AccueilMembresPortailGroupesRechercherFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une odeur de fumée [ouvert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Xen A. Vanhill
Patient(e) - service 1


Feuille de personnage
Nationalité: française.
Magie pratiquée: aucune.
Âge: 28.

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 19/02/2015

MessageSujet: Une odeur de fumée [ouvert]   Jeu 19 Fév 2015 - 18:18

"Un tire-bouchon de fumée, tournant son mince filet bleu,
De l'âme en ce bouge enfermée, porte des nouvelles à Dieu."

D'un rapide coup d'oeil, Xen inspecta la pièce.

De bas murs blancs, un mince lit blanc, une petite table et une armoire en bois. La lumière rougeâtre du crépuscule filtrait par l'unique fenêtre. Simple, propre. Ça sentait l'hôpital, et l'odeur aseptisée qui régnait dans la cellule le prit à la gorge. Jamais il ne s'était vraiment senti à sa place, mais il doutait que l'endroit et son mobilier sommaire ne lui deviennent un jour familiers. C'était limite s'il n'y avait pas une petite fenêtre sur la porte, blanche elle aussi. Il se sentait nu, étranger, glacé. De ce qu'il en avait vu, tout l'établissement était à l'image de la chambre, ou du moins ce qui devait lui servir de zone personnelle. Des murs froids, de longs couloirs, des ombres et quelques personnes croisées qui ne lui avaient pas adressé un regard. Il se rappelait une voix féminine, qui lui avait indiqué comment se rendre à sa chambre. Il en avait vu quelques autres avant d'arriver à la sienne, mais n'avait remarqué personne dans l'interminable corridor.

Le transfert à Lómilendë n'avait pas été des plus confortables non plus, bringuebalé dans une camionnette, il avait eu du mal à ne pas rendre le peu qu'il avait mangé. Qui était la dernière personne à lui avoir adressé la parole ? Il ne s'en souvenait pas. Il ne se souvenait jamais de ces choses là, même s'il y réfléchissait, il ne pouvait pas reconstruire un des visages qu'il avait vus. Le jour du départ, on lui avait vaguement annoncé qu'il allait être transférer, là où l'on pourrait le "soigner" puis, quelques heures plus tard, trois hommes au visage fermé l'avaient escorté jusqu'au véhicule. Et le long trajet avait commencé.

Alors qu'il découvrait son nouveau "chez-lui", il aurait pu s'enfuir en courant. Mais au fond, que lui importait que le théâtre de son quotidien changeasse ? Il n'avait jamais eu de but, jamais eu d'occupations qui lui manqueraient, de personnes qui tenaient à lui. Sa vie elle-même n'avait-elle aucun sens ? Ses parents n'avaient sans doute pas été prévenus. C'est à peine s'il se souvenait d'eux, les deux ombres de son passé. Ce n'était qu'un simple changement de décor, après tout, où déplacer sa brume intérieure, "purger ses pulsions", comme on lui avait dit. Fouillant ses poches, il soupira. Au moins, on lui avait rendu un paquet et un vieux briquet, au moment de quitter l'hôpital. Il n'avait pas pu fumer depuis des heures.

"Alors voici à quoi va ressembler ma vie.."

Alors qu'il allumait une cigarette et tirait une longue latte, des pas retentirent dans le couloir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Selena Nàsdy
Psychologue


Feuille de personnage
Nationalité: Finno-Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 24 ans

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 31/01/2015

MessageSujet: Re: Une odeur de fumée [ouvert]   Jeu 19 Fév 2015 - 22:40
De nature pourtant plutôt pessimiste, Selena était aujourd’hui aux anges. Jeune diplômée en psychologie, elle avait l’inestimable chance d’avoir décroché un job ici, à l’éternelle Lómilendë. Le bâtiment à l’histoire millénaire. Il allait de soi que sa spécialisation dans cet hôpital valait de l’or brut et qu’un avenir professionnel radieux s’offrait désormais à elle. De plus, quel endroit plus idéal pour soigner sa mère que celui-ci ? C’est donc concentrée, le cœur léger et bien décidée à faire du bon boulot que la finno-hongroise entama sa journée.

Pour les jours à venir elle avait été attribuée au service du docteur Thompson. Elle ne l’avait d’ailleurs toujours pas rencontrée malgré ses incessantes demandes. Elle ne baisserait pas les bras pour autant, Selena aurait un rendez-vous. Elle sourit en pensant au nom qu’on avait attribué au service. Bathory-Sade. L’ironie cosmique n’avait fort heureusement pas été poussée à son paroxysme : sa mère avait été placée dans le service Baudelaire. Reste que Selena, descendante d’Elisabeth Bathory, allait passer les prochains temps à arpenter les couloirs du deuxième étage dans l’espoir, non de saigner des vierges pour se baigner dans leur sang, mais dans celui d’apporter un peu de soulagement et de douceur à la douleur de ses patients.

Elle entama sa ronde tôt le matin. Grosso modo, elle n’eut pas grand-chose  faire à part constater que les patients dormaient toujours paisiblement et ne causaient pas de problèmes. On vint néanmoins la solliciter en début d’après-midi : il y avait nouvel arrivant, il fallait l’évaluer et le classer : A B ou C. Selena suivit donc l’infirmier qui était venu la chercher jusqu’à la chambre du patient. Là, il lui tendit le dossier : Xen A. Vanhill, 28 ans. Etrange nom. 

Lorsqu’elle pénétra dans la chambre elle découvrit un homme de taille moyenne au regard absent en train de fumer. Sans un mot, elle se dirigea vers lui et ôta des mains avec fermeté mais sans violence la cigarette qu’elle tendit à l’infirmier qui attendait en retrait pour qu’il la jette.
Il est interdit de fumer dans les chambres. Il serait sage de vous en rappeler.

Selena tira une chaise et s’assit en invitant Xen à l’imiter. Une fois qu’ils furent les deux assis en silence, la noiraude se présenta.
Je m’appelle Selena Nàsdy, je suis psychologue.

Les jambes croisées, un petit carnet posé sur les genoux, elle commença l’entretien.
Xen, j’aimerais que vous me racontiez comment vous êtes arrivé à Lómilendë ?

Dans son dossier, il était uniquement précisé qu’il souffrait de schizophrénie, de prima abord, il partait donc pour une catégorisation en B.  Il s’agissait cependant d’être le plus précis et exhaustif possible. En regardant une nouvelle fois plus attentivement les infos dont elle disposait déjà, Selena remarqua que Xen était un humain. Ce détail pouvait avoir toute son importance, surtout lors de l’évolution d’un trouble psychique. La magie avait en effet la fâcheuse tendance d’habituellement tout compliquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Xen A. Vanhill
Patient(e) - service 1


Feuille de personnage
Nationalité: française.
Magie pratiquée: aucune.
Âge: 28.

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 19/02/2015

MessageSujet: Re: Une odeur de fumée [ouvert]   Mar 17 Mar 2015 - 15:04
La tête lui tourna. Sa vision se brouillant. L'odeur de la fumée restait présente dans la pièce, l'étouffant, l'appelant. Sa poitrine était oppressée. Il avait besoin de fumer, d'occuper ses mains. Il n'avait tiré qu'une bouffée. Une vraie torture. Heureusement, la femme l'avait fait s'asseoir. Était-ce elle qui allait s'occuper de le soigner ? Les yeux plissés, Xen observa la jeune femme. Elle semblait avoir environ 25 ans, très brune. À la lumière qui filtrait de la fenêtre, il put constater la pâleur de sa peau. Depuis combien de temps n'avait-il pas été obligé de regarder une femme en face ? La confrontation lui était douloureuse, et l'atmosphère jusque là comme figée dans le temps lui parut soudainement pesante. Les jambes croisées, elle avait le regard attentif. Bon dieu, il détestait ce regard-là, il ne voulait pas de la compréhension des gens. Ne pouvait-elle pas regarder ailleurs ? Le laisser ?

Mais la psychologue le fixait, attendant patiemment sa réponse. Quelle était la question ? Avait-elle dit son nom ? 25 ans. Jeune, elle était bien trop jeune. Jamais elle ne pourrait le purger des pulsions qui le secouaient. Elle n'était sans doute même pas prête à plonger dans son monde d'ombres et de cris. Il ne pouvait pas regarder autre chose, le blanc de la pièce lui faisait mal aux yeux. Sa présence était comme une enclume au-dessus de sa tête, se balançant au bout d'une chaîne rouillée. Lourde, accablante. Il voulait l'oublier. Qu'elle sorte. S'il continuait à devoir la regarder, il voudrait sentir la fraîcheur de sa peau. Déjà, il imaginait sa gorge fine entre la pression de ses mains crispées. Son regard paniqué, son carnet chutant au sol. Encore des pulsions. Les battements de son coeur accélérés, il avait l'impression de transpirer, de perdre des litres, des litres de sueurs. Il avait chaud. Il ne voulait plus de cela, de ces sensations. Et l'odeur du tabac était toujours présente. Du bout des lèvres, il lui lâcha :

"Sortez."

Mais la demoiselle ne semble pas vouloir bouger, surprise.
Se relevant brusquement, il fixa son regard furieux sur elle, et il haussa le ton.

"Sortez !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Selena Nàsdy
Psychologue


Feuille de personnage
Nationalité: Finno-Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 24 ans

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 31/01/2015

MessageSujet: Re: Une odeur de fumée [ouvert]   Mer 18 Mar 2015 - 23:48

Silencieux, Xen ne répondit pas. Il la fixa, visiblement mal à l’aise. Selena opta pour un silence qu’elle prolongerait quelques instants. Il finirait par parler. Il finit par parler. Ses yeux fixés sur lui, elle l’avait vu s’agiter imperceptiblement avant de murmurer un ordre qu’il rendit des plus clairs : Sortez. La noiraude resta immobile, soutenant le regard enflammé du jeune homme. Il respirait bruyamment. La nécromancienne réfléchissait à toute allure. Était-ce un début de décompensation ? Arriveraient-ils à faire quoi que ce soit ensemble ? Ferait-elle mieux de partir ? Arriverait-elle à le calmer ? Comment ? La Finno-hongroise prit une profonde inspiration, décroisa ses jambes et se leva. Elle annota rapidement quelque chose dans son carnet et se dirigea vers la sortie. Là elle s’arrêta et d’une voix douce demanda à Xen

Et si on sortait tous les deux ? Une petite balade ça vous dit ? Le parc est recouvert de neige, c’est absolument sublime. 

Sa décision était prise. Elle ne voulait pas abandonner, pas si vite, pas aux premières difficultés. De plus, elle venait d’arriver et de décrocher une place de doctorante en formation dans une institution non-formatrice, tout ça grâce à son nom. Il s’agissait maintenant d’avoir la décence de faire ses preuves. Thompson était d’ailleurs réputée intraitable aux tendances lunatiques. Il y avait tellement de grands noms, Selena allait tout essayer pour ne pas passer pour la dernières des demeurées. Ce Xen n’était pas le premier patient atteint de schizophrénie qu’elle allait traiter. C’était une maladie complexe et imprévisible mais traitable dans de nombreux cas avec les suivis appropriés. La noiraude jeta un rapide coup d’œil à son dossier, elle irait parler au plus vide avec la pharmacienne cheffe pour parler du traitement du Français mais en attendant il fallait établir un contact et un lien de confiance pour pouvoir espérer des améliorations. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une odeur de fumée [ouvert]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Une odeur de fumée [ouvert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le cake au saumon fumé
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» Elections:INITE et L'odeur des dollars de Petrocaribe
» Fumées des réacteurs dorsaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lómilendë :: L'Antre de la Souffrance :: Étages :: Deuxième étage - Service Bathory Sade :: Chambres des patients-