AccueilMembresPortailGroupesRechercherFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand l'enfance n'est plus [ Priorité Yezekaël ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
Invité




MessageSujet: Quand l'enfance n'est plus [ Priorité Yezekaël ]   Dim 18 Mai 2008 - 1:28
Lorsque Matthias posa ses deux valises dans l’immense hall de Lómilendë, le Suisse était partagé. D’une part, la joie et l’espoir de pouvoir redorer le blason de sa famille dans cette école de légende l’emplissait de bonheur et de l’autre, une acide amertume lui tiraillait les entrailles. D’un côté, si tout ça été arrivé, c’était de la faute à Yezekaël. Il avait coupé tous les ponts avec sa famille pour lui… une erreur qu’il regrettait actuellement, vu la déchéance qui s’en était suivit. D’ailleurs, monsieur l’enfant prodige ne s’était pas soucié outre mesure de son « meilleur ami » quand ce dernier et sa famille vivaient des moments difficiles. Non lui, il continuait sa phénoménale ascension, son égo démesuré grossissant d’avantage, car oui, l’orgueil de l’Allemand était assez réputé en Allemagne et alentours. Alors quand le botaniste avait apprit que ce serait Yezekaël qui viendrait l’accueillir dans le hall il avait eut une moue intérieure. Certes, là, à froid, en coulisse, il n’avait aucun mal à honnir son ex- meilleur ami, mais qu’en serait-il une fois en face de celui-ci ? Par défaut Matthias était incapable d’être méchant, et au plus profond de lui, tous ces moments passés avec l’Allemand restaient ses meilleurs souvenirs d’adolescence. Ils avaient fait les quatre-cents coups ensemble ! Et qu’est-ce qu’ils avaient pu rire. Mais en même temps, ces mêmes pensées réconfortantes le tiraillaient. Car après tant de si bons moments vécus, comment leur amitié avait pu se résoudre à une maigre correspondance basée sur le futile et le mensonge ?

Cela dit en passant, Lómilendë était tout bonnement splendide ! Certes dans les livres, la millénaire était décrite comme féérique voir utopique, mais voir … c’était autre chose. Quand la voiture était enfin sortit de la route pour se diriger dans les terres moins explorées de l’Irlande, le cœur de l’Austro-Suisse s’était accéléré, puis, le taxi s’était engagé dans une allée en gravier et là, au levé du soleil, l’immense château s’était profilé. Ce fut tout simplement grandiose. L’aurore matinale faisant luire le gargantuesque parc encore humide, le bruit que produisait la légère bise qui secouait les feuilles de la forêt et faisait onduler le lac, et l’aura magique du lieu. Il en fallait beaucoup pour que Mat montre ses émotions, mais devant un spectacle pareil il lâcha un spontané « Waouh » qui s’étouffa dans l’air.

Mais son arrivée quitta vite ses pensées lorsque l’Austro-Suisse entendit un bruit de pas, il se retourna et là. Yezekaël Adrazar, un paquet de bonbons à la main. Matthias le regarda et lui lança un faible bonjour en Allemand. Oui, c’était une veille habitude entre les deux « amis », ils se parlaient toujours en Allemand, et dans le temps, pour taquiner Yezekaël, Mat se mettait à lui parler en Suisse-Allemand. Ah, c’était loin tout ça. Une chose était sûre, l’Adrazar n’avait pas changé. Toujours aussi pétillant son éternel sourire aux lèvres. D’une voix toujours sans timbre l’Austro-Suisse poursuivit toujours en « Hochdeutsch » :


"C’est vraiment magnifique ici"

.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yezekaël Adrazar
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Allemande
Magie pratiquée: Elementaliste
Âge:

Nombre de messages : 209
Age : 24
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Quand l'enfance n'est plus [ Priorité Yezekaël ]   Dim 18 Mai 2008 - 13:48
Yezekaël se leva rapidement de son lit, quittant brusquant la douce amante qu’était Morphée. Il savait qu’aujourd’hui arrivait son ami – Matthias. Il appréhendait un peu leurs retrouvailles, cela faisait quelques années qu’ils n’entretenaient qu’une correspondance par lettres qui étaient le plus souvent noircies de choses futiles. Mais il cacha ses inquiétudes dans un recoin de son cerveau et enfila une chemise noire ainsi qu’un jeans. Il emporta un paquet de bonbons qui traînait sur la commode à l’entrée et marcha en direction des cuisines où il fut reçu comme un roi – comme toujours –, les cuisiniers se plièrent en quatre pour satisfaire ses désirs. Il resta simple et demanda quelques croissants qui devaient être emballés. Il en repartit en ayant bu seulement un jus de fruit et partit directement vers le hall.

Lorsqu’il arriva à proximité du hall, il vit son ami, les cheveux toujours en bataille, toujours aussi noir. Il nota aussi son étonnement pour la beauté du château. L’Allemand fit quelques pas que l’Austro Suisse entendit et celui-ci se retourna et parla d’une voix sans timbre, sans émotions. Mais surtout, il avait gardé la bonne habitude de parler dans la langue de Goethe, cela faisait si longtemps qu’il n’avait pas entendu les sonorités abruptes de cette langue qui avaient bercé son enfance, le Hochdeutsch. Ce à quoi l’élémentaliste répondit toujours en Allemand.

« Oui, il faut avouer que le château est des plus beaux. Mais je ne pense pas que tu sois ici pour parler architecture, j’ai amené des croissants et des bonbons. Je ne savais pas si tu avais déjà déjeuné. Si ce n’est pas le cas, je te propose d’aller dehors, dans le parc. »

L’Allemand descendit les marches de l’imposant escalier de marbre et toujours souriant, il se rapprocha de son collègue. Hésitant, mais finalement il le prit dans ses bras, murmurant :

« Mon vieil ami, tu m’as manqué. »

L’Allemand savait qu’il avait commis plusieurs erreurs. Premièrement, il avait laissé son arrogance et ses ambitions occulté son amitié. Au lieu d’aider son ami, il avait préféré privilégier sa carrière. Mais son ego surdimensionné ne lui permettrait pas de l’avouer, et encore moins de présenter ses excuses à l’homme qui devait le connaître mieux que sa propre mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité




MessageSujet: Re: Quand l'enfance n'est plus [ Priorité Yezekaël ]   Lun 19 Mai 2008 - 21:21
Comme s’y attendait – un peut – Matthias, Yezekaël lui répondit en Allemand. Et immanquablement les souvenirs qui s’attachaient à cette langue tant parlée par le passé par Matt ressurgirent. Yezekaël, Pat, et lui… lançant des pots d’ancre de chines sur le prof d’Histoire de la Magie… Oui, oui, vous avez bien lu, de « l’ancre de chine ». Cette mixture aussi noire que les cheveux de l’Austro-Suisse qui ne part jamais. Et ça, ce n’était qu’un échantillon. Et comment le Peterson avait changé ! La seule période de sa vie où il avait fait des bêtises était celle avec son meilleur ami d’antan, Yezekaël. Avant cela, et jusqu’à maintenant, Matthias avait toujours été un modèle de perfection, et malgré ces retrouvailles, il comptait bien le rester ; ce poste représentait trop pour lui pour qu’il puisse ce permettre de le perdre.
L’Austro-Suisse répondit donc d’un ton détaché à la question de son ami :

"Non merci. J’ai déjà déjeuné, et je n’ai pas envie d’aller dans le parc."

Cette réponse surpris, et choqua presque le bel Allemand. Matthias ? Lui, si frillant de bonbons – « maladie » passée par Yezekaël justement – et vouant un culte à la nature … refusant une proposition qui pourrait mettre ces deux loisirs en connexion ?! Et bien oui. Mat n’était pas d’humeur, il était trop occupé à faire un choix cornélien qu’il pensait pourtant avoir déjà fait. Pardonner sans conditions et sans autres Yezekaël, ou garder ses distances et attendre des excuses – qui ne viendraient jamais – de son ex meilleur ami ? Lui qui avait choisi la deuxième solution. Matthias soupira, et lorsque l’Allemand le prit dans ses bras il la lui rendit et lui murmura à son tour :

"Toi aussi…"

Cependant, le cœur n’y était pas. Du moins pas entièrement. Il se dégagea donc et prit un air fatigué et extrêmement convaincant – si Matthias avait bien un talent c’était le théâtre. Puis il s’adressa à son ami :

"Désolé Kraël, j’ai qu’une envie, c’est dormir. Ca te dirait de m’accompagner à ma chambre et de m’aider à porter mes bagages ?"


Yezekaël s’illumina d’un sourire radieux. Oui, Kraël, il avait peut être oublié ce surnom ? C’était Mat qui l’avait surnommé comme ça. Car oui, l’Allemand l’avait toujours taquiné sur le point qu’il parlait une « langue » barbare le « Schwizerdutsch ». Car oui, Matthias étant à moitié Suisse et longtemps domicilié et scolarisé à Zurich, il parlait le Suisse-Allemand. Un dialecte aux consonances fortes et agressives. Yezekaël devint donc « Kraël ». Matthias afficha un pâle sourire avant de tendre l’une de ses valises à l’Allemand.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Yezekaël Adrazar
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Allemande
Magie pratiquée: Elementaliste
Âge:

Nombre de messages : 209
Age : 24
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Quand l'enfance n'est plus [ Priorité Yezekaël ]   Mar 27 Mai 2008 - 20:30
L’Allemand fut surpris par la réponse de Matthias. Lui qui pensait que sa proposition allécherait sans soucis son ami, il se prit une claque en voyant l’Austro-Suisse. Celui-ci, fatigué, demanda au directeur s’il pouvait l’aider à monter ses valises à ses appartements, utilisant le vieux surnom : Kraël. Il sourit largement à l’évocation du passé qu’il regrettait, et aussi aux nombreuses taquineries que l’élémentaliste avait faites sur la langue que pratiquait son complice. Le Suisse Allemand passait, de l’autre côté du lac de Constance, pour une langue de barbares. Enfin, l’Allemand est déjà considérée pour une langue un peu rustre, le Switzerdütsch a des sonorités encore plus marquées, et plus dures. Yezekaël prenait un malin plaisir à dire à Matthias qu’ils parlaient la même langue, sauf que ce dernier la crachait. C’est de là qu’était venu ce surnom, toujours en vigueur aujourd’hui.

Matthias sourit, un sourire pâle, avant de tendre une de ses valises à son ami. Il la prit, et avala un bonbon de son autre main libre, une grenouille. Ils montèrent les nombreux escaliers qui menaient à l’appartement du professeur de Botanique, silencieusement. Chacun perdu dans ses pensées. Yezekaël revivait ses souvenirs, comme souvent, se revoyant plus jeune avec Matthias et Pat, toujours ensemble, pour faire vivre un enfer aux professeurs de leur jeunesse. Il affichait un petit sourire à voir ainsi ressurgir les frasques de son passé, certes pas toujours glorieuses. Néanmoins, une autre partie de son cerveau travaillait à des pensées moins réjouissantes. Le Botaniste avait quitté l’Allemagne, pour rejoindre sa famille restée en Suisse. Avec laquelle il était en froid, sa mère ne supportant pas la mauvaise influence qu’exerçait l’Adrazar. Yezekaël l’avait laissé partir, sans se remettre en cause, sans chercher à le retenir, ni peut-être à s’excuser. Par orgueil, peut-être, il ne supportait pas l’idée de devoir s’excuser. Sa disparition avait toujours laissé un vide dans le cœur et l’esprit du directeur. Ce trou qui fait qu’on ne se sent plus tout à fait soi-même. Celui-là même qui fait qu’on se sent aussi vivant qu’un fantôme. Le germanophone s’était donc perdu dans le travail, n’entretenant plus qu’une ridicule correspondance avec l’ami avec qui il avait passé les meilleurs moments de son enfance. Stupide ? Certainement.

Les deux hommes étaient arrivés au seuil de l’appartement professoral. Le directeur ouvrit la porte, laissant apparaître un grand hall. Il ne savait plus vraiment s’il connaissait celui qui se tenait devant lui. Tant d’années avaient passé. Tant de chose avait changé. Mais surtout, une question, ou plutôt un dilemme, avait envahi l’esprit du magicien. S’excuser ou non ? Son orgueil lui disait non, mais son amour pour le Suisse lui disait oui. Rien ne transparaissait de ce combat intérieur sur le visage du directeur, affichant toujours un éternel sourire.

« Tu veux que je reste un moment avec toi ? Ou tu préférerais rester seul, pour dormir ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand l'enfance n'est plus [ Priorité Yezekaël ]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Quand l'enfance n'est plus [ Priorité Yezekaël ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'agriculture doit être une des priorités des efforts de la reconstruction
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lómilendë :: Fin du Supplice :: Archives :: Archives des trames 1-2 :: Postes et annonces des trames 1-2-