AccueilMembresPortailGroupesRechercherFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Islandic & Murders [Ambroise Tugendbach] - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 25
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Islandic & Murders [Ambroise Tugendbach] - Terminé    Jeu 11 Aoû 2011 - 1:24
A peine Erzèbeth atterrit-elle à Dublin qu’elle passa quelques coups de fils pour s’assurer qu’Ambroise Tugendbach se trouvait bien à la base et n’était pas en voyage ; lorsqu’elle en eut confirmation elle fonça vers Lómilendë. Une fois au château elle s’enfonça dans les sous-sols où se trouvait la base et se dirigea vers le bureau du diplomate. Sans même prendre la peine de frapper Erzèbeth débarqua dans le bureau d’Ambroise. Elle était toujours vêtue de son ensemble de combat, ses cheveux noir-corbeau virevoltant autour de son visage à la pâleur lunaire bien que les pommettes étaient légèrement rosées sous le coup de la vive colère qui l’animait. Ce fut pourtant d’une voix calme - quoique froide et sans appel – qu’elle s’adressa à son collège.

- Ambroise, confie-moi ce dossier. C’est un ordre.

La finlandaise laissa tomber un épais dossier sur lequel on pouvait lire l’inscription « Islandic » sur le bureau de l’allemand. La nordique poursuivit sur le même ton sec.

- La mission au Costa Rica fut un fiasco ainsi que celle en Islande. Un certain Général Gooker a été mandaté par Sliven pour m’éliminer ; ses hommes m’ont attaquée une première fois à Liberia et ils ont remis ça à Reykjavik. Je veux que tu me déniches un informateur et que tu le mettes sur cette affaire. Je veux tout savoir sur ce Gooker et sur la mission « Puesta De La Luna 38 ».

Un silence s’installa. Ambroise prit appui sur le dossier de sa chaise et laissa la finlandaise continuer.

- Si on ne fait rien tu sais comme moi ce qui va se passer ; Sliven va officiellement s’emparer de l’Islande. Et on ne peut pas permettre ça. Il faut envoyer deux détachements de l’armée de l’OMDS ; un à Reykjavik, un à Akureyri.

Alors que l’élémentaliste allait prendre la parole la noiraude le transperça du regard et reprit.

- La technique de l’OMDS est vouée à l’échec. Ce n’est pas parce que Sliven dit vouloir des accords diplomatiques que c’est la vérité. Les faits sont sans appel. Toute l’Amérique du Sud, L’Afrique et la majorité de l’Asie ont voué allégeance à Sliven et tu veux encore leur offrir l’Islande, une fenêtre sur le seul continent entièrement épargné, sur un plateau ?

Bien qu’Ambroise ne se soit encore pas avancé, ni en faveur de la comtesse ni en sa défaveur, lors de son discours la nécromancienne avait légèrement haussé le ton et ses yeux émeraudes lançaient littéralement des éclairs. L’affligeante passivité de l’OMDS l’avait toujours consternée et même après la mort du leader Ackien rien n’avait changé. Les dirigeants de l’organisation restaient désespérément couards et bureaucratiques.
La jeune et fougueuse Erzèbeth aurait tout bonnement haï Ambroise en qui elle ne voyait qu’une copie de Yezekaël, soit encore un abruti qui prétendait être arrangeant et bon enfant alors qu’il utilisait en fait l’humour et les enfantillages pour masquer sa lâcheté et son insécurité. Cependant l’actuelle et plus sage Erzèbeth n’avait ni le temps ni l’envie de porter une quelconque émotion à l’allemand. A ses yeux il n’était qu’un pion avec lequel elle se devait d’interagir pour diverses raisons : demandes de permissions, rapports, ordres […]. Elle connaissait son nom pour avoir fait, en son temps, des recherches sur feu sa servante Amélia. Elle connaissait de ce fait sa « particularité » mais n’en avait absolument que cure. Elle y avait en effet déjà été directement confrontée plusieurs années en la personne d’Amélia et elle était elle-même dotée de quelques gênes vampiriques rendant son physique – tout comme celui d’Ambroise – bien différent de son âge réel. Fière et immobile Erzèbeth avait plongé son regard dans celui de l’élémentaliste et le fixait sans ciller, attendant sa réponse.


Dernière édition par Erzèbeth Nàsdy le Lun 3 Oct 2011 - 21:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ambroise Tugendbach
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Deutsche
Magie pratiquée: Elémentalisme
Âge: 177 ans

Nombre de messages : 74
Age : 29
Date d'inscription : 23/10/2010

MessageSujet: Re: Islandic & Murders [Ambroise Tugendbach] - Terminé    Jeu 11 Aoû 2011 - 23:03
Absorbé par la lecture d’un rapport de mission hautement confidentiel, Ambroise fut pris de court lorsqu’il vit débarquer dans son bureau Erzèbeth Nàsdy, qui ne s’était pas inquiétée de frapper à la porte afin de s’annoncer. Il s’en était fallu de peu pour que le « jeune » Coordinateur des Forces de l'OMDS ne balance un puissant sortilège offensif sur l’imprudente, qui aurait très bien pu y passer. Heureusement, l’apparence physique tout à fait singulière de la nécromancienne lui avait épargné pareil désagrément, et Ambroise, qui était fin observateur, avait reconnu sa visiteuse à temps. D’un geste énergique, le garçon referma le porte-document qu’il avait sous les yeux, débarrassa dans la hâte son meuble de bureau, et accorda enfin l’entier de son attention à la jeune femme, un léger sourire suspendu aux lèvres.

Ambroise avait troqué ses vêtements civils pour une tenue plus austère, celle qui lui revenait en tant que Coordinateur des armées de l'OMDS. L’uniforme, d’un noir éclatant, était du plus bel effet sur l’Allemand, qui ne manquait pas une occasion de s’observer dans la glace qu’il avait fait installer dans l’angle gauche de la pièce, en face de lui.

D’une voix froide et autoritaire, Erzèbeth exigeait d’Ambroise qu’il lui confiât une mission. Un volumineux dossier – un de plus – chut bientôt sur la table de travail de l’élémentaliste. L’officier détailla la page de garde du document, essayant de s’en remémorer le contenu. Depuis plusieurs jours, il était bombardé d’informations en tout genre, et à dire vrai, l’Allemand, bien qu’intelligent et parfaitement disposer à les intégrer, était au bord de la saturation. Quelques instants plus tard, Ambroise avait néanmoins parfaitement en tête les grandes lignes de l’affaire « Islandic ». La finlandaise avait alors déjà enchainé avec un compte rendu de mission peu glorieux et de nouvelles exigences.

Le regard trainant du côté du miroir, Ambroise jugea bon de se redresser un peu dans son siège. Il laissa échapper un soupir ascendant vers ses mèches blanches pour les arranger un peu, tout en permettant à Erzèbeth de poursuivre son récit. Quelques minutes après, la nécromancienne en avait fini avec ses revendications et son analyse politique. Le garçon allait pouvoir se prononcer.


- Woaw, ton regard est vraiment flippant Erzy’, tu me mets la pression là…

lâcha Ambroise avec légèreté, tout transpercé qu’il était par l’expression faciale peu rassurante de son acolyte.

- Tu sais chérie, ici, c’est plus moi qui compose la musique, je suis un peu le chef d’orchestre, je dispose et j’impose, bref, j’imagine que tu vois assez bien où je veux en venir, tellement bien même que tu as décidé de venir me trouver afin que J’accède à TES attentes. Au moins, toi, tu oses... revendiquer. Mais de là à vouloir me donner des ordres... tu vas un peu loin.

Ragaillardi par cette visite des plus inattendues, Ambroise était à présent très en forme et tout à fait disposer à s’amuser un peu. Il allait pouvoir faire davantage la connaissance de Erzèbeth Nàsdy, cette femme dont on disait qu’elle était la plus grande nécromancienne de tous les temps. Le regard espiègle et perçant de l’Allemand ne lâchait désormais plus les prunelles ombrées de la jeune femme. Ils se défiaient, chacun tentant d’estimer les forces et faiblesses de l’autre.

- Cela dit, avant d’aller plus avant, j’aimerais te rappeler que mon office est privé, et que même la plus puissante nécromancienne, quand bien même elle dispose du grade de générale, est priée de s’annoncer avant de faire irruption dans mes quartiers. Pour peu, je t’aurais tuée tout à l’heure !

L’élémentaliste abandonna un clin d’œil à Erzèbeth, puis reprit :

- A présent que les convenances sont rappelées, venons en à ce qui t’intéresse. Le général Gooker est connu de nos services de renseignements. Nous avions un homme dans son Etat-major, mais malheureusement, il a été démasqué et exécuté. Du coup, nous ne savions pas que la nouvelle mission de Gooker consistait en ton trépas. Au moins, maintenant, nous sommes fixés. Reste à savoir s’il est sage de t’envoyer en Islande, sachant que tu as Gooker et son armada à tes trousses. D’autant que Gooker est un gros poisson. Je ne suis pas sans connaître ta réputation Erzy’, mais toi, je ne te connais pas encore, pas assez en tout cas pour t’accorder ma confiance pleine et entière pour une telle mission. Conclusion : préavis négatif darling. Je pense mettre quelqu’un d’autre là-dessus.

Ambroise quitta son fauteuil en veillant à se mirer à nouveau dans le miroir du fond de la pièce. Il estima une fois debout que décidément, son nouveau rôle de Coordinateur des Forces de l'OMDS lui allait comme un gant. Au même moment, il supposait que la jeune femme en face de lui devait se demander par quelle folie on avait pu désigner un type comme lui à la tête d’une armée. Quel avait pu donc être l’argument décisif qu’avait brandi le garçon aux cheveux de neige pour faire pencher le choix en sa faveur? Après quelques déambulations aléatoires, Ambroise regagna sa place assise.

- La situation en Islande est précaire, si le pays renonce à sa neutralité en la faveur de Sliven, il nous faudra agir frontalement, pour éviter, comme tu dis, d’offrir l’île à Sliven sur un plateau d’argent. Nous prendrons alors des mesures énergiques, décisives. Mais il est trop tôt et nous ne violerons pas le droit des Islandais à l’auto-détermination. Ils sont libres après tout… Ce qu’il nous faut éviter de faire, c’est de gaspiller nos forces et de faciliter ainsi la tâche de l’ennemi. D’ailleurs, te mettre sur l’affaire Gooker, c’est précisément lui rendre sa mission plus aisée… en même temps, ca pourrait être un moyen de le surprendre, t’envoyer précisément là où il ne t’attend pas. Hmmm…

Sans crier gare, Ambroise se laissa tomber sur sa table de travail, sa tête percutant le bois du bureau dans un bruit sourd. Sa façon à lui de faire comprendre à Erzèbeth qu’il réfléchissait.

- Scheisse, je suis indécis sur ce coup, ca ne me ressemble pas ! D’autres arguments à faire valoir ?

Le jeune homme reprit place normalement sur son siège, se mettant à siffloter avec insouciance un air traditionnel allemand qu’il avait en affection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 25
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Islandic & Murders [Ambroise Tugendbach] - Terminé    Jeu 25 Aoû 2011 - 23:32
Comme un adolescent s’adressant à un de ses copains Ambroise parla à Erzèbeth sur un ton frisant la vulgarité et la grossièreté. Immobile et complètement de glace la comtesse ne cilla même pas ; totalement indifférente à ce puéril comportement qu’elle ne connaissait que trop bien. La seule innovation de cet allemand-là résidait dans le nouveau sobriquet : Erzy’ au profit de Betty. Puis tout en restant désinvolte l’élémentaliste poursuivit pourtant sur une thématique plus sérieuse abordant le cœur du problème posé par la finlandaise et énonçant certaines « règles ». A l’écoute du discours de son collègue Erzèbeth ne put retenir un léger retroussement de nez accompagné d’un univoque froncement de sourcils envoyant clairement un signal de surprise mélangé à du dégoût.

Toujours statique la nécromancienne laissa le silence s’installer à la fin de la tirade d’Ambroise. Un silence long et pesant durant lequel elle transperçait le germanophone de son regard arctique. Puis elle inclina légèrement et doucement la tête vers la gauche – comme pour contempler un tableau particulièrement compliqué dont on cherche le sens et la signification – et s’adressa d’une voix posée et presque susurrée :

- Tu composes peut être la musique Ambroise ; mais la muse de l’inspiration pour ta partition ici, c’est moi.

La phrase claqua dans l’air comme un fouet, déchirant le silence et alourdissant l’atmosphère. La tension entre les deux mages était des plus palpables. La comtesse se mit alors en mouvement et sans quitter son interlocuteur des yeux continua à parler tout en s’avançant tel un fauve vers lui.

- J’en ai matté des plus présomptueux que toi alors fais-moi le plaisir de garder tes stupides vantardises masquées vulgairement sous des conseils aussi niais que : attention. Ici, à Lómilendë c’est plutôt toi qui devrais faire attention, attention à moi.

Erzèbeth était maintenant à quelques centimètres du visage de l’Allemand, elle n’avait pas quitté l’élémentaliste des yeux.

- Tu n’es qu’un pion, et je ne te pose pas une question. J’ordonne et tu fais. Si tu refuses je le ferai quand même ; un mot et mon armée me suivra. Tu gères de la paperasse Ambroise ; moi j’ai l’allégeance et la confiance de centaines de guerriers alors reste à ta place et contente toi de me contenter.

Une fois ces dernières paroles prononcées la finlandaise fixa encore quelques instants le coordinateur dans les yeux puis lâcha soudainement « l’étreinte » et se dirigea à nouveau vers le centre de la pièce détourant de ce fait son regard.

- Il n’est pas question de brider la liberté des islandais ; bien au contraire, mais de la préserver. Si Sliven s’empare de l’Islande ses habitants verront la notion de « choix » disparaitre de leur vocabulaire alors épargne moi tes tartines diplomatiques et regarde la vérité en face. On ne gagnera pas la guerre en laissant les pays se faire happer les uns après les autres par Sliven. Quoi que décide le gouvernement islandais Sliven a fait son choix et attaquera le pays pour le soumettre à sa volonté ; ils ne vont pas respecter le choix de neutralité de Reykjavik crois-moi.

Tout en parlant sur un ton devenu froid et calculateur mais désormais dépourvu de colère Erzèbeth s’était nouée les cheveux en une étroite queue de cheval dégageant de ce fait son visage lisse et totalement en décalage avec son âge réel. La nordique posa ses deux mains sur ses hanches et tout en faisant tapoter ses doigts sur le bas de son plastron-corset elle poursuivit plus désinvolte.

- Et j’insiste ; tu vas placer un informateur sur le dossier Gooker, et il me monter un dossier béton et venir me le poser sur mon bureau dans quelques semaines avec toutes les informations dont j’ai besoin.

Glaciale, impassible, austère, sèche, dominatrice et cassante voilà quelques adjectifs des plus appropriés que l’on pourrait aisément utiliser pour décrire Erzèbeth à cet instant ; et pourtant le plus surréaliste dans la scène qui venait de se dérouler était de se dire que par le passé la comtesse avait été bien plus garce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ambroise Tugendbach
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Deutsche
Magie pratiquée: Elémentalisme
Âge: 177 ans

Nombre de messages : 74
Age : 29
Date d'inscription : 23/10/2010

MessageSujet: Re: Islandic & Murders [Ambroise Tugendbach] - Terminé    Lun 29 Aoû 2011 - 7:44
- Une muse ?! ... Peut-être, en tout cas tu m'amuses, c'est un bon début.

Il avait fallu à Ambroise une demi-seconde environ pour opposer cette réplique à sa visiteuse, qui avait bien failli, chose rarissime, lui clouer le bec. C'était néanmoins sans compter sur les frasques rhétoriques de l'Allemand, qui ne reculait devant aucun stratagème pour faire tourner en bourrique ses interlocuteurs et avoir le dernier mot. Erzèbeth Nàsdy ne faisait pas exception.

Indéniablement, ces échanges piquants entre les deux sorciers rendaient l'atmosphère fébrile, Ambroise en était d'ailleurs tout excité. A présent, il observait avec sérénité la Finlandaise en train de s'approcher de lui à la manière d'un prédateur, prêt à lui sauter à la gorge à tout instant. Le garçon redoubla alors d’efforts pour demeurer en apparence totalement impassible face à cette audacieuse avancée. Bientôt, la nécromancienne n'était plus qu'à quelques centimètres de son visage, et Ambr' eut alors tout loisir de scruter le détail de ses traits.

Erzèbeth disposait des deux yeux les plus sombres qu'il ne lui avait jamais été donné de voir. Du regard et du teint de la sorcière résultait un violent contraste, presque surnaturel, qui ne pouvait qu'intriguer. Il fallait beaucoup de sang-froid pour ne pas se dérober en face d'un visage si pur, si froid, si cassant. Derrière cette imposante présence, l'Allemand décelait néanmoins de la fragilité, enfouie très profondément dans le regard obscure qu'il contemplait désormais. Il y avait devant lui beaucoup de force, de volonté, de hargne, de sagesse, mais, aux tréfonds de ces prunelles, il y avait également une incroyable souffrance, dont le garçon ne pouvait cerner la cause avec justesse. Un simple aperçu de celle-ci avait suffit à faire naitre en lui de la peine et un brin de compassion. Quelle femme !

Pendant que l'élémentaliste poursuivait sa réflexion et s'égarait dans des conjectures aussi diverses qu'osées, la générale des armées du Nord martelait, elle, un discours implacable et menaçant à l’adresse du coordinateur. Un imbécile aurait d'ailleurs considéré ces paroles comme de l'insubordination et aurait pris des mesures sévères pour la réprimander. C'était cependant le meilleur moyen de ne jamais plus pouvoir escompter l'établissement d'une relation de confiance avec Miss Nàsdy, et Ambroise n’était que trop conscient de cela et trop intelligent pour renoncer d'entrer de jeu à pareil trésor. Aussi, l'Allemand prit-il à cet instant précis la décision en son fort intérieur de revoir son "approche Nàsdy". A dire vrai, les personnes capables de détourner Ambroise de ses plans initiaux étaient fort peu nombreuses; mais lorsque l'Allemand avait l'avantage de faire la connaissance de pareils individus, il avait tendance à se prendre au jeu.

Un sourire de dément éclairait la face de l'adolescent lorsqu'il articula les premières syllabes de la réponse qu'il allait finalement faire à l'intrépide Erzèbeth.


- Très bien, je vais te donner exactement ce que tu veux poupée. Tu es officiellement en charge du dossier Islandic et je vais désigner un nouvel agent pour s'occuper du cas Gooker. Il répondra de sa mission auprès de toi et moi directement. Le nom de Gabriel Miraglia Cortés me vient à l'esprit, il a le profil parfait pour une infiltration et est affecté nulle part pour l'heure. Je réglerai les détails plus tard en le convoquant.

Ambroise s'était exprimé d'une traite, sur un ton sans appel. La décision qu'il avait rendue était revêtue de toute l'autorité naturelle qui se dégageait du personnage, et cette dernière était considérable.

Son verdict énoncé, Ambroise perçut non sans quelque amusement la satisfaction esquisser l'ombre d'un très discret sourire chez sa collègue. La nécromancienne était assurément habituée à obtenir des autres ce qu'elle voulait; le fait que le nouveau coordinateur lui cède également la réjouissait donc. Mais l'affaire n'était encore pas tout à fait bouclée.

D'un élégant mouvement du bassin, l'élémentaliste envoya sa chaise de bureau valdinguer dans son dos et se remit sur pied, peu avant d'engager un déplacement sur sa gauche, en direction d'une armoire de classement métallique. Il tira du support de rangement en question deux dossiers, l'un dans la section A-B, l'autre dans la section M-N. Il tendit celui qu'il s'était procuré en second à Erzèbeth.


- C'est le dossier Miraglia Cortès. Tu peux le garder, assure-toi que ce garçon te convient.


Les instants qui suivirent furent frappés du sceau du silence le plus absolu. Ambroise avait l'air d'avoir encore quelque chose à ajouter, mais semblait attendre que la tension générée par l'absence de dialogue soit à son comble. Une fois qu'il jugea le moment opportun venu, l'Allemand intervint en ces termes:

- Petite précision encore: ma décision de toute à l'heure est subordonnée à une condition résolutoire, que je formule comme suit: demain soir, 19h00, tu seras dans ton bureau, disposée à recevoir la visite d'une de mes connaissances, qui viendra avec une requête, que je lui laisserai le soin de défendre auprès de toi. Tu es naturellement libre quant à la suite que tu décideras de donner à la requête en question. Je veux juste que tu reçoives et entendes la personne dont il s'agit.

Le germanophone en avait maintenant clairement fini. La suite des évènements ne dépendait plus que de la nécromancienne et de son aptitude à honorer les termes d'un accord sur le point d'être passé. D'un pas décidé, Ambr' contourna son office, passa à côté de la nordique et gagna l'angle droit de la pièce, où, en parallèle du miroir, se trouvait un porte manteau sur lequel reposait une cape de l'Allemand et au-dessus, son couvre-chef attitré, Louis.

- Tu accèptes mon marché je présume? Il est très correct je trouve.

Le chapeau quitta provisoirement son support pour se retrouver dans les mains de son propriétaire, qui s'amusait avec, tout en entamant un itinéraire retour vers sa place de travail.

- Maintenant, pour ce qui est de nos forces en Islande, je suis le seul habilité à en gérer les effectifs. Mon travail, consiste à déplacer les armées et à leur attribuer des objectifs sur la base de renseignements fiables; le tiens et celui de Vanina quant à lui vous autorise à mettre en oeuvre comme bon vous semble les mesures à même de satisfaire aux objectifs que je pose. Ne marche pas sur mes plats de bande, j'éviterai de piétiner les tiennes, et on pourra s'entendre.

Un aimable clin d'oeil à la nordique vint accompagner cette conclusion. Pour l'heure, aucun contingent militaire supplémentaire de l'OMDS n'irait fouler le sol islandais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 25
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Islandic & Murders [Ambroise Tugendbach] - Terminé    Mar 27 Sep 2011 - 22:38
Un discret sourire de satisfaction étira quelques secondes les lèvres rose pâle de la comtesse. Il accédait à sa requête ; il cédait à ses exigences. Brave petit. Après tout il semblait même qu’Ambroise soit plus futé que son précédent clone : Yezekaël. Erzèbeth entendit le nom d’un certain Gabriel Miraglia Cortés qui évoqua de vagues souvenirs en son sein. Elle s’était personnellement occupé de son dossier et de son recrutement ; il était compétent ça ne faisait aucun doute. Ambroise alla d’ailleurs cherche le dossier dudit informateur et le tendit à la nécromancienne qui le saisit et l’ouvrit brièvement afin de confirmer son hypothèse. Elle jeta un rapide coup d’œil à la photo : peau halée, cheveux de jais, yeux cuivrés. C’était bien lui. Gabriel. La scandinave referma sèchement le dossier et reporta son attention sur Ambroise. Une requête ? La nécromancienne écouta attentivement puis répondit d’une voix morne.

-Soit.

Totalement dénuée d’intérêt la nordique n’en avait absolument rien à faire. La demande était en effet honnête ; Erzèbeth perdrait certainement 10 minutes à bavasser avait quelqu’un, elle ponctuerait le tout d’un sourire sans joie et expédierait l’intéressé pour retourner à des affaires bien plus importantes ; comme par exemple la protection de l’Islande. D’ailleurs le coordinateur enchaîna avec un petit rappel de pouvoir signalant à la comtesse ses droits et pouvoirs. Erzèbeth resta muette. L’élémentaliste avait accédé à la première requête soit mettre un informateur sur le dossier Gooker, mais il évitait magistralement la question des forces en Islande. La nécromancienne alla donc se servir à la source, elle pénétra dans l’esprit de son collègue et apprit qu’il ne comptait envoyer aucune force en Islande. La comtesse ne put réprimer un sourire d’amusement. Donner un sucre à quelqu’un pour qu’il s’éloigne certain d’avoir ramassé le gros lot ne marcherait certainement pas avec elle.

-Je crois que tu ne m’as pas comprise Ambroise. Lorsque je dis « j’ordonne et tu fais » le message est on ne peut plus clair. J’ordonne… et tu fais. Alors quand je te dis que tu vas envoyer des forces supplémentaires en Islande tu le fais ; et si ce n’est pas le cas, je me chargerai personnellement de choisir des effectifs et de les envoyer à Reykjavik.

La réplique était sans appel, froide et incisive. En d’autres termes : Ne te mets pas sur mon chemin. Une chose était sûre ; Erzèbeth ne quitterait pas la pièce avant d’avoir obtenue tout ce qu’elle voulait ; et si on ne se pliait pas à ses désirs elle exécuterait ses désirs elle-même. Ambroise allait envoyer un détachement en Islande ou ce serait elle qui le ferait et dans ce cas l’autorité du coordinateur en prendrait un coup. Immobile la nécromancienne fixait son collègue en attente de sa réponse ; mais juste avant que celui-ci ne réponde elle s’exprima dans un allemand irréprochable.

-Wer ins Feuer bläst, dem stieben die Funken in die Augen.

Le message était univoque. Qui cherche Erzèbeth trouve Erzèbeth, et personne ne veut « trouver la Betty la vilaine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ambroise Tugendbach
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Deutsche
Magie pratiquée: Elémentalisme
Âge: 177 ans

Nombre de messages : 74
Age : 29
Date d'inscription : 23/10/2010

MessageSujet: Re: Islandic & Murders [Ambroise Tugendbach] - Terminé    Jeu 29 Sep 2011 - 0:43
Sans enthousiasme aucun, Erzébeth abandonna un « soit » d'approbation à la condition posée par le coordinateur, réalisant ainsi par son comportement ce que le jeune sorcier allemand avait prédit quelques instants auparavant. Ambroise fut cependant pris de court lorsqu’il perçut une intrusion dans ses pensées. Immédiatement, les traits de son visage se crispèrent. S'il avait pu paraitre auparvant un tant soit peu enfantin, désormais, cette caractéristique avait cédé sa place au sérieux le plus absolu. Les yeux du mage, statiques, avaient maintenant quelque chose d'oppressant. En face d'Ambroise, un petit enfant aurait aussitôt fondu en larmes.

D’un mouvement élégant, l’Allemand vissa Louis sur son crâne, calmement, tout en s’interrogeant sur ce que la nécromancienne était venue chercher dans son esprit, et surtout, ce qu’elle avait eu le temps d’y découvrir. Le crâne couvert, les pensées du coordinateur de l’OMDS devenaient impénétrables, et c’est en cela que résidait en fait toute la valeur du châpeau qu’Ambroise vantait si souvent à son entourage. Il y avait en effet dans la tête du germanophone quelques ambitions et idées qui gagnaient à ne pas être partagées avec n’importe qui.

La nordique, dans une nouvelle crise d’autorité, réhitéra son désir de voir ses « ordres » appliqués par Ambroise, sous peine qu’elle les exécutât elle-même. En voilà qui en disait long sur ce qu’Erzy’ avait cherché à savoir. Révélés, d’autres secrets eurent eu pour effet de déclencher une réaction autrement plus violente chez la sorcière. Pour l’Allemand, l’essentiel était donc préservé.

Ainsi donc, Erzèbeth, non contente d’avoir fait irruption de manière innapropriée dans le bureau d’Ambroise, se permettait à présent de réitérer l’exploit en violant l’intimité de ses pensées. Cela méritait bien une petite leçon.

Le coordinateur se leva à nouveau. Il contourna alors son bureau pour s’approcher de la jeune femme, qui déclamait dans un allemand impeccable un adage qu’il connaissait de longue date. En même temps qu’il écoutait, le jeune garçon observait sa collègue avec une redoutable attention, à la recherche du rythme de ses respirations.

- Genau. Ich bin das Feuer und du hast schon zweimal geblasen. Krieg jetzt die Funken… Lufthansa !
abandonna le sorcier, alors qu’il tendait un bras pour effleurer le visage d’Erzèbeth, traçant un rapide iténéraire de sa joue droite à son nez, sans laisser le temps à la femme de réagir.

L’effet fut instantanné. Ayant veillé à ce que la formule retentisse au moment même où la finlandaise expirait, Ambroise avait parfaitement réussi son coup. Sous l’effet du sortilège incanté, tout l’air qui se trouvait à proximité du nez et de la bouche de la magicienne s’était volatilisé. Le charme utilisé créait en effet une sorte de vide perdurant à proximité des organes respiratoires. S’il était lancé au bon moment, le maléfice provoquait une sensation d’étouffement immédiate. Redoutable, pour que le sort fonctionna, il fallait néamoins que le lanceur eut été en mesure d’effleurer au moins le visage de la cible.

Autre avantage du sortilège Lufthansa, sans air à disposition, il était impossible pour la victime de prononcer la moindre formule magique, ce qui limitait dès lors grandement sa capacité à réagir et à contrer la menace. Ambroise avait lui-même mis au point ce stratagème, dont il était d’ailleurs plutôt fier. En matière de manipulation de l’air, le sorcier avait la réputation de surpasser le tout-puissant Yezekaël Adrazar.


- Bon, pendant que tu étouffes, j’ai deux trois choses à te dire. Ca ne te plait surement pas, mais il se trouve qu’on doit collaborer. Pour la dernière fois, je te demande de rester à ta place. Ton comportement a pour seule conséquence de nous rendre plus faibles, si Gooker voyait la scène actuelle, il se rayerait de l’OMDS et de ses meneurs incapables de s’entendre. Telle quelle, tu ne sers à rien Erzèbeth, tu n’es qu’un maillon défaillant de la chaine de commandement de notre Etat-Major, et c’est inadmissible de la part d’une sorcière de ton envergure. Deuxième point : retente une fois seulement de sonder mon esprit, et je te tue. Verstanden ?

La voix du garçon, auparvant chantante et amusé, était à présent austère et grave, trahissant le sérieux de la menace qu’il proférait. Si Erzèbeth persistait, entre elle et lui, ce serait une guerre sans merci.

Alors qu’Ambroise parlait, le visage de la nordique virait peu à peu au bleu.


- Troisième et dernier point, pas d’appui supplémentaire pour l’Irlande, c’est trop tôt. Nous reviendrons sur la question au gré de l’actualité, dans nos briefings hebdomadaires…

Alors que la finlandaise chancelait, arrivant encore tout juste à se tenir debout devant Ambroise, ce dernier mit un terme aux suffocations de sa collègue d’un simple claquement de doigts, rompant l’enchantement.

- Si maintenant tu as fini de te prendre pour l’assemblée générale de l’OMDS qui est seule habilitée à me donner des ordres, je te propose d’aller profiter de l’air dehors. Il est frais mais revigorant. Nous nous revoyons dans deux jours pour évoquer l’espionnage de Gooker. Si tu n’as rien d’autre à dire, tu peux quitter cette pièce. Oh, dernier petit détail… évitons à l’avenir de recourir à la magie dans nos rapports, cela pourrait vite… dégénérer.


Et les évènements du jour étaient là pour le prouver. Suite au comportement déplacé d’Erzèbeth qui était pénétré dans l’esprit du coordinateur allemand sans l’en avisé, ce dernier avait rétabli son honneur en asphixiant sa collègue de travail. A force de surenchères, très vite, les mages pourraient en venir à mettre leur vie en péril. Or, l’objectif affiché d’Ambroise et Erzèbeth consistait exclusivement en l’anéantissement de l’organisation terroriste Sliven .



Dernière édition par Ambrosius Tugendbach le Jeu 29 Sep 2011 - 11:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 25
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Islandic & Murders [Ambroise Tugendbach] - Terminé    Jeu 29 Sep 2011 - 7:05
Aussi rapidement qu’Ambroise pouvait débiter des répliques rhétoriques son visage se crispa ; devenant dur et menaçant. Visiblement l’allemand semblait particulièrement outré par ce qu’Erzèbeth venait de faire ; il vissa son chapeau sur sa chevelure de neige. Intérieurement Erzèbeth jubilait ; la nécromancienne savait pertinemment qu’en rentrant dans la tête de son collègue elle poussait ce dernier jusque dans ses retranchements. Là était la technique de la finlandaise ; tester, encore et toujours. C’était une constant chez la nécromancienne qui poussait tout le monde à ses limites afin d’estimer leur valeur et de leur accorder sa confiance… ou pas. Bingo. L’allemand s’avança et d’un allemand aux intonations des plus mélodiques s’adressa à la nordique, se comparant lui-même au feu par deux fois dérangé par le souffle insolent de la Nàsdy. Immobile Erzèbeth fixait de son perpétuel air froid Ambroise, et l’air il allait justement venir à manquer.

Sans qu’elle ait le temps de réagir Ambroise lui lança un sort ; instantanément ses poumons se contractèrent, l’air semblait avoir disparu. Grave et impassible Ambroise l’observa suffoquer et mit quelques choses aux claires avec sa victime. Le coordinateur la désigna comme faible et actuellement c’est clairement ce qu’était la comtesse qui commençait à avoir les éléments de la pièce tourner. Gardant une certaine contenance Erzèbeth ne s’était pas mise à hurler et à courir dans toute la pièce à la recherche d’un air qu’elle savait au bon vouloir de l’élémentaliste. Elle se tenait – par réflexe – la gorge d’une main et s’était appuyée au bureau de l’autre ; fixant intensément le sol, se concentrant pour ne pas perdre pied. Cette situation d’impuissance la rendait folle. Un mélange de rage et de respect bouillait en son sein. Il avait osé.

Le sens des mots devenait difficile à comprendre, la sorcière se rapprochait de l’évanouissement, elle entendit cependant clairement la menace énoncée par Ambroise. « … de sonder mon esprit, et je te tue. Verstanden ? » La mort ne tarderait d’ailleurs pas à surgir s’il n’interrompait pas son maléfice. Dernière information qu’Erzèbeth pu comprendre ; il n’y aurait aucun renforcement du soutien en Islande. Ambroise claqua des doigts et le charme se rompu. Comme si la finlandaise ressortait enfin des profondeurs d’un océan l’air salvateur s’engouffra dans ses poumons. La nordique se mit à respirer bruyamment fixant désormais le plafond.

L’élémentaliste la congédia et lui conseilla de ne pas faire usage de la magie sur lui ou les conséquences pourraient être des plus fâcheuses. Lentement Erzèbeth baissa la tête et reporta son regard sur son collègue. Plusieurs minutes s’écoulèrent dans le silence. Une fois que la scandinave eut totalement récupéré du maléfice elle s’adressa dans un murmure à Ambroise.

-Non, tu as raison ; ce serait fâcheux d’utiliser de la magie.

A peine eut elle prononcer le dernier mot que la comtesse traversa la distance qui la séparait de l’allemand à une vitesse vampirique tout en le gratifiant d’une droite des plus massives. L’élémentaliste fut projeté par-dessus le bureau et alla s’écraser lourdement contre une armoire située au fond de la salle qui déversa son contenu sur le pauvre coordinateur.

-Sauf que je n’en ai pas besoin pour te remettre à ta place. Avise toi encore une seule fois de menacer ma vie et je me ferai une joie de faucher la tienne.

Complètement sonné et la mâchoire en miette l’élémentaliste se releva tant bien que mal, chancelant. La voix de la comtesse qui était devenue menaçante s’éleva à nouveau.

-Et prépare-toi à ce que je rentre plus d’une fois dans ton esprit. Je ne te fais nullement confiance et vu le poste que tu occupes je ne peux pas me permettre un tel manque de crédit à ton égard. Résiste-moi et je presserai ton cerveau comme s’il s’agissait d’un vulgaire citron.

L’allemand était maintenant debout, appuyé à son bureau, la mâchoire en sang. Comme tous les sorciers qu’avait rencontrée – sans exceptions – il avait sous-estimé Erzèbeth ; elle n’était pas seulement une redoutable magicienne mais également une combattante au corps à corps hors pair dotée d’une force et d’une vitesse « vampirique » - héritage familial. La nécromancienne s’approcha du bureau et susurra à l’allemand.

-J’envoie dès ce soir le détachement 8 à Reykjavik.

La comtesse se retourna et alors qu’elle allait partir elle s’arrêta et lança au coordinateur.

-Oh et tu devrais passer à l’infirmerie, tu as une vilaine plaie au visage.

Le ton était tout simplement odieux et le sourire faussement innocent qui accompagnait la réplique des plus écœurant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ambroise Tugendbach
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Deutsche
Magie pratiquée: Elémentalisme
Âge: 177 ans

Nombre de messages : 74
Age : 29
Date d'inscription : 23/10/2010

MessageSujet: Re: Islandic & Murders [Ambroise Tugendbach] - Terminé    Jeu 29 Sep 2011 - 11:37
Un brin naïf, pendant un court instant, alors qu’Erzy’ avait pris la parole, l’élémentaliste avait cru avoir obtenu gain de cause. Peine perdue ; une fraction de seconde plus tard, celui-ci avait tout bêtement décollé du sol suite à l’impact d’une droite contre son visage, survolant son bureau pour finalement atterrir tant bien que mal dans une armoire murale, qui s’effondra sur l’Allemand, déversant son contenu sur lui. Le jeune garçon avait encaissé un choc violent, et il lui fallu quelques secondes pour réaliser ce qui s’était passé et se relever. Tremblant, l'adolescent de 17 ans en apparence s’appuya sur son bureau pour mettre un terme à ses vacillements. Sa mâchoire le lançait affreusement, la lèvre inférieure droite avait triplé de volume et un hématome déjà bien visible s’affirmait davantage de minutes en minutes.

Ambroise, tout bonnement hors de lui, était sur le point de répondre à cette ultime provocation avec toute la fermeté et la rigueur qu’imposaient les circonstances, ce qui signifiait que la nordique allait en prendre pour son grade et qu’il s’en suivrait sans doute une terrible bataille rangée. A Lomilendë, la discorde régnait entre les meneurs, alors que pendant ce temps, aux quatre coins du monde, Sliven s’arrogeait des victoires de poids. Erzèbeth, avec son intelligence, ne pouvait qu’en être consciente. Dans le cadre de sa vengeance donc, Ambroise avait à peine balbutié une syllabe et demie lorsqu’un premier filet de sang s’échappa de sa plaie, dégoulinant le long de la blessure, traversant enfin l’espace entre son menton et la table de travail, pour finalement souiller le revers de ses mains encore tremblantes ainsi que le bureau.

Un tel évènement - une éfusion de sang chez Ambroise - ne s’était pas produit depuis des années. A la vue de l’hémoglobine, l’Allemand se figea. La vision du liquide carmin issu de son propre corps provoquait chez lui des réactions aussi imprévisibles que variées. En l’occurrence, le coordinateur fut comme paralysé. Il commença à transpirer, nerveux, et les oscillations de son corps qui s’était calmé reprirent de plus belles.

Pendant ce temps, la nécromancienne avouait à Ambroise l’absence de confiance qu’elle lui témoignait en même temps qu’elle lui assurait dans un bruissement glissé au creux de son oreille qu’elle enverrait le 8e détachement en renfort dans la capitale islandaise. Ce que ne savait néanmoins pas Erzèbeth, c’est qu’en agissant de la sorte, le détachement entier serait accueilli à son arrivé en Islande par les 7 autres, qui s’empresseraient de mettre les hommes et femmes du 8e aux arrêts pour insubordination, avant de les renvoyer à Lomilendë. Tous ne connaissaient pas les libéralités d’Erzèbeth Nàsdy en matière de soumission à l’autorité, telle était la réalité des choses.

Une ultime remarque d’Erzèbeth, comble d’ironie, suggéra à l’élémentaliste un détour par l’infirmerie. Figé par sa peur qu’il essayait de dissimuler au mieux, Ambroise ne répondit pas, entièrement statique, le regard immobilisé sur la tâche rouge qui maculait sa peau et son bureau. En sueur, tremblant, l’Allemand devina que la nordique s’éloignait, déambulant en direction du seuil de son office.


≈ Tu ne me laisses résolument pas le choix Erzy’ ; il va falloir que je te liquide. Wie schade… ≈
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Islandic & Murders [Ambroise Tugendbach] - Terminé    
Revenir en haut Aller en bas
 

Islandic & Murders [Ambroise Tugendbach] - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lómilendë :: Fin du Supplice :: Archives :: Archives de la trame 3 :: Posts de la trame 3 :: Base Souterainne :: Département du Combat :: Bureau Coordinateur-