AccueilMembresPortailGroupesRechercherFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Samaha Black

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Samaha Black
Cheffe du service 3 - Baudelaire


Feuille de personnage
Nationalité: Anglaise
Magie pratiquée: Chamane
Âge: 34 ans

Nombre de messages : 73
Date d'inscription : 25/04/2014

MessageSujet: Samaha Black   Ven 23 Jan 2015 - 11:28
Informations générales
  • Nom complet : Samaha Black
  • Surnom : Sam
  • Sexe : Féminin
  • Date de naissance et âge : 13 juin 2003, 34 ans
  • Nationalité : Anglaise
  • Profession, spécialisation: Psychiatre et Responsable de la section : Troubles cognitifs et liés aux substances et aux sorts
  • Etat civil : Mariée
  • Naïf/initié : Initiée

Magie
  • Type d’Art : Chamanisme

  • Niveau : Samaha est une bonne chamaniste. Elle n’égale pas les plus grands noms, mais elle se débrouille assez bien. Elle a été obligée de développer ses compétences magiques rapidement en raison de la Guerre qui faisait rage dès sa plus tendre enfance. L’école slivienne de Sheffield (Royaume-Unis) où elle a étudié la magie dès ses cinq ans lui a permis de devenir une guerrière en devenir. Lorsqu’elle a commencé ses études à Harvard en médecine, elle a continué à développer ses talents chamaniques par un apprentissage en dehors de ces cours avec un professeur particulier reconnu dans le domaine.


Portrait
  • Personnalité : Toujours la tête haute et sûre d’elle, Samaha possède un caractère fort. Elle sait ce qu’elle veut et pourra user de nombreux moyens pour y parvenir. Lorsque la psychiatre arpente les couloirs de Lómilendë, elle s’habille toujours d’un mélange business-glamour. Elle cherche, d’une part, à montrer son statut au sein de l’établissement psychiatrique par le côté classe et soigné de ses vêtements. Elle porte, à cet effet, souvent des tailleurs hors de prix. Ceux-ci seront par contre souvent très décolletés et moulants pour susciter l’envie chez autrui. Une dualité étrange qui sied à la jeune femme et qui laisse deviner un caractère volage et fort en même temps. Les expériences menées dans son Secteur et dans la zone C sont violentes, mais la rouquine n’est pas dénuée d’âme pour autant. Elle a développé une curiosité malsaine envers le jeu des comportements, mais n’administre jamais un sort ou une substance sans que ceux-ci ne soient justifiés pour son expérimentation ou qu’il lui permette de parvenir à une quelconque fin.

  • Famille et Amis :
    • Mère : Camilia  Black, 64 ans, détenue dans la prison pour sorcières de Liverpool
    • Père : Charles Black, 67 ans, détenu dans la prison pour sorciers d’Oxford
    • Frère : Arthur Black, 36 ans, en cavale
    • Mari : Caleb McShield, 44 ans, homme d’affaire et politique important

  • Signes distinctifs : Un tatouage en forme de serpent sur le haut de sa cuisse gauche.
Contexte
  • Histoire : Née en Australie à Brisbane, Samaha Black hérita de gênes chamaniques, alors que toute sa famille d’origine anglaise, était de la lignée des nécromanciens. Quelques mois avant sa naissance, la famille Black - composé de son père, Charles Black, de sa mère Camilia et de son frère Arthur - rejoignit l’Australie. Leur situation précaire les obligea à quitter l’Angleterre. Le patriarche accepta un poste de machiniste dans la capitale du Queensland. Il espérait que cette opportunité améliorerait la situation financière des siens.

    La réalité sur place fut dure. La famille emménagea dans un appartement exigu de trois pièces. Charles travaillait sans relâche et ne rejoignait son domicile que tard dans la nuit. Son épouse enceinte attendait son retour pour lui lancer des remarques piquantes. Elle le blâmait sans relâche et l’accusait de les faire vivre dans pareille médiocrité. La seule chose qui faisait tenir Camilia était l’arrivée d’une petite fille dont elle avait tant rêvé.

    A la mi-juin 2003 naquit une petite fille chez les Black, un beau bébé en pleine santé malgré les restrictions budgétaires lourdes que subissait la famille. Cependant, une malencontreuse surprise pour Camilia pointa le bout de son nez. Samaha, sa fille inespérée, démontra des pouvoirs chamanes et non nécromanciens. L’influence de leur lignée n’avait pas été assez forte pour contrer le fait que la petite était née dans une zone géographique principalement chamanique. Depuis lors, la matriarche ne montra que du dégoût pour sa propre chair et son propre sang.

    En 2007, des échos de l’organisation Sliven vibraient dans l’air. Le mouvement prenait de plus en plus d’ampleur. Camilia Black, grande adoratrice de l’art des morts, ne manqua pas de convaincre son mari à rejoindre cette organisation obscure. Charles accepta finalement sous la pression de sa pauvre condition économique et sociale. Il devint ainsi un activiste slivien, par dépit. Il ne portait pas la cause dans son cœur, mais il n’avait pas d’autres alternatives non plus.

    En trois ans, l’association se développa considérablement et vers la fin 2010, alors que la petite Samaha avait déjà soufflé sept bougies, la 3ème Guerre Mondiale éclata. La tension au pays des kangourous était telle que les batailles entre l’OMDHS et Sliven ne tarderaient pas à ravager les lieux. Charles Black qui était devenu un informateur de qualité au sein du mouvement et qui avait deux enfants en bas-âge, déjà aptes à être formés par la cause, fut rapatrié avec toute sa famille sur leur terre natale ; l’Angleterre.

    Sur place, la condition économique et sociale de la famille s’améliora. Ils investirent un quatre pièces spacieux et propre. Arthur Black, 9 ans, et Samaha, 7 ans, intégrèrent une école slivienne surnommée « L’école des Poussins Noirs ». L’établissement accueillait les futures recrues du mouvement dès l’âge de 5 ans. Samaha et son frère durent, dès lors, rattraper le programme, ce qui n’était pas une mince à faire étant donné le régime de fer qui y régnait. Développement des pouvoirs de leur branche au plus vite, détection des capacités propres et utiles à la cause, entraînement physique régulier et punitions faisait partie intégrante du programme de l’école. A côté des cours ardus, la fillette évolua dans un univers familial compliqué. Son père était souvent absent et sa mère ne lui exprimait que du mépris. Son frère était son seul ami, mais ils ne se voyaient que rarement, car ils ne partageaient pas la même classe.

    Charles monta en grade et gagna de plus en plus d’influence. Il était, à présent, un membre considéré de l’organisation. En 2012, il embrassait la nouvelle cause des Corbeaux Noirs qui soutenait une révolution des oppressés auxquels il s’identifiait.

    A 14 ans, l’âge de la rébellion, beaucoup de rage coulait dans les veines de Samaha. Camilia ne se gênait pas pour infliger des sévices à l’adolescente et ses professeurs en faisaient de même lorsqu’elle n’était pas assez assidue en classe. La rouquine n’hésitait pas à se sauver le temps d’une journée. Malheureusement, les rencontres qu’elle faisait ces jours-là n’étaient pas de bonne fréquentation. La fumée, l’alcool et la drogue s’installa dans son quotidien. Lorsque Charles appris les déboires dans lesquels sombraient sa fille, deux ans plus tard, il l’a remis sur le droit chemin avec un programme de désintox qu’elle dû suivre pendant une année.

    En 2020, la 3ème Guerre Mondiale battait son plein. Les Corbeaux Noirs perdaient de nombreux territoires jours après jours grâce aux actions de l’ombre de la base 2304-Z. Samaha avait 17 ans. La rouquine n’avait plus qu’une année pour améliorer son éducation et pouvoir rejoindre l’université au lieu de se battre pour un mouvement qui perdait de plus en plus de vue ses objectifs.

    A 18 ans, l’âge fatidique où elle devait rencontrer une commission slivienne qui décidait de son avenir, Samaha était prête. Vraisemblablement, la commission devait la recruter pour se battre quelque part dans le monde, mais la jeune femme avait d’autres plans en tête : Harvard. L’école supérieure représentait pour elle l’évasion du cocon familial ainsi que l’aisance économique plus tard. La branche qu’elle visait : médecine pour après devenir Psychiatre. Grâce à sa famille malsaine, la jeune adulte voulait « jouer » avec le comportement des gens. En plus de son rattrapage impressionnant dans ses études, elle utilisa son père pour parvenir à ses fins. Devenu un membre important du mouvement, Charles avait pu facilement convaincre la commission de laisser sa famille ériger ses propres plans.

    L’Université apporta à Samaha la liberté espérée. Les fêtes organisées le long de la semaine lui permettaient de s’enivrer et lorsque les périodes d’examens approchaient, la rouquine ne lésinait pas sur l’absorption de différentes drogues qui lui permettaient de dormir peu afin de réviser suffisamment pour obtenir de bonnes notes. Elle passa les meilleures années de sa vie à Harvard. Après la fin de la 3ème Guerre, l’annonce de la capture de sa mère n’avait que rajouter une couche à son bonheur. L’étudiante fut un peu plus attristée par l’enfermement de son père. Elle effectua son travail de doctorat avec le Professeur Lenz Frieman qui trouvait fascinant sa manière d’aborder des thématiques vues et revues. La jeune adulte ne laissait pas pour autant entrevoir son comportement addictif et turbulent à son professeur.

    Après l'université, la jeune femme travailla dans plusieurs hôpitaux anglais, mais aucun ne lui convenait. A chaque fois, Samaha devait se contenter de suivre des procédures strictes et de donner des listes de médicaments qui endormaient le patient plus qu’ils ne le soignaient. A 32 ans, elle décida de se marier avec Caleb McSchield, 42 ans. La jeune femme décida de garder son nom de jeune fille et proposa à son mari, un mariage libre. La rouquine avait ciblé Caleb lors d’une soirée cocktail. Elle savait que le sorcier possédait des connexions importantes avec l’OMDS et des anciens membres de Sliven. Cet arrangement permettait à la psychiatre d’avoir des liens avec les instances les plus prestigieuses et Caleb y gagnait une femme indépendante qu’il pouvait exposer en trophée à son entourage pour assouvir ses besoins de réussite. Elle avait visé juste, deux ans plus tard, son époux lui décrocha un job des plus convoités comme Cheffe de service dans la nouvelle Lómilendë.

    Six mois se sont écoulés et la psychiatre a déjà subi son lot de pression. La révolte du chef du Service 5 lui avait laissé des sueurs froides dans le dos. Elle adorait son job et ne voulait surtout pas être découverte.

  • Lien avec Lómilendë : Aucun lien particulier avec l’ancienne bâtisse. Elle connaît son histoire de ses cours à l’école obligatoire.

  • Ancien alignement : Aucun, même si ses parents étaient pro-Sliven, elle n’a jamais vraiment adhérer au mouvement. Elle a suivi sa formation dans leurs écoles obligatoires, mais personne ne condamne un enfant pour le choix de ses parents.

  • Expérience professionnelle : Elle a travaillé pour plusieurs hôpitaux anglais avant de rejoindre Lómilendë.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Samaha Black

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» New codex black templar
» Black immigrants see personal triumphs in Obama
» contenue de la boite :Battle for Black Reach.
» Petit travail au black
» Black Hole RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lómilendë :: Aux Portes de l'Enfer :: Registre de l'Hôpital :: Présentation du personnel-