AccueilMembresPortailGroupesRechercherFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Perle Afanassiev [Présentation Validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Perle Afanassiev
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: mexicano herzégovien
Magie pratiquée: nécromant
Âge:

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 17/07/2007

MessageSujet: Perle Afanassiev [Présentation Validée]   Jeu 19 Juil 2007 - 12:24
Nom : Afanassiev
Prénom :Perle
Surnom :Il en a tellement! Sahasrara utpala; ou manipadma. On l'appelle aussi le nadir, l'oeil de la licorne, samsâra, omphalos, Majbûsh... Que de grands surnoms. Mais celui qui le marquera à vie est sûrement "ma petite poupée cassée"
Age : 24 hivers aguerris bien rudement.
Nationalité : mexicano herzégovien, voilà une bien étrange nationalité quand on a grandi en Hongrie.

Famille : Une mère, morte, Zanya. Un père à peine connu, Anton, une famille adoptive qu’il ne veut plus jamais croiser, un amour impossible répondant au nom de Leïevina et une petite sœur qu’il n’a jamais vue, appelée Iad, dont il reçoit beaucoup de lettres.

Loisirs/Passions : Perle a des plaisirs simple. Regarder des heures par une fenêtre est son passe temps favori. Marcher à travers les champ, rêver, chanter, tout peut être source de bonheur. Sa passion est la nature, qu’il considère comme sa vraie mère. Perle est un passionné des lépidoptères.
Phobie(s) : Une phobie anormale des méduses et des espaces clos.
But(s) ou Projet(s) Futur(s) : Recouvrer de la noblesse envers sa famille, et mourir tranquillement, loin du monde.

Caractère : Plus pragmatique que lui, je ne crois pas que cela existe. Il regarde les choses d’abord par leurs fonctions. Jamais Perle ne se lance dans de grands discours, et il préfère écouter que parler. Le jeune homme paraît toujours lointain, glacial, mais a un magnétisme impressionnant, inhumain ce qui fait qu’il attire bien du monde. C’est une carapace, un mur pour mieux se protéger. On peut le qualifier de misanthrope, et jamais il ne fait un pas envers les autres. Mais sous cette couverture, se cache un autre homme. Manipulateur, effronté, qui ne respecte pas grand-chose, qui hait l’amour, qui ne vit que dans la colère et la tristesse, mais qui peut se montrer généreux, aimant. Mais on le voit le plus souvent comme un être méphistophélique, son passé lourd ayant fait de lui une machine sans sentiment, dont le premier but parait être la destruction, ou l’autopendaison. Perle est une vraie bombe à retardement, mais personne ne va souvent essayer de le comprendre, trop rebutant par son masque de glace, même si il attire fortement par sa présence d’esprit et sa capacité d’analyse hors du commun.

Physique : Tout le monde le dira : Quel bel homme ! Perle est très imposant. Du haut de son presque mètre quatre vingt dix, qui fait qu’on le confond souvent avec un professeur on pourrait le comparer à une forteresse avec sa carrure imposante. Si l'on le définissait en un seul mot, ce serait "animal".
Ses cheveux, fins, légers et solides comme des fils de soie, sont d'un noir de jais avec quelques reflets d'une teinte indéfinissable, passant du bleu au roux, du roux au doré. Ils sont plus long derrière que devant mais on ne peut pas vraiment le savoir, ses cheveux voletant toujours avec grâce autour de son visage et tombant devant ses yeux étranges. Oui, étranges. Des yeux d'un bleu remarquable. Un bleu si pur, comme celui des siamois, qui ne devrait pas exister chez une forme humaine. Un bleu glacial, mais pétillant de malice et de joie, ne laissant personne indifférent. Sans ses yeux, son visage serait dur comme du roc. Avec eux, sa frimousse paraît angélique, enfantine. Leur couleur divine ressort encore plus à cause des longs cils noirs, naturellement courbés qui les entourent, sans oublier ses sourcils étrangement fins pour ceux d'un homme, rajoutant du mystère en ce regard si magnifique, secret, chenapan, toujours souriant quand il le faut, accompagnant le sourire ravissant de l'homme. Parlons donc de se sourire. Sa bouche est large et son menton carré, mais pas pour autant disgracieux. Tout s'harmonise. Ses lèvres, charnues juste comme il le faut s'ouvrent sur de grandes dents blanches, implantées solidement dans sa mâchoire. Chose inhabituelle, il possède 6 canines. 4 en haut et 2 en bas. Son nez est long, droit et légèrement aquilin. Il lui arrive de le secouer de façon comique, ce qui le rend encore plus craquant. Le cou qui soutient le tout est musclé, comme le doit sa carrure, sans pour autant être celui d'un taureau. Non, il est souple et long comme celui d'un cygne.
Rajoutez à ce visage sublime une peau légèrement halée comme le sable du Sahara, des épaules larges qui inspirent le respect, deux bras longs aux muscles déliés dans lesquels on a envie de se blottir, se terminant par deux larges mains aux ongles longs et solides peints le plus souvent en noir, dans lesquelles pourrait presque tenir la taille d'une jeune femme. N'oublions pas le torse et les jambes: Son tronc est musclé par les travaux qu'il a accompli, et aucune blessure n'y a laissé de trace. Ses jambes sont longues, ce qui lui donne une démarche élancée, gracieuse et chaloupée. Quand il marche dans la rue, les passants se retournent souvent pour le regarder. Son port est, disons le franchement, royal. La tête toujours levée et le regard fixant droit devant lui.
Perle aime se démarquer. Aussi porte il des grosses chaussures gothiques que l’on espère ne jamais se recevoir dans l’arrière train. Sa veste traîne presque par terre, et derrière se trouve le blason de sa famille. Un paon, symbole des Afanassiev, sortant d’un lotus, signe de la famille de sa mère, le tout en noir et blanc pour rester dans les tons de ce qu’il porte. Sinon, sa tenue est toujours impeccable. Pas un faux pli, pas une trace de boue. Parfois, quand il prend quelque congé, sa tenue devient plus décontractée. Que Perle soit habillé en une sorte de costar cravate ne le gêne absolument pas pour se battre. Il suffit qu’il retrousse ses manches pour vous envoyer valdinguer par terre en moins de temps qu’il faut pour le dire. Quand à sa voix, elle est profonde et caverneuse, légèrement enrouée. Roulant les "r" et insistant sur les voyelles, on sait directement quand c'est lui qui parle.
-Comment il est habillé
-Sa voix

Signe(s) Particulier(s) : Un losange au milieu de front, symbole du contact entre le ciel et la terre. Plusieurs blessures strient son corps, son visage, montrant que sa vie a été bien dure. Une se voit surtout, sous l'oeil gauche.

Section Souhaitée ://
Statut : Prof de combat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Perle Afanassiev
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: mexicano herzégovien
Magie pratiquée: nécromant
Âge:

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 17/07/2007

MessageSujet: Re: Perle Afanassiev [Présentation Validée]   Jeu 19 Juil 2007 - 12:25
Histoire : Il est le fils tant attendu, l'héritier d'une union pensée depuis des centaines d'années, que l'on pensait parfaite. Ses parents, une mexicaine, Zanya, et son père, un bosnien herzégovien, Anton. Leur union devait être la meilleure chose qu'il arrivait aux deux familles. Deux grandes familles nécromanciennes, d'une puissance incongrue. Zanya et Anton était des mages puissant et leur union devait donner l'être le plus parfait, le plus puissant.

C'est ainsi que naquit le lotus aux milles pétales, l'être parfait, qui ne l'était pas. Perle devait être le padma, il fut l'utpala. Perle aurait dû être le soleil, il était l'oeil de la licorne. Perle devait être le zénith, il était le nadir! L'union parfaite avait une faille... Mais Perle fut traité comme le désirait son rang. Ses parents ne s'occupaient guère de lui, frustrés que leur fils soit une erreur de la nature. Ce fut une jeune femme, Leïevina qui s'occupa de lui, comme si il était son propre fils. La domestique le nommait ma petite poupée cassée. Car on le traité ainsi. Comme un jouet cassé. Ses grands yeux vides n'étaient qu'un miroir fêlé, vide d'émotions. Comme si il avait subi un grand choc. Perle restait des jours entiers assis près de la fenêtre, sans bouger. A cinq ans, il ne savait toujours pas marcher et émettre le moindre son. Le jeune enfant était perdu dans son monde. Un monde abyssal, sans lumière. L'union devait pourtant être parfaite! Mais voilà: Rien n'était parfait. La puissance d'esprit de perle accablait son corps. Seule Leïevina l'aimait pour ce qu'il était. Elle l'habillait, lui parlait même si il ne répondait pas, ne la regardait pas. Elle chantait de sa belle voix rien que pour lui.

Perle en souffrait. Il ne pouvait que contempler le visage de la jeune femme quand elle brodait assise à côté de lui. Il devait se contenter du son mélodieux de sa voix. De sa respiration lente. Sa chevelure dorée, hésitant entre un impérial franc ou un brou des plus clair, dégringolant sur ses frêles épaules. Et Perle restait incarcéré dans une blessante solitude, ne pouvant faire aucun geste. Pourtant, qu'est ce qu'il aimait cette torture précise et régulière parce qu'il l'aimait! Et ce qui s'imposait à lui était horrible. Jamais il ne l'atteindrait.

Ce fut à ses huit ans qu'il bougea, parla pour la première fois. D’un coup. Leïevina n'était pas venue depuis trois semaines. Une autre femme la remplaçait. Et personne ne lui expliquait quoi que ce soit. Aussi, fit il un effort pour aller, alors que le soleil venait à peine de se coucher, pour se diriger vers la salle à manger familiale. Une grande réception avait lieu. Pour ses huit ans. Et comme à tous ses anniversaires, Perle n'y participait pas. Quelle honte était il pour ses parents, quelle faute affreuse! Mais tout le monde espérait que son était allait s'améliorer.
Parmi l'assemblée, sa voix fluette se fit entendre.

"Où est Leïevina?"

Un hongrois parfait, une voix mélodieuse, aux accents prononcés de russe, à avoir trop écouter Leïevina lui parler. D'abord, les invités le prirent pour le fils d'une des cuisinières, qui s'était échappé de la surveillance de sa mère. Personne ne lui répondait, personne ne savait qui était cette demoiselle qu'il clamait. Ce fut une expérience affreuse pour Perle. Se faire ainsi ignorer, piétiner était plus que supportable. Ne trouvant sa chère amie qui l'avait tant aimée, l'enfant aux grands yeux bleus fit une chose totalement irresponsable: la poupée s'en alla, tout simplement. Il s'en alla, dans son pyjama berlin à travers l'automne qui cédait peu à peu à l'hiver. Rien ne le touchait, ses sens, que l'enfant découvrait étaient encore engourdis. Ce fut l'éveil. Pour la première fois, Perle goûtait à ce qu'était le monde. Le froid, les odeurs. Les couleurs, les oiseaux chantant. Le goût amer de la déception.

Un vieux couple l'aperçut sur la route, vacillant presque à chaque pas. La police fut alertée, et Perle fut retiré de la garde de ses parents, et fut adopté par Leïevina. Etrange coïncidence, qui ne le fit que plus souffrir. La jeune femme avait arrêté de travailler, pour une heureuse raison : elle était enceinte et venait de se marier. Connaissant mieux que quiconque Perle, elle l’adopta pour prendre soin de lui. Ce fut pourtant un geste malheureux. Lorsqu'elle était à ses côtés, pendant son enfance, il prenait sa dose rien qu'à son contact, se saoulait de ses regards. Mais maintenant, il la déteste pour les symptômes de manque qui luis trient le coeur, il la hait, pour l'absolue négation qui habite à présent sa chère et tendre poupée de porcelaine envers son amour. Pourtant, il l'aime désespérément, furieusement. Il l'aime parce qu'il l'aime, et c'est lui qu'il déteste. Son parfum, il aurait pu le reconnaître n'importe où dans le monde. Du jasmin mêlé d'hibiscus. Il voulait la griffer, la frapper, lui faire mal, la voir pleurer, mais aussi la serrer dans ses bras, la rassurer, l’embrasser. Perle grandit vite, mais il était différent des autres. Allez savoir pourquoi. Serais ce sa grande beauté qui effrayait le monde ? Son regard trop profond pour son âge ? Le fait qu’il ne parlait quasiment jamais ?

Perle devint très vite la tête de turc des autres enfants de son village. Au foot, on ne lui passait jamais la balle. Tant mieux, ça lui apprenait à courir après le vent. Pour tromper l’ennui, Perle se mit à boire. Un peu, puis beaucoup. Puis la fumette. Et château piquette. Et il n’avait que treize ans. Avait déjà tout vu, tout connu. Redoubla plusieurs fois, sécha les cours. Se laissa aller. Et personne pour le rattraper. Leïevina ne comprenait pas. Pourquoi s’éloignait il ainsi de la vraie vie ? Pourquoi ne voulait il pas qu’elle l’approche ? Elle se résigna et ne lui parla plus, ne le regarda même plus. En regardant vers l'horizon, Perle vit sa joie qui s'enfuyait Il lui a dit : "reviens !" Elle lui a fait : "dégage !" Dès lors, le monde lui apparaissait comme un livre interminable Tous les jours, il souhaitait pouvoir en arriver aux dernières pages. Puis vinrent de longues années de honte pour Perle.

Ce fut d’abord le psy qui le suivait sans pouvoir rien faire qui orienta ses parents adoptifs vers la maison de correction, depuis qu’il avait craché sur une de ses profs. Il fit d’abord un court passage en hôpital psychiatrique, pour avoir essayé de se tuer en avalant de l’eau de javel. Puis on jugea qu’il n’était pas fou. Et ce fut ainsi qu’on l’envoya en maison de rétention pour jeunes. Abîmé, cassé. Quoi qu’il lui arrive, Perle resterait à jamais une petite poupée cassée par la vie et les épreuves. Là bas, on lui piquait la viande dans son assiette. Son dessert aussi. Mais on le laissa tranquille quand il planta sa fourchette dans la main d’un autre. Se faire respecter par la violence. C’était tout ce qu’il pouvait faire. Au lieu de le redresser, la maison de correction le rendit plus haineux, fixant sur le visage de la poupée un masque d’indifférence à toute épreuve. Même les surveillants le vouvoyèrent, respectant sa grandeur.
Perle n’avait qu’un but : recouvrir sa liberté. Et il y arriva, peu avant ses quinze ans. Mais il se retrouva sans toit, ayant peur de tout ce qui bougeait. Craignant les flics, refusant l’abri que lui offraient quelques passants attristés par le jeune homme. Il retourna voir ses parents. Sa mère était morte, mais il s’en contrefichait, jamais il n’avait su à quoi elle ressemblait. Ce fut son père qui l’accueillit. Durement. Finalement, Perle n’avait rien d’une perle. C’était qu’un gars pommé. Mais Anton éprouvait tout de même de la compassion pour le fruit de ses entrailles. Il le garda avec lui jusqu'à sa majorité, lui apprenant les règles de la haute société. Il quitta son père avec la capacité à reconnaître une fourchette à poisson entre mille et un baron d'un comte, après avoir apprit aussi apprit la nécromancie, science que sa famille se doit de manier à la perfection, et bien d’autres sciences tout aussi majestueuses que la science des nécromants.
Finalement, peut être qu'il aurait mieux fait de rester avec son père. Mais la liberté l'appelait, et Perle quitta dès qu'il le pouvait ce qui lui restait de famille. il fut engagé dans le bâtiment. Avez vous déjà vu ses hommes, marchant sur des poutres suspendues au dessus plusieurs dizaines de mètres de vide sans filet de sécurité, portant de lourdes charges pour construire un gratte ciel? C'était un peu ça, le métier de Perle. En plus de sa souplesse et de sa vivacité, il gagna de la force et de l'agilité. Sa robustesse fit qu'un groupe de mercenaire s'intéressa à Perle. Il rentra donc dans leurs rangs. Mais mercenaire veut dire par la même occasion hors la loi. La police à leur trousse, ils se firent arrêtés et finirent en prison. Perle fut relâché sur parole, mais vous vous doutez bien que "a fait trois ans de prison" ne fait pas beau sur un CV... Aussi sa surprise fut grande quand une lettre lui arriva lui demandant de rejoindre une certaine école répondant au nom bien tordu de Lomilendë pour y être professeur... Sans attendre, Perle prit ce qu'il avait d'affaires personnelles et s'y rendit. Vaguement, son père lui en avait parlé, mais, attentif comme il était aux radotages de son cher géniteur, Perle ne savait pas trop à quoi s'attendre, et avait fait même du appeler son père pour savoir c'était quoi ce machin. Je vous dit pas la joie du père quand il apprit que ce qu'il croyait n'être qu'une pierre sans intérêt se révéla n’être qu’une pierre pas encore taillée qui avait atteint un grand sommet… professeur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 25
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Perle Afanassiev [Présentation Validée]   Jeu 19 Juil 2007 - 12:29
Ta présentation est validée ! Mais encore une chose, nous sommes bien d'accord que professeur "D'initiation au combat" inclu le combat magique en premier lieu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Perle Afanassiev [Présentation Validée]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Perle Afanassiev [Présentation Validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)
» Deniss Owen présentation[Validée par Yuki Hoseki]
» Lysander Sarhtorian : présentation [validée]
» voldayoub présentation [validée]
» Présentation~ [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lómilendë :: Fin du Supplice :: Premiers pas :: Présentations :: Corbeille de fiches-