AccueilMembresPortailGroupesRechercherFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tourments Crépusculaires. [Terminé ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 25
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Tourments Crépusculaires. [Terminé ]   Jeu 11 Aoû 2011 - 1:35
Le dos droit, le port de tête impérieux, les bras pendants et les mains jointes, Erzèbeth - toute de noire vêtue- se tenait près des restes de ce qui fut autrefois une imposante fenêtre. Les dernières lueurs du crépuscule éclairaient faiblement son visage d’une pâleur de marbre. Elle semblait préoccupée. Ses yeux verts fixaient résolument l’horizon où le soleil avait presque complètement disparu, plongeant la vallée dans une obscurité d’un sublime violet foncé qui s’effaçait à son tour subtilement au profit du noir d’encre de la nuit. Le crépuscule avait toujours été le moment préféré d’Erzèbeth ; elle se sentait inexorablement attirée par la disparition de l’astre solaire ; il laissait place à son homologue la lune en tirant une magnifique révérence, bien plus belle encore que le cliché « coucher de soleil », bien trop pimpant aux yeux de la finlandaise. Le crépuscule avait cet avantage d’être plus discret, plus sombre tout en restant éblouissant de beauté.

Erzèbeth laissa échapper un soupir, ferma les yeux et ne put s’empêcher de penser au passé. Lómilendë à son apogée, fièrement dirigée par trois directeurs de talents, une foule d’élèves promis à un grand avenir ; et tout fut fauché en quelques heures. La comtesse s’enfonça dans ses souvenirs, il lui semblait presque réentendre les cris des élèves et des enseignants qui déchirèrent la nuit 15 ans auparavant lors de l’Affrontement, il lui semblait ressentir à nouveau l’odeur du sang et de la sueur, voir les pans du château volés en éclat, les cadavres s’accumuler [..]
________________
Assise à son bureau Erzèbeth tentait de répondre au délégué de la diplomatie suédoise dont elle venait de recevoir la lettre, mais elle ne parvenait pas à se concentrer. Son esprit était préoccupé ; quelque chose se tramait, et rien de bon. Depuis l’événement du bal de noël où tous les chamanes avaient assisté en direct-différé à l’attaque de Santa Via par Sliven, Vanina, Yezekaël et la finlandaise ne cessaient d’harceler l’OMDS pour que l’organisation ouvre les yeux et envoie une vraie armée protéger Lómilendë et non les quatre malheureux sorciers postés aux alentours du château. Cependant le Mage Ackien restait intraitable et maintenait qu’une telle mesure effrayerait élèves, corps d’enseignements et parents et que la situation était sous contrôle. Sliven prétendait vouloir parvenir à un accord diplomatique, la Nymphe Obscure n’en croyait pas un mot.

Incapable de se concentrer Erzèbeth se leva de son fauteuil et se mit à faire les cents pas dans son bureau. Pimëa, perché sur une bibliothèque, immobile comme une statue, fixait sa maîtresse de ses yeux perçants. La nordique se dirigea vers une massive armoire en ébène et ouvrit les portes vitrées, elle saisit un verre à pied en cristal, une bouteille de vin et se servit un verre. La comtesse se dirigea vers l’immense vitre située derrière son bureau et fixa l’horizon, le soleil se couchait et ses derniers rayons se reflétaient avec panache sur la surface immobile du Lac Leinster. Tout en tapotant nerveusement son verre Erzèbeth tentait de se rassurer. Sliven n’oserait pas attaque. Elle était là, et bien trop puissante pour eux ; de surcroit la gourde aux cheveux roses et l’autre morveux prétentieux n’étaient pas négligeables non plus. Vanina et Yezekaël avaient d’ailleurs réussi à déjouer la première attaque de Sliven qui avait essayé de convertir Erzèbeth en une arme de destruction massive, leur arme. Ils avaient tenté de libérer son ancêtre Elisabeth Báthory dont un fragment de l’âme résidait dans celle de sa descendante ce qui aurait permis à la Comtesse Sanglante de prendre possession du corps d’Erzèbeth sa multiple-arrière-petite-fille.

Non. Ils n’oseraient pas. Pourtant rien n’y fit et Erzèbeth ne réussit guère à se détendre. La Nymphe Obscure décida de se changer les idées. La nuit s’était installée. Elle retourna s’asseoir à son bureau, s’assit et claqua des doigts allumant de ce fait les nombreuses bougies dispersées dans toute la pièce. La salle fut plongée instantanément dans une clarté vacillante. La nordique jeta un rapide coup d’œil au foyer de la cheminée qui s’enflamma achevant d’éclairer le bureau de la directrice. En vue de se distraire la finlandaise saisit un petit tas de cartes qu’elle avait rangé dans un tiroir et se mit à les lire. Un petit sourire ne tarda pas à venir étirer ses lèvres rose pâle. Ils s’agissaient de cartes écrites par des élèves – en majorité de la Section Vèrestävä – des enseignants, et autres qui la félicitaient pour sa victoire lors du duel contre Yezekaël. Le combat et son issue avaient en effet passionnés bien plus que l’école. Nombreux furent les journalistes qui ne manquèrent pas de relever que l’incontournable Erzèbeth et le célèbre Yezekaël s’étaient férocement affrontés. La finlandaise se saisit d’ailleurs d’un article de journal relatant les faits.

"Nombreux furent les spectateurs qui purent assister hier à un époustouflant spectacle. En effet le duel opposant deux des plus puissants mages de l’ère moderne fut loin de passer inaperçu. Rappelons que les deux adversaires étaient loin d’être anodins, d’un côté la célèbre Comtesse Erzèbeth Nàsdy, nécromancienne réputée autant pour sa sanglante ascendance que pour sa redoutable cruauté au combat et son aisance pour manier la nécromancie et de l’autre côté Yezekaël Adrazar, élémentaliste surdoué et respecté. En matière de nécromancie on ne pouvait faire mieux, en matière d’élémentalisme non plus. Pour faire simple, la « Plus grande des nécromanciennes » affrontait le « Plus grand des élémentalistes ». Mais au-delà d’un simple combat il y avait clairement un enjeu de domination. Quelques rapides interviews m’ont vites permis de comprendre que les deux directeurs – NR. Erzèbeth Nàsdy est la directrice de la Section Vèrestävä/Nécromancienne de Lómilendë. Yezekaël Adrazar et le directeur de la Section Manawyddan/Elémentaliste de Lómilendë.- ne s’appréciaient guère. On peut donc facilement en déduire que l’issu du duel imposerait une certaine domination sur le perdant ou qui sait peut-être même un respect mutuel ? Adeptes de la froide et antipathique comtesse réjouissez-vous, cette dernière a remporté le duel manquant d’ailleurs de peu de tuer son homologue. Frissons garantis. On félicitera donc les deux directeurs et la sublime arbitre qui n’était autre que la dernière directrice Vanina Tsukiyo – NR. Directrice de la Section Wahei/Chamane de Lómilendë."
Ce jour avait en effet marqué un tournant dans les relations inter-directoriales, et malgré une collégialité naissante et un certain respect acquis à l’égard de Yezekaël la comtesse ne cessait de le considérer comme un stupide gamin couard et prétentieux. Erzèbeth manquait d’ailleurs rarement une occasion de rappeler à l’allemand qu’elle avait eut –encore – raison et que c’était bel et bien elle qui avait remporté le duel.
Alors que la nordique avait réussi à chasser ses angoisses, son chat se mit à grogner d’une inquiétante manière, ses prunelles fixées dehors. Le bureau se mit à trembler. Le verre encore plein tomba sur le sol et se brisa répandant son contenu sur le tapis. Horrifiée Erzèbeth entendit des hurlements ; lorsqu’elle se retourna elle découvrit avec effroi que la forêt étaient en feu et que des hordes de sliviens couraient vers le château. Sliven passait à l’attaque. Sans perdre une seconde de plus la Nymphe Obscure se jeta sur une armoire en métal et en sortit ses deux dagues, puis elle s’élança dans le couloir. Bien que ralentie par son imposante robe à corset gris perle elle atteignit à une vitesse record le hall d’entrée où régnait un véritable chaos. Les enseignants se précipitaient vers le parc bien décidés à défendre Lómilendë tandis que la majorité des élèves couraient se réfugier dans les entrailles du château. La majorité, car les plus âgés et les plus téméraires suivirent les enseignants. Avec panique Erzèbeth vit Valandra et Cassys sortir se battre. Elle se jeta à la poursuite des petites.

Une fois dehors elle les perdit de vue. Le bruit était assourdissant et le combat faisait déjà rage. Une horde de zombies – les habitants décimés de Marilcrow – se dirigeaient menaçants vers la première ligne de défense. La finlandaise hurla une formule et plus de la moitié des morts vivants changèrent de camps se retournant contre Sliven. Cependant les nombreux nécromanciens de l’ennemi réussirent à maintenir de leur côté bien des revenants. Dans la confusion générale Erzèbeth aperçut Vanina et Yezekaël qui faisaient reculer les sliviens à coups de sortilèges plus puissants les uns que les autres.

Quatre nécromanciens s’approchèrent de la finlandaise mais alors qu’ils allaient lancer leurs sorts ils se retrouvèrent décapités. La vitesse vampirique de la comtesse mêlée à deux dagues affutées étaient deux redoutables avantages lors d’un combat. A peine s’était-elle débarrassée de ces quatre assaillants que trois élémentalistes et deux chamane fonçaient sur elle ; la nordique évita de justesse une gerbe de feu et infligea une onde psychique létale à ses cinq agresseurs qui s’écroulèrent morts ; le cerveau broyé. Sans attendre, la comtesse poursuivit sa recherche et chaque fois qu’elle croisait un élève âgé de moins de 16 ans et lui ordonnait sur un ton sans appel de rejoindre le château. Elle venait d’ailleurs de sommer à deux sorcières en troisième année de la section Wahei de se replier lorsqu’un Amor Mortalis la heurta de plein fouet dans le dos. Ce puissant sort nécromancien avait pour but premier de faire exploser le cœur de la cible mais le sortilège était extrêmement ardu à réaliser et plus la victime était puissante moins l’enchantement avait d’effet. Erzèbeth ressentit cependant une violente douleur envahir sa poitrine qui la projeta à genoux. Alors qu’elle tentait de reprendre son souffle et ses esprits la comtesse entendit son adverse enchainer avec un Vincit Omnia qui aurait à coup sûr raison d’elle si elle ne bougeait pas ; dans un effort surhumain motivé par la rage la nordique roula sur le côté évitant de peu le sort qui siffla à ses oreilles. Couchée sur le dos elle put voir son adversaire : un grand homme aux cheveux noirs très courts ; un mélange d’excitation et de peur luisait dans ses yeux. Il avait le dessus sur la célèbre Erzèbeth Nàdy et un tel fait l’emplissait de hardiesse. Cependant lorsqu’il voulut réitérer son maléfice la Nymphe Obscure se déplaça à une vitesse qui le laissa bouche-bée, elle se retrouva derrière lui, elle hurla «Amor Mortalis » ; le sort de la finlandaise fit littéralement exploser la poitrine du slivien qui s’écroula avec fracas sur le sol.

Le souffle toujours saccadé et le thorax endolori la comtesse se dirigea vers la face sud du château, en chemin elle put reconnaitre Valandra qui se battait aux côtés d’un des quatre gardes envoyé par l’OMDS – un chamane - et de trois zombies. En face d’eux, un nécromancien, cinq revenants et une élémentaliste prenaient lentement le dessus. Furieuse, Erzèbeth fonça vers son homologue et avant que le nécromancien n’ait eu le temps de bouger il se retrouva avec deux dagues plantées dans le ventre ; les cinq morts vivants qu’il avait mis sous sa botte s’effondrèrent et l’élémentaliste slivienne se retrouva seule. Le soldat de l’OMDS articula péniblement – sa mâchoire était brisée - une formule que la noble ne reconnut pas et la slivienne fut soudain proie à une terrible crise d’épilepsie qui la tua rapidement. La nordique saisit Valandra par le bras et lui hurla :
- Retourne immédiatement vers le château !

La petite nécromancienne se débâtit et lui hurla qu’il en allait de son honneur et qu’elle n’abandonnerait pas sa « directrice préférée ». Consternée Erzèbeth émit un rire nerveux.

- Dans ce cas.

Elle pénétra violement dans la tête de son élève et la soumit à sa volonté comme on jouerait avec une marionnette ; elle ordonna alors à Valandra de rejoindre le château. La petite s’exécuta. A peine la silhouette de la petite disparut du champ de vision d’Erzèbeth que la comtesse dut improviser une pirouette pour éviter le sort d’une chamane slivienne qui alla éventrer un des murs de Lómilendë. Cycle sempiternel, chaque fois que la nécromancienne se défaisait de ses assaillants – plus ou moins indemne – de nouveaux soldats slivien apparaissaient. Puis soudain une déflagration – fort heureusement atténuée par Cathena qui était dans les parages – et Erzèbeth alla s’écraser contre l’une des faces du château avant de s’écraser avec force sur le sol, sonnée.
________________
Un frisson parcouru tout le corps de la nécromancienne qui rouvrit soudainement ses yeux émeraude qui s’étaient fermés alors qu’elle se perdait dans ses souvenirs. Le couloir était désert et glacial, une épaisse neige s’était mise à tomber recouvrant le paysage et les ruines de Lómilendë d’un manteau d’une blancheur ternie par la nuit déjà tombée. Rapidement les flocons s’accumulèrent dans le couloir du 4ème étage et un vent glacial se leva faisant virevolter les cheveux ébène de la comtesse ainsi que son manteau de cuir noir. Erzèbeth tendit sa main gantée et fit naitre une flamme en son sein.

- Je ne vous oublie pas.

Murmura-t-elle avant de laisser la flamme s’envoler par les restes de la fenêtre, telle une colombe, qui se dissipa lentement dans cette épaisse nuit de janvier. Il y a 15 ans Lómilendë était attaquée par Sliven.

Seule la lune éclairait d’une lueur blafarde le silencieux recueil qu’observait la nécromancienne qui se tenait belle et froide au milieu de ce décor à son image : sombre et glacial. Aussi qu’elle fut la surprise d’Erzèbeth lorsqu’elle entendit des pas crisser sur la neige. Qui d’autre qu’elle quitterait la chaleur de la base située au sous-sol afin de venir braver la nuit et cet austère climat hivernal tout ça pour se promener dans de sinistres ruines ?



Dernière édition par Erzèbeth Nàsdy le Mer 28 Sep 2011 - 22:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Vanina Tsukiyo
Maléfice de l'égarement


Feuille de personnage
Nationalité: Japonaise
Magie pratiquée: Chamanisme
Âge: 40 ans

Nombre de messages : 219
Age : 28
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Tourments Crépusculaires. [Terminé ]   Mar 27 Sep 2011 - 22:30
Scrchh… Scrchh... Scrchh…

… ce n’était nul autre que Vanina. La nippone se trouvait complètement tordue d’avoir quittée la douce chaleur du feu de cheminé qu’elle contemplait passionnément auparavant. La bonne raison de cet acte de pure folie était que la chamane avait reçu la visite d’un étrange esprit qui l’avait poussée jusqu’au 4ème étage du château par cette nuit enneigée et s’il y avait bien quelque chose à laquelle la japonaise ne pouvait se refuser, c’était bel et bien de suivre l’appel d’un esprit si inquiet. Très féminine comme à son habitude, elle était habillée dans une combinaison blanche comme neige et portait une chapka assortie, des gants, ainsi que de grosses bottes, elles aussi blanches.

Vanina aperçut l’amoureuse du froid et l’esprit se volatilisa. La chamane observa la scène de la flamme et se rapprocha de son amie nécromancienne afin de voir comment celle-ci se portait. Elle avait appris à connaître à merveille Erzèbeth durant ces quinze années et se doutait que les démons du passé étaient en train de ressurgir. Comme les deux autres directeurs et toutes les personnes survivantes à cette nuit fatale, la finlandaise resterait à jamais marquée par cet horrible événement.

La nippone s’approcha d’Erzèbeth encore un petit peu plus et posa une main délicate dégantée sur son épaule. Le silence qui régna entre les deux ex-directrices était doux et réconfortant. Il inspirait la confiance mutuelle et l’entraide de deux vieilles amies qui ne s’abandonneraient pas. Cinq, dix, vingt bonnes minutes passèrent comme cela, avant que Vanina ne recouvre sa main de son gant et ne se mette à grelotter de froid.

« Tu sais très bien que je déteste le froid, Bethy. Alors même si tu te sens dans ton élément, tu pourrais aller pleurnicher ailleurs la prochaine fois ! Comme par exemple, je ne sais pas, au sous-sol, devant une cheminée ! Tu sais, comme les gens… NORMAUX ! »

Vanina détourna son regard de manière hautaine et regarda vers le ciel. Elle savait très bien quels mots utilisés pour agacer Erzèbeth. Elle esquissa un sourire, avant d’ajouter :

« J’avoue que cette ambiance crépusculaire et cette neige d’un blanc si pur n’est pas désagréable à regarder. Et parfois, je te comprendrais presque. »

D’une grâce constante, la chamane enjamba ce qui restait de la fenêtre et s’y assis laissant ses jambes se balancer dans le vide. Elle regarda la nécromancienne d’un air triste.

« Je sais que tu n’aimes pas tourner autour du pot, alors… si tu partageais avec moi ce qui te tourmente. Nous n’avons pas beaucoup pu parler ces derniers temps avec tous ces changements dans notre existence. De plus, je pourrais peut-être me confier à toi moi aussi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 25
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Tourments Crépusculaires. [Terminé ]   Mar 27 Sep 2011 - 23:16
Une main se posa délicatement sur l’épaule de la nécromancienne. Erzèbeth se retourna et découvrit Vanina, tout de blanc vêtue, emmitouflée de la tête aux pieds. La Finlandaise ne put réprimer un sourire d’amusement. Après de longues minutes d’un silence des plus agréables la nippone mit avec sa spontanéité naturelle des mots sur ce que pensait la nordique. Oui ; « Bethy » adorait le froid ; et ce au détriment de bien des gens. Cet élément l’inspirait. Sa pureté, sa rareté et surtout sa dureté. Erzèbeth répondit à l’ironie de son amie par une niaiserie feinte.

-Les gens normaux n’aiment pas le froid ? Vraiment ? J’étais persuadée du contraire. Là ; je dois l’avouer Nini tu m’en bouches un coin. Mais après tout ; tu le sais parfaitement : je suis loin d’être normale. Et tu serais gonflée de prétendre que toi, tu l’es.

La scandinave fit un malicieux clin d’œil à la chamane ; car en effet si elle lui portait tant de respect, d’amitié et d’admiration c’est bien parce que Vanina était différente. Un peu névrotique et passablement égocentrique mais terriblement intéressante, fidèle et juste. La chamane avoua trouver un certain charme au paysage puis avec sa grâce si caractéristique la japonaise s’assit sur ce qu’il restait du rebord de la fenêtre et laissa pendre ses pieds bottés dans le vide, vagabondant au loin. Soudain elle tourna la tête et avec un regard emplit de tristesse s’adressa à la finlandaise, lui demandant la source de ses tourments.

-Ah… Vanina.

Erzèbeth soupira et s’assit à son tour sur le rebord de la fenêtre. Les deux générales étaient désormais assises l’une à côté de l’autre, leurs jambes pendant dans le vide. La nécromancienne tout de noir vêtue, la chamane de blanc. Comme le yin et le yang, comme deux entités opposées les deux femmes se complétaient. Vanina était un soutient de taille dans la vie d’Erzèbeth et inversement. Déjà que seules les deux magiciennes étaient redoutables, à deux elles devenaient des plus dangereuses et c’est bien ce qui inquiétait Sliven.

-Je m’inquiète. Cette guerre dure depuis trop longtemps. Et revenir ici, à Lómilendë après toutes ces années ; c’est dur. Je ne voyais pas ma vie comme ça. Honnêtement. Tu sais, lorsque je me suis relancée dans l’enseignement c’était bel bien pour en finir avec la guerre. Cette bataille au Chili m’avait beaucoup fait réfléchir ; j’y ai gagné en notoriété certes mais j’ai surtout vu l’horreur dont pouvait être capable l’homme et j’avoue qu’en acceptant ton invitation de refonder Lómilendë je cherchais en quelque sorte à fuir cette horrible évidence. L’humain peut être un véritable monstre.

La nécromancienne marqua une pause. Pensive elle se mit à jouer avec la neige, agitant gracieusement ses doigts elle soulevait une légère brise qu’elle utilisait pour remuer la neige, la faire danser et prendre des formes psychédéliques.

-On doit y arriver Vanina ; on doit mettre fin à cette guerre et je ne laisserai personne empêcher ça. Mes enfants ont dû voir le jour dans un monde déchiré mais je veux leur épargner le reste d’une existence sous le signe de la peur et de la guerre.

Erzèbeth serra brutalement les poings et la neige qui virevoltait féériquement retomba lourdement sur le sol.

-Ils me manquent. Selena et Luka. Ca fait tellement longtemps que je ne les ai pas revus. Non seulement j’ai été une mère froide et exigeante durant leur enfance afin de les endurcir et de les protéger mais en plus je suis devenue une mère absente durant leur adolescence.

Un soupire empreint de tristesse ponctua l’aveu.

-Je suis peut être une nécromancienne redoutable, une guerrière accomplit et une femme puissante mais je suis une mauvaise mère.

L’évidence était là, flagrante. Peut-être qu’elle s’était effectivement trompée. Par son attitude autoritaire et distante la nécromancienne n’avait toujours eu qu’un désir : protéger ses enfants en les endurcissant. Ils étaient venus au monde par des temps troubles et plein de cruauté et ils se devaient d’être préparés à ça, et bien que la finlandaise les aimait plus que sa propre vie elle ne le leur avait jamais montré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Vanina Tsukiyo
Maléfice de l'égarement


Feuille de personnage
Nationalité: Japonaise
Magie pratiquée: Chamanisme
Âge: 40 ans

Nombre de messages : 219
Age : 28
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Tourments Crépusculaires. [Terminé ]   Mer 28 Sep 2011 - 12:13
Vanina se redressa machinalement et regarda son égale d’un air froid ; un regard qu’en temps normal, Erzèbeth aurait lancé à Vanina et non le contraire. Sèchement, elle lâcha un :

« Tu n’es pas une mauvaise mère Erzèbeth. »

La nippone semblait énervée comme si elle avait été victime d’une soudaine perte de contrôle. Elle finit, cependant, par se déraidir et lâcha d’un ton empli de compassion.

« Une mauvaise mère, c’est une femme qui prends de mauvaises décisions, qui finit par s’en rendre compte et qui ne change pas. Rien que le fait de te rendre compte de tes « peut-être » erreurs, te définit comme une bonne mère. »

La chamane bascula ses pieds à l’intérieur du château et se releva en époussetant sa combinaison qui lui tenait si agréablement chaud. Elle s’appuyait maintenant contre un reste de mur en face du reste de fenêtre, les bras croisés.

« Tu as pris ses décisions d’éducation pour les protéger, afin qu’ils puissent affrontés la vie dans laquelle, malheureusement, ils sont nés. Ce n’est pas de ta faute. C’est juste la vie qui n’est pas toujours comment on pourrait la rêver. Mais dit toi que ça pourrait toujours être pire. Ils auraient pu vivre la chasse aux sorcières et bien d’autres choses. Ils pourraient ne pas être tes enfants et être décimés, car leurs parents n’étaient pas préparés à faire face à Sliven. Ils ont de la chance de t’avoir comme mère car l’éducation que tu leur donnes les prépare à survivre durant ces temps quelque peu difficiles. »

Vanina entama les cent pas en essayant de peser les prochains mots qui allaient sortir de sa bouche.

« Tes enfants te manquent. Tu aimerais les voir plus souvent et peut-être changer quelque peu ton attitude vis-à-vis d’eux ? Alors… Pourquoi ne pas les amener ici… Je veux dire au château. Non je ne suis pas devenue folle… mais… Ce n’est pas la place qui manque et de toute façon durant cette guerre aucun lieu sur cette terre ne serait plus sûr qu’à tes côtés et sans vouloir me vanter, aux miens. Ils sont très prometteurs. Ils pourraient s’entraîner pour pouvoir se protéger à l’abri. Si on y réfléchit bien… Ce ne serait pas si fou que ça. Nous pourrions même mettre en place des sécurités supplémentaires. Avec Sliven contre nous, ils vont chercher tous les moyens pour nous atteindre et ne manqueront pas d’attaquer les tiens un jour ou l’autre, surtout si tu n’es pas à leur côté. Rappelle-toi qu’ils sont fourbes et lâches. S’ils sont avec toi, ils auront peur. Le fait qu’ils viennent ici leur assurera la meilleure défense qui soit. Rend toi compte du nombre de personne qui sont revenu au château et cela même après l’affrontement. Ces gens sont des gens sur qui nous avons appris à compter. »

Vanina se stoppa sur ce dernier point et fixa la nordique en attendant une réponse.

« Choisis ce que tu crois le mieux pour tes enfants. Mais je t’en conjure. Pense à cette idée tout de même et réfléchis-y bien. Tous les gens que tu chéris tant serait à tes côté et tu n’aurais plus de reproches à te faire ou de regrets. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 25
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Tourments Crépusculaires. [Terminé ]   Mer 28 Sep 2011 - 13:10
La réponse de Vanina claqua dans l’air, froide et irrévocable. Erzèbeth eut l’impression de s’entendre parler ; cette pensée lui arracha un discret sourire. Vanina était une femme forte, sûre d’elle et intelligente et ces trois qualités avaient beaucoup d’estime aux yeux de la nordique. Elle les cultivait d’ailleurs avec grand soin pour sa propre personne : force, confiance de soi et intelligence. La nippone s’expliqua tout en quittant le bord de fenêtre afin d’aller s’appuyer contre un des murs du couloir, les bras croisés. La finlandaise se sentit légèrement rassurée ; après tout ses enfants étaient bel et bien en vie et en bonne santé. Vanina disait juste, peut être que Erzèbeth n’avait pas été une « maman », mais son rôle de mère protectrice elle l’avait rempli à merveilles. Bien que les temps soit durs et dangereux, sa famille était toujours unie, en vie et surtout prête au combat.

Erzèbeth quitta à son tour le bord de fenêtre, debout, les mains jointes au bout de ses bras pendant au repos, elle écoutait attentivement son amie qui s’était mise à faire les cents pas dans la neige. Lorsque la japonaise se remit à parler la nécromancienne sentit le rythme de son cœur s’accélérer tout comme sa respiration. Faire venir les enfants. Elle n’y avait tout simplement jamais pensé. Cette possibilité qui semblait pourtant si évidente, ou du moins sujette à discussion n’avait jamais effleuré son « brillant » esprit. La comtesse resta silencieuse, grave, lorsque Vanina finit son discours. Les dangers étaient-ils vraiment moins grands ici ? Tout en détachant consciencieusement ses mots la nécromancienne prit la parole.

-Il faut que j’en parle avec Liam. Je ne suis pas la seule amène à décider de l’avenir de nos enfants.

Ce qui troublait la finlandaise c’était que Vanina n’était pas seulement une amie mais également la marraine de Selena et qu’il était donc plus qu’évident que son conseil n’était pas un conseil en l’air mais une proposition murement réfléchie.

-Par contre Vanina ; je vais devoir t’arrêter là. Je ne fais pas confiance à tout le monde ici. Pour ainsi dire tu es la seule à avoir ma totale conscience – ainsi que mon mari évidemment. Je n’ai rencontré aucun des nouveaux arrivants et aucun visage connu ne semble être sur le point de revenir à Lómilendë. J’ai entendu dire que Valandra et Cathena allaient arriver sous peu mais 15 ans nous séparent de nos dernières conversations. Je suis entourée d’étrangers.

Erzèbeth marqua une pause. Une relation de confiance était pourtant indispensable au sein d’une organisation militaire. Pire, au-delà d’une suspicion générale la finlandaise était très sceptique vis-à-vis de leur supérieur ; Le Coordinateur des Armées Ambroise Tugendbach.

-Seules nos sommes fortes. Ensemble nous sommes redoutables. N’oublie jamais ça Vanina je t’en conjure. Notre amitié, notre proximité et notre plus grande force.

Ces mots la nécromancienne les pensait sincèrement. A elles deux Vanina et Erzèbeth pouvait non soulever des montagnes mais carrément les éradiquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Vanina Tsukiyo
Maléfice de l'égarement


Feuille de personnage
Nationalité: Japonaise
Magie pratiquée: Chamanisme
Âge: 40 ans

Nombre de messages : 219
Age : 28
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Tourments Crépusculaires. [Terminé ]   Mer 28 Sep 2011 - 18:12
Un sourire s’esquissa sur la bouche de la chamane. Son idée avait fait mouche dans l’esprit d’Erzèbeth et, peut-être, si son compagnon le voulait, cette même idée allait se réaliser. Voir sa chère filleule dans les parages, ainsi que le fils d’Erzèbeth remplissait Vanina de joie. Les bonnes nouvelles et les agréables compagnies se faisaient de plus en plus rare ces temps-ci.

« Il en va de soi bien entendu que tu dois en parler avec Liam, pardonne mon oubli. Mais j’ai toujours tendance à te voir comme celle qui porte la culotte dans votre couple ! »

Elle charriait Erzèbeth bien entendu. Liam restait une espèce de mystère pour Vanina. Elle trouvait que le caractère du jeune homme ne correspondait pas du tout à la nymphe des glaces. Mais si celle-ci y trouvait son bonheur, cela était ce qui importait le plus à Vanina, car Erzèbeth au-delà d’être une amie, était considérée en quelque sorte comme de la famille pour Vanina. En effet, après s’être quelque peu brouillé avec son frère, Vanina avait perdu contact avec les membres encore vivants de sa famille et souffrait parfois cruellement de ce manque.

« Pour ce qui est de la confiance, tu as peut-être raison. Je tâcherai de me méfier et d’ouvrir l’œil. Je suis ravie de voir que mon idée te donne matière à réflexion et sur ce je vais te laisser méditer. Le froid m’insupporte. »

Vanina marcha en direction des escaliers afin de rejoindre la base souterraine. La nippone ne souhaitait pas parler d’elle, pas maintenant. Les questions que pourraient soulever la finlandaise lui ferait trop de mal. Elle avait passé des années, maîtresse dans l’art de cacher ce qu’elle ressentait et de préserver le mystère autour de sa vie, qu’elle ne changerait pas ses habitudes maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tourments Crépusculaires. [Terminé ]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Tourments Crépusculaires. [Terminé ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lómilendë :: Fin du Supplice :: Archives :: Archives de la trame 3 :: Posts de la trame 3 :: Rez-de-chaussé, Etages et Tours :: Etages :: Quatrième Etage :: Couloirs et Escaliers-