AccueilMembresPortailGroupesRechercherFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cours no I: Des clones élémentaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Ambroise Tugendbach
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Deutsche
Magie pratiquée: Elémentalisme
Âge: 177 ans

Nombre de messages : 74
Age : 28
Date d'inscription : 23/10/2010

MessageSujet: Cours no I: Des clones élémentaires   Dim 11 Mar 2012 - 22:56
7 mars 2026, 7 heures 30. Poussant la porte de la salle de classe d'un mouvement de la jambe non-chalant, le Maître élémentaliste opère son entrée. Seul quelques rares motivés affichent déjà présents dans le décor dévasté de la salle de classe, où des pans de mures effondrés jonchent le sol, où des parties du tableau se sont détachées du mur, où la température est égale à celle qui prévaut à l'extérieur du château. D'un rapide coup d'oeil, le mage dénombre 6 têtes, 12 bras et le même nombre de jambes. Déambulant avec insouciance jusqu'à son pupitre - lui aussi en très mauvais état - placé en face des rangées, le sorcier repère assez vite le visage du garçon qu'il a rencontré au soir de sa sortie du coma, dans les cuisines du château. Ilian Adelsohn. Lui et quelques autres éléments, tous d'un niveau prometteur à en juger par l'aura qu'ils dégagent. Une jeune femme, élégante et froide, portant des insignes de lieutenant. Une demoiselle, clairement plus jeune, soldat de Lomilendë, et un groupe de 3 garçons rouquins, manifestement encore recrues et venus ensemble pour l'occasion.

Ambroise prend place, et fixe son auditoire, qui le lui rend bien. Un calme absolu règne. Devant les étudiants, entre les bancs d'école et le tableau, 4 grands bacs, tous recouverts d'une bâche. Un sourire aux lèvres, le Hexenmeister finit par rompre le silence.


- Bonjours à toutes et à tous, et merci d'assister à ce cours. Vous êtes peu, et je m'en réjouis. Vos progrès à tous n'en seront que plus époustouflants. Car je m'engage à faire de chacun de vous l'élite de sa section. En travaillant assidument ce cours, très vite, vous ferez parti des meilleurs.

Le discours est emballant et implacable. Il laisse deviner toute la rigueur que l'élémentaliste s'en va imposer à ses apprentis. D'un ton plus léger, l'Allemand en vient à évoquer les banalités administratives.

- Mon cours suit une structure bien définie, mais vous pouvez en tout temps rattraper une leçon que vous auriez manquée. Je tiens un registre des examens réussis, avec le niveau de maitrise de chacune et chacun pour chaque sort étudié. Seuls les étudiants qui ont pris part avec succès à un examen peuvent faire usage de l'enchantement en question en dehors de ces murs. Pour ce premier semestre, j'ai l'intention de vous mettre à contribution. Nous étudierons d'abord un enchantement qui comprend 5 variantes, le clonage élémentaliste. C'est objectivement un des sorts élémentaires parmi les plus techniques et difficiles à réaliser.

Ambroise quitte son siège et se lève, glissant vers ce qu'il reste du tableau, passant en revu ses élèves les uns après les autres. Bientôt, il articule la suite:

- Après un premier cours consacré aux clones élémentaires, celui d'aujourd'hui, j'entends que chacun d'entre vous présente sa propre spécialité à la classe. Vous aurez plusieurs mois pour mettre au point une leçon et vous jouerez les professeurs dès le prochain semestre. Au terme de ces présentations, je vous enseignerai certains de mes secrets les mieux gardés. Je propose à présent que chacun énonce son identité et pose ses questions s'il en a. Ensuite, nous commencerons.

Tout en parlant, le magicien s'est approché de ses auditeurs. Il est désormais à leur hauteur et prêt à échanger les politesses de début d'année.

- Pour ma part, je suis le Professeur Ambroise zu Tugendbach, élémentaliste allemand spécialisé dans la maitrise de l'air et subsidiairement du feu. Je suis capable également d'assujettir l'eau et la terre. J'ai étudié auprès de précepteurs et je dispose d'excellentes références. Vous serez bien formés. Je n'ai aucune question, sinon la curiosité d'apprendre à vous connaitre tous. Commencez je vous prie...

déclare le garçon aux cheveux de neige, en désignant Ilian d'un élégant geste de la main gauche.


Dernière édition par Ambroise Tugendbach le Mer 14 Mar 2012 - 18:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ilian Adelsohn
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Deutsche
Magie pratiquée: Elémentaliste
Âge: 23 ans

Nombre de messages : 61
Date d'inscription : 15/08/2011

MessageSujet: Re: Cours no I: Des clones élémentaires   Mer 14 Mar 2012 - 10:41
Inconsciemment, le Professeur Tugendbach reproduisait les schémas qu'il avait déjà servis à Ilian du temps de sa formation, lui qui jusqu'alors avait été son seul apprenti. Cela arracha un sourire au lieutenant, dont les pensées trainaient désormais quelque part entre ses souvenirs de 2013 et d'aujourd'hui. Après une petite introduction ma foi bien alléchante, le Maître élémentaliste s'était présenté et avait fini par exiger la même chose de ses ouailles. Ilian fut désigné le premier pour ce petit exercice oratoire.

- Ilian Adelsohn, 23 ans, Allemand. J'occupe le grade de lieutenant à l'état major de Lomilendë. Ma formation en élémentalisme à proprement dite a commencé à l'âge de 10 ans, déjà auprès du professeur Tugendbach. Jusqu'à récemment, je travaillais avec le vent comme élément primaire, mais plus le temps passe, plus le feu s'affirme, si bien qu'il a récemment pris le dessus. Je suis donc depuis quelques mois un élémentaliste de feu.

Le garçon jeta un rapide coup d'oeil à ses compères. Manifestement, il était le seul de cet acabit, le châtain ne décela aucune autre "flamme" humaine dans les rangs des étudiants, bien qu'un doute subsistait concernant une des trois recrue à la chevelure rousse. Pour le reste, une demoiselle à la coupe de cheveux douteuse et provocante - on ne remarquait qu'elle - semblait très bien s'en tirer avec l'air, du moins, c'est ce qu'affirmait l'intuition du jeune officier.

Après s'être exprimé sur un ton autoritaire, comme il en avait l'habitude à raison de son grade, Adelsohn boucla son petit discours avec les questions.


- C'est quoi ces bacs devant le tableau?

Ambroise remercia d'un signe de tête Ilian pour son intervention, il prit note de la question mais décida manifestement d'y répondre plus tard, puisqu'il désigna ensuite une jeune femme portant également des insignes de lieutenant pour poursuivre. Ilian n'était pas certain de son identité, bien qu'il ait eu, depuis qu'il l'avait croisé tout à l'heure, une idée à son sujet... peut-être était-ce la lieutenant de Santa Cruz, dont les méthodes étaient à présent célèbres dans toute l'OMDS. A travers ces froids exploits et son attitude vis-à-vis de la seule hiérarchie qu'elle semblait clairement reconnaitre - Erzèbeth Nàsdy -, elle n'avait suscité chez le châtain que de la considération pour sa maitrise de la magie associée à un profond mépris. Ilian ne cautionnait en effet en rien les méthodes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sofía de Santa Cruz - old
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Espagnole
Magie pratiquée: Élémentalisme
Âge: 23 ans

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 22/01/2012

MessageSujet: Re: Cours no I: Des clones élémentaires   Mer 14 Mar 2012 - 19:53
Ennui.
Oui, si Sofía devait qualifier d’un terme ce qu’elle ressentait, ce ne serait pas la fatigue, ou le manque d'intérêt, mais bel et bien l’ennui. L’ex-coordinateur s’était voulu intéressant, mais aux yeux de la belle espagnole, il s’apparentait aux publicités, où les personnes vantent les mérites et réussites formidables de leurs produits miraculeux. Cependant, il n’avait pas l’air d’un charlatan. L’élémentaliste le ressentait clairement, et Ambroise le laissait savoir, il était puissant. La belle Lieutenant ne put réprimer un bâillement à la fin du discours de son professeur. Les études n’avaient jamais été son truc, et elle avait accumulé passablement de fatigue ces derniers jours.
Depuis son retour du Kazakhstan, Sofía se sentait assez épuisée. À peine arrivée, elle avait du remplir et compléter des formulaires et dépositions en tout genre. Elle avait reçu diverses lettres, certaines de hauts-dirigeants, qui critiquaient ses méthodes peu respectueuses des civils. Le Lieutenant Santa Cruz approuvait certains points, provoquer des séismes en plein milieu de villes n’était pas forcément très sain pour la populace, mais particulièrement efficace comme effet dissuasif. Personne ne veut mourir écraser ou asphyxier sous des décombres de sa maison. Qu’on soit rebelle ou pas. Sofía était épuisée que peu lui soient reconnaissants. Certes ce n’était pas primordial, mais elle était malgré tout humaine. Pour se changer les idées et éviter de céder sous ses émotions, la belle gitane avait dansé tout son après midi du 06 mars avant de s’endormir, éreintée. Son réveil lui avait rappelé qu’elle s’était inscrite pour ce cours qui pouvait lui apportait beaucoup, et voilà où en était. Assise sur une chaise abîmée, dans une ancienne salle de classe recouverte de glace et froide.
Sofía ne considéra pas même les autres élèves, de simples soldats sans grande forces. La tête penchée, soutenue par sa main, le coude en appui sur un pupitre, jambes croisées, insignes en avant, elle considéra quelques instant un autre Lieutenant présent. Son nom lui échappait, puis ce dernier, à la demande d’Ambroise, se présenta. Il semblait assez fort, mais il parraissait le savoir, et par conséquent, il se surestimait. Son ton autoritaire déplût fortement à l’espagnole, qui soupira silencieusement, ferma les yeux et les rouvrit en regardant la fenêtre détruite sans vitres. Il avait terminé.
La Lieutenant se leva gracilement et nonchalament, réajustant son élégant capuchon en fausse fourrure qui lui tenait inutilement chaud, vu qu’elle ne craignait pas vraiment le froid.
-Je suis la Lieutenant Sofía Tamara de Santa Cruz y Luna, au service del’État major du département Combat. Soy española. Mon élément de prédilection est l’eau et particulièrement sa dérivée, la glace. Je possède également une excellente maîtrise de la terre, avec une préférence pour les secousses sismiques et le sable.
*Et je n'ai pas de questions, vu que de toutes manières tu n'y répondrais pas immédiatement pour conserver ton petit mystère et ta supprématie. Ton seul intérêt est que tu peux m'apprendre des choses, et vu que l'autre là était ton ancien disciple et qu'il ne semble pas trop mauvais, tu dois être compétent en la matière. Ça te fait un bon point. Mais y'a quand même un truc qui me fait bien rire...*
Ses précisions n’apportaient peut-être rien aux autres, mais revêtaient une grande importance pour elle. Après avoir terminé sa brève élocution d’un ton simple et relativement froid, la belle gitane se rassit gracieusement, son épaisse robe virevolta doucement. Sofía croisa les jambes et nettoya la poussière gelée sur son bel escarpin noir à talon. Elle remarqua une élève à la chevelure quelque peu farfelue. Sofía sourit légèrement et passa sa main dans ses beaux cheveux soigneusements lissés et soyeux. Puis elle considéra les bacs; elle aussi se demanda leur fonction. Certainement pour leur prochain exercice, le professeur les remplirait et ils devraient utiliser les éléments qu’ils contiendraient pour faire leurs clones. Cela semblait logique.
En regardant ces bacs, Sofía entendit l'élève à la coupe originale se présenter, Ambroise le lui ayant poliment demander d'un geste courtois suivis d'un léger sourire sympathique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Alice Brooks
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Néo-Zélandaise / Canadienne
Magie pratiquée: Elémentalisme
Âge:

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 29/09/2011

MessageSujet: Re: Cours no I: Des clones élémentaires   Jeu 15 Mar 2012 - 15:39
La jeune néozélandaise rentrait tout juste de son séjour plus ou moins intéressant en provenance de Caracas, lorsqu’elle apprit par hasard qu’un certain cours d’élémentalisme allait être donné. Alice qui s’ennuyait ferme durant ces jours passés dans cette base sans intérêt décida d’y participer sans plus grand enthousiasme. Ce n’est que lorsque celle-ci sût que le grand Ambroise Tugendbach donnerait le cours qu’elle fût un peu plus intéressée. Cela voulait aussi dire que le lieutenant Adelsohn serait présent et se serait peut-être un moyen pour l’approcher, comme le lui avait suggéré son commanditaire d’Amérique du Sud. Car c’est là-bas que l’élémentaliste électrique se vit recevoir une nouvelle opportunité par le biais du chaman vénézuélien Gabriel Miraglia Cortés.

S’il y avait bien une chose à laquelle la jeune femme était habituée, c’était à suivre des cours. Malgré son manque de politesse et son attitude rebelle, Alice ne pouvait se résoudre à ne pas être un minimum disciplinée durant un cours. En effet, son apprentissage tout entier c’était fait sous le joug de la peur, ce qui lui a valu une discipline exemplaire lors des cours donnés. C’est aussi ce qui a fait qu’en dehors de ceux-ci la jeune femme était intenable.

Elle avait pris place 5 minutes à l’avance dans la salle de classe en ruine. Le professeur, quant à lui, fit une entrée très pédagogique en arrivant à l’heure pile et en se présentant lui et son programme à ses élèves. La logique aurait voulu que quelqu’un interroge le professeur sur l’état de la salle, mais Alice savait parfaitement qu’il était inutile de faire une quelconque remarque. Il y avait certainement une raison. Les profs avaient toujours leurs raisons. Le programme, quant à lui, semblait intéressant sur le papier, il faudrait voir qu’est-ce qu’il en serait réellement en pratique.

A tour de rôle, plusieurs élèves prirent la parole afin de se présenter. Les lieutenants semblaient prendre un malin plaisir à exposer leur grade scintillant. Alice n’en avait que faire. Elle savait très bien qu’elle était jugée en permanence par tous ceux qui l’entouraient et cela ne changerait certainement pas. On ne l’appréciait pas de base et elle décida de ne pas y prêter attention. Lorsque ce fit à son tour de se présenter, elle donna des informations concises.

« Je suis Alice Brooks, soldate. Mon élément est principalement le vent et particulièrement les sors liés à la foudre. Je connais quelques notions de l’élément feu. Je n’ai aucune question particulière. »

A quoi bon étaler sa vie comme le faisait les autres ? Alice n’avait pas la prétention de dire qu’elle excellait dans le vent, non. La preuve, si des gens suivaient ce cours, c’est qu’ils leur restaient des choses à apprendre et donc ne pouvait pas prétendre posséder une excellente maîtrise de quoi que ce soit, comme le faisait l’autre gitane. Elle ne voyait non plus pas l’intérêt de dire à quel âge elle avait commencé sa formation magique. A quoi bon ? Lorsqu’on a été enlevée à 6 ans et entraînée comme machine de guerre, on ne recevait pas le même entraînement que lorsqu’un précepteur vous donnait gentiment des cours en vous apprenant d’abords à faire des choses amusantes ou simples. Le niveau de chacun serait très rapidement évalué par le professeur de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ambroise Tugendbach
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Deutsche
Magie pratiquée: Elémentalisme
Âge: 177 ans

Nombre de messages : 74
Age : 28
Date d'inscription : 23/10/2010

MessageSujet: Re: Cours no I: Des clones élémentaires   Jeu 15 Mar 2012 - 22:44
L'heure suit son cours, les exposés se succèdent. Après Ilian, c'est la lieutenant espagnole de Santa Cruz qui s'est présentée, suivie par une demoiselle à l'accent australien, la prénommée Alice Brooks. Aucune question passionnante pour l'heure, rien en lien avec l'état de délabrement de la salle de cours, que l'interrogation un brin simplette d'Ilian à propos des bacs. Il n'y a pas de questions bêtes, il y en a cependant de plus pertinentes que d'autres...

Le maître élémentaliste laisse à présent la parole aux trio de rouquins. Un écossais, un irlandais, et un anglais du Sussex. Ils sont tous encore recrues, mais ont entendu parlé du cours et de celui qui le dispensait. Ils se réjouissent par conséquent de mettre à profit les leçons de Tugendbach pour rejoindre plus vite encore les forces de Lomilendë. Ambroise leur sourit, les remercie. Pas de question sur son apparence de gringalet, la notoriété de l'ex-coordinateur semble en fait le précéder.


- Merveilleux. Avant de répondre au lieutenant Adelsohn, laissez-moi encore vous dire que cette salle et son état de délabrement avancé sont précisément ce que je cherchais pour dispenser mes leçons... J'aime mieux la pratique à la théorie, et vous allez ici expérimenter, au fil des saisons, les différentes propriétés des éléments. Vous en apprendrez ainsi plus sur leur force, leur faiblesse, et vous deviendrez globalement beaucoup plus résistants.

Ambroise recule désormais en direction des bacs. Il arbore une expression sibylline et énonce enfin le but de leur présence.

- Ces 4 bacs sont là pour vous aider dans la pratique du sortilège de clonage que j'ai déjà mentionné tout à l'heure. Ou plutôt, des sortilèges de clonages, puisqu'il en existe plusieurs types. Dès à présent, j'attaque donc le cours en tant que tel.

Instantanément, les quatre éléments se matérialisent autour du garçon aux cheveux de neige. Devant lui un courant d'air tournoie sur lui-même... dans son dos, de la terre virevolte... à sa gauche, c'est de l'eau qui clapote en lévitation... et enfin à sa droite, une flamme. D'un geste, Maître Tugendbach dédouble son brasier et envoie la copie prendre place dans le quatrième bac.

- Les clones d'air, de feu, d'eau et de terre sont tout à fait adéquats pour tromper un adversaire. Ils constituent des leurres et permettent la réalisation d'actions diverses. Chacun des types a des avantages et des inconvénient.

En parlant, l'Allemand fait apparaitre dans un violent flash lumineux un clone de chaque type par informulation, une petite prouesse en soi vue la difficulté de ce type d'enchantement. Ce détail n'échappe en rien aux lieutenants, qui du haut de leur excellentes aptitudes, réalisent davantage que les autres élèves le prodige qu'il y a à générer sans une seule formule 4 clones en état de combattre, un de chaque élément qui plus est. Sans autre, Ambroise enchaine.

- Les clones d'air n'ont pas de consistance physique, ils ne sont qu'une illusion. Avantage, ils se déplacent vite, peuvent être générer en relativement grand nombre si on maitrise l'élément du vent et sont toujours 100% conformes au modèle original, c'est à dire vous!

Pour illustrer ses dires, l'élémentaliste se jette sur son clone sans autre résultat que lui passer au travers.

- Les clones de feu n'ont pas de consistance physique non plus, ils sont pour l'essentiel une illusion. Je dis bien pour l'essentiel. En effet, il est possible qu'un clone de feu interagisse avec son environnement, dans la mesure où le sorcier qui le contrôle a le pouvoir de le faire exploser. Très utile pour un adversaire qui aime le combat au corps à corps. Envoyé lui un clone de feu, il comprendra sa douleur. La puissance de l'explosion est néanmoins incroyablement limitée, sauf aptitude hors norme à la maitrise de ces clones-ci.

Dans une détonation assourdissante, le clone de feu explose, décrochant du mur ce qu'il reste encore du tableau. Le grondement a été retentissant, mais les dégâts n'ont eux rien de colossaux. A peine de quoi blesser grièvement un seul homme, avec un peu de chance, l'opportunité de le tuer.

- Les clones aqueux, contrairement aux clones aériens et aux doubles de feu, ont une consistance physique. Avantage, vous pouvez les envoyer sur l'adversaire, ils savent frapper et faire mal. Mais leur force physique est négligeable par rapport à la vôtre, et il est très simple de les mettre hors-jeu.

Usant de magie universelle, l'Allemand fait voler à lui un ouvre-lettre depuis son bureau, objet qu'il attrape d'un geste brusque, avant de se ruer la pointe en avant vers sa copie. Perçant la chaire, ce n'est pas du sang, mais de l'eau qui se répand sur le sol de la salle de cours. La créature se dissipe alors, pour n'être plus que flaque.

- Enfin, les clones de terre... Ils sont lents et durs à réaliser de manière fidèle à vous-même, mais leur force est titanesque. Jusqu'à deux fois plus fort que vous, ils balancent des coups de poings dont la mémoire ne se défait pas facilement. Ils sont également très résistant, mais souvent, l'eau les effraie et les anéantit.

D'un mouvement rotatif du poignet, le Professeur Tugendbach projette l'eau de son ancien clone aqueux, encore répandue sur le sol, sur sa copie de terre. Aussitôt, le liquide affaiblit le clone, qui dégouline peu à peu pour finalement n'être plus qu'un tas de boue infâme.

- Voilà dans les grandes lignes les forces et faiblesses, les avantages et les inconvénients, de chaque clone invoqué. Important: cette magie là est énergivore. On ne peut pas invoquer des clones à tout va, ils sont des éléments stratégiques à gérer avec précaution dans un duel.

En face d'Ambroise, certains élèves prennent déjà des notes, à toute allure. Le magicien enchaine, sans la moindre volonté d'accorder ne serait ce qu'un instant de répit à ses auditeurs, dont l'attention est mise à contribution de façon très intensive.

- Comment invoquer des clones? La formule est simple. Le mot latin Ego suffit. Braquez votre bras vers le ciel en articulant la formule, visualisez et conceptualisez votre personne, vous générerez un clone de vent. Faite de même en caressant le sol de vos mains, vous invoquerez un être de terre. Tendez votre bras à gauche, c'est un clone aqueux qui se matérialisera alors... à droite, et ce sera un clone de feu.

Il baille. Il pense un instant en avoir finit, puis quelques détails reviennent encore à l'esprit du vieil élémentaliste à l'apparence pourtant si jeune et innocente.

- Il existe encore des types de clones instables, intermédiaires. En tendant le bras à 45 degrés de l'axe horizontale, direction le sol, donc, en gros, dans le prolongement de vos anches, vous pourrez créer des clones de glace par exemple. C'est des spécialités que je ne maitrise personnellement que très peu, mais la Lieutenant de Santa Cruz sera surement ravie de savoir qu'il est possible d'invoquer ce type de créature. En combinant l'eau et la dureté du sol, on génère aisément la glace. C'est déjà néanmoins des subtilités qui n'intéresseront pas tous le monde. Et puis... il y a aussi le clone de quinte-essence, celui-là est d'un tout autre niveau, il est capable d'user de la magie en combat et est fait de chair, tout comme vous. Il est le mélange des 4 éléments et incarne donc la quinte-essence, la combinaison du tout. Nous en parlerons plus tard.

Se dirigeant vers son bureau, Ambroise observe une fois de plus ses étudiants, aux attitudes très diverses. Les rouquins notent la totalité de son discours, Adelsohn écoute attentivement, les yeux posés sur Ambroise, et entre ces deux extrêmes, on trouve Sofia et Alice. Posant délicatement sur son bureau l'ouvre-lettre qu'il a toujours en main, Ambroise, un instant plus tard, s'assied. Il déclare alors, en guise de conclusion.

- Un bac rempli d'eau, un bac avec de l'argile, un bac contenant du feu, un bac et de l'air... Vous pouvez à votre guise puiser dans ces bacs pour tenter de créer des clones. Car à présent, nous passons à la pratique. Et je vais vous noter. Tous sans exception. On commence par vous, Lieutenant de Santa Cruz. Je vous prie de vous avancer, et de mettre en pratique le contenu de mon cours. Faites de votre mieux. Un clone à la fois. Certains éléments vous causeront surement des difficultés insurmontables, il est donc possible que vous n'arriviez pas à matérialiser certains clones, c'est normal. Je ne demande pas la perfection. Impressionnez-moi simplement à votre manière, n'ayez pas peur, laisser libre court à votre imagination et à votre magie.

Les jambes croisées, fixant la "scène", un petit carnet et une plume entre ses mains, Ambroise se réjouit de voir défiler ses élèves dans le cadre de leur toute première prestation devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sofía de Santa Cruz - old
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Espagnole
Magie pratiquée: Élémentalisme
Âge: 23 ans

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 22/01/2012

MessageSujet: Re: Cours no I: Des clones élémentaires   Lun 19 Mar 2012 - 20:32
Sofía eut un léger haussement de sourcils en entendant son nom. Le mouvement était léger mais la surprise fut parfaitement visible sur son visage durant un court instant. Son expression redevint aussi vite neutre, mais cela n’échappa pas à certains. Elle referma délicatement son carnet de notes qu’elle laissa sur le pupitre devant elle. Elle remit ses cheveux tombés devant son visage en arrière gracieusement et s’avança calmement devant la classe. Parler devant une foule ne l’inquiétait pas. Se ridiculiser, si.
*Pourquoi il me fait commencer ? J’aurais trouvé logique qu’il commence par son ex-apprenti. Ou un jeune soldat parmi ces recrues. On ne m’avait pas menti, il est fantasque. Quitte à passer en première, autant le faire bien…sachant que d’autres vont vouloir briller pour se démarquer. Par quoi je commence ?*
La jeune et belle élémentaliste inspira calmement, fermant les yeux et se détendit très rapidement. Et elle commença. D’un léger et gracieux mouvement, elle leva son bras gauche vers le ciel, accompagné du léger tintement de ses bracelets en or. Une danseuse orientale n’aurait pas levé en tournoyant sa main plus somptueusement. D’une voix claire et simple, ton parfaitement neutre, la belle espagnole prononça le mot « ego ». Un léger souffle se fit sentir dans toute la classe, qui se sembla se matérialiser un instant en une sorte d’ombre tournoyante. Une silhouette à peine humaine se discerna quelques secondes et le souffle s’évapora. Une légère brise glacée retraversa la salle.
Sans une seule expression faciale, la jeune Lieutenant baissa son bras gauche et leva son bras droit. Un œil avisé comprendrait que ce semblant de danse faisait partie d’elle-même. Ses mouvements gracieux l’aidaient clairement à se concentrer. D’un regard paisible, sans même voire ceux qui étaient devant elles (les quelques jeunes recrues masculines regardaient attentivement ses gestes). Sofía, tout en avançant imperceptiblement le pied gauche tel un pas de dance, bras droit tendu et main gauche accrochée à sa longue jupe de flamenco en fourrure, elle incanta une nouvelle fois « ego ».
Le bac flamboya de plus belle, grandissant de plus en plus vite et on put soudain distinguer une forme humaine, puis deux jambes fines, un torse, deux bras, un faciès lisse et un semblant de chevelure de feu. Sofía avança d’un pas, la créature enflammée sortit de son bac, avança en quelques pas de flamenco à hauteur de son maître. Même taille, même corpulence et sa chaleur fit fondre la glace à son alentour. Tournoyant sur lui-même, le clone salua d’une belle révérence Maître Turgendbach avant de se dissiper. Une recrue se retint d’applaudir. Les autres la regardaient d’un regard désormais plus intéressé et attentif. Un bruissement de plume se fit entendre.
Sans osciller, toujours avec la même grâce et en un seul mouvement, l’espagnole ramena son bras droit au niveau de ses hanches et tint sa robe depuis le bas, le bras gauche suivit le balancement du corps de l’élémentaliste qui se baissait, jambes tendues, pour effleurer le sol gelé et poussiéreux. Tout en le faisant, elle releva la tête et en un murmure, parfaitement audible, répéta l’incantation.
-Ego.
Des débris, de la poussière environnante et de l’argile s’assemblèrent en un seul bloc. Rapidement, tout en même temps que Sofía se relevait, un clone parfaitement fidèle à elle-même se formait. D’abord l’on distingua des pieds, nus, une sorte de bracelet d’argile entourait la cheville gauche, puis une jupe recouvrit les jambes qui se formaient, enfin le torse se forma, de longs bras fins et un visage. Bien que l’on distinguât encore les fissures dues à l’assemblage des rocs, les traits du visage de Sofía étaient parfaitement reconnaissables. Le clone de terre ainsi formé fit quelques pas de danses, sa robe madrilène de poussière virevoltant tandis qu’il s’avançait vers un gros débris de mur ou de plafond bien trop lourd pour un être humain. Tout en prenant soudainement la même apparence que Sofía, c’est-à-dire se retrouvant soudain habillé de bottines d’argiles et d’un épais manteau de poussières et débris, le clone Sofía leva aisément le débris, le montra à la classe, le redéposa au sol, s’avança vers le bac et se brisa et se démantela. L’argile tomba dans le bac, la poussière autour et les débris roulèrent un peu autour.
Sofía ouvrit les yeux, inspira profondément, et ne put s’empêcher de sourire à un jeune rouquin qui lui murmura bravo d’un air admiratif, tandis qu’un autre hésitait à lever son pouce en signe d’approbation. D’un geste ensuite très rapide, fermant et rouvrant presqu’instantanément les yeux, sans un murmure, Sofía fit s’apparaître un clone aqueux en braquant son bras gauche d’un mouvement à la fois sec mais ondulé. Sans une autre parole, mais avec une forte concentration bien visible, un simple sourire de satisfaction, de la glace fondit pour former deux autres clones. Ils étaient liquides, certainement très froids, et parfaitement ressemblant. Les trois clones s’avancèrent, se tinrent par la main, puis l’un sauta sur les « épaules » des deux autres, sembla ensuite se liquéfier pour se reformer aux côté du clone de gauche. Prouver leur réussite n’était pas nécessaire.
Quelques recrues applaudirent par respect, mais Ambroise savait qu’elle n’avait pas terminé. Sofía ne l’aurait certes pas pensé, mais l’exercice était fatiguant car encore inexercé et inconnu. Tout comme l’avait expliqué Ambroise, elle tendit son bras à 45º, prononçant « ego » pour la quatrième fois, et aussitôt deux des trois clones se congelèrent. La belle Lieutenant regarda le troisième, puis décida de le laisser se congeler par parties seulement. Les deux clones de glace firent face au clone mi-glacé et mi-liquide. Sofía commença comme une légère dance, avec des mouvements très ronds et ondulés, un léger déhanché, et les clones s’affrontèrent. Ce n’était bien sûr qu’une chorégraphie, tous les mouvements étaient décidés à l’avance par leur créatrice, mais l’effet n’en restait pas moins spectaculaire. Tous virent que le clone aqueux et gelé avait l’avantage de se givrer à l’endroit où arriveraient les coups des clones de glace, tandis que le reste demeurait aqueux pour évacuer le choc et par conséquent se mouvoir bien plus rapidement. Les poings de la Sofía aqueuse se durcissaient juste avant un choc, les bras aqueux avaient l’effet d’un fouet. Après quelques instants, les clones s’immobilisèrent, et retombèrent en fine poussière de frimas sur le sol. Ambroise prit la parole, d’une voix simple et pédagogue, remerciant la Lieutenant Santa Cruz de sa prestation et intima à l’un des rouquins apparemment subjugué par la beauté et l’aisance de sa supérieure, et également perdu dans ses formes, de s’avancer pour être testé. Sofía allait céder sa place, quand elle s’interrompit.
-Un instant… ego !
Sofía, pensive, tendit le bras gauche à 45º et le bras droit vint effleurer le sol. Ses yeux noisette brillaient d’un bleu intense. Soudain, les débris et l’argile vinrent rejoindre la poussière de glace, créant rapidement un golem de terre et de glace, parfaitement fidèle à son auteure. Sofía se concentra encore un instant et la glace fondit, la terre flottant à divers endroits, et l’eau liquide formant le reste du corps. Puis Sofía, bras gauche, pointa son bras tendu vers sa copie, ses lèvres se mouvaient sans un son et l’eau se sublima en vapeur. Le clone était désormais composé par endroits épars d’argile, pierre et poussière, liés avec une vapeur d’eau. On aurait dit une statue enveloppée d’un nuage. Les yeux de Sofía cessèrent de briller, la vapeur s’évanouit en un bruit caractéristique et les pierres tombèrent sur le sol.
La belle élémentaliste partit s’asseoir sur son siège et marqua ses impressions dans son carnet. Elle envisageait déjà les possibilités qu’elle aurait pour eux et les différences que les différents stades que l’eau permettait, combiné entre eux ou avec la terre.
D’un regard moyennement attentif, Sofía regarda le rouquin passer. Il s’en sortit mieux qu’elle sur l’air, eut le même stade pour le feu, mais peina bien plus sur le reste. Il s’accommoda des quatre éléments, tout en combinant, avec beaucoup d’effort, feu et terre. Ambroise proposa à un autre rouquin de passer. L’espagnole prenait en considération leurs erreurs mais demeurait attentive en ce qui concernait l’air. Le second rouquin eut la même réussite que son compagnon, et tenta de combiner un golem de sable, ce qui ne réussit pas entièrement. Mais Sofía conserva l’idée, sachant qu’elle le réussirait sans difficultés.
Puis Ambroise regarda la salle, et d’un regard presque complice, proposa à Illian de s’avancer à son tour. La belle gitane, qui buvait un jus de fruit qu’elle avait magiquement empêché de geler dans cette froide salle, accorda son attention à ce qui allait suivre. Les biscuits attendraient. Elle vit un élève frissonner. Le froid, grâce à son pouvoir, n’avait que peu d’influence sur elle. De bonne humeur, elle dissipa magiquement, sans qu’on ne l’entende mais Ambroise fut le seul à s’en apercevoir bien qu’il ne réagit pas, le froid environnant autour des élèves présents. Il ne faisait pas chaud, mais le froid se dissipait comme poussé par une bulle invisible qui entourait les spectateurs. Aucun ne s’en rendit compte, mais s’en accommodèrent très vite.
Illian s’était préparé et allait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ilian Adelsohn
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Deutsche
Magie pratiquée: Elémentaliste
Âge: 23 ans

Nombre de messages : 61
Date d'inscription : 15/08/2011

MessageSujet: Re: Cours no I: Des clones élémentaires   Lun 19 Mar 2012 - 23:45
Comme à l'accoutumée, Ilian n'avait pas relever par écrit la moindre des paroles d'Ambroise, se contentant de focaliser l'entier de son attention sur le Professeur, s'efforçant d'intégrer aussitôt l'entier de la leçon. C'est ainsi que procédait le jeune officier en matière d'élémentalisme; l'absence d'investissement dans l'étude de cette magie ne lui avait jamais porté préjudice jusqu'alors, en fait c'était même précisément l'inverse. Inné, l'apprentissage de cet art semblait aller de soi. C'était en lui. Ilian écoutait, regardait, et ensuite, assez facilement la plupart du temps, reproduisait ce qu'il n'avait pourtant perçu qu'une fois. Lorsque son tour vint après les deux rouquins, le châtain se leva sans cérémonie, rejoignant les devants de la scène dans un calme déconcertant. Tout en effectuant son petit déplacement, l'esprit du lieutenant s'amusait à revenir sur les prestations antérieures. La meilleure avait à n'en pas douter été celle de sa concurrente directe, l'officier de Santa Cruz. Cette fille en jetait à sa manière, et force était de constater qu'elle était incroyablement douée. En phase avec son élément, froide, percutante. Elle ressemblait à Nàsdy sous bien des aspects, quand bien même un détail démarquait les deux femmes, sans doute à jamais.

Le châtain, s'il entendait rivaliser, devrait faire preuve de concentration.


- Ego

souffla Ilian en s'accroupissant d'un mouvement fluide, les bras braqués en direction du sol. Une onde de magie se propagea aussitôt en direction du bac de terre, dans lequel la poussière commençait désormais à s'agréger, prenant peu à peu forme humaine. Pendant près d'une minute, la silhouette se dessina, avec de plus en plus de netteté, et au final, un double parfait d'Ilian fit son apparition. La créature enjamba le bac en direction du garçon, mais à ce moment précis, se décomposa, éclatant en milliers de morceaux. Raté. Ce fichu élément terrestre, celui qui souvent, donnait le plus de mal à l'Allemand.

Passant sur ce demi-échec, l'élémentaliste enchaina avec l'eau. Il modela rapidement un clone conforme et tangible, qu'il envoya furieusement contre un mur. Le clone percuta la paroi et quelques instants après, se liquéfia, éclaboussant au passage une des rangées de bancs. Manque de bol, celle où se trouvait Alice Brooks. La demoiselle, laconique tout à l'heure fut aspergée et son humeur sembla encore en prendre un coup. Mais ce n'était que de l'eau...

Le lieutenant Adelsohn réalisa ensuite selon les règles de l'art un clone de feu, qu'il fit sauter à l'angle droit de la classe. La détonation fut purement fracassante, et bien que le châtain n'y ait pas mis - et de loin - toute sa volonté et une part considérable de son énergie, les dégâts générés dépassèrent ceux qu'Ambroise avaient lui-même occasionné tout à l'heure.

Une odeur de souffre se répandit également aussitôt dans la salle de classe. C'est dans ces situations-là qu'on appréciait le fait de se trouver dans un lieu certes où la température n'était pas des plus élevée, mais où l'air circulait, au moins...


- Ego

Répéta Ilian, cette fois le bras droit tendu vers le plafond, au point que ces doigts mêmes allaient chatouiller le ciel. 5 clones venteux apparurent alors aux côtés d'Ilian, dans un courant d'air vif. Ils étaient parfaits. Des copies soignées de l'Allemand, que ce dernier envoya sur ces camarades. Les clones passèrent à travers les rangées et les élèves, puis se ruèrent sur le Professeur lui-même, se désagrégeant à sa hauteur en un courant d'air tournoyant, qui fit frissonner Tugendbach et l'ensemble des occupants de la pièce.

Une fois sa prestation accomplie, moyennement satisfait de lui, l'officier regagna sa place. Il avait à présent l'esprit tiraillé par un doute. Quelque chose n'allait pas. Il le sentait. Sans cela, Ilian était persuadé qu'il eut fait mieux.

Silencieux et inexpressif, Ambroise somma Alice de faire à son tour la démonstration de ses aptitudes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Alice Brooks
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Néo-Zélandaise / Canadienne
Magie pratiquée: Elémentalisme
Âge:

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 29/09/2011

MessageSujet: Re: Cours no I: Des clones élémentaires   Jeu 29 Mar 2012 - 14:29
Les jambes croisées, le dos avancé en direction de son bureau la tête appuyée sur sa main, Alice observait de A à Z la prestation de la première élève. Gracieuse et concentrée, la lieutenant démontra un petit numéro intéressant. Bien que le côté dansant / séducteur déplaisait à la soldate qui n’y voyait aucun intérêt, l’exécution du sort en lui-même était assez impressionnant. La femme valait son statut et la réputation qui semblait la précéder, bien qu’elle n’en fût qu’à ses débuts. Les prestations suivantes des rouquins n’intéressaient guère l’élémentaliste de vent qui n’observa qu’à moitié ses tentatives désespérées. Par la suite, elle observa le jeune lieutenant Illian dont elle pensait pouvoir apprendre quelque chose. Finalement, ce ne fut que de la déception et un gros flot d’eau glacée qui atterrit malencontreusement sur elle. Enervée par cet incident impromptu, Alice murmura un sort rapide qui la sécha immédiatement. Puis rejoignit le devant de la classe afin de faire sa démonstration.

Elle avait de la chance. Comme elle passait dans les dernières, elle avait eu le temps d’apprendre des erreurs des autres et d’observer les prestations afin de garantir un maximum de réussite, mais elle serait peut-être jugée plus durement. Contrairement à Sofia qui avait commencé par l’élément qu’elle ne semblait pas maîtriser, Alice Brooks décida de faire l’inverse afin de tenter l’effet de primauté. Le vent était son élément, la jeune femme avait donc le plus de chance de maîtriser le sort avec ce dernier. Elle se concentra quelques secondes afin de visualiser l’apparition de son clone. Elle souffla un petit « EGO », la main tendu vers le ciel et les doigts écartés. Un vent léger se concentra dans la zone du bac. Celui-ci se décupla et forma une mini tornade de la taille de la néo-zélandaise. Celle-ci ne bougea pas et ses yeux étaient toujours tournés vers le ciel. La tornade se forma gentiment et un être formé de deux bras, deux jambes, un corps tout entier se forma afin de ressembler 100% à la jeune femme. Alice relâcha son bras afin de le diriger vers son clone qui déjà se déplaçait à grande vitesse dans l’ensemble de la classe et traversait les différents élèves. Il finit par disparaître dans un souffle sous l’ordre de sa maîtresse.

Elle s’attaqua ensuite à l’élément qu’elle maîtrisait déjà bien, mais pas entièrement : le feu. Son bras se leva lentement vers la droite alors que déjà la jeune femme se concentrait sur l’élément. En visualisant une flamme intérieure qui l’aidait dans la maîtrise de cette deuxième substance, elle prononça délicatement le sort « EGO » afin de faire apparaître son clone. Une petite étincelle s’envola du bac prévu à cet effet et grossit gentiment à l’aide des autres flammèches déjà présentes. La copie conforme d’Alice se matérialisa moins vite que celui d’air, mais tout de même assez rapidement. Le jeune femme envoya valser son invocation dans une petite explosion capable d’infliger quelques dégâts, tout de même capable de blesser un opposant.

La néo-zélandaise s’attaqua par la suite au clone de terre. Elle n’avait jamais pratiqué de magie autre que ses deux éléments de base et donc ne pouvait imaginer le résultat de ce qu’elle allait produire. La terre semblait plus aisée que l’eau à pratiquer pour elle. La jeune femme ferma les yeux quelques instants pour visualiser l’élément terre. Après deux minutes de concentration, la jeune femme apposa sa main sur le sol afin de faire naître une copie d’elle-même. Un moment s’écoula avant que les premières germes de son clone apparaissent. Il fallut un autre bon moment à l’élémentaliste venteuse pour réussir a finalement faire apparaître un clone de terre. Elle l’envoya soulever un bureau afin de prouver sa force titanesque dans un ultime effort, mais celui-ci se brisa une fois l’objet soulevé le laissant retomber lourdement sur le sol. Alice ne pouvait le contrôler plus longtemps. Mais pour un premier essai, elle ne se trouvait pas trop mal.

Le quatrième élément allait lui donner du fil à retordre. La soldate visualisa à nouveau l’élément sans grande conviction. Elle tendit son bras vigoureusement, cette fois, vers la gauche en formulant un « EGO ». L’eau bougea dans le bac gentiment. Elle se forma, mais ne prit que la consistance raté d’un clone. Plus monstre qu’humain, la silhouette difforme se déplaça en direction des rouquins quelques peu apeurés juste avant de retomber sur le sol en une grande flaque. Ceci était bel et bien un échec.

Ne voulant pas terminer sur une mauvaise impression, Alice tenta un dernier clone dérivé. Le professeur n’en avait pas parlé mais l’élémentaliste devina la position à adopter. Entre le vent et le feu, la jeune femme arriverait sûrement à générer un clone de foudre. Elle demanda une dernière tentative et commença. Le bras droit tendu à 45 degré en direction du ciel, le regard qui fixait l’entièreté de la classe et le mot « EGO » prononcé, la néo-zélandaise engendra un clone de foudre dans un seul claquement électrique. Il était, étrangement, le plus facile à former pour Alice qui affectionnait particulièrement cet élément. Celui-ci combinait la vitesse de l’air et l’explosion du feu. Il se déplaça rapidement dans les airs et provoqua une petite explosion électrique.

La jeune femme reprit sa place, clôturant ainsi l’exercice sur les clones des 4 éléments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ambroise Tugendbach
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Deutsche
Magie pratiquée: Elémentalisme
Âge: 177 ans

Nombre de messages : 74
Age : 28
Date d'inscription : 23/10/2010

MessageSujet: Re: Cours no I: Des clones élémentaires   Ven 30 Mar 2012 - 14:54
A présent qu'Alice vient de conclure sa prestation par la création d'un impressionnant clone hybride, constitué de feu et d'air, un clone de foudre, il ne reste plus qu'au dernier rouquin à prendre son tour pour faire la démonstration de ses talents. Celui-ci se lève aussitôt et s'engage vers la petite scène qu'Ambroise fixe sans discontinuer, alors que sa main achève de griffonner le résultat de l'évaluation d'Alice Brooks dans le carnet.

Jusqu'à maintenant, les prestations sont franchement bonnes. En particulier celles des lieutenants, dont le grade n'est pas un hasard. Niveau adéquat, mais manque cruel d'originalité. Tugendbach semble s'ennuyer ferme et voyant l'heure avancer - midi approche -, il s'apprête à accélérer le cours des évènements. Alors que le dernier rouquin arrive devant, le Hexenmeister de 17 ans d'apparence quitte son siège et se dresse face à la salle.

Son geste captive instantanément l'attention de toute la classe, qui s'attendait sans doute à voir les évènements se poursuivre selon le schéma entamé depuis tout à l'heure. Grave erreur. Ambroise est fantasque.

Un silence nerveux et pesant empoisonne peu à peu l'atmosphère, le rouquin ne sait trop s'il doit se lancer ou non dans l'exercice ordonné par le professeur. Le lieutenant Adelsohn fixe pour sa part Ambroise d'une manière étrange, ses prunelles luisent d'un intérêt anormal. Peut-être a-t-il déjà tout compris, lui.

Puis tout se précipite. Une détonation assourdissante résonne dans la salle de classe et Ambroise, d'un geste, déclenche un afflux d'air aspirateur au niveau de la plus grande brèche, à l'angle droit de la pièce. Manque de veine, le rouquin à l'épreuve en est si proche qu'il n'a pas l'ombre d'une chance. Dans un bruit de succion, il est instantanément aspiré, disparaissant dans un cri qui glace naturellement tout l'auditoire. Quelle folie s'est emparée du maître élémentaliste?


- A partir de maintenant, vos vies sont en jeu, le roux qui vient de s'écraser dans la forêt en contrebas en attesterait volontiers. Prouvez-moi qu'ensemble, vous avez le niveau pour suivre ce cours, et qu'un sorcier d'élite peut être défait par la combinaison de vos talents. Vous... ou moi.

Manifestement, il était devenu cinglé. Et un sorcier de sa trempe, fou, avait moyen de causer du grabuge. Dubitatif, l'auditoire semblait seulement peu à peu réaliser ce qui était en train de se passer. Subitement, une peur était née dans le coeur de chacun. Des vies allaient se jouer, là, maintenant. Du moins à en croire le prof aux cheveux neigeux.

De l'effroi se manifesta sur plusieurs visages et d'un coup, Ilian quitta son séant pour foncer en direction de la sortie tout au fond. Sans doute connaissait-il mieux que personne la redoutable puissance de celui qui les défiait tous en même temps; peut-être espérait-il encore sauver ce qu'il restait du rouquin, sous le couvert du manteau d'épines des sapins, au fin fond du parc.

Sans prononcer la moindre formule, une boule de feu fonça vers l'officier qui parvint à la dévier, mais droit après, c'est un maléfice venteux de plaquage à terre qui terrassa le garçon sur le sol, le maintenant fermement immobilisé. Hurlant quelque chose à l'adresse de ses collègues, les vociférations d'Ilian demeurèrent couvertes par le tumulte de l'air qui le maintenait hors jeu.


- Bien essayé, mais tu n'iras pas plus loin, Adelsohn.

Le premier sort d'aspiration se conjura au terme de cette prise de parole.

Un Ego, articulé avec les gestes appropriés provoqua un flash lumineux intense et une multitude de clones prirent consistance, tous prêts à en découdre. Il y avait une majorité de créature venteuses, en somme de pures illusions, quelques créatures de feux, 3 clones aqueux et un clone de terre. Impossible désormais de localiser le Professeur dans la foule d'entités à son effigie. Sans autre avertissement, l'élémentaliste allemand lança la charge sur ses étudiants. La salle se transforma alors en champ de bataille. Les formules n'allaient pas tarder à fuser de toute part.

Un clone de feu se glissa à la hauteur d'Alice Brooks, avant d'exploser, ravageant la rangée où était assise à l'instant encore la demoiselle.

Deux entités aqueuses se précipitèrent pour leur part simultanément sur la lieutenant de Santa Cruz, alors que déjà le clone de terre venait en renfort, s'apprêtant à en finir avec l'élémentaliste de glace.

Plus loin, Ilian, qui avait vainement tenté de fuir la pièce, demeurait pour l'heure incapable du moindre mouvement. Le dernier clone aqueux allait se charger de son extermination.

Enfin, les deux rouquins étaient encerclés par ce qu'il restait de créatures...

Au milieu du chaos naissant, l'enseignant distribuait ici et là des boules de feu, la mine extrêmement concentrée, signe que toute son attention était requise afin de maintenir le contrôle sur ses invocations et de garder une bonne vision d'ensemble sur les hostilités.

[HRP] Il n'y a plus d'ordre RP. Pour dynamiser le topic, vous pouvez poster dans l'ordre qui vous plait, et moi je me permets également de déposer une réponse chaque fois que je le juge pertinent au vu de l'évolution du multi-duels. Bonne chance Smile [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sofía de Santa Cruz - old
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Espagnole
Magie pratiquée: Élémentalisme
Âge: 23 ans

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 22/01/2012

MessageSujet: Re: Cours no I: Des clones élémentaires   Sam 7 Avr 2012 - 14:55
Sofía suivait le reste du cours d’un demi-oeil. Quelque peu somnolente, elle n’était pas vraiment attentive à ce qui se passait. Depuis le clone d’électricité qui était surprenant, le reste l’ennuyait et elle avait encore pas mal de fatigue accumulée. Rester assise après autant d’action au Kazakhstan lui permettait de se reposer mentalement et physiquement. Puis lorsqu’enfin le dernier élève allait se produire sur scène, la Lieutenant fut déstabilisée. Son regard était perdu à travers une fissure du mur qui donnait sur l’extérieur, entre deux fenêtres. Sans comprendre ce qu’il s’était passé, soudain tout le monde s’était agité, il y avait eu un souffle et des cris. Par réflexe la Lieutenant souleva une fine couche de poussière en bouclier protecteur autour d’elle pour avoir le temps d’évaluer la situation.
*María, Santa Madre del Señor ¿Qué está pasando? Pourquoi il vient d’envoyer une boule de feu sur Illian? C’est quoi ce délire? Ça fait parti du cours ou pas? ¡Joder! Impossible de savoir avec ce type. Nos vies en danger? Uf ¡esto no! Hors de question! Je ne peux surement pas te battre, mais je peux te résister!*
D’un cri strident, et d’un œil confident et sérieux, la belle élémentaliste claqua des mains et les leva au ciel en faisant un demi-tour, clamant : Meis! Et aussitôt les deux clones aqueux s’immobilisèrent, semblèrent se désagréger et toute l’eau les formant vint immédiatement en protection autour de la l’espagnole, qui figea l’eau en glace et ayant créé un bouclier efficace qui la protégea des violents coups du clone terreux qui s’était lancé sur elle. Impliciti! Des firmaments très fins d’eau se rejoignirent pour former de grosses lianes qui étreignirent de toutes parts le clone de terre, le serrant violemment et l’immobilisant.
-Ego!
Deux clones de terre vinrent se former pour protéger les rouquins, déboussolés, qui lançaient quelques formules, apeurés et sans grand résultats. Un clone de feu vint s’exploser sur l’un des clones de Sofía, et ce dernier s’évanouit en fumée. Calme, sereine, Santa Cruz jugea l’endroit et d’un geste très précis elle fit s’écrouler le sol où étaient les rouquins qui tombèrent deux étages inférieurs. Plus de poids mort, et ils auraient le temps de se préparer contre les clones qui sautèrent pour aller les combattre. Mais ils seraient hors de vue d’Ambroise au moins un moment, et Sofía eut l’aisance de faire tomber deux gros bloc du plafond devant elle afin d’écraser le clone immobilisé et se créant une nouvelle protection, car les boules de feu répétées contre son bouclier aqueux commençait à le faire fondre dangereusement, et la vapeur d’eau n’est pas forcément efficace. D’autant plus qu’une partie de l’eau semblait lui résister, tentant pas moments de reformer un clone à l’effigie du Hexenmeister.
Le sol se fissurait à la suite des chocs. Un clone de feu auparavant destiné aux rouquins vint exploser une fois de plus sur la protection de l’espagnole, qui en fut secouée, et qui évapora un bras de glace formé dans la bulle de glace et qui allait tenter de frapper son occupante. Tremula ! Et tout le plafond vibra avant de s’écrouler autour d’elle, qui en profita pour récupérer des débris qu’elle faisait tournoyer autour d’elle. Elle valait son niveau, enchaînant rapidement les incantations presqu’en murmures. Mais c’était fatiguant. Elle fit sublimer la couche de glace en vapeur. Un gros bloc vint écraser le bureau où se tenait précédemment Ambroise. Sofía ne le voyait plus. Elle ne voyait plus personne en fait, mais entendait des bruits de combats. Il y avait encore quelqu’un lui semblait-t-il, donc les sorts dévastateurs à l’aveuglette, ce n’était pas très sûr. Contre un type pareil, autant avoir des alliés.
*Qu’est-ce qui lui a pris à l’autre fou ? C’est vraiment pas pédagogue comme truc. Il cherche à faire quoi ? Je sais que je suis forte, mais il n’était pas Coordinateur pour rien et j’ai bien lu qu’il était puissant à travers de nombreux rapports de combats. Bien, Adelsohn, je ne le vois pas, ce lâche s’est tiré – j’espère pour lui qu’il ne cherchait pas à fuir mais à reculer pour mieux bondir- et les rouquins se débrouillent en bas j’imagine. Ah ! il restait la violette…soit il l’a eue, soit elle se démène de son côté et ça expliquerait les bruits de combats….j’entends une voix féminine… vale !*
-Collapse!
Et tout le plafond et les murs s’écroulèrent, un débris de chaises, pupitres, poussière, glace et blocs s’écroula sur la salle et le sol céda. Gracilement, l’espagnole voleta dans son cocon de terre protecteur pour tomber plus bas, et les débris des 3 étages écroulés l’accompagnèrent. Elle localisa rapidement les rouquins, l’un était à terre, visiblement blessé mais en vie. Tout s’écoula autour d’eux, écrasant les créatures qui étaient à leur poursuite et les emprisonnant sous une tonne de débris, pour leur bien. Il ne fallait juste pas qu’ils soient claustrophobes, sinon tant pis…
La Lieutenant regarda vers le haut, pour voir ce qu’il advenait de la situation et de ses collègues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ilian Adelsohn
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Deutsche
Magie pratiquée: Elémentaliste
Âge: 23 ans

Nombre de messages : 61
Date d'inscription : 15/08/2011

MessageSujet: Re: Cours no I: Des clones élémentaires   Mar 10 Avr 2012 - 22:08
Les évènements s'étaient précipités en un rien de temps. A peine Ilian avait-il compris la terrible mascarade dont ils avaient été victimes que le Hexenmeister l'avait pris pour cible. Une boule de feu rougeoyante avait aussitôt fusé dans sa direction, projectile que le lieutenant dévia sans grande difficulté, l'envoyant s'écraser sur le sol quelques mètres devant lui. Dans un éclair de lumière accompagné d'une détonation, la magie percuta les dalles, suscitant un impact et noircissant les pierres. Décidément, le Professeur ne plaisantait pas. Et il s'était encore amélioré par rapport à l'époque.

*Sacré Ambroise...*

Naturellement, après l'échec de son premier assaut, le maître élémentaliste s'empressa de parer au cas Adelsohn en informulant un puissant maléfice venteux qui envoya l'officier s'écraser à terre. Dans sa chute, Ilian se cassa le nez, mais son cri passa largement inaperçu couvert par les vrombissements de l'air qui le maintenait impétueusement immobile. Il y eut une violente vague de magie puis des clones apparurent partout dans la pièce. Un intense combat s'engagea alors...

Le visage éclaboussé d'hémoglobine, Adelsohn enrageait. Il tentait de toutes ses forces de résister au courant d'air, mais la seule échappatoire envisageable était le recours à la magie. Incantant des contre-sorts en vue de faire cesser le vent, le garçon était tellement concentré qu'il ne remarqua pas l'approche d'un clone aqueux. Mais alors que ce dernier allait se jeter dans l'afflux d'air, coude en avant, prêt à massacrer sa cible, une puissante secousse provoqua l'affaissement du sol. Le sortilège venteux cessa et tous les occupants de la pièce furent précipité à l'étage inférieur. De Santa Cruz avait littéralement détruit la salle.

Reprenant rapidement ses esprits, Ilian se releva dans l'environnement empoussiéré dans lequel il venait d'atterrir. Son regard était à la recherche des autres, qu'il ne parvenait pas à distinguer dans ce nouveau décor.

*Il faut que je lui explique, elle se trompe de cible...*

A cet instant précis, le clone aqueux qui était tout à l'heure sur le point de finir Adelsohn se manifesta à nouveau. Il venait de se redresser et se précipitait vers l'officier d'Etat-Major. Libéré du sort venteux, les traits ensanglanté mais la mine résolue, le jeune élémentaliste allemand incarnait à présent un ennemi autrement plus redoutable que le sorcier maitrisé qu'il était il y a encore quelques instants. D'un mouvement fluide, il esquiva l'assaut puis entreprit d'agripper le bras gauche de l'entité, qu'il tira à lui et envoya valdinguer sur sa droite.

Un sourire aux lèvres, Ilian articula distinctement:


- Fervens igniro...

Tendant sa main droite à la hauteur de ses lèvres, Ilian commença par souffler, simplement, mais à la hauteur de sa main, le souffle se transforma en un puissant brasier qui fusa alors à la vitesse d'une balle de fusil en direction de sa cible. Le clone d'eau fut atteint de plein fouet, il sublima aussitôt devenant vapeur bouillante. L'officier se servit alors de sa maitrise de l'air pour répandre les nuées en suspensions dans la pièce, dissipant ainsi les particules poussiéreuses. Le seul risque était de brûler des alliés non ensevelis...

Très vite, la situation gagna en clareté. Ambroise, Sofia, Ilian. Ils étaient les seuls à ne pas s'être retrouver sous les décombres. Nulle trace des autres. Les clones de l'élémentaliste aux cheveux de neige avaient manifestement tous été détruits, ou bien peut-être se trouvaient-ils encore sous une forme opérationnelle, sous quelques blocs de pierres. Au demeurant, nulle trace de la bicolore et des rouquins.

Ilian défia Ambroise d'un regard. Son nez le faisait souffrir, une rage intense l'habitait. Et puis il y avait aussi Sofia, que la vapeur bouillante n'avait vraisemblablement brûlé que superficiellement, puisqu'elle se tenait encore là, le port noble, prête à poursuivre la bataille.


- Sofia, abandonne ! C'est peine perdu...

L'Allemand comptait transmettre à l'Espagnole l'information cruciale de laquelle dépendait l'issue de la bataille, mais il manqua de temps. Aussitôt, Tugendbach l'avait reprit pour cible, lui, mais aussi sa collègue, qu'il bombardait d'incantations multiples, déversant ses pouvoirs avec précision. Des boules de feu, des sortilèges de découpe venteux, des blocs de terre issus du sol... Tout ces éléments fonçaient vers les lieutenants à un rythme effréné, poussant ceux-ci à faire preuve d'une concentration sans faille pour parer les sorts. Pour ceux qu'ils n'avaient pas le temps ou pas la force de conjurer, il y avait lieu d'invoquer des mécanismes de défenses de magie universelle. Un bouclier invisible autour d'Ilian amoindrissait donc tout ce que le garçon ne parvenait pas à stopper complètement de lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ambroise Tugendbach
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Deutsche
Magie pratiquée: Elémentalisme
Âge: 177 ans

Nombre de messages : 74
Age : 28
Date d'inscription : 23/10/2010

MessageSujet: Re: Cours no I: Des clones élémentaires   Jeu 12 Avr 2012 - 22:25
Ambroise repère aussitôt ses deux plus sérieux adversaires, une fois les nuages de poussière évacués par la vapeur d'eau bouillante. S'étant servi du vent pour éloigner les particules de H2O à l'état gazeux, l'élémentaliste n'a subi aucune brûlure. Pas plus qu'il n'a été blessé par l'effondrement du toit, puis du sol de la salle de classe, usant de ses charmes pour ralentir ses chûtes et dévier les décombres. Non, du côté du Hexenmeister, tout va pour le mieux. Seul l'épuisement semble constituer une source d'affaiblissement potentielle. La mine concentrée, le regard illuminé d'éclats rougeoyants, le mage toise du regard ses adversaires, prêt à en découdre, encore, toujours. Son petit stratagème semble fonctionner du tonnerre. Ilian uniquement a compris la nature de son manège. Raison pour laquelle d'ailleurs le Professeur, dès maintenant, ne le lâcherait plus un seul instant.

Un sourire radieux suspendu à ses lèvres, Ambr' abandonne un rire léger à la vue du sang qui macule le visage d'Ilian. Le prix à payer pour une intelligence trop vive. Parfois, on gagne à dissimuler ses talents face à des êtres dotés de plus de pouvoir que soi-même, à défaut d'avoir en eux une plus grande puissance.

Alors que le châtain ouvre la bouche pour s'adresser à Sofia, le maître élémentaliste réagit au quart de tour. D'un geste brusque, il tend son bras gauche vers la lieutenant et son bras droit vers son ancien élève, assénant des formules. Aussitôt, des gerbes de feu et des bourrasques affutées prennent naissance, fusant vers leurs cibles. Sous l'assaut nourri d'Ambroise, les deux officiers n'ont pas le temps d'échanger, la concentration requise par chacun pour ne pas céder dans cette épreuve est bien trop intense.


- Intensio... ; ventii; intensio; intensio !

Les sorts s'enchainent à un rythme incroyablement soutenu, fusant de toutes part, forçant les deux prodiges à reculer sous l'ampleur des offensives, incapables eux-même de contre-attaquer jusqu'à présent.

Puis d'un coup, Ambroise ferme les yeux et se concentre, freinant un instant la cadence de ses attaques. Croyant voir là une brèche, Ilian articule une incantation élémentaire. Mais c'est peine perdu. D'un pas en avant, le Hexenmeister se jette en direction de Sofia, fondant sur elle, poussé par un violent courant d'air dans son dos, rendant son déplacement fulgurant. Le maléfice d'Ilian s'écrase là où Ambr' se trouvait il y a un instant encore, laissant une profonde marque. Le garçon aux cheveux de neige lui est déjà à la hauteur de l'espagnole. Il en caresse le visage et murmure distinctement l'énoncé d'un de ses enchantements favoris.


- Lufthansa!

L'air à portée de la bouche et du nez de la sorcière se volatilise instantanément, la mettant dans une situation fort inconfortable. Qu'allait donc faire Sofia? Y avait-il qui que se soit pour tâcher d'en finir avec le mage allemand? Etait-ce seulement envisageable?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sofía de Santa Cruz - old
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Espagnole
Magie pratiquée: Élémentalisme
Âge: 23 ans

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 22/01/2012

MessageSujet: Re: Cours no I: Des clones élémentaires   Ven 13 Avr 2012 - 12:21
Sofía restait sur ses gardes, et entendit qu’un homme criait derrière elle. Elle ignorait qui c’était et ce qu’il voulait, concentrée sur son adversaire qui assénait de nombreux sorts. Elle dut se protéger avec quelques sorts de glace et utilisait les blocs de débris comme moyen de parade, mais l’incessante attaque empêchait toute riposte. Ambroise semblait s’en prendre à quelqu’un d’autre, et Sofía parvint à apercevoir qu’il s’agissait de l’autre Lieutenant. Il croulait également sous les attaques nourries du Hexenmeister. Celui-ci fonça soudain en un éclair vers la belle espagnole et lui asséna un sort qui fit disparaître tout air autour de son nez et sa bouche. Sofía connaissait ce sort, elle avait entendu ses aînés en parler. Des rapports sur certains combats comprenant Ambroise commentaient également des indications sur ce sort, que la Lieutenant qualifiait “du sort le plus lâche qu’un tordu puisse trouver” car il n’offrait aucun honneur à un combat à armes égales et infligeait une mort lente et sûre qui bloquait tout assaillant. Sofía détestait ce genre de sorts. Elle aimait les combats avec de grandes offensives. Néanmoins le sort lui était infligé, et il était hors de question de supplier Ambroise de le retirer.
Sofía s’agrippa la gorge, écarquilla les yeux, tituba et tomba à la renverse le dos sur le sol, avant de se retourner face contre terre. La simulation de son évanouissement était parfaite. Tous y avaient cru. C’était une grande actrice. La Lieutenant concentra ses forces et fit apparaître comme un long tuba en fine glace qui allait puiser de l’air dans la pièce en bas et jouant sur de léger courants alternatifs chaud/froid l’élémentaliste, dans un gigantesque effort, parvint à élever de l’air dans ce tube glacé et l’acheminer de force à ses poumons. Elle respira avec difficultés quelques secondes, retint sa respiration (sans grandes difficultés) et parvint en un souffle à relâcher une forte dose magique par son nez et sa bouche de magie universelle, suivis d’un sort de glace très puissant qui gela entièrement son visage, mais dissipa totalement tout le sort. Ambroise l’entendit et elle s’en doutait, alors elle frappa le sol avec son poing, faisant s’écrouler une fois de plus le sol mais fit léviter des pierres pour que celles-ci l’envoient via la porte dans le couloir, jetée tel un boulet de canon via la porte détruite. Dans le couloir, elle fit disparaître la glace de son visage, haleta, récupérant le précieux oxygène. Sa tête tournait et ses yeux l’empêchaient de voir, devenus troubles et plein d’étoiles colorées. Épuisée, elle articula rapidement mais non sans peine:
-Terrae protectio....
Et tous les blocs alentours s’unirent, le sol se fendit pour la recouvrir de terre, formant comme un petit tumulus. Mais c’était un leurre, elle glissait en réalité vers l’étage inférieur. Elle rampa, respirant assez fort et se plaqua contre un mur derrière une armoire miteuse, et récupéra quelques instants, laissant Illian en proie avec le Hexenmeister qui ne pouvait pour l’instant s’occuper d’elle.
*Faudra que je trouve un autre moyen si il recommence, ça me demande trop d’énergie*
Elle repensa aux biscuits qu’elle avait amenés qui devaient être désintégrés désormais. Une main sur le ventre, l’autre se frottant la gorge, les yeux fermés, les cheveux en bataille, la robe quelque peu brûlée et en sueur, Sofía récupéra tranquillement mais efficacement ses forces, en entendant quelques cris et bruits de combats. Il lui fallait un plan, alors elle se mit à réfléchir à toute vitesse.
Elle constata avec tristesse que les pompons de ses bottines n’étaient plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ilian Adelsohn
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Deutsche
Magie pratiquée: Elémentaliste
Âge: 23 ans

Nombre de messages : 61
Date d'inscription : 15/08/2011

MessageSujet: Re: Cours no I: Des clones élémentaires   Ven 13 Avr 2012 - 14:00
L'attaque sur Sofia avait été perfide et bien orchestrée, mais c'était sans compter sur la débrouille de la ravissante hispanique, qui avait très astucieusement contourner les effets négatifs du sortilège en usant de sa spécialité. Quelle meilleure parade imaginer? Opérant un retrait stratégique, la lieutenant s'aménagea un peu de tranquillité, laissant Ilian seul face à face avec le Professeur. Isolé, il ne tiendrait pas longtemps. Et Ilian savait que ses efforts seraient vains... Pourfendre Ambroise, dans la mesure où cela était concevable, ne lui apporterait en rien la victoire. Le jeune prodige le savait, et il avait besoin de la complicité de Sofia pour espérer vaincre, car il fallait être au moins deux... Néanmoins, la demoiselle était hors de portée et communiquer avec elle en plein combat relevait de l'impossible. En ne réalisant pas ce qui lui pendait au nez, Sofia et les autres compères de l'officier s'exposaient à un grave danger. Combien de temps ce petit jeu allait-il encore durer?

Une lueur bleuâtre envoyée par le Hexenmeister heurta la dalle sur laquelle se tenait Adelsohn. Il y eut un bruit de succion et de l'air fut comme aspiré par le point d'impact, le tout dans un sifflement qui annonçait le pire. Et le pire ne tarda pas à se concrétiser. Une gigantesque explosion envoya l'élémentaliste de feu s'écraser lourdement contre la paroi nord. Le lieutenant avait tout fait pour amortir le choc, mais tout était aller si vite et l'attaque s'était révélé d'une telle ampleur que ses efforts pour limiter la casse ne furent pas tout à fait concluant. Ereinté, le visage toujours maculé de sang et la même hargne dans le regard, Ilian savait qu'il n'y avait rien à faire. S'il en avait envie, Ambroise les tuerait tous un à un, dès maintenant. Leur poche de résistance avait été bien éphémère, mais que pouvaient des étudiants face à un mage presque bicentenaire?

Résigné à faire au mieux, Adelsohn entreprit de se relever. Ses mains tremblaient, il allait devoir utiliser sa botte secrète, celle qu'il réservait à... l'autre.

Gracieux, le garçon esquissa les premiers gestes et articula les prémices des formules anciennes qu'il allait mettre en application. Il inspira, évita d'un saut sur le côté un courant d'air tailleur asséné par Ambroise, puis poursuivit ses incantations, murmurant sur un ton grave et à peine audibles les mots magiques.

*Si SoSo était restée le combattre, à deux, on serait surement arrivé à le percer au grand jour. Il aurait été forcé de se dévoiler... Tssss, il n'y a cependant pas lieu maintenant de regretter quoi que ce soit...*

Abandonnant le cours de ses réflexions pour se recentrer uniquement sur l'incroyable sortilège qu'il allait pratiquer, Ilian fut des plus surpris lorsqu'il sentit à nouveau le sol trembler. Sofia passait-elle enfin à l'offensive?

[HRP]1800e message <3 [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sofía de Santa Cruz - old
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Espagnole
Magie pratiquée: Élémentalisme
Âge: 23 ans

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 22/01/2012

MessageSujet: Re: Cours no I: Des clones élémentaires   Ven 13 Avr 2012 - 18:50
Le sol tremblait de plus en plus vite, des fissures apparaissaient de toutes parts, murs, plafonds, sols... Soudain une déflagration. Tout se sépara et durant un dixième de seconde, tout sembla flotter comme en apesanteur et sans que qui que se soit comprenne, des centaines de pieux en terre, brique et rocs foncèrent à toute vitesse sur Ambroise. Ce dernier activa une protection, mais la rapidité et l’afflux constant de plusieurs dizaines de mètre cube de roches effilées lui empêchait toute offensive. Illian vit le sol se dérober sous ses pieds et atterrit deux étages en contrebas, non loin de l’élémentaliste hispanique. Ses yeux brillaient d’une lueur brune intense, ses traits étaient tendus, elle semblait fâchée, irritée. Ses deux bras tendus en avant possédaient une lueur noisette qui environnait ses douces mains. Les rouquins atterrirent à côté d’elle dans un léger fracas. Sofía avait démoli à elle seule une bonne partie de la façade et bien plus de salles avaient désormais une vue sur l’extérieure. Ambroise était actuellement enterré sous des décombres quelques étages un peu plus haut. Sofia fit se consolider l’épaisse roche qui formait un gigantesque cocon de pierre autour d'Ambroise, et une fine couche de givre recouvrit l'ensemble.
-¡Me arabian todos con sus tonterías! Por todo los santos, ¡Illian! Come here!
Sans perdre un instant, la belle Lieutenant enchaîna sur une légère dance, ses yeux varièrent en une lueur bleutée.
[Latin] “Que la glace vienne à moi, neige et gel, alliez vous à moi, et ensembles de votre épais manteau recouvrez moi; que votre protection soit mienne!”
Aussitôt toute l’eau, gelée, glacée, en neige, vint des alentours et forma une épaisse et solide protection autour d’Illian, les rouquins et Sofía. Illian regardait surpris la glace se former autour d’eux quand il sentit deux mains l’agripper par le col, en tournant la tête il vit le regard de braise de son équivalent féminin qui incendiait chacune de ses pupilles.
-Lieutenant Adelsohn, j’exige que vous nous révéliez chacune des informations essentielles que vous détenez sur votre bienaimé ex-professor qui a failli tous nous tuer et y parviendra peut-être si vous ne réagissez pas plus promptement! Vous souhaitez peut-être mourir, moi pas, et cela ne ressemble plus à un vulgaire test! ¿Está loco? Qu’est-ce qui lui prend? Répondez?!
Mais apparement, il était un peu sonné et ailleurs. Sofía lui asséna une claque qui le fit reprendre ses esprits. Une boule de feu s’abattit sur la protection. Un rouquin hurla telle une fillette. Sofía lui lança un regard si noir qu’il lui avait glacé jusqu’à la voix. Elle était très fatiguée, les rouquins inutiles, Alice ne donnait plus signe de vie mais Illian, bien que fatigué, était intelligent.
-Si tu comptes nous aider c’est maintenant, pon tu único talento, pardon, met ta vive intelligence à notre profit en faisant que quelque chose d’utile en découle, je te prie!
Si le ton était sec et poli, le regard de l’espagnole aurait suffi à embraser toute la zone. Illian devait se résoudre à les aider, tous ensembles ils auraient leur chance. Illian allait-il enfin révéler ses informations si importantes?




[HRP] Désolé Alice!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ambroise Tugendbach
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Deutsche
Magie pratiquée: Elémentalisme
Âge: 177 ans

Nombre de messages : 74
Age : 28
Date d'inscription : 23/10/2010

MessageSujet: Re: Cours no I: Des clones élémentaires   Sam 14 Avr 2012 - 22:33
Alors que le lieutenant Adelsohn, en proie à la vindicte de Sofia, se ramassait une gifle sensée lui rendre ses esprits, les traits de l'officier allemand se détendirent, un sourire allant jusqu'à se dessiner aux extrémités de la bouche légèrement entre-ouverte d'Adelsohn. Il ne semblait plus nécessaire que le sorcier n'expliquât quoi que se soit à sa collègue. Elle allait enfin tout comprendre d'elle-même, et réaliser pourquoi Ilian lui avait signifier tout à l'heure qu'elle avait meilleur temps d'abandonner, que c'était peine perdu. Au demeurant, ils étaient tous sauvés. Les yeux rivés sur un accès au couloir, le lieutenant semblait sur le point de rire. Contrairement à la figure en approche.

Ambroise s'avance d'un pas résolu, la mine plutôt grave, détaillant avec une impressionnante systématique la pièce délabrée. Il n'a en rien l'air d'être fatigué, seule la préoccupation rend son visage plus dur que de coutume. Levant les yeux, il repère l'amoncellement de rocs, puis son regard retombe sur son auteur. Sofia. Ainsi s'était-elle laisser abuser par son tour, elle, et tous les autres. L'unique exception semblait être incarnée par l'Adelsohn, dont le comportement, depuis plusieurs minutes déjà, attestait de sa compréhension avancée du stratagème ourdi par le Hexenmeister. A la bonne heure. Quelle intelligence prometteuse. Exactement ce dont le garçon aux cheveux de neige avait besoin pour régler le cas Nàsdy.


- Il va attaquer. Ilian, bloque l'assaut en complétant la barrière de Sofia. Je me charge du reste, c'est l'affaire de quelques secondes...

Au moment précis où le Professeur conclut sa phrase, une déflagration incroyable ébranla le château jusqu'à ses fondements. Le ramassis de terre sous lequel était sensé se trouver l'élémentaliste Tugendbach venait d'exploser, propulsant des débris à une vitesse vertigineuse, dans toutes les directions.

Réagissant avec la promptitude requise à l'invitation d'Ambroise, Ilian fit courir en cercle autour du groupe une ligne de feu, qui s'érigea en dôme, par dessus la glace de l'Espagnole. Les débris qui volèrent des étages supérieurs furent ainsi interceptés totalement par les deux magies complémentaires des lieutenants, qui protégèrent ainsi le groupe, durant les cinq secondes qu'il fallu au Hexenmeister pour mettre un terme à cette folie.

- FINITE INCANTATEM!

Une puissante vague de magie traversa la pièce, et d'un coup, toute la pression retomba. Les boucliers de feu et de glace se désagrégèrent instantanément, les blocs propulsés des étages supérieurs, encore en lévitation, s'écrasèrent sur le sol, toute magie élevée en ce lieu fut brisée et anéantie par l'invocation du Professeur. Ce qui se trouvait au centre de l'amas rocheux et qui avait provoqué l'explosion disparut également sur le champ.

Lentement, la compréhension naissait dans l'esprit de chacune et chacun. Et les derniers doutes furent levés lorsque dans le dos d'Ambroise, le rouquin balancé à travers la brèche toute à l'heure accourut, sain et sauf. Tendant un bras en avant, le mage usa de magie universelle pour faire venir à lui un petit objet tiré du tas de pierre plus haut. Un carnet. Le carnet qui contenait les notes à l'examen de chacun, hormis un ultime résultat qu'Ambr' griffonna dans la hâte. Jetant un rapide coup d'oeil aux prestations, l'élémentaliste commenta.


- Bien que je n'aie rien vu de mes propres yeux, vous êtes apparemment une très bonne volée, je suis fier d'être votre enseignant, bravo! Et s'il vous plait, pardonnez moi l'entrée en matière fracassante de ce cours. Il fallait que je vous teste, et en parallèle, déjà, que je vous enseigne certaines choses... En expérimentant les actes magiques, on s'en imprègne bien plus qu'en écoutant passivement un enseignant s'exprimer sur la matière... un enseignant, ou son clone de quinte-essence.

Le véritable Ambroise Tugendbach arborait une expression radieuse. il n'avait en effet pas mis une seule seconde les pieds dans la salle d'élémentalisme aujourd'hui. En fait, il s'était contenté d'envoyer une copie parfaite, faite de chair et d'os, chargée d'enseigner les bases du clonage à la classe puis de la tester. Néanmoins, le clone s'était manifestement pris au jeu et avait quelque peu dépassé les limites initiales de son engagement. Toujours est-il que le vrai Ambroise, en contre-bas de la salle de cours lorsque le rouquin avait été expulsé, tranquillement en train de prendre l'air dans la forêt de Margolin, avait entrepris de freiner la chute autrement mortelle de la malheureuse victime. Ensuite, il avait briefé le garçon sur la nature de ce qui se passait plus haut, et lui avait fait passer son propre test de clonage sous le couvert des arbres, avant de regagner le château en sa compagnie, pour mettre un terme aux agissements de son clone. Et voilà, à présent, il en avait terminé. D'une voix très embarrassée, le mage élémentaliste marmonna:

- Miss Sofia, vous avez cruellement endommagé le château centenaire de Lomilënde, vos pouvoirs sont dévastateurs, j'espère que la dirigeante de cette base ne vous en voudra pas trop... Cela dit, grâce à vous, nous aurons vraisemblablement pour le prochain semestre une salle de classe propre en ordre, et mon idée initiale de vous mêler à la rigueur des éléments semble en partie compromise.

Le magicien eut un rire sincère, mais il ne s'arrêta pas là, achevant de dispenser son cours en précisant les ultimes détails théoriques en lien avec les récents évènements:

- Les clones de quinte-essence sont redoutables, vous l'avez vu... Ils renferment en eux approximativement 20% de la puissance du sorcier qui les invoque. A ma connaissance, il n'existe aucun élémentaliste qui n'a jamais réussi à invoquer plus de 3 de ces entités sans mourir sur le coup. Cette magie n'est pas encore à votre portée, mais nous aborderons la méthode de création des êtres en question d'ici quelques semestres, lorsque vous aurez le bagage requis... Pour l'heure, je souhaite encore vous communiquer vos devoirs avant que je ne mette un terme définitif à cette leçon. Au cours des 6 prochains mois, soit le semestre dans sa totalité, je souhaite que chacun d'entre vous développe un cours sur sa spécialité, qu'il présentera ensuite à la classe. J'analyserai vos performances en pédagogie et en technique pure, et vous aurez à nouveau une note... Mais cela est de la musique d'avenir, puisque pour diverses raisons, je ne serai pas en mesure d'enseigner plus avant ma matière durant ce semestre. Je pars à l'étranger, avec l'un d'entre vous...

D'un geste théàtrale, le Hexenmeister désigna Ilian. Le sorcier avait trouvé le candidat parfait à qui il tâcherait d'apprendre à pratiquer le sortilège de la flamme d'argent, un enchantemenet que lui-même n'était pas en mesure d'appliquer. Malgré tout, le sorcier dispenserait de précieux conseils à Adelsohn pour lui faciliter la compréhension de cette magie et lui permettre, peut-être, de la dompter. S'ils y parvenaient avant que Nàsdy ne sombre complètement sous la pression du Gel-coeur, peut-être serait-elle sauvée. Mais pour l'heure, un travail monstrueux attendait les deux élémentalistes allemands, et nul doute qu'il leur faudrait des mois pour éventuellement atteindre un résultat.

Sans rien ajouter au sujet de sa mission, Ambroise conclut, enfin:


- Merci à toutes et tous, ce cours s'achève maintenant. Miss Brooks est prisonnière des décombres deux étages plus haut, mais n'est que superficiellement blessée. Merci de la dégager, de passer tous ensembles à l'infirmerie, puis de reprendre vos occupations... La journée continue!

Et prenant Ilian par l'épaule, Maître Tugendbach l'entraina dans son sillage, direction le couloir. Il asséna à son ancien Lehrling qu'ils partaient aussitôt pour une destination tenue secrète. Ils se contenteraient dans la hâte d'aller se procurer le nécessaire à l'infirmerie pour soigner le nez brisé d'Ilian, puis ils mettraient les voiles. Les deux élémentalistes reviendraient à Lomilendë une fois la flamme d'argent assujettie, mais au plus tard lorsque surviendrait la grande bataille qu'Ambroise avait prédit entre Nàsdy et sa meilleure amie, Vanina Tsukiyo, qui tenterait tout pour sauver sa collègue et l'arrêter dans l'oeuvre inhumaine qu'elle s'était donnée pour but de réaliser, à n'importe quel prix.

[Message HRP d'Alice] La suite des événements concernant Alice va être posté sous peu dans le Bureau d'Erzèbeth, merci de ne rien écrire à son sujet entre temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 24
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Cours no I: Des clones élémentaires   Dim 15 Avr 2012 - 17:57
[Ce poste est la suite de Plainte malicieusement diabolique]

A une vitesse surhumaine qui lui était propre, la comtesse gravit les innombrables marches de Lómilendë telle une ombre. Son long manteau noir virevoltant follement derrière elle telle une cape. Très vite, au détour d’un couloir, elle tomba sur les lieutenants Sofía et Ilian accompagnés d’Ambroise. La nordique apparut devant eux telle une chimère. Toute de noir vêtue, le visage dur et aussi blanche que de la craie. Les trois élémentalistes se stoppèrent net. La nécromancienne plongea son regard d’acier dans les prunelles de l’ex coordinateur et lui ordonna

"J’ai à vous parler professeur."

Personne ne bougea. L’arrivée de la comtesse semblait avoir tout figé, tout glacé. Etrangement la vue d’Ambroise provoqua la bête ; intensifiant le combat interne de la finlandaise. D’autre part, le côté purement rationnel du Gel-Cœur condamnait le comportement déraisonnable de l’enseignant qui n’avait toujours pas remis de programme d’enseignement à ses supérieures et qui ne les informait pas de ses méthodes peu conventionnelles. Bien que la nécromancienne n’avait à proprement parlé rien contre les enseignements originaux et pratiques, force était donc de constater que problème il y avait.

Seulement, une complication se profilait à l’horizon. Le mélange feu-glace qui habitait désormais la générale était très instable et bien que cela faisait maintenant plus de 5 mois que la nordique n’avait plus rien ressenti, un sentiment étrange se mit à grandir en elle : la haine. La vue de l’ancien coordinateur éveillait la fureur de la bête et forçait le Gel-cœur à déployer toute sa puissance rendant Erzèbeth instable et dangereuse. La scandinave commençait à s’en rendre compte, aussi décida elle de gérer la situation de manière radicale en calmant la bête : Ambroise n’était rien. A l’extrême limite, un défouloir mais sa mission principale était autre : Eliminer Sliven ; rétablir la paix coute que coute.

La nordique réfléchit très vite. D’un ordre sans appel, sec et froid elle s’adressa aux deux lieutenants.

"Rompez ; je n’ai rien à vous dire."


La réaction d’Ilian et de Sofía influencerait clairement celle d’Erzèbeth. Une quelconque forme d’opposition serait pure folie et pourrait déclencher de terribles conséquences. La scandinave eut un spasme interne, une vague de froid la gela, la bête se tut. La tension redescendit. La conversation serait brève et posée. La comtesse remettrait Ambroise à l’ordre, exigerait des explications et s’envolerait pour la Turquie où elle poursuivrait son assainissement de la Terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sofía de Santa Cruz - old
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Espagnole
Magie pratiquée: Élémentalisme
Âge: 23 ans

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 22/01/2012

MessageSujet: Re: Cours no I: Des clones élémentaires   Dim 15 Avr 2012 - 19:18
Sofía fulminait. Elle s’était faite bernée. Sa vive intelligence lui avait fait défaillance. Un seul point était cependant certain: Ambroise était fou. La rage, la frustration et la honte se mêlaient en elle. La fatigue physique et mentale les empêchait de sortir. Elle ne savait plus quoi penser. L’Ambroise l’exaspérait et n’eut qu’une pensée, celle de partir immédiatement pour ses appartements, avec pour but un bon bain mousseux chaud et parfumé. Elle jeta un regard terriblement noir et emprunt de dédain à Illian. Elle allait quitter les lieux lorsque l’air fut glacial. Ses nerfs étaient à rudes épreuve, la Comtesse venait de surgir de l’ombre en un éclair, arrivée de nulle part sans qu’on ne la vît. Ce qui fit frissonner et sursauter en son fort intérieur l'espagnole, qui n'en montra rien. Un vent froid surgissait déjà de l’immense brèche de la façade qui était sa récente œuvre, et l’arrivée de la Générale acheva de glacer l’ensemble. Elle était devenue effrayante, bien plus que lors de leur dernière visite.
Les rouquins pâlirent et s’enfuirent immédiatement pour l’infirmerie lorsqu’elle indiqua de rompre les rangs. Sofía salua militairement sans lui accorder un regard Ambroise, ignora sciemment Adelhson, salua respectueusement la Comtesse dans les règles.
-À vos ordres. Madame, je souhaiterais au plus vite repartir en mission. Je suis dans mes appartements. Mes respects.
La Lieutenant avait parlé d’un ton simple, quelque peu teinté de la fatigue de sa matinée, et d’une voix neutre et polie. Se doutant que la Comtesse ne lui adresserait certainement pas la parole, elle salua simplement l’assistance et s'avança les escaliers. Ce bain serait plus que bénéfique et un tour aux cuisines ne serait guère superflu. Elle se passa la main gauche sur le visage et soupira. Par chance, ses ponpoms ne fendraient pas l'air en accompagnant sa descente, ce qui d'usuel l'aurait déçue mais au vue de la situation ne la dérangeait pas le moins du monde. Ambroise était resté sybillin, la Comtesse stoïque et Adelsohn semblait s'être attendu à cette situation tendue ce qui ne lui empêchait pas de sourire, lorsque Sofía passa à leurs côtés pour descendre les longs esaliers poussiéreux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 24
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Cours no I: Des clones élémentaires   Lun 16 Avr 2012 - 19:47
Erzèbeth était désormais seule face au professeur, les deux lieutenants avaient quitté les lieux ; obéissant docilement aux ordres. Elle le dévisagea de haut en bas, le sonda. La bête précédemment tue avec violence par le Gel-Cœur remuait par soubresaut Après quelques secondes de silence Erzèbeth énonça d’un ton calme et froid.

"Vous êtes démis de vos fonctions et prié de quitter la base Lómilendë dans les plus brefs délais."

La phrase claqua dans l’air avec force. Le silence s’épaissit, les deux mages se dévisageaient. Avait un t’on atteint le point de non-retour ? A peine la générale avait-elle officiellement renvoyé Ambroise de la base que la bête s’était apaisée comme si elle attendait ça depuis très longtemps. Du soulagement envahi la nordique, le Gel-Cœur vacilla. La finlandaise abandonna son ton apathique et reprit avec une voix posée bien qu’étrangement teintée de hargne.

"Il y a très longtemps que j’aurais dû faire ça Ambroise."

Les prunelles glace de la nécromancienne se mordorèrent doucement, désormais tiraillées entre le vert doré et le bleu électrique tout comme l’âme de la finlandaise l’était entre la bête et le gel-cœur. La vue d’Ambroise se pavanant comme à son habitude avec orgueil et suffisance avait inspiré une telle vague d’exaspération à la générale que malgré ses efforts colossaux, la bête avait repris le dessus. Erzèbeth était à nouveau Erzèbeth. Ses traits s’humanisèrent. La polaire indifférence qui l’habitait perpétuellement depuis des mois disparut de son visage, laissant place à un dégout et de la colère très humains. Le Gel-Cœur suffoquait.

"Tu as une journée pour faire tes affaires et disparaître ; je ne veux plus jamais revoir ta carcasse déambuler dans mon château. Compris ? Et si tu ne m’obéis pas, je me chargerai personnellement de te dérouiller tout comme j’ai dérouillé plus fort que toi par le passé. Les ersatz de Yezekaël comme toi qui croisent mon chemin n’ont aucune chance, bien qu’ils soient toujours persuadés du contraire."

Bien que sèche et vindicative Erzèbeth n’avait pas paru aussi chaleureuse et humaine depuis près d’une demi-année. Les poings tendus, tous les sens en alerte la comtesse était au bord de la rupture, elle en avait même oublié pourquoi elle désirait lui parler. Ambroise suintait le narcissisme. La tension avait atteint son paroxysme. Une forte aura de puissance commença à émaner du désormais plus puissant élémentaliste en vie. Il sentait le danger. En face de lui, Erzèbeth se tenait menaçante et débridée. Toute trace de Gel-cœur avait disparu. Puis tout retomba, et alors que la scandinave avait presque atteint le point de non-retour, qu’un rien aurait déclenché sa fureur et un combat sanguinaire entre elle et le professeur, elle se rappela pourquoi elle s’était infligé un maléfice aussi atroce et inhumain que le « Papillon de Nuit ». Cette foutue guerre n’avait que trop durée.

Les yeux de la comtesse redevinrent bleu glace et ses traits se glacèrent. Sans s’en rendre compte Erzèbeth s’était approchée à quelques centimètres d’Ambroise. Elle recula.

"Bien évidemment tous les moyens nécessaires seront mis à votre disposition et vous serez accueillis avec les honneurs là où vous voudrez bien aller. Je suis certaine que des grandes et prestigieuses bases telles que celles de Berlin, Londres ou Miami seraient enchantées de pouvoir vous compter dans leurs rangs. Ici nous n’avons simplement plus besoin de vous."

Le ton était redevenu apathique et polaire, dénué de toute humanité. Robotique. Betty avait nouveau disparut derrière le Gel-Cœur ; ses émotions étaient à nouveau gelées et Ambroise ne lui inspirait plus rien. La comtesse inclina légèrement la tête en guise de salut, se tourna et s’avança dans les couloirs, laissant le professeur derrière elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cours no I: Des clones élémentaires   
Revenir en haut Aller en bas
 

Cours no I: Des clones élémentaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lómilendë :: Fin du Supplice :: Archives :: Archives de la trame 3 :: Posts de la trame 3 :: Rez-de-chaussé, Etages et Tours :: Etages :: Deuxième Etage :: Salle de Cours Elementaliste-