AccueilMembresPortailGroupesRechercherFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un jeu dangereux /!\ - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Matthew Nichols
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Canadienne
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 25 ans

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 27/01/2015

MessageSujet: Un jeu dangereux /! - Terminé    Jeu 5 Mar 2015 - 21:38
Une douleur dans la nuque réveilla subitement Matthew. Il ouvrit lentement les yeux. Malgré la vue retrouvée, il lui fallut bien quelques instants avant de prendre conscience de son nouvel environnement : une cellule. Naïvement, le jeune homme claudiqua vers la porte encore étourdi, mais la porte ne s’ouvrit pas. L’infirmier pris le temps d’observer sa nouvelle prison avant de voir une de ses collègues toujours endormie. Energiquement, il tenta de réveiller l’infirmière inanimée. Cette dernière retrouva ces esprits avant de se mettre à hurler en prenant conscience d’être enfermée. La pauvre était claustrophobe. Matt ne perdit pas son sang-froid et s’assit derrière elle pour tenter de lui prodiguer une présence rassurante. Il lui prit les mains et la convainquit après bien un quart de d’heure de se calmer
 
La femme apaisé, le canadien se releva. Il frappa à la porte en appelant à l’aide, mais rien. Il se demanda où se fou de Masaryk les avaient emmenés pour que personne ne vienne à leurs secours. Sa préoccupation première était de s’échapper afin de pouvoir prévenir la directrice qu’un de ses employés avait perdu la tête. Malheureusement pour Matt, il ne semblait y avoir aucune échappatoire. Sa seule solution était d’attendre que quelqu’un ouvre la porte et qu’il le blesse avec ses pouvoirs. Décidément, le sort s’acharnait contre lui. L’infirmier n’avait plus vraiment pratiqué autre magie que celle nécessaire au soin et il n’avait jamais été bon élève dans le domaine. En plus de cela, son élément, l’eau, ne serait pas facile à faire apparaître sans un petit coup de pouce, une présence du liquide. Il se retourna vers l’infirmière encore assise.
 
« Dis-moi que tu as une bonne maîtrise de tes pouvoirs. »
 

La femme acquiesça de manière incertaine. C’était une chamane. Matthew lui expliqua son ébauche de plan. Dès que la porte s’ouvrirait, elle devait envoyer la sauce et tout faire pour assommer quiconque pénétrait dans la cellule. Le jeune homme, quant à lui, se positionna à côté de la porte près à frapper quiconque entrerait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hannibál Masaryk
Chef du service 5 - Hyde


Feuille de personnage
Nationalité: Hongrois
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 34 ans

Nombre de messages : 102
Date d'inscription : 25/04/2014

MessageSujet: Re: Un jeu dangereux /!\ - Terminé    Sam 7 Mar 2015 - 16:42
Assis dans son séjour, Hannibál regardait d’un air absent par la fenêtre. Le soleil disparaissait déjà au terme de cette courte journée hivernale. Bientôt les fêtes. Sa période préférée. Comme les chirurgiens qui raffolaient de ces quelques jours où les hôpitaux s’engorgeaient de cas plus extrêmes les uns que les autres pour le monde psy, noël et nouvel an c’était la saison des maux les plus insidieux et les plus sombres : ribambelles de dépressions, carnaval de suicides et cortège de décompensations. L’excitation au sein de l’établissement était déjà palpable pourtant, le neuropsychologue n’avait pas la tête à ça. Le petit incident de la semaine passée le travaillait encore. Il avait déjà eu vent de certaines questions qui se posaient entre membres du personnel. La directrice étant inatteignable et très occupée il lui avait fait parvenir la nouvelle. Il avait été direct et concis, autoritaire presque. Il y avait eu un incident, il s’en était chargé. Fin des informations. Il la priait aussi de rendre public le licenciement de l’infirmier Nichols, expliquant ainsi son absence. Il restait bien évidemment à sa disposition pour d’éventuelles questions. Qu’il craignait d’ailleurs. Ce poste était inestimable. Où d’autre pourrait-il laisser libre cours à ses plus noirs fantasmes sous le couvert du prestige que lui offrait la fameuse Lómilendë ?

Le soleil avait totalement disparu. Il faisait à nouveau nuit et de gros flocons s’étaient mis à tomber. Peut-être irait-il faire un tour dans le parc plus tard avant, néanmoins, il avait autre chose à faire. Il se leva et sortit de son appartement qu’il referma derrière lui. Il prit l’ascenseur et se rendit aux rez-de-chaussée. Là, il salua poliment les deux infirmières qu’il croisa et s’engouffra dans les escaliers qui le mèneraient aux tréfonds de Lómilendë. Quelques portes et trappes plus tard, il se retrouvait au deuxième sous-sol, aux racines du mal. Pendant quelques secondes il fixa la porte derrière laquelle il avait enfermé les deux indiscrets. Hannibál ferma les yeux et se concentra. Il perçut leurs auras de vie, faibles mais présentes. Ils avaient froid, peur et faim. Le neuropsychologue ouvra la porte, les deux infirmiers qui somnolaient assis au fond de la cellule se redressèrent, la femme lui envoya une déflagration alors que l’autre se jetait sur lui. Le nécromancien qui s’attendait à de la résistance refléta le sort qu’il orienta sur l’infirmier. Heureusement pour lui, la chamane, affaiblit, n’avait pu y mettre toute sa puissance. Il s’écroula néanmoins, l’infirmière se mit à hurler. Fatigué par sa journée et tendu, le hongrois grogna de mécontentement. Il la saisit à la gorge et serra, regardant doucement la vie quitter les yeux de la sorcière qui tenta vainement de se débattre, les yeux noyés de larmes. Plié de douleur au sol, Matthew tenta faiblement de protester. Lentement, les débattements faiblirent et la femme finit par s’immobiliser. Le nécromancien la laissa négligemment choir sur le sol et se dirigea vers la sortie. Dans l’encadrement de la porte il se retourna, toujours impassible et silencieux il fit un rapide état des lieux avant de murmurer. 

Uttishhthata.

Puis sans un regard de plus à l’infirmier secoué de sanglots qui se trainait vers sa collègue, il partit. Matthew reprendrait bien vite de la distance avec la défunte lorsque dans quelques secondes l’enchantement qu’il avait lancé agirait et qu’elle se relèverait en quête de chaire.

[HS : A toi de voir maintenant, Matthew peut très bien survivre et réussir à se débarrasser du zombie. Quoi que tu postes, Hannibál va repasser pour voir ce qui est arrivé.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Matthew Nichols
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Canadienne
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 25 ans

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 27/01/2015

MessageSujet: Re: Un jeu dangereux /!\ - Terminé    Lun 9 Mar 2015 - 0:36
Un réel fiasco, même pire, la situation avait tourné à la véritable tragédie. Après avoir essuyé le sort de sa propre alliée, Matt avait lamentablement atterri sur le côté. Il assista, aux premières loges, impuissant, au meurtre de sa collègue. A ce moment, le canadien aurait voulu hurler sa haine et massacrer l’être abject qui lui faisait face. Cependant, la force lui manquait. Lorsque le Docteur Masaryk s’en alla, sa tension diminua et un chagrin lancinant foudroya son âme. Il se traîna de tout son long, noyé dans son désespoir, vers l’infirmière qui gisait sur le sol froid de la cellule.
 
« Non… non… NONNNNN »
 
Gronda-t-il comme possédé. Il ne savait plus pourquoi cela s’était produit et tentait violemment de se frapper pour se réveiller de ce cauchemar macabre. Quelques minutes passèrent, et, soudain, l’infirmière bougea. Dans un premier temps soulagé, le brun afficha un sourire d’espoir pitoyable.
 
« Tu vas bien ! Quel soulagement ! »
 
Le pauvre homme avait attrapé dans ses bras la carcasse de chair qu’il pensait être son ex-collègue. Il pleurait de soulagement. Lorsque celle-ci prit pleine possession de ses mouvements, elle se jeta sur Matt, encore étourdi par l’émotion, et le renversa sur le carrelage de pierre. D’un mouvement sec et répété de la mâchoire, le reste de ce qui était une infirmière tenta de déchiqueter le visage du sorcier. Le zombie n’était pas des plus virulents, mais la force de Matt était réduite en raison de son épuisement, non seulement physique mais aussi émotionnel. L’adrénaline lui permit finalement d’envoyer valser, non sans mal, le corps dénué d’âme. La chose s’échoua contre le mur et perdit de sa mobilité. Elle se traîna non sans mal en direction de la chair fraîche qu’elle convoitait. Le canadien qui s’était à présent relevé regardait cette espèce de zombie se déplacer vers lui. Terrorisé, il ne savait pas quoi faire et ne pouvait se résoudre à attaquer ce qui avait été précédemment son amie.
 
Désarmé face à la situation, il recula de quelques pas avant de tomber à la renverse. Il rampa jusqu’à se retrouver dos au mur. La monstruosité s’approchait et s’approchait jusqu’à lui attraper le pied. Matt ne se débattait même pas. Il s’était résilié… Et pourtant, lorsque la bête chercha à planter ses crocs dans la jambe de l’élémentaliste, celui-ci eu un mouvement de survie. Il cogna dans la gueule du zombie et, à présent, enragé, l’infirmier frappa de toutes ses forces dans ce qu’il restait de son ancienne collègue. Il attaqua jusqu’au sang le visage de la femme et finit par lui fracasser le crâne. Il se releva couvert de sang, les mains le long de son corps. Sa respiration était forte…
 

« HANNIBÁL !!! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hannibál Masaryk
Chef du service 5 - Hyde


Feuille de personnage
Nationalité: Hongrois
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 34 ans

Nombre de messages : 102
Date d'inscription : 25/04/2014

MessageSujet: Re: Un jeu dangereux /!\ - Terminé    Dim 22 Mar 2015 - 23:24
[Posts précédents celui-ci : Hunger]

Stein resta silencieux. Hannibál s’amusa de la similitude de leurs comportements, ou plutôt de la ressemblance de sa façon d’être - froide et apathique – avec celle de bien des patients atteints de troubles sévères. Un gargouillement vint troubler le calme des lieux. Le nécromancien resta muet comme une tombe, finalement le patient répondit à sa question tout en extrayant des mèches de cheveux blonds de sa bouche. Une poussée d’adrénaline aiguisa tous les sens du neuropsychologue. C’était parfait. Son intuition ne l’avait pas trahie, il tenait là bel et bien sa solution. Le nécromancien n’était pas du genre à croire aux coïncidences, le destin existait. Sous une forme bien plus complexe que celle du déterminisme certes, mais il avait ses plans pour chacun d’entre nous. Le neuropsychologue sourit.

Vous avez l’air affamé Herr Stein. Remédions à ça voulez-vous ?

Il fit signe à l’homme de le suivre. Ce qu’il fit sans trop rechigner, certainement poussé par un faim dévorante. Il n’allait pas être déçu. En descendant les escaliers, Hannibál évalua la situation. Il prenait un risque. Une rapide évaluation du personnage lui laissait penser qu’il n’était pas du genre bavard et surtout, qu’il n’avait pas tout sa tête. Pour éviter une mauvaise surprise, lorsqu’ils arrivèrent aux caves, le Hongrois fit s’arrêter le patient et lui dit.

Vous êtes un privilégie Herr Stein, sachez-le. Mais tout à un prix, aussi si vous voulez pouvoir vous délecter, vous allez devoir accepter de le faire à l’aveugle.

Comme il s’y attendait, l’homme resta silencieux quelques instants avant d’accepter. Cette fois, ce fut un franc sourire qui illumina le visage si pâle du nécromancien. Parfait. Il passa donc sa main droite à quelques centimètres du visage de Stein en murmurant une formule. L’allemand vit soudain sa vue s’obscurcir, ses yeux plongés dans des ténèbres nécromants. Il sembla s’agiter un peu, appuyant compulsivement son majeur contre son front. Le rituel l’apaisa et ils purent continuer.

Le patient, aveugle, se laissa guider par Hannibál qui l’emmena dans les tréfonds du mal, aux racines de ce dernier. Ils se rendaient dans une cellule de le neuropsychologue avait laissé à l’abandon pendant près de deux semaines, là où gisait le malheureux infirmier qui avait eu la mauvaise fortune de croiser son chemin à un très mauvais moment. Matthew avec survécu à sa collègue. Le Hongrois avait ordonné qu’on lui fournisse le minimum vital en nourriture et eau pour le maintenir en vie. S’il avait réussir à se défaire du zombie que le nécromancien avec relevé pour le tuer, il avait le droit à quelques jours de plus. Il s’agissait pourtant de se rendre à l’évidence, s’il savait ce qu’il attendait le Canadien aurait préféré mourir en même temps que feu son amie.

Une fois devant la cellule, Hannibál ordonna à Stein de ne plus bouger, il rentra et saisit Matthew qui gisait sur le sol par les cheveux. Il le traina jusqu’au fond de la pièce où il le força à se lever. Il le saisit à la gorge et le plaqua contre le mur de pierre. Mécanique et indolent il énonça alors un sort nécromant. Le zombie dont Matt avait fracassé la boite crânienne se releva. Usant des dernières forces qui lui restaient, le naïf tenta vainement de se défaire du neuropsychologue en gémissant. Contre intuitivement, la morte-vivante sortit de la cellule. L’infirmier, interloqué, se calma un instant. Ses lamentations reprirent de plus belle lorsqu’il la vit revenir les bras chargés de clous. Stein lui restait immobile, conformément aux instructions reçues, appuyant son majeur contre son front en quête de calme. La zombie donna un long clou à Hannibál, en garda elle-même un du même acabit et laissa choir les autres sur le sol. Soudain, en synchronie parfaite, ils clouèrent Matt contre le mur.
 
Le Hongrois s’était aidé d’une formule non-verbale de magie universelle alors que la morte-vivante, relevée avec une force surhumaine avait rejoint la faucheuse à peine sa tâche accomplie, vidée de toute son énergie. Hannibál, passablement épuisé par cet enchainement de sorts énergivores, recula pour admirer son œuvre. Matt, tel un Christ, sanglotait cloué au mur. Le hongrois fit signe au patient de s’approcher. Stein, comme attendu, resta immobiles quelques instants avant se rapprocher avec la précaution requise par sa nouvelle condition d’aveugle. Hannbál mit une main sur son torse pour l’arrêter lorsqu’il se trouvât juste devant Matt. Le chef de service termina son œuvre en passant délicatement deux doigts sur les lèvres de l’infirmier qui se nécrosèrent instantanément, entrainant la langue dans leur mort. L’infirmier comprit avec effroi qu’il était devenu muet. Ses cris ne résonneraient que dans sa tête et nullement contre les murs de la cellule. Il ne fallait pas effrayer l’invité.

Le nécromancien ramassa un clou affûté et le mit dans la main de Stein

Je vais vous laisser. A quelques centimètres de vous se trouve un joli morceau de viande. Si le cœur vous en dit et que vous avez toujours aussi faim, n’hésitez pas à vous servir du clou pour découper de bons morceaux.


Au fur et à mesure qu’il s’exprimait, Hannibál vit du coin de l’œil, les yeux de Matthew s’écarquiller de terreur, du plus indescriptible des effrois. Le Hongrois se dirigea vers la sortie, laissant le temps – comme d’habitude - à Stein de procéder ce qu’il se passait. Sur le pas de la porte il se retourna et avant de sortir apostropha le patient.

J’allais oublier… bon appétit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bernd Stein
Patient(e) - service 4


Feuille de personnage
Nationalité: Allemand
Magie pratiquée: Elémentalisme
Âge: 52 ans

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 18/02/2015

MessageSujet: Re: Un jeu dangereux /!\ - Terminé    Ven 27 Mar 2015 - 9:07
Stein s’obligea à respirer profondément et se toucha trois fois au visage tout en évitant ses yeux, aveuglés par ce qu’il savait sans doute fut de la magie nécromancienne. L’allemand haïssait ce pouvoir sans âme qui n’honorait ni la mort ni la vie autant que ceux qui s’en servaient afin de se vanter vainement des vainqueurs de la mort. D’après lui, ce n’étaient que de morbides maîtres de pourriture, imbus d’eux-mêmes. Et comme elle était pourrie l’âme d’ Hannibál ! Il dut admettre que la cruauté du nécromancien l’avait pris au dépourvu ; en plus, la précision et l’aisance avec lesquelles il effectua ses sorts étaient preuve d’une habilité magique impressionnante. Et pourtant Stein crut détecter des signes d’épuisement dans le flux magie-énergétique du nécromancien. Même si le pouvoir du dernier ne semblait pas tout-puissant, l’allemand comprit qu’une malignité hors-pair ferait d’Hannibál un adversaire formidable. Non, mieux valait participer à ce jeu dangereux. Et pourquoi pas, se dit-il, tant que ce sacrifice lui permettrait d’enfin apaiser sa faim…ou bien celle de sa femme.

Stein dirigea alors son attention vers la pauvre créature en face de lui. Bien qu’il ne le vît pas, il entendit—non, il sentit— le sang de l’homme crucifié goutter par terre. Il eut  une claire vision de son âme frémissant de l’anticipation de la mort imminente. Puis Stein s’adressa au moribond d’un ton solennel :

Voilà venu le moment où votre existence est devenu une passion qui ne se laissera ni altérer par l’opposition, ni dissuader par la souffrance, ni éteindre par la mort. Par contre, sachez que vous servirez  désormais une noble cause et que je vous en témoigne ma reconnaissance éternelle.

Asche zu Asche.

En prononçant ces derniers mots, Stein canalisa son pouvoir afin de cerner  l’essence absolue de l’homme. Il vit son visage s’immobiliser, la magie terrestre ayant déjà envahi le corps de l’homme et absorbé toutes les liquides comme la terre après la pluie. Puis l’homme commença à luire de l’intérieur avant d’imploser. Stein continua de combiner la magie de terre avec celle du feu pour comprimer l’essence de l’homme jusqu’à ce qu’il n’y restât plus qu’un petit tas de cendres. Au final il densifia encore plus les cendres et en façonna une petite perle, noire et bizarrement resplendissante, qui semblait pulser lentement tel un cœur au ralenti.
Sans tarder il la saisit et l’avala. Déjà sa faim se dissipa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Matthew Nichols
Disparu(e) - Défunt(e)


Feuille de personnage
Nationalité: Canadienne
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 25 ans

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 27/01/2015

MessageSujet: Re: Un jeu dangereux /!\ - Terminé    Sam 28 Mar 2015 - 10:04
Plusieurs jours s’étaient écoulés depuis que l’infirmier avait explosé le visage de sa collègue. Le malheureux avait dû survivre avec pour seule compagnie ce cadavre putréfié et défiguré. Au fil des premiers jours, il vomit plusieurs fois à la vue de l’infirmière. Même si Matthew savait parfaitement qu’il n’était pas responsable de la mort de cette femme ; il ne pouvait s’empêcher d’être dégouté par son acte de barbarie. Alors que sa fin approchait, le jeune homme comprenait mieux les combattants de la IIIème Guerre.  Lorsqu’il ne restait plus rien, plus d’espoir auquel se rattacher ; il y avait néanmoins cette petite pulsion de vie. Cette étincelle qui pouvait surgir et faire ressortir le côté animal de n’importe quel être humain. C’est ce qui s’était passé entre lui et sa collègue. Il n’avait pu se résigner à mourir. Il voulait vivre…. Ou tout du moins sur le moment.

Deux semaines au moins s’était écoulées depuis qu’il avait défait le zombie. Le canadien était très peu nourri. Effectivement, il aurait été dommage qu’il retrouve ses forces, se dit-il mentalement avec une touche d’ironie. De toute façon, le sorcier n’avait jamais été un combattant et il en venait à se dire qu’il ne le serait probablement jamais au vu des événements. La cellule capitonnée empestait l’urine et les défécations. Le canadien était avachi contre un des murs. Il respirait fortement.

« Allez. Viens en finir Hannibàl. Enfoiré. » articula-t-il difficilement.

Comme si ses prières avaient été écoutées, Matt eu pour réponse des bruits qui semblait se diriger vers sa cellule. La faim devenue une douce amie murmurait parfois des bruits étranges à son oreille. Était-ce dans sa tête ? Non. La porte de la prison s’ouvrit. Tel un bourreau, Masaryk amenait l’arme qui achèverait le jeune infirmier qui n’était plus que l’ombre de lui-même. D’un geste rude, il traîna la carcasse du sorcier par les cheveux afin de plaquer le malheureux contre un mur et ressuscita le zombie défiguré. Matthew usa de ses dernières forces dans une tentative vaine de protestation. Mais seuls des gémissements pitoyables vinrent lui porter secours. Et pourtant… la femme morte sortit de la cellule. Avait-il réussi ? Allait-il s’en sortir ? Dans une pensée folle et incohérente, le jeune homme se disait que peut-être les secours arrivaient ! Le cauchemar se terminerait…

Son ancienne collègue réapparut, cependant elle n’était pas assaillie ou accompagnée d’aide. Non. Elle portait des clous. A la vue morbide des objets rouillés, l’infirmier gémit de plus belle. Ses derniers cris de douleurs furent lorsque le monstre et sa créature clouèrent ses quatre extrémités. Puis, réduit au silence par le sort nécromant, il ne pouvait plus qu’hurler dans sa tête. Un homme bizarre était à présent vers lui. Le psychologue encourageait ce dernier à se servir. Matt allait devenir l’amuse-bouche de ce fou.

L’homme s’approcha, lentement, aveuglé. Il prononça quelques paroles avant d’entamer ce qui allait vraisemblablement lui servir de repas. Etonnamment, la voix du patient qui faisait face au canadien résonna comme une douce prière aux oreilles du crucifié. Il était temps. Il n’y avait plus d’autres solutions. Matthew Nichols voyait la mort en face. Dans un dernier effort, le corps du jeune homme implosa pour ne laisser que des cendres, à présent condensées en une petite perle...

...NOIR...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hannibál Masaryk
Chef du service 5 - Hyde


Feuille de personnage
Nationalité: Hongrois
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 34 ans

Nombre de messages : 102
Date d'inscription : 25/04/2014

MessageSujet: Re: Un jeu dangereux /!\ - Terminé    Lun 30 Mar 2015 - 22:47
Le neuropsychologue jeta un coup d’œil à son natel. Stein en avait certainement fini avec Nichols. Il finit donc son thé le reste de thé verre qui fumait encore dans sa tasse et reprit le chemin des sous-sols. En chemin il se rappela une nouvelle fois à quel point Lómilendë était une affaire qui roulait. Dès qu’il était apparu comme inévitable que Matthew allait mourir il avait informé la direction. L’administration s’était ensuite chargée de nettoyer le tout et d’aplanir la situation. Quelques coups de téléphones et un versement bancaire plus tard tout était dans l’ordre. Matthew Nichols avait été et n’était plus. Fin de l’histoire. La dragonne régnait effectivement avec brio sur l’établissement, aidée d’une secrétaire cheffe aussi compétente que mystérieuse.

Une fois devant la porte du cachot, il s’empressa de l’ouvrir, impatient de voir le résultat. Rien. Absolument rien. Surpris, Hannibál fut pris au dépourvu. Stein était au centre de la pièce, toujours en quête d’apaisement, ramenant machinalement son index contre son front. Le patient avait fait disparaitre l’infirmier, c’était certain, le corps n’était plus là. L’avait il aidé à s’échapper ? Impossible. Dans son état il n’aurait pas fait deux mètres et Hannibál ne s’était achoppé sur aucun tas de viande informe tentant vainement de sauver sa misérable vie sur son chemin jusqu’ici. Comment diable avait donc procédé l’ogre ?


Circonspect, le neuropsychologue s’approcha de Stein. Il pourrait bien tenter de lui demander directement ce qui c’était passé mais l’anthropophage n’était pas un as de la communication. Le Hongrois réfléchit quelques secondes puis s’approcha de l’infirmière-zombie qui se tenait toujours debout, immobile dans un coin de la pièce. Il apposa ses deux mains sur la crâne de la défunte et murmura

Uddyota

Ce que la morte-vivante avait vu ces dernières heures lui apparut, sous formes d’images et de sons, comme s’il regardait un film de mauvaise qualité. L’état dans lequel Matt avait laissé la pauvre n’aidait pas le neuropsychologue à en tirer des informations claires mais l’essentiel était néanmoins clairement compréhensible. Lorsqu’il ôta ses doigts du visage de l’infirmière, elle s’écroula, redevenant un simple tas de cher.


Le Hongrois se retourna alors lentement vers le patient. L’ogre était diablement doué en élémentalisme. Encore une fois, le nécromancien avait flairé une bonne affaire. Elle serait cependant délicate à gérer. Stein était un patient du bourreau et vraisemblablement un homme potentiellement dangereux aux vues de ses habilités dans l’art élémentaire. Hannibál s’entretiendrait au plus vite avec Aedan à ce sujet. En attendant, il raccompagna l’ogre à sa chambre. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un jeu dangereux /!\ - Terminé    
Revenir en haut Aller en bas
 

Un jeu dangereux /!\ - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un vieux tigre reste dangereux. (Terminé ne pas oublier de changer le nom en Barbe Rouge svp)
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Haïti : Un dangereux précédent par Patrick Elie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lómilendë :: Aux Racines du Mal :: Caves :: Deuxième sous-sol-