AccueilMembresPortailGroupesRechercherFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Organisation de l'Hôpital

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Hannibál Masaryk
Chef du service 5 - Hyde


Feuille de personnage
Nationalité: Hongrois
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 34 ans

Nombre de messages : 102
Date d'inscription : 25/04/2014

MessageSujet: Organisation de l'Hôpital    Mer 21 Jan 2015 - 16:08
Tout ce qu'il y a à savoir sur le fonctionnement de Lómilendë se trouve ici. L'organigramme vous aidera à vous y retrouver dans la hiérarchie. Qui dirige qui et qui sait quoi ? Une description plus précise du but de l'HP et la description des 3 zones vous aiguillerons habilement dans le labyrinthe de faux-semblants qui constitue Lómilendë. 
Le personnel de Lómilendë est séparé entre les naïfs et les initiés. Les premiers sont des professionnels (psychiatres, psychologues, infirmiers, assistants sociaux etc.) qui ignorent totalement le programme officieux de l'établissement alors que les seconds sont une petite vingtaine d'individus haut placés et mis dans la confidence. L'accès aux postes de plus hautes responsabilités est, pour des raisons de sécurité, subordonné à la condition d'être sorcier. Dans les initiés on compte la directrice, le secrétaire chef, tous les chefs de service et leur infirmiers et pharmaciens chefs. Tous sont des sorciers de hauts niveaux, le reste du personnel - à quelques exceptions près - est dit naïf. A noter que Corwin Curtis (le secrétaire chef) est en plus d'être le secrétaire de Jezabel, à la tête de l'administration. Pour le reste de la hiérarchie, la directrice chapeaute l'établissement mais est-elle même employée par Mr. Ostroróg. Les chef(fe)s de service ont à leurs ordres tout le personnel soignant (infirmiers chefs, pharmaciens chefs, infirmiers, pharmaciens etc.)

Le but officiel de l'établissement est la prise en charge et l'éventuelle guérison d'individus atteints de maladies mentales. Toutes les personnes admises à Lómilendë ne sont pas appelées à mourir ici où y rester pour toujours. Seuls les cas les plus extrêmes et intéressants sont voués à participer, bien malgré eux, au programme. Ainsi, dès leur arrivée, les patients sont consciencieusement triés en trois catégories sobrement intitulées :

  • A, pour les patients présentant un intérêt mineur. Il s'agit d'individus atteints de pathologies peu sévères avec des bons pronostics de rétablissements. La plupart de ces patients finissent par sortir de l'établissement. 
  • B, pour les patients présentant un intérêt croissant. Elle est composée de deux types d'individus. Soit ceux avec des pathologies en décompensation s'aggravant de jours en jours qui se présentent comme de bons candidats pour passer en catégorie C ou alors des patients atteints de troubles sévères et d'un grand intérêt. Ces derniers ne sont pas libellés "C" pour l'unique raison que des individus avec des troubles quasi-identiques occupent "leur" place dans la dernière catégorie. Ils font donc office de réservoir et lors que les sujets qui leurs sont semblables de la catégorie C décèdent, ils prennent leur place. Les patients B sont réévalués régulièrement. 
  • C, pour les patients les plus sérieusement atteints. Elle est composée d'individus présentant des troubles sévères d'un grand intérêt pour le programme. Un patient catégorisé C entraîne de nombreuses procédures administratives afin de préparer sa disparition, in fine, du système. Aussi, ces classements sont longuement réfléchis et discutés en colloques; de plus le passage en catégorie C est relativement rare - par soucis de ne pas éveiller des soupçons - et symbole d'excitation pour les initiés. 

Notons qu'un patient peut dégrader ou rétrograder entre A et B, cependant, de B à C, c'est une voie à sens unique. On ne revient pas de la catégorie C à la B. Pour la majorité des membres du personnel ces catégories signifie uniquement la sévérité du trouble alors que pour les complices, la catégorisation revêt un rôle capital pour leur programme. Le programme dont il est question peut se résumer ainsi : trouver la source du mal, quelque soit le moyen utilisé, et apprendre à la maîtriser. Les initiés partent du postulat théorique que les troubles psychiatriques ont une source commune : l'essence du mal. Il cherche donc à la capturer et la comprendre, certain pour faire progresser la science, d'autres pour des desseins plus sinistres. La marche à suivre est toujours la même :

  1. Le patient est admis à Lómilendë. 
  2. Il est évalué par un membre du personnel (généralement un naïf) et assigné à un service. 
  3. Un initié du service catégorise alors le patient. S'il est classé B ou C, le ou la chef(fe) de service l'évalue obligatoirement.

Si un patient est classé A, il est appelé, s'il ne dégrade pas, à sortir suite à cette procédure :

  1. Évaluation par un membre du personnel (généralement un naïf
  2. Réévaluation et confirmation par le ou la chef(fe) de service qui signe sa sortie 

Si un patient est classé B, il sera réévalué de nombreuses fois par le ou la chef(fe) de service avant de suivre soit la procédure A (ci-dessus) ou C (ci-dessous).

  1. Le ou la chef(fe) de service signe son admission dans la catégorie C
  2. La directrice confirme/infirme l'admission
  3. Les initiés de l'administration entament les démarches pour le faire disparaître du système. L'étape la plus cruciale et celle de la préparation minutieuse et insidieuse de la famille. On les informe de la dégradation de l'état et les prépare à une mort imminente. 
  4. Le patient est déclaré officiellement mort et transféré en zone C d'où il ne reviendra jamais. 
  5. Les initiés ont carte blanche pour mener les expérimentations qu'ils souhaitent sous réserve de rapports réguliers à la directrice jusqu'au véritable décès du patient. 

L'établissement peut accueillir officiellement une centaine de patients répartis entre les 5 services plus une vingtaine officieuse pour la catégorie C. Les 5 services se partagent les étages de Lómilendë alors que les patients C sont exclusivement traités des les catacombes ou les tours. De manière générale, la discrétion est de mise dans l'établissement et toutes les précautions sont prises pour préserver le programme. Peu après son ouverture, le Chef du service Hyde s'est épris d'une patiente en catégorie C et a tenté de la sauver en grillant la couverture de Lómilendë, il fut - comme son aimée - très vite liquidé et remplacé. Depuis, les règles sont encore plus strictes et la directrice veille aux grains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Organisation de l'Hôpital

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Diaspora pèche par son manque d'organisation vrai ou faux
» L'organisation Hellsing!
» Hôpital de l'Universite d'Etat d'Haiti : état des lieux
» Réorganisation de l'équipe modératrice
» Un premier Scanner à l'hôpital Bernard Mevs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lómilendë :: Aux Portes de l'Enfer :: Encyclopédie :: Lómilendë, l'hôpital psychiatrique-