciait de vue, à moins que celle-ci ne l’envoie dans les roses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 24
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Vuodenvaihde   Mer 21 Mai 2008 - 13:30
Il s’approchait, sa démarche assuré, son sourire impertinent. Au passage, il saisit une serviette et la métamorphosa en une sublime rose rouge sang. L’Italien gravit les marches et vint s’incliner devant la comtesse, lui tendant la fleur, attendant. Lentement et délicatement, la Finlandaise saisit la rose. Elle la regarda. Elle était vraiment irréellement parfaite, mais tellement belle. Alors, cessant de lutter contre la chose qui lui dictait de fermer son cœur, la Nymphe Obscure laissa un sourire de plaisir apparaitre une fraction de seconde sur son visage. Puis redevenant froide comme la mort elle mit son index sous le menton du noiraud qui espérait toujours et le redressa. Erzèbeth regarda Liam dans les yeux, s’approcha de lui, et sa bouche dans le creux de son cou, la rose levée à la hauteur des yeux de l’enseignant, elle lui murmura.

"J’ai le même effet sur les hommes, que sur cette rose…"

Puis sans un mot, sans une parole, la fleur se fana. Ses pétales sanguins virant au brun, puis au noir, se recroquevillant pour finalement tomber. Sans arrêter là, Liam pu à nouveau entendre la Nécromancienne lui susurrer.

"Et les cœurs de mes anciens prétendants se sont saignés comme ma main qui serre cette rose."


Chose dite, chose faite, la fine main blanche de la Comtesse dégoulina vite de sang. Après quelques secondes de pression sur la fleur, la Finlandaise lâcha la rose qui, lorsque Liam la lui avait offerte était resplendissante, alla s’écraser mollement sur le sol froid de la salle. Soudain, l’Orchestre se remit à jouer, sans crier gare, comme si ils avaient été manipulés. Et ils l’avaient été. Il n’était plus à prouver que Miss Nàsdy était une excellente –redoutable- télépathe.

Le nouveau couple improbable descendit de l’estrade et ils se mirent à valser. L’Italien totalement perdu dans le regard émeraude de la Nymphe Obscure, et cette dernière abandonnée aux mains expertes de l’Européen.


Alors qu’Erzèbeth et Liam dansaient, le sang qui coulait de la main droite de la Nécromancienne commença à couler le long de son bras, à s’égoutter sur le sol, mais surtout, à tacher son cavalier. En effet, le liquide vital coulait relativement abondamment et à présent, l’Italien pouvait commencer à sentir le sang de sa belle danseuse dans sa main gauche. Erzèbeth sourit.


"Alors mon cher. Content d’avoir eu cette danse ?"

Question qui n’appelait à aucune réponse étant donné que la Nordique connaissait déjà la réponse. Cependant elle devait se l’avouer, elle était ravie que le beau jeune homme ait insisté. Et malgré cette petite voix excédante qui s’égosillait à lui répéter de rester elle-même et de ne pas succomber, petit à petit, la Scandinave glissait, comme glisse une barque au large, emportée par ce bel Italien. Mystérieux ? Pas spécialement. Mais sombre … sombre à souhait, et de volonté. Et ça, ça faisait fondre Erzèbeth. Du moins… une part d’Erzèbeth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité




MessageSujet: Re: Vuodenvaihde   Mer 21 Mai 2008 - 18:52
Liam sentit la main de la comtesse lui relever la tête, et il plongea ses yeux dans ceux de son éventuelle future cavalière, se demandant ce que serait la réaction de celle-ci. Le doux murmure de la directrice fit frissonner le jeune homme, sans réellement l'effrayer. C'était bien simple : il ferait exception à la règle. C'est avec un petit sourire, qu'il regarda la fleur se faner. Il avait un peu peur, bien sûr, mais se maîtrisait, le plus possible. Mais il ignorait qu'un visage calme ne tromperait jamais la belle Erzèbeth, qui pourrait facilement lire dans ses pensées. Il ne bougea pas et attendit la suite, qui, il le sentait, ne tarderait pas à venir.

Il avait raison. La suite vint, mais il fut surpris, cette fois. En une pourtant bien courte soirée, la principale chose que l'Italien avait apprit sur la noble, était qu'il fallait s'attendre à tout. Il l'avait fait, mais la possibilité qu'elle se blesse elle-même ne l'avait même pas effleurée. Il se retint de retirer précipitamment la rose des mains de la Nordique avant qu'elle ne se blesse, persuadé qu'elle aurait peu apprécié ce geste. La fleur avait à peine touché le sol, que l'orchestre se remettait à jouer, sans qu'une seule parole soit prononcée. Liam fronça les sourcils, intrigué. Comment cela se faisait-il ?

Les deux professeurs se rendirent sur la piste de danse, et entamèrent une valse. Une main posée doucement sur la hanche de sa cavalière, l'autre tenant tant bien que mal celle de la Finalandaise, qui saignait abondamment. Surtout, ne pas la serrer trop fort. Bien qu'il ne le montrât pas, il était inquiet. Le regard perdu dans celui de la comtesse, Liam lui murmura quelques paroles, qu'elle seule put comprendre.

« La prochaine fois, s'il y en a une, je préférerais que ce soit moi, que vous blessiez, plutôt que vous vous fassiez du mal... »

La danse se poursuivait, et le sang ne s'arrêtait pas de couler, ce qui avait rendue sa main un peu poisseuse. Cela n'était pas bien dérangeant, bien que c'eût été mieux sans. Mais on ne peut pas tout avoir, et pouvoir danser avec cette femme le récompensait largement. Elle lui demanda d'ailleurs s'il était content d'avoir eu sa danse, tant méritée. Après tout ce qu'il avait dû endurer pour l'obtenir, cette question ne demandait aucune réponse, tant elle était évidente. Pourtant, il prit tout de même la parole.

« Vous n'imaginez même pas à quel point... »

Il avait eu raison d'insister. Il sourit. Après encore quelques mouvements des deux danseurs, tous plus gracieux les uns que les autres, la valse s'acheva. À regret, Liam lâcha la sublime Finlandaise, et la contempla en silence, durant quelques secondes.

« Merci, Miss Nàsdy. M'accorderez-vous encore quelques instants en votre compagnie, ou dois-je me retirer ? »

Certain de n'avoir que très peu de chances de pouvoir prolonger le temps passé avec la comtesse, l'Italien souriait tout de même. Cela importait peu. Cette soirée avait été tout simplement magique, et cela lui suffisait amplement. Prêt à retourner seul à ses appartements, il attendit tout de même la réponse de la nécromancienne, par politesse, et parce qu'elle était si imprévisible, qu'il restait toujours un espoir. Jetant un regard désolé à la main blessée d'Erzèbeth, le jeune homme se maudit de ne pas avoir mieux appris les sorts de soin. Voilà qui aurait pu lui être utile... Ne serait-ce que pour épater la gallerie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 24
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Vuodenvaihde   Sam 24 Mai 2008 - 0:50
Inquiet ? Liam se souciait de la – superficielle – blessure d’Erzèbeth ? La Finlandaise sourit intérieurement. Depuis combien de temps quelqu’un s’était vraiment inquiété pour elle ? Personne. Et ce bel italien débarquait, la courtisait et … s’inquiétait pour elle ? Alors que l’Européen faisait tourner sur elle-même la Nordique, celle-ci fronça furtivement les sourcils. Était-ce une méthode de séduction de noiraud ? Ou était-il réellement touché par Erzèbeth elle-même et pas simplement par son physique. Simple allez-vous me dire, Miss Nàsdy n’aurait qu’à rentrer dans la tête de l’enseignant comme du beurre … mais elle ne voulait pas. Soudain, la Scandinave se rendit compte qu’elle avait peur de savoir la réponse. Sans se l’avouer, la Nymphe Obscure chassa cette idée de son esprit et reporta son entière attention sur son beau cavalier. Alors que sa précédente question n’appelait que le silence, Liam répondit tout de même, et cette réponse fut le dernier coup de massue qui abattit le mur de glace qui entourait le cœur de la Comtesse, car la Nécromancienne n’avait pas besoin de sa légendaire télépathie pour savoir qu’à ce moment, l’Italien était sincère. Sur le coup, l’enchantement qui forçait les musiciens à jouer s’arrêta subitement, ceux-ci, encore ébahis, descendirent lentement de l’estrade. Et Liam, qui pensait qu’ils avaient stoppés tout naturellement réengagea la conversation avec la Nordique qui était un peu perdue. Il voulait passer encore du temps avec elle ? Tout se déroula très vite. Que faire ? Accepter et prendre le risque de passer pour ce genre de femmes qui se croient fatales et de caractère, ou savoir résister et maintenir sa réputation. Sans plus réfléchir Erzèbeth trouva un compromis. Il allait s’éclipser sans réponse et libre à Liam de la suivre ou pas. Concernant le cadeau qu’elle devait donner à Cassis elle le ferait demain. Oui… c’était un bon plan. Et donc, la Finlandaise commença gentiment à reculer, ses yeux plongés dans ceux du sud-européen. Puis, elle se retourna et, avant de disparaître hors de la salle, elle jeta un dernier regard de braise à l’enseignant.

Une dizaine de minutes plus tard, la Nordique était dans ses appartements, assise seule dans son salon, un verre – en cristal - de vin dans la main. Elle s’était changée, la Scandinave avait troqué sa sublime robe de bal blanche pour une robe de soie noire, sans brettelles, s’arrêtant aux genoux, ses cheveux qui avaient été emprisonnés dans une coupe complexe durant toute la soirée tombaient maintenant en une cascade noire sur ses épaules nues. Viendra, viendra pas ? Erzèbeth soupira et posa sa coupelle encore à moitié pleine de la boisson de Dionysos, puis elle se leva, d’un léger mouvement de poignent en direction de la cheminée elle éteignit le feu qui y brûlait et elle se dirigea vers sa chambre, mais soudain, la Finlandaise entendit un bruit. Elle se stoppa nette et se retourna. Était-ce Amélia, ou alors … lui ? La Nécromancienne retint son souffle et se dirigea vers le hall.


[HRP : Poste la suite, soit dans mes appartement, soit ne poste plus Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 24
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Vuodenvaihde   Sam 31 Mai 2008 - 16:23
Fin du Bal.


Pour les personnes n'ayant pas donné leurs cadeaux, dites que vous n'avez pas réussi à voir le destinataire, et ouvrez un topic "après bal" Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vuodenvaihde   
Revenir en haut Aller en bas
 

Vuodenvaihde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lómilendë :: Fin du Supplice :: Archives :: Archives des trames 1-2 :: Postes et annonces des trames 1-2 :: Bal ; Vuodenvaihde-