AccueilMembresPortailGroupesRechercherFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au coeur des livres - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Katheryn Lafferty
Patient(e) - service 5


Feuille de personnage
Nationalité: Américaine
Magie pratiquée: Aucune
Âge: 24 ans

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 03/03/2015

MessageSujet: Au coeur des livres - Terminé   Sam 14 Mar 2015 - 18:58
La nuit avait été courte pour Kate qui avait profité d’une agréable escapade dans les caves morbides de l’établissement, mais aussi d’une fin plus que malheureuse qui s’était conclue, entre autres, par la confiscation de son portable. Cette vieille vache espagnole lui avait retiré l’objet jusqu’à nouvel ordre. L’actrice en restait furieuse. Le téléphone lui permettait de glaner des informations en tout genre et de maintenir son image au plus haut. Maintenant qu’il n’était plus à sa disposition, la star ne pouvait ni récolter des preuves et autres moyens de pression, ni mettre à jour sa vie « palpitante »… sur les réseaux sociaux. Le premier point était de son point de vue le plus problématique. Simple humaine, la blonde était particulièrement vulnérable face à toute cette horde d’êtres magiques. Elle espérait bien rehausser la balance en prenant quelques photos compromettante qui lui permettrait de survivre dans cet hôpital psychiatrique.
 
L’attente était devenue de plus en plus stressante. La belle n’était pas pressée de rencontrer plus intimement son psychologue maintenant qu’elle avait pu jauger de sa personnalité. Pourtant un sentiment de semi-fascination s’emparait de l’américaine lorsqu’elle se remémorait le visage d’Hannibál Masaryk. Il était habité d’une espèce de beauté glaciale et envoutante qui intriguait la célébrité. Finalement, son premier feeling l’emporta sur le second et elle demanda la permission à sa nouvelle garde rapprochée si elle pouvait flâner quelques heures dans la bibliothèque de la bâtisse jusqu’à l’heure du repas.
 
La permission obtenue, Kate échangea sa nuisette pour une de ces belles robes coutures. La pièce de marque se composait d’un haut beige brodée et d’une jupe en tulle noire lui arrivant juste au-dessus des genoux. L’hiver ne l’empêcherait certainement pas de porter des robes. Elle y ajouta un collant noir pour parer au froid et enfila des escarpins rose pâle. Une petite retouche maquillage et elle partit en direction du neuvième étage.
 
La discrétion de sa nouvelle garde attitrée n’était pas vraiment au rendez-vous, elle remarqua donc assez facilement qu’elle était suivie. Une fois arrivée à l’entrée de l’immense bibliothèque, elle en profita pour semer son poursuivant au milieu des innombrables étagères emplies de livres plus poussiéreux les uns que les autres. Agacé, l’infirmier chargé de sa surveillance se contenta de veiller son retour à la sortie.
 
Enfin seule et tranquille, Kate se plongea dans les titres des nombreux ouvrages qui s’offraient à elle. Les bibliothèques étaient des lieux que l’actrice chérissait. Elle n’exposait pas cette partie d’elle sur les réseaux sociaux, car il n’y avait pas réellement d’intérêt pour son image, mais la blonde y passait une partie conséquente de son temps libre, ma fois très réduit. Aujourd’hui ce temps de loisir avait considérablement augmenté. La star remarqua vite que la plupart des livres traitaient de psychologie et autres procédures liées. Tant pis, elle en profiterait pour se renseigner sur le sujet. Par hasard, la belle tomba sur un livre traitant de sa condition. Elle se posa sur l’immense rebord d’une fenêtre et s’appuya contre l’encadrement. Après plusieurs pages, son esprit vagabonda. L’américaine se remémora son baiser improvisé avec son compagnon d’un soir et se demanda s’il avait été inquiété pour leur petite escapade.
 

Un bruit la sortit de ses pensées. Seule sa tête se mouva pour observer le nouvel arrivant qu’elle prit d’abord pour son nouveau petit chien de garde qui guettait le moindre de ses déplacements.


Dernière édition par Katheryn Lafferty le Mer 1 Avr 2015 - 21:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Selena Nàsdy
Psychologue


Feuille de personnage
Nationalité: Finno-Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 24 ans

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 31/01/2015

MessageSujet: Re: Au coeur des livres - Terminé   Lun 16 Mar 2015 - 22:48
Don't wanna talk anymore
I'm obsessed with silence
I go home and I lock my door
I can hear the sirens

Déception. Elle qui s’était fait tellement d’illusions à propos de ce que Lómilendë pourrait lui apporter. Au final, elle avait l’impression de stagner, d’être perdue dans les ténèbres. Elle se levait tôt chaque matin, quittait son petit 3 pièces au centre de Dublin, roulait une bonne heure jusqu’à Lómilendë, rendait visite à sa mère et entamait des journées de 9h. Elle était bloquée dans le service d’Aedan depuis plusieurs jours, le service du fantôme. La directrice non plus n’était pas bien présente. Elle lui avait promis monts et merveilles avant de s’évaporer. La boule présente quotidiennement dans son ventre se noua à cette pensée. Elle le savait pourtant si bien, les gens mentaient comme ils respiraient. On ne pouvait faire confiance à personne.

I see buildings and bars from the window
And I listen to the wind blow
I see people and cars covered in gold
And I'm happy to be on my own

L’espoir était définitivement le plus caustique des poisons. Envers et contre tout il s’infiltrait dans chaque cellule du corps et respirait, vivait à son rythme, donnant naissances aux idées les plus folles et aux chutes les plus violentes. Toute son enfance elle avait été bercée dans la crainte, la méfiance et la suspicion de son prochain. Force était de constater que ce n’était pas dans sa nature. Elle n’était pas comme sa mère. Elle n’avait pas cette force, cette capacité de se couper de ses émotions. Elle sourit à cette idée. Ça avait mené sa génitrice à l’hôpital psychiatrique. Elle ne s’en sortait peut être pas si mal.

Hard like a rock, cold like stone
White like a diamond, black like coal
Cut like a jewel, yet I repair myself
when you're not there

Son métier le lui avait déjà mainte fois prouvé. La personnalité n’était pas une obscure invention de quelque fumeux allumé. On naissait avec des schémas de fonctionnements, des masques, une façon d’être. Elle pouvait se modeler, s’adapter, évoluer mais la nature brute était immuable, elle était une grande part de notre identité.  Qu’est-ce que l’identité d’ailleurs ? « Sentiment d’être chez soi dans son corps, le sentiment de savoir où on va, assurance en ce qui concerne la reconnaissance de ceux qui comptent. » Selon Erikson. Ça lui faisait une belle jambe toute cette théorie.

Solitaire
Something you consider rare
I don't wanna be compared
With that cheap shimmer and glitter
Solitaire

Aujourd’hui, sa journée finie, Selena avait décidé de reste dans l’établissement pour faire ce qu’elle n’avait pas eu le temps et la force de faire alors qu’elle en rêvait depuis son arrivée : écumer la bibliothèque. Elle n’avait pas eu une seconde à elle, Aedan semblait tout faire pour qu’elle ait à peine le temps de respirer. Elle n’avait d’ailleurs pas eu le temps de repasser voir Arkann dont elle n’avait aucune nouvelle. Mais bon, après tout, « pas de nouvelles, bonnes nouvelles » comme on dit. Elle sourit amèrement à cette pensée. Elle n’avait plus eu de nouvelles de son père pendant plusieurs heures lorsqu’elle était petite, et au final, il s’était suicidé, se jetant du haut d’une des tours de Lómilendë. Les souvenirs de son passage à la base lui revinrent. Au cœur de la 3ème guerre mondiale, les lieux grouillaient d’assassins, soldats, diplomates et autres gradés. Elle se souvint avec précision d’un certain Ambroise. Sa mère ne l’aimait pas beaucoup, mais sa mère n’aimait personne. Elle la revoyait, dans sa tenue de combat, arpenté les couloirs d’un air impérial, donnant des ordres secs de sa voix si glaciale. Elle se remémora les rares moments où elle enlevait son uniforme pour venir se détendre quelques précieuses heures avec son mari et ses deux enfants dans leurs appartements.

I'm in love with ice blue
grey skies of England
I'll admit all I wanna do
is get drunk and silent
Watch my life unfold all around me
Like a beautiful garden
I see flowers so tall they surround me
Oh my heart, it became so hardened

Perdue dans ses sombres souvenirs, Selena salua distraitement un infirmier qui se tenait à l’entrée avant de pénétrer dans la bibliothèque si convoitée. Magnifique pièce. Immense. Blindée de livres. Elle comptait passer des heures à les feuilleter. Entre les cas cliniques et les théories de Bandura elle trouverait bien un grimoire traitant de l’histoire de Lómilendë qui assouvirait sa curiosité. Le sentiment d’être encerclé de bouquins n’avait pas de prix. Elle apprécia la sensation et tendit l’oreille. Il lui sembla être seule. Elle sortit son Ipod et vissa les écouteurs dans ses oreilles.

And all the other jewels around me
They astounded me at first
I covered up my heart in boundaries
And all the fakes they called me cursed
But I'm not cursed, I'm not cursed
I was just covered in the dirt

La solitude état devenue son quotidien. Elle n’avait plus personne. Chaque jour, elle retrouvait son appartement vide et rendait visite à une femme qui ne parlait jamais. Son frère habitait dans un autre pays et sa marraine, sa mère de cœur, vivait à des milliers de kilomètres, sur un autre continent. Elle n’avait pas d’amis, personne à qui se confier, juste ses traumatismes d’enfance qui lui tenaient chaud, décidés à ne pas la quitter. « Solitaire » était devenue son hymne. Elle avait toujours été sensible à la musique, et plus particulièrement à cette chanson, vieille de 22 ans déjà. Elle se rappelait l’avoir écoutée en boucle, des heures durant, attendant que sa mère rentre de missions qui s’éternisaient sur des semaines. « Erèbeth Nàsdy ». Selena s’arrêta net. Elle avait continué à déambuler, peu attentive, et voilà que tout au fond de la bibliothèque, elle se trouvait nez à nez avec un livre dont la reliure portait le nom de sa fameuse mère. Elle le saisit, c’était une biographie.

« La Glaciale Comtesse du Nord ; Miraculeuse Sauveuse du 21ème  siècle ou Maléfique Tyran du millénaire ? »


L’éternelle question. Elle fut tirée de ses pensées par un bruit. Elle ôta ses écouteurs, sens aux aguets. Son téléphone vibra dans sa poche mais elle n’y prêta pas attention.

Il y à quelqu’un ?


[HS : La fameuse chanson est "Solitaire" de Marina & the diamonds]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Katheryn Lafferty
Patient(e) - service 5


Feuille de personnage
Nationalité: Américaine
Magie pratiquée: Aucune
Âge: 24 ans

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 03/03/2015

MessageSujet: Re: Au coeur des livres - Terminé   Mar 17 Mar 2015 - 9:59

A l’approche de la silhouette encore lointaine, Kate ravisa sa pensée. Elle espéra secrètement que l’individu en question ait été Arkann, histoire d’être complètement rassurée sur son sort. L’actrice n’avait pas pour habitude de s’inquiéter des autres, mais l’élémentaliste avait été sincère avec elle, un type de relation qu’elle n’avait pas eu l’occasion de partager depuis très longtemps. Avant de choisir la bibliothèque comme destination, la belle avait eu la tentation d’aller visiter son compagnon d’hier, mais elle avait abandonné l’idée en pensant aux conséquences néfastes que cela pouvait entraîner. En effet, si elle avait pris la peine d’aller le trouver en personne, on aurait pu croire à une espèce de complot de leur part. Et pour l’instant, il fallait laisser les choses se calmer. Même si la blonde était bien décidée à découvrir ce qui se cachait dans les sous-sols. Elle avait juste besoin d’aide ; pour bien, de l’aide d’un membre du personnel. Néanmoins… difficile de savoir s’ils sont tous au courant de ce qui se tramait en-dessous des soubassements de Lómilendë.
 
Malheureusement, la silhouette qui se dessinait plus clairement n’était pas celui qu’elle aurait espéré, ni l’infirmier chargé de sa surveillance. C’était une jeune femme à la peau claire et aux cheveux noires. Elle semblait ne pas avoir remarqué la présence de l’actrice. En y regardant mieux, la présence d’écouteurs devait la couper du reste du monde. Kate s’approcha de l’inconnue doucement. N’ayant plus de portable sous la main, elle ne pouvait pas faire de recherche sur elle, la célébrité prendrait donc le temps de l’observer avant de l’aborder.
 
En s'approchant, la blonde apprécia plus en détails les traits de la noiraude. Elle était belle. Et pour que ce constat s’impose dans les pensées de la star, c’est qu’elle l’était vraiment. Loin d’être méchante, Kate connaissait sa propre beauté – en même temps, elle avait les moyens de soigner son apparence – et cette connaissance de son physique lui permettait de juger, un peu durement peut-être, mais assez bien néanmoins, celui d’autrui. Etrangement, la jeune femme aurait juré connaître ce visage. Les nombreuses recherches qu’elle avait entreprises sur Lómilendë l’avait immanquablement conduite sur les traces d’Erzèbeth Nàsdy et autres grands personnages ayant marqué l’Histoire du monde magique. Elle avait donc certainement déjà vu une photo des enfants de la comtesse ou simplement la ressemblance frappante lui laissait ce sentiment de déjà-vu. Pour le moment, elle ne pouvait se résoudre à faire le rapprochement et conservait cette désagréable impression.
 
Maladroitement, elle laissa tomber son ouvrage au sol. Le bruit attira l’attention de la nécromancienne qui s’enquérait déjà de la présence d’une autre âme. Fini l’observation, la star n’avait plus d’autres choix que de se présenter…
 
« Pardonnez-moi. Je ne voulais pas vous déranger. Je m’appelle Kate. Je suis patiente ici. »
 
Elle prit soin de ne pas divulguer son nom de famille pour éviter tous faux comportements de la part de son interlocutrice. Lorsqu’elle prononçait Lafferty, elle avait une chance non négligeable qu’on la reconnaisse. Et s’il y avait la moindre chance que son visage ne dise rien à la noiraude, elle la saisirait.
 
Durant la scène, Kate avait cru percevoir le vibrement d’un téléphone, mais elle porta son attention, à présent, sur le livre que la jeune femme avait choisi.
 
« La Glaciale Comtesse du Nord ; Miraculeuse Sauveuse du 21ème  siècle ou Maléfique Tyran du millénaire ? ».
 
Le titre ne la laissa pas longtemps de glace, l’actrice l’avait déjà parcouru. C’est incroyable ce à quoi on peut avoir accès sur le net et justement il existait une version numérique de ce livre. Les récits de la plus puissante des nécromanciennes avaient bercé Kate pendant longtemps lors de ces tournages.
 
« J’ai dévoré ce livre. Les histoires sur Erzèbeth Nàsdy m’ont toujours fasciné. Elle est indissociable d’une bonne partie de l’histoire de cette bâtisse. Par contre, je n’aime pas réellement ce titre. Cette femme est… était… humaine après tout. Elle devait être loin d’être parfaite, mais elle a quand même sauvé une bonne partie du monde. Ce n’était pas quelqu’un de mauvais au fond. Elle a seulement fait les mauvais choix ou peut-être les meilleurs choix possibles en dépit de la situation. »
 
Kate se stoppa nette. Elle venait de proliférer un débit de parole incroyable. Ce n’était pas vraiment dans ses habitudes, mais la vue de cette simple biographie l’avait comme envoutée. Elle avait eu envie de partager ses connaissances l’espace d’un instant avec quelqu’un qui semblait s’intéresser aussi à l’histoire de la comtesse. D’un air plus décontracté, elle ajouta comme pour clore cette discussion devenue un peu embarrassante.
 

« Enfin… Je ne la connais que par des livres et des témoignages, je n’ai donc pas vraiment à donner mon avis sur le sujet. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Selena Nàsdy
Psychologue


Feuille de personnage
Nationalité: Finno-Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 24 ans

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 31/01/2015

MessageSujet: Re: Au coeur des livres - Terminé   Mer 18 Mar 2015 - 23:26
Il y avait bel et bien quelqu’un, et pas n’importe qui. Quelqu’un. Katheryn Lafferty. Selene n’avait jamais été ce que l’on pouvait appeler une « fashion victime ». Elle avait passé son enfance trimbalée et surprotégée, cible constante de redoutables assassins, elle n’avait guère eut le temps de s’intéresser aux modes qui au final ne faisaient que passer. A la fin de la troisième guerre mondiale elle avait 14 ans et  rentrait tout juste dans l’adolescence, elle venait de perdre son père et dans une certaine mesure sa mère et n’avait là encore pas la tête à s’occuper des dernières tendances. Bon gré, malgré, il est parfois difficile d’échapper aux médias et à la presse people d’autant plus dans le 21ème siècle sur-connecté et hyper-mondialisé. La nécromancienne savait donc très bien qui était la blonde qui venait de s’excuser de la déranger. C’était une célèbre actrice. Les onces de doutes qui auraient pu subsister furent balayées lorsqu’elle se présenta comme étant Kate

L’actrice enchaîna immédiatement à un flot qui ne laissa aucune chance à la noiraude de s’exprimer. De toute manière, l’envie lui passa bien vite à l’évocation du nouveau sujet de conversation : sa mère. Une chose apparaissait comme certaine, si Selena savait pertinemment qui était son interlocutrice, l’inverse n’était clairement pas le cas. Imperceptiblement, la nécromancienne se figea. Kate semblait en savoir long sur le sujet, elle semblait même passionnée. Il y avait quelque chose d’enflammé dans sa voix. 

Fascinée à son tour, Selena observa la blonde avec attention. Elles devaient avoir le même âge mais pourtant, tout les séparait. Le fond comme la forme. Kate était une jolie blonde humaine qui avait grandi aux Etats-Unis, loin des batailles les plus dévastatrices de la 3ème Guerre mondiale. C’était le produit d’une médiatisation pour laquelle elle s’était battue alors que la noiraude, bien au contraire avait lutté la majeure partie de sa vie contre cette même attention des médias. Selena était une infante des tragédies et de la violence de la 3ème guerre mondiale qui avait déchiré la planète et principalement l’Europe. Fille de la plus grande nécromancienne de tous les temps et prestigieuse Générale de l’OMDHS elle avait était façonnée par la peur et l’horreur. 

Les paroles de l’actrice résonnèrent en elle avec force et l’émurent plus qu’elle ne s’y serait attendue. Après le choc qui l’avait refroidi, la psychologue se détendit. La situation était spéciale, Kate ignorait qui elle était et ne semblait pas partisane du lynchage d’Erzèbeth. Selena avait été tellement habituée à devoir porter le lourd nom de Nàsdy avec toutes les conséquences qui en découlaient qu’elle était toujours sur la défensive lorsqu’on parlait de sa mère. 

Si, si, faites seulement. Votre avis m’intéresse. 

Lui répondit calmement la noiraude. Elle s’assit, fit signe à sa contemporaine de faire de même avant de poursuivre 

Elle a abandonné ses enfants juste après que leur père se soit suicidé, vous trouvez ça humain ?

Même si la nécromancienne jouait l’avocat du diable, son ton était vraiment interrogateur et nullement inquisiteur ou agressif. Au fond, même si elle ne voulait pas se l’avouer, Selena essayait désespérément de trouver des gens qui réussiraient à la convaincre que sa mère n’étant pas un monstre n’était elle-même pas capable de le croire complètement. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Katheryn Lafferty
Patient(e) - service 5


Feuille de personnage
Nationalité: Américaine
Magie pratiquée: Aucune
Âge: 24 ans

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 03/03/2015

MessageSujet: Re: Au coeur des livres - Terminé   Jeu 19 Mar 2015 - 21:26
Le visage de Selena ne revenait pas en mémoire de l’actrice. Son instinct lui disait que la réponse était juste sous ses yeux, et pourtant, la blonde ne parvenait pas à faire le lien avec l’évidence même. Kate restait méfiante à l’égard de la nécromancienne. Elle n’aimait pas le fait qu’elle n’ait même pas pris la peine de se présenter. Mais au vue de sa demande, la belle estima qu’elle devait faire partie du personnel soignant ou le sujet évoqué l’intéressait également… ou peut-être les deux. La star faisait confiance à son instinct et celui-ci lui dictait qu’elle ne risquait rien en baissant un petit peu sa garde. Elle renonça à connaître l’identité exacte de son interlocutrice pour le moment et accepta son invitation.
 
« Très bien. »
 
L’américaine prit place à son tour. Elle réfléchit quelques instants afin de déterminer par quoi elle allait commencer. Le sujet était vaste et sa connaissance dans ce domaine était très bonne étant donné son statut de simple humaine. Peu de non-sorciers pouvaient se vanter d’en connaître autant sur le monde magique. Pour commencer, elle allait simplement répondre à la question posée.
 
« Si je trouve cela humain ? Oui. Je pense qu’on ne peut pas trouver plus humain comme réaction, à condition, bien évidemment, que l’on ait la même définition de ce qu’est l’humanité. L’Homme est faible et lâche dans sa grande majorité. Il n’y a certainement pas de créatures plus égoïstes. "Underneath it all we’re just savages…", pour reprendre une chanson qui correspond bien à mon opinion. »
 
L’actrice avait une définition bien sombre de son espèce. Elle avait vécu loin de la Guerre, mais ce n’est pas pour autant qu’elle ne voyait pas les horreurs qu’un être humain pouvait infliger à un autre, et cela, même lorsqu’on était loin des terreurs des combats. Cela ne rendait la chose que plus abjecte. Le monde du cinéma et du petit écran aux Etats-Unis avait vu naître beaucoup de monstres, ces dernières années. Des gens qui se croyaient au-dessus de tout parce qu’ils sont populaires grâce à une surmédiatisation accrue. Kate savait pertinemment qu’elle profitait, elle aussi, de son statut, mais elle n’avait jamais dépassé les limites. L’actrice cultivait son personnage et laissait paraître une image parfaite de sa personne, en échange d’une reconnaissance à semi-méritée et de quelques faveurs sans grandes conséquences. Les êtres auxquels la blonde se référait, frappaient, violaient, brisaient, voir tuaient, simplement car ils avaient développés un complexe de dieu.
 
« Ce n’était certainement pas le choix parfait, mais c’était un choix. Au lieu de se morfondre, de se donner la mort ou toutes autres décisions lâches, elle a décidé de faire quelque chose de cette tragédie. Elle s’est infligé le Gel-Cœur pour sauver le monde dans lequel vivraient ses enfants ou peut-être aussi pour entrer dans l’Histoire. C’est égoïste, mais ça a le mérite d’être utile. »
 
Kate marqua une nouvelle pause pour remettre de l’ordre dans les nombreux flux d’informations qui ressurgissaient.
 
« Il ne faut pas oublier que d’après les récits, c’est plutôt Liam Macchi qui abandonné ses enfants en premier.  "Le suicide n’est pas affaire de courage. C’est juste une impérieuse envie de paix. Une envie qui domine tout le reste" disait Andea H. Japp dans son œuvre Une ombre plus pâle. Et quel choix plus égoïste que de choisir d’être en paix avec soi-même plutôt que de se battre pour sa propre chaire et son propre sang ? Oui, Erzèbeth Nàsdy a fait un choix. Un choix dur, un choix imparfait. Mais, elle l’a fait pour ses enfants. Enfin… C’est ce que je pense, ce que je ressens. Je n’en ai aucune preuve, mais je le crois. Et si, néanmoins, elle l’a fait pour la gloire, elle aura tout de même amélioré le futur de sa descendance et de milliers de gens, ce qui sera toujours un meilleur choix que de simplement disparaître.»
 
La belle était tellement concentrée qu’elle ne fixait pas Selena. Elle ne voyait aucune de ses réactions. Elle menait un débat intérieur en même temps qu’elle essayait d’argumenter ses opinions. Les récits de la comtesse de glace avaient trouvé une place bien particulière dans l’imaginaire de la star. Elle les vivait comme une échappatoire, la promesse d’une vie meilleure. Erzèbeth Nàsdy était devenu une héroïne imparfaite, une héroïne vraie aux yeux de l’américaine. Paradoxalement, même si elle pensait que l’a rencontré aurait été une chance, elle estimait au moins qu’elle garderait à jamais l’image qu’elle avait choisi de donner à son personnage.
 
« Je ne pense pas que son époux était quelqu’un de mauvais, non. Il était faible. Et je trouve cela injuste qu’on lui reproche plus à elle d’avoir abandonné ses enfants, sous le simple prétexte qu’elle était plus célèbre. En tout cas, c’est l’impression que rapportent les livres dans lesquels je me suis plongé. »
 
La célébrité ne prenait pas de pincettes et ne mâchait pas ses mots avec le sort du pauvre défunt mari de la tristement célèbre nécromancienne.

La question posée ultérieurement soulevait un autre problème. Celui de la notoriété et de l’influence que cela avait pour les familles.
 
« En embrassant son rôle de leader, Erzèbeth Nàsdy a fait le choix de faire passer le monde avant sa famille. Et ce choix a eu pratiquement raison de nombreux proches de dirigeants. JFK était connu pour avoir de nombreuses maîtresses, mais il a aussi créé les régiments de la paix. Einstein se décrivait comme quelqu’un de "solitaire qui n’a jamais appartenu de tout cœur à l’État, au pays natal, au cercle des amis et pas même à la famille dans le sens étroit du terme" et pourtant ses découvertes ont permis de changer la face du monde. Même le mage Ackien était réputé pour avoir de graves problèmes avec sa famille et il reste une des plus grandes influences du monde sorcier. »
 
Sa voix s’arrêta quelques instants. Le regard de l’actrice se planta sur les grandes fenêtres de la bibliothèque.
 
« Ceux qui change le monde doivent le faire radicalement à de nombreux prix. L’Homme est bien trop perverti pour laisser une chance aux bons choix. On ne vit pas… on survit. »
 
Tristement, la phrase de la belle se termina sur un bien triste constat, résultat du monde faux qu’elle avait toujours côtoyé jusqu’à aujourd’hui.
 
[HS : Je n’ai pas pu m’empêcher de citer « Savages » de Marina & The Diamonds, vu ton premier post !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Selena Nàsdy
Psychologue


Feuille de personnage
Nationalité: Finno-Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 24 ans

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 31/01/2015

MessageSujet: Re: Au coeur des livres - Terminé   Mar 24 Mar 2015 - 21:39
Après ce qui sembla être un court moment d’hésitation, l’actrice prit place et s’assit à son tour. A peine commençât-elle sa réponse que Selena sut qu’elle allait l’apprécier. Marina & The Diamonds était une artiste qui avait bercé son enfance, une de ses chansons résonnait dans ses oreilles quelques minutes auparavant, et voilà que Kate la citait, elle aussi, pour exposer son opinion sur l’Humanité. Opinion que, cela dit, partageait grandement la psychologue. L’Homme était vil, faible et pathétique dans sa majorité. De par son métier, Selena pouvait soutenir ses dires de centaines de cas plus déplorables les uns que les autres. Réellement, le dégoût pour ses congénères n’avait d’égale que l’étrange fascination que leurs comportements réveillaient en elle.

Si la blonde avait le même avis, elle n’était certainement pas aussi privilégiée qu’il pouvait paraître. Selena se rappela vaguement une histoire d’ex petit ami abusif et elle savait pertinemment à quel point la célébrité était violente, ravageuse même pour le corps et l’esprit. Elle mettait à rude épreuve ceux qui la désiraient tant et la métaphore d’Icare était tout à fait appropriée. Toutes ces starlettes qui ne rêvaient que de renom et de paillettes finissaient systématiquement par se brûler au fur et à mesure qu’ils s’élevaient.

Le choix n’était clairement pas parfait, et les arguments qui suivirent, Selena se les étaient récités des centaines de fois. Elle savait une chose pour sûre, sa mère n’avait pas fait ça en quête de célébrité, elle en avait déjà tellement. Soudain, la Finno-Hongroise se crispa légèrement. Peut-être pas assez ?  Bien au contraire de sa propre personne, la psychologue savait que son illustre mère avait toujours aimé les projecteurs. Erzèbeth avait été un animal public, une bête de show, une maitresse de l'image, la fameuse Comtesse du Grand Nord. De Sydney à Seattle en passant par Reykjavik et Buenos Aires on savait qui était Erzèbeth Nàsdy.

Liam. On y venait. La sempiternelle culpabilité qu’on infligeait aux suicidés, le fardeau supplémentaire. Le suicide n’était pas une punition pour les proches mais un acte désespéré, l’ultime solution. Selena ne nourrissait aucune haine à l’égard de Liam, il avait été un bon père, un papa. Elle mieux que quiconque savait que la dépression était une maladie et le suicide une de ses finalités possibles au même titre qu’un cancer pouvait se déclarer un beau jour et tuer avec la même cruauté.

Doucement, Kate approchait de la fin de sa réponse. Oui, Erzèbeth avait été une leader, et quelle leader, mais sa marraine aussi et elle avait sût s’arrêter. Sa mère n’en avait jamais assez, comme si elle était responsable du sort de l’humanité. Elle avait donné sa vie pour mettre fin à la WWIII, mais l’avait elle fait par pure conviction ? Egoïsme ? Et à quel prix. Elle était rentrée dans la postérité, c’était certain, marquant l’histoire pour les siècles à venir mais sous quel visage ? Le titre du livre maintenant posé sur la table entre les deux jeunes femmes en disait long : Erzèbeth était peut-être la sauveuse du 21ème (un petit siècle) mais elle le payait en devenant une maléfique tyran pour le millénaire à venir.

Selena resta silencieuse quelques instante, se remémorant les paroles qui venaient d’être prononcées. Elle choisit de ne pas réagir sur le contenu à proprement parler mais d’aller en quête de plus de détails sur les raisons qui poussaient une jeune actrice humaine à porter tant d’intérêt pour Erzèbeth.

Merci pour votre honnêteté. A vrai dire, je ne suis pas surprise que vous connaissiez Erzèbeth. Tout le monde la connait. Je suis surprise que vous sembliez la connaître autant. D’où vous viennent cet intérêt et ces connaissances ? La plupart des gens s’arrêtent à la folle sans cœur.


Quelle ironie du sort de se dire que sa mère était désormais internée dans un hôpital psychiatrique avait un cœur qui, vraisemblablement, n’en était plus un.

D’ailleurs, je pense que l’anecdote que je vais vous raconter devrait vous intéresser. Vous connaissez la chanteuse Sia ? Elle était très célèbre il y a une vingtaine d’années. Vous savez Clap Your Hands, Titanium, Chandelier… Kate après quelques secondes d’incrédulité approuva, le visage illuminé. Elle savait de qui Selena parlait. Et bien cette femme était aussi fascinée par ma mère. En 2014, au plein milieu de la WWIII, elle s’est inspirée d’Erzèbeth pour une de ces chansons que vous connaissez sûrement d’ailleurs. Ca été un tube : Elastic Heart. Allez jeter un coup d’œil aux paroles.


Selena sourit à cette pensée. Lors de la sortie du single elle avait tout juste une année mais elle se rappela avec douceur son père l’écouter à de multiples reprises lors de leurs trajets en voiture ou dans le salon.

And I wanted it, I wanted it bad
But there were so many red flags
Now another one bites the dust
Yeah, let's be clear, I'll trust no one

You did not break me
I'm still fighting for peace


Perdue dans la chaleur de ses souvenirs pour quelques secondes, elle remarqua soudain le visage de Kate déformé par la surprise et une touche de peur. Que se passait-il ? Soudain Selena comprit. Elle avait vendu la mèche. Et bien cette femme était aussi fascinée par ma mère. Décidée à briser la gêne et à signifier à la blonde qu’il n’y avait pas de raison de s’alarmer elle lui tendit la main et se présenta enfin.

Selena Nàsdy. Enchantée. Je suis psychologue doctorante en formation ici. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Katheryn Lafferty
Patient(e) - service 5


Feuille de personnage
Nationalité: Américaine
Magie pratiquée: Aucune
Âge: 24 ans

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 03/03/2015

MessageSujet: Re: Au coeur des livres - Terminé   Mer 25 Mar 2015 - 21:13
Selena Nàsdy… Selena Nàsdy, la fille d’Erzèbeth Nàsdy, mais aussi de Liam Macchi – que, soit dit en passant, la blonde venait juste de traiter de faible. Pourtant, le visage de son interlocutrice ne semblait point énervé ou même embarrassé. Il était comme illuminé, intéressé. De toutes les personnes qui s’étaient inscrites sur la liste mentale de l’actrice, cette dernière n’avait pas imaginé y voir figurer la fille de son héroïne. Au moins, sa supposition sur le fait que la noiraude fasse partie du personnel était juste. Cet établissement allait peut-être apporté à la jeune femme plus que ce qu’elle espérait.
 
Malgré sa première rencontre avec la pharmacienne en cheffe qui semblait faire partie des gens que la star considérait comme « sauvages », elle avait fait la rencontre d’Arkann qui lors de leur première rencontre avait été sincère avec elle. L’américain lui avait parlé et même « montré » une partie de son passé. Et là, elle rencontrait cette femme qui semblait si bienveillante. La psychologue doctorante dégageait une aura réconfortante. Mais Kate n’était pas stupide. Même si elle avait l’impression d’être assez adroite pour jauger les personnes qu’elle rencontrait, elle savait qu’il fallait néanmoins ne pas tirer de conclusions trop hâtives sur les gens. Parfois, il pouvait cacher leur jeu mieux qu’on ne pourrait le croire. Par exemple, Kate connaissait la musique avec ces abrutis du monde cinématographique. Elle jouait leur jeu selon leurs règles et n’hésitait pas à mentir et manipuler pour survivre. Après sa tentative de suicide, la belle avait souvent frôlé les limites de l’acceptable et pensait réellement devenir l’une d’entre eux. Après tout, elle ne voyait pas d’autres solutions pour continuer. Mais ces gens qu’elles rencontraient, ici, lui faisait reprendre contact avec son côté plus « humain » et l’impression empêchait la belle d’endosser le rôle d’hypocrite avec eux. Maintenant, elle n’en avait pas besoin ; elle n’éprouvait aucun ressentiment envers Selena.
 
« Enchantée, docteur… miss Nàsdy ? Je ne sais pas ce qui est d’usage dans cette situation. Je suis Katheryn Lafferty, mais appelez-moi Kate », se présenta-t-elle cette fois complètement en lui serrant la main. La psy devait certainement l’avoir reconnu de toute façon.
 
La chanteuse Sia s’était inspiré d’Erzèbeth Nàsdy pour écrire sa chanson Elastic Heart ? Voilà une anecdote que l’actrice n’aurait pas pu trouver dans un livre. L’américaine appréciait aussi l’artiste et la chanson. Malgré son jeune âge, la jeune femme affectionnait beaucoup la musique des décennies passées. Même si les chansons actuelles étaient parfaites pour sortir et faire la fête, il y avait des petits bijoux qui se cachaient dans des titres plus anciens. En repensant aux paroles en question, la blonde comprenait le rapport qui s’opérait avec la comtesse de glace.
 
« L’Histoire du monde magique me fascine. Lorsque j’ai découvert pour la première fois le nom d’Erzèbeth Nàsdy, j’ai tout de suite su qu’il fallait que j’en sache plus. »
 
Une petite pause permit à la célébrité de se remémorer les faits plus exactement. Lorsqu’elle commença à raconter cette histoire, on sentait que la star revivait ce moment. Un de ces rares instants qui lui avait redonné espoir à une période plutôt difficile.
 
« Oui, voilà ! concéda-t-elle pour insister sur le fait qu’elle retrouvait ses souvenirs dans leur plus grande exactitude. C’était le 9 janvier 2027, j’allais avoir 14 ans dans un peu plus d’un mois. A la télévision, les rédactions n’arrêtaient pas de diffuser en boucle des images de la Générale Nàsdy, triomphante. La Guerre était terminé, répétaient-ils sans cesse en voix off. Et à ce moment-là, je me suis approchée tout prêt de mon écran. J’essayais de voir ses yeux, enfin non… son regard. Et c’est sûrement stupide, mais j’avais l’impression de connaître ce regard. C’était celui que je voyais lorsque je regardais dans le miroir et dans n’importe quel reflet de moi-même à vrai dire. J’ai alors voulu en savoir plus. Qu’avait-elle vécu ? Qu’avait-elle fait ? Pourquoi on la détestait et on l’admirait en même temps ? Et surtout pourquoi cette expression ? »
 
Kate marqua un arrêt. Ce regard… C’était le résultat du Gel-Cœur avait-elle appris plus tard. Comparer son expression à celle d’une femme qui s’était enlevé tout sentiment, voilà une triste réalité à accepter. La main de l’américaine vint se resserré contre sa poitrine à ce souvenir douloureux. Cependant, elle continua.
 
« J’ai dévoré les nombreuses biographies à son attention et les différents livres d’Histoire qui relatait sa vie plus jeune, à Lómilendë l’école comme la base militaire, mais aussi celle de ces ancêtres et de ses partenaires. Vanina Tsukiyo et Yezekael Adrazar ont rythmé mes journées de tournage et mes nuits dans différents hôtels et j’ai fini par me renseigner sur le reste du monde magique. »
 
La jeune femme était allée plus loin, mais évita consciemment ces anecdotes. Elle avait fréquenté de nombreux sorciers et s’était prêtée à plusieurs expériences peu recommandables, entre autres.
 
« Mais Erzèbeth Nàsdy était différente du reste du monde. Elle a été pour moi un de ces héros qui nous font vibrer dans un bon livre ou parfois dans une bonne série ou encore un bon film. C’était mon échappatoire. Etrangement, ces aventures bien que brutales m’apaisaient. »
 
La star aimait cette femme qui vivait dans un monde si horrible et qui tentait toujours de faire de son mieux. Même si elle n’y arrivait pas, ce n’était pas grave. Au contraire, ça la rendait plus humaine. La blonde planta son regard dans celui de Selena et tout en touchant sa chevelure dorée, elle ajouta.
 
« Vous devez me prendre pour une folle… »
 
Quelle ironie ! C’était le propre d’un hôpital psychiatrique d’héberger des fous… et pourtant, Kate ne se sentait pas folle, juste abîmée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Selena Nàsdy
Psychologue


Feuille de personnage
Nationalité: Finno-Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 24 ans

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 31/01/2015

MessageSujet: Re: Au coeur des livres - Terminé   Mer 1 Avr 2015 - 18:50
Comme elle s’y attendait, la blonde lui confirma bel et bien être l’actrice américaine de renom. Selena apprécia comment sa contemporaine poursuivit la conversation avec calme. Il n’y avait de toute manière pas de quoi paniquer, si la nécromancienne avait dû se mettre en colère chaque fois qu’on avait émis un avis – demandé ou pas – sur sa famille elle passerait ses journées à des tensions peu recommandables. Au fil des années, elle avait appris à prendre beaucoup de recul et sa pratique de psychologue l’avait considérablement aidée à comprendre que les attaques dirigées contre ses parents ne lui étaient pas destinées.

Selena ce sera très bien.

Une fois n’étant pas coutume, voilà qu’elle invitait à nouvelle fois une patiente de l’hôpital psychiatrique à l’appeler par son prénom. Même si Arkann avait été une exception elle ne traitait pas Kate, aussi ne voyait-elle aucune raison d’utiliser des formalités pompeuses alors qu’à nouveau, elle se retrouvait face à quelqu’un qui avait son âge et qui partageait donc bien des choses propres à leur génération. La fin de la guerre par exemple dont la blonde venait de faire mention, la Finno-Hongroise s’en rappelait aussi.

Tout comme la blonde, elle avait 14 ans lorsque le conflit prit fin. Elle se souvint comme si c’était hier des images tournant en boucle à la télévision, des applications de news inondées et des radios répétant sempiternellement la même chose : C’est fini ! Ce regard dont la patiente faisait mention il l’avait hanté mais pas pour les mêmes raisons. Son père était mort depuis peu de temps et dans les yeux sans vie de sa mère elle avait compris qu’au final, Erzèbeth aussi n’était plus. Cette apparition médiatique fut la dernière de la Comtesse qui disparut d’ailleurs tout court, laissant à Vanina le soin de s’occuper de ses enfants, Luka et Selena. Jusqu’à sa récente réapparition. La noiraude se demanda comment réagirait Kate si elle savait que son idole vivait dans le même bâtiment qu’elle. Elle y avait été internée, pour être plus précis.

La blonde semblait en effet en connaître un véritable rayon sur le monde magique. Bien sûr, tous les non-sorciers connaissaient Erzèbeth, Yezekaël et Vanina mais la finesse des adjectifs utilisés et les précisions apportés connotaient clairement une connaissance largement supérieure à la moyenne des Hommes.

Je n’ai jamais eu le plaisir de connaître Yezekaël mais je peux vous assurer que Vanina est une femme d’une grande bonté et d’une droiture remarquable.

Elle ne chercha pas confirmation mais Selena était presque certaine que Kate savait énormément de choses à son sujet. Bien malgré elle, son histoire, logiquement indissociable de celle d’Erzèbeth et Vanina, était souvent décrite et analysée dans de nombreux ouvrages. Plus jeune, elle avait passé de nombreuses heures à traquer ce qui était publié à son propos sur Internet. Elle avait vite fini par se lasser de lire sans cesse les mêmes tissus d’absurdités. Les journalistes, comme bien d’autres métiers, n’avaient que très peu de conscience professionnelle et aucun honneur.

Je serais une bien mauvaise psychologue si je pensais à votre place. Vous ne m’avez pas l’air folle, si tant est que la folie existe.

La fascination qu’elle portait à sa mère était certes particulière mais pas inexplicable. Les figures polarisées avaient ce don : polariser. Selena allait poser une nouvelle question lorsque son natel vibra une nouvelle fois. Distraite elle y jeta un rapide coup d’œil et pu y lire le message d’Arkann.
'Soir. Je suis au plus mal. J'ai tiré à moi des problèmes qui me dépassent. Masaryk n'est pas ce qu'il semble être. J'aimerais te voir. Ark'



L’adrénaline se répandit dans son cerveau. Elle prit le livre posé sur la table, se leva et le remit en place.
Je suis vraiment désolée de devoir m’absenter dans la précipitation. Une urgence psy. Je suis persuadée que nous allons nous recroiser. Bonne journée !

Elle serra la main de Kate et quitta la bibliothèque en trombes. Masaryk n’est pas ce qu’il semble être. Qu’est-ce que voulait dire Arkann ? La nécromancienne n’avait encore jamais rencontré le chef du service 5. Elle avait cru comprendre qu’il venait de rentrer en fonction et si les maigres informations qu’elle avait entendues étaient justes, il était nécromancien. Pour le reste, elle ne le connaissait pas du tout. Sur le chemin de la chambre d’Arkann elle en profita donc pour faire une rapide recherche sur Internet.

Neuropsy. 34 ans. Hongrois. De prime abord rien de bien passionnant. Alors qu’elle attendait l’ascenseur un article attira son attention. Le Dr Masaryk, interdit de pratiquer en Hongrie fait recours à la cour européenne des droits de l’Homme. Finalement, il semblait effectivement avoir matière à discussion sur la chef de Hyde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Katheryn Lafferty
Patient(e) - service 5


Feuille de personnage
Nationalité: Américaine
Magie pratiquée: Aucune
Âge: 24 ans

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 03/03/2015

MessageSujet: Re: Au coeur des livres - Terminé   Mer 1 Avr 2015 - 21:28
La noiraude l’invita à l’appeler par son prénom. C’était un geste agréable. Pourtant, Kate ne put s’empêcher de remarquer qu’elle avait déjà rencontré deux psychologues et n’avait toujours pas été prise en charge. Quel étrange établissement.
 
Vanina ? C’était juste. Si la blonde se remémorait bien les faits, Selena était la filleule de la nippone. Pendant quelques instants, l’actrice enviait la psychologue qui avait vécu les histoires sur lesquelles elle fantasmait. La blonde se ravisa pourtant. Le visage de la nécromancienne abritait aussi ce regard triste et solitaire. La vie n’avait pas dû être un conte de fée pour la jeune femme avec une mère aussi célèbre et aussi absente.
 
La discussion prit fin bien abruptement lorsque la noiraude consulta son portable. Kate semblait déçue de ne pas pouvoir entendre la suite de sa déclaration. Mais comment rivaliser devant ce qui venait d’être désigné comme une urgence psy ? Elle regarda la femme s’en aller de la bibliothèque, un peu triste.
 
« J’espère vraiment que nous nous reverrons… » ajouta-t-elle à demie-voix, pas vraiment certaine que son interlocutrice ne l’ait entendue.
 
Que faire maintenant ? Assez de lecture pour aujourd’hui, mieux valait regagner sa chambre avant l’heure du repas du soir. Mais comment se débarrasser de son toutou qui devait l’attendre bien sagement à l’entrée de la biblio ? Par chance, l’américaine était célèbre. Et si, pour une fois dans cet hôpital, cela pouvait vraiment tourner en sa faveur, elle saisirait sa chance. Elle apostropha gentiment un infirmier qui flânait dans la section « Drama ». S’il s’intéressait à ce genre de littérature, il y avait de fortes chances qu’il soit un fan.
 
L’homme se figea à la vue de la star. Kate avait misé juste. Il tenta de bredouiller vainement quelques mots à propos de son admiration pour son rôle dans « Pretty Things », mais la belle l’arrêta.
 
« Je suis ravie de vous rencontrer… Une petite photo souvenir vous ferait plaisir ? Je la prendrais bien avec mon téléphone, mais il m’a été malheureusement confisqué par Miss De Santa Cruz. Prêtez-moi le vôtre. »
 
Avec un enthousiasme certain, le garçon sortit son appareil et prit un selfie avec la célébrité. Enjoué, il la remercia plusieurs fois, tout en complimentant ces différentes apparitions dans divers films. Il compatit aussi vaguement à propos de cette histoire de « violence conjugale ». La blonde le laissa parler encore quelques instants, puis, profita d’un silence pour lui demander un service.
 
« Oh… Je ne voudrais pas vous déranger plus longtemps. Vous devez avoir beaucoup de travail à accomplir, mais… pourriez-vous m’aider ? C’est très embarrassant à dire vrai… La direction m’a assigné une garde personnelle pour être sûre qu’il ne m’arrive rien, mais après tout je ne suis pas en danger ici ! Je veux dire ; c’est un geste qui part d’une bonne intention, mais je crois que je serais plus à l’aise si on me laissait tranquille de temps en temps. Mon escorte m’attend à l’entrée de la bibliothèque. Peut-être pourriez-vous m’aider à sortir sans me faire remarquer ? »
 

L’art du mensonge était devenu une seconde nature pour la belle. Nullement culpabilisée, elle le pratiquait aisément lorsque cela s’avérait nécessaire. Autrement dit, à chaque fois que l’actrice avait besoin de quelque chose. L’américaine était en vaine. L’infirmier était sorcier et était ravie de pouvoir l’aider. Il apposa sur elle un sort de dissimulation et la prit à ses côtés pour être sûre de ne pas attirer l’attention sur sa présence lorsqu’elle franchirait les portes de la grande salle. Tout se passa comme prévu. Dans les couloirs, Kate remercia son bienfaiteur et demanda de garder le sort encore quelques instants afin de pouvoir rentrer sans encombre dans sa chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au coeur des livres - Terminé   
Revenir en haut Aller en bas
 

Au coeur des livres - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Au coeur d'Evanya... [Terminé]
» En plein coeur d'Oryenna... [Terminé]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Un démon dans le coeur d'un ange. [Terminé]
» De battre mon coeur....[ Kyllian][Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lómilendë :: L'Antre de la Souffrance :: Étages :: Neuvième étage-