AccueilMembresPortailGroupesRechercherFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 /!\ Carte blanche !! [One shot storyline]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Aasimir Fenring
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Français
Magie pratiquée: Elémentalisme
Âge: 27 ans

Nombre de messages : 111
Age : 31
Date d'inscription : 06/03/2015

MessageSujet: /! Carte blanche !! [One shot storyline]   Ven 3 Avr 2015 - 18:48
*** Carte blanche !! Carte blanche !! Carte blanche !!***

La phrase tournait en boucle dans l’esprit d’Aasimir. Elle était déclinée sur tous les tons, en chanson, sensuellement, de façon hystérique. Alors qu’il se baladait dans les couloirs pour rejoindre sa destination, des dizaines d’idées jaillissaient dans esprit sur la manière et la façon d’utiliser cette liberté. 
***Carte blanche !!***

Au détour d’un couloir, Aasimir s’arrêta et s’enfonça dans les ombres. Il venait d’entendre les petits tintements irritants de la pharmacienne en chef. Attendant tranquillement que tout risque disparaisse, une idée germa dans son esprit. Une idée qui était liée à la pharmacienne.

*** un petit détour s’impose…***

Au lieu de prendre à droite en direction des appartements du personnel, il prit à gauche, s’enfonçant dans les entrailles du château, direction la zone de stockage des drogues et médicaments.

La directrice lui avait donné toutes les informations nécessaires sur les différentes protections de la bâtisse, ainsi il n’y eut pas de réelle grosse difficulté à s’infiltrer. Quelques protections supplémentaires étaient présentes sur certaines drogues et médicaments de haut niveau, mais Aasimir voulait quelque chose de moins dangereux. 

Deux choses en fait.

Une fois ses courses terminées, il s’esquiva de la salle des médicaments en refermant la porte, aucune trace de sa visite ne devrait être visible. 

***carte blanche !! Carte blanche !!***

###

Face à l’appartement du Docteur Frieman, Aasimir se répéta rapidement son plan général. Il n’allait pas être bien compliqué au final. D’après la directrice, la cible attendait dans sa chambre convaincue d’avoir fait ce qu’il fallait et d’être sous protection. Il n’avait donc qu’à rentrer et faire son affaire.

***carte blanche ! carte blanche !!***

Il vérifia que personne n’était présent dans les environs et se dirigea vers la porte. Une porte massive, lourde et certainement renforcée par magie. A une dizaine de centimètre, il eut une sorte de frisson derrière la nuque. Immédiatement, une vague de chaleur entoura son corps. Les esprits, liés à la mort et au froid du néant, étaient réfractaires à la chaleur et aux flammes. Si l’esprit était réellement vindicatif, une simple barrière de chaleur ne ferait que le ralentir le temps qu’Aasimir ne réagisse plus violemment.

Mais le frisson disparu rapidement, comme si l’esprit avait détourné son attention de lui.
 
***Il devait garder la porte… et empêcher le docteur de sortir… mais pas de rentrer… ou alors… je suis autorisé… ça paraîtrait logique si c’est Jezabel qui l’a placé là comme gardien…***

Attrapant la fiole qu’il avait préparée dans le laboratoire de la pharmacienne, Aasimir concentra sa magie à l’intérieur. Le liquide s’agita puis se mit à bouillonner. Un sourire aux lèvres, il augmenta encore la magie qu’il insufflait dans la fiole scellée. Très vite, cette dernière se mit à trembler dans ses mains, signe d’une surpression évidente.

Il ouvrit doucement la porte sans faire de bruit et lança la fiole à l’intérieur. Il entendit le verre se casser, un souffle se libérer et surtout une incantation se terminer. Il eut tout juste le temps de reculer la tête qu’un pic de glace de la taille d’une javeline passa devant sa tête, effleurant la peau et y laissant un léger sillions sanglant.

Soufflée par la magie qui se déroulait à l’intérieur, la porte se referma d’un coup. Et au bout de quelques secondes, Aasimir entendit le bruit d’un corps qui chute. En tournant la tête, il put voir la lance de glace plantée dans le mur du fond. D’un clin d’œil, il la fit fondre et manipula le mur pour que la trace disparaisse.

*** Il se défend le vieux ! Il devait être aux aguets, malheureusement pour lui… les vapeurs de Sullivor, ça ne pardonne pas… vous allez faire de beaux rêves pendant une bonne heure maintenant…***

Attendant une demi-minute que les vapeurs se dissipent, il entra dans la chambre rapidement, se précipitant tel un fauve sur sa proie. Allongée au milieu de la pièce, le sorcier était immobile. Ne voulant pas prendre de risque inutile, Aasimir plongea sur lui et frappa d’un coup sec derrière la nuque.

Immobile au milieu du salon, Aasimir guettait l’environnement. Aucun bruit ne venait du couloir. Lentement, il se redressa, se dirigea vers la porte et la scella magiquement. Il revient ensuite vers le docteur et resta immobile devant lui en le regardant. Il passa son doigt sur la plaie sur sa joue. Il observa la goutte de sang qu’il ramena et un sourire aux lèvres murmura :
« carte blanche… carte blanche »

###

Le surveillant-assassin contemplait son œuvre avec un certain plaisir. Le docteur Frieman se tenait debout devant lui, maintenu comme un jésus en croix par des stalactites descendant du plafond et des stalagmites surgissant du sol. Les mains et les pieds étaient enserrés dans une gangue de pierre totalement indestructible dans l’aide de la magie. Le bon docteur suspendu comme un cochon qu’on allait saigner était complètement nu mis à part sa paire de lunette.

*** Plutôt bien conservé dis donc pour un mec presque dans la cinquantaine… Il s’entretenait quotidiennement pas possible autrement… pas superbement bien équipé par contre… on peut pas gagner sur tous les tableaux tout le temps non plus… bon au travail… carte blanche… carte blanche…***

Aasimir s’approcha de son cobaye et en fit le tour pour se placer dans son dos. Il vérifia la position du psychologue et leva son index. Aussitôt une flamme jaillit au bout du doigt. Rapidement, cette flamme sembla diminuer de taille pour se concentrer de plus en plus jusqu’à avoir la taille d’une tête d’épingle. La lumière brillante qui s’en échappait, indiquait clairement la température importante de la flamme.

Il posa sa main sur le dos nu et appliqua délicatement son index sur la peau au niveau de la troisième vertèbre cervicale. La flamme pénétra la peau comme dans du beurre et s’insinua jusqu’à la moelle épinière. Frieman ne bougea même pas, complètement anesthésié par le médicament qu’il avait respiré.

Lentement pour ne pas se tromper, Aasimir dessina sur la face intérieure de la vertèbre collant la moelle épinière le sceau du feu. Une marque élémentaire tribale possédant une puissance intrinsèque forte. Une fois terminée, il sortit la flamme et recommença immédiatement deux  vertèbres plus bas mais avec le sceau de l’eau cette fois. Il répéta l’opération deux fois de suite avec le sceau de l’air et de la terre. 

Quand il eut finit sa préparation, Aasimir se recula, vérifia que rien n’était visible à part avec une inspection extrêmement minutieuse. Fier de lui, il se dirigea vers le petit coin cuisine de la pièce et se servit à boire. Puis tranquillement, il se déshabilla, ne gardant rien. Il plia avec soin ses vêtements et les plaça bien à l’écart pour être sûr que rien ne viendrait les salir.

Il prit le nécessaire à injection qu’il avait apporté de la pharmacie et préleva une bonne quantité d’une solution orange pale.

« Si je me souviens bien… pour éviter les problèmes d’embolie pulmonaire, il ne faut pas qu’il y ait de bulle… ça serait con qu’il me claque entre les doigts avant la fin à cause d’une bulle d’air… avec une dose comme ça de Tusinam, il va se réveiller en moins de cinq secondes je pense… »

Appliquant l’aiguille sur le pauvre homme qui n’allait pas du tout aimer le réveil qui s’annonçait, il injecta lentement et attendit, regardant avec plaisir la petite goutte de sang tomber sur la couche de sable qu’il avait dispersé au sol. Ce dernier se mit à luire doucement quand le sang rentra au contact et le sang fut rapidement absorbé.

Lenz ne fit pas attendre Aasimir très longtemps. Ses yeux s’ouvrirent d’un coup, il se renversa en arrière violement et hurla de toute la puissance de ses poumons et de sa gorge.

Le cri dura bien une minute avant de s’affaiblir, puis reprit grâce à une nouvelle inspiration d’air, pour enfin décroitre et se terminer en râle faible mais continue. La tête du psychologue retomba en avant, couverte de sueur, le regard fou, les yeux laissant transpirer toute la douleur qu’il ressentait face à ce réveil brutal.

Attendant un instant, Aasimir prit la parole. Sa voix paraissait faible et sourde après le cri de souffrance du cinquantenaire.

« Bonjour Dr Frieman. Je suis désolé de vous avoir réveillé si fortement. En fait, non je ne suis pas désolé, mais c’est une figure de style. Je vous ai injecté du Tunisam pur. C’est une drogue extraite d’une fleur de Papouasie que les chamanes du coin mâchent afin de pouvoir rester éveiller pendant plusieurs jours lors de leurs rituels. La fleur ne contient que 3% de Tunisam et ils peuvent rester plusieurs jours réveillés. Je vous laisse imaginer l’activité cérébrale qui vous attend. »

« Pour…quoi… »

« Pourquoi ? Bas pour que vous restiez réveillé tout au long de notre longue séance d’expérimentation. Il serait regrettable que je sois interrompu régulièrement par vos pertes de connaissance. La avec la dose que je vous ai injecté, votre cerveau continuera à fonctionné pendant au moins une semaine après votre mort, ou il va fondre d’ici une dizaine d’heure, mais là aussi vous serez mort avant je pense. »

« Non… pourquoi… moi… qui êtes-vous ? »

« Ahhh ! Désolé. Mon nom ne vous apportera aucune information et le pourquoi ne changera rien à la situation. Et puis c’est quand même beaucoup plus fun quand il y a une petite dose de suspense non ?? »

Dépité et torturé, le docteur regarda Aasimir droit dans les yeux, un sourire aux lèvres. Il se concentra pour utiliser sa magie et énonça rapidement une formule, certainement mortelle dont Aasimir ne comprit rien. Alors que Lenz sentait la magie parcourir son corps, elle fut dévié à la dernière minute pour se concentrer dans son dos au niveau des symboles totémiques qu’Aasimir avait tracé. Une lueur incandescente se fit voir à travers la peau nue. Aussitôt Lenz fut projeté en arrière, un nouveau cri de douleur remplissant la pièce.

Ne comprenant rien à ce qui se passait, Lenz reconcentra sa magie pour se libérer de la douleur et de sa prison et à nouveau la lumière fut visible, le flux de magie absorbé, la douleur intolérable et le cri retentissant.

Aasimir attendait, immobile, les bras croisés sur ton torse musclé, son sexe réagissant légèrement à l’excitation qui montait. Quand Lenz eut fini de hurler et reprit son souffle, l’assassin reprit la parole.

« Je ne vous conseille pas d’utiliser votre magie. J’ai tracé des marques élémentaires sur plusieurs de vos vertèbres. Ses marques sont utilisées par les élémentalistes pour absorber la magie environnante dans le cadre de rituel particulièrement long ou énergivore. Chaque fois que vous allez essayer de libérer votre magie, elle sera absorbée avant même de jaillir de vous.

La douleur provient des effets contraires… je vous ai gravé les quatre runes élémentaire, et chacune à son contraire juste à côté. En absorbant la magie, elles s’activent et s’opposent, déchargeant la magie dans vos fibres nerveuses, provoquant la douleur. »

Un sourire satisfait aux lèvres, Aasimir s’approcha du docteur jusqu’à une distance presque intime. Il passa ses mains sur le corps encore musclé du nécromancien. Il les laissa se balader tout en reprenant sur un ton plus bas et intimiste.

« Je tiens à ce que vous sachiez que je ne ressens absolument aucune antipathie envers vous. On m’a demandé de m’occuper de vous et j’obéis toujours aux ordres. En plus… on m’a donné carte blanche… vous comprenez… carte blanche !! Je vais pouvoir tester des dizaines de choses que j’ai toujours voulu vérifier sans jamais avoir l’occasion de le faire. D’habitude je dois être discret, rapide et précis… mais pas cette fois… »

« Qu’est ce… que vous allez me faire… »

« Mais !! Je vais faire de mon mieux bien sûr !! » Dit-il en éclatant de rire, sa main caressant sans y penser le sexe du patient, remontant sur le torse, faisant des allez-retours. Une réaction physiologique inhérente à ce genre de manipulation commença à avoir lieu aussi bien chez Lenz que chez Aasimir.

« Dites-vous que vous avez quand même de la chance… Je ne suis pas d’humeur à batifoler. Enfin… disons que le plaisir que je vais tirer de mes expériences dépasse largement, pour le moment, le plaisir que je pourrai tirer physiquement de vous… »lâcha-t-il en regardant la pauvre virilité dressée du praticien.

Abandonnant ses caresses, il attrapa le visage du praticien qui, dans un dernier sursaut de bravoure sans doute, lui cracha au visage. Totalement indifférent à cette insulte, le crachat dégoulinant lentement le long de sa joue.

« Je ne vous… dirai rien… et vous ne tirerez rien… de moi. » Haleta Lenz avec difficulté.

« Oh !! Ne faites pas de promesse que vous ne tiendrez pas… de toute façon je n'attends rien de particulier...mais je peux vous assurer une chose… au final… tout le monde parle ! et sinon vous auriez dut garder votre salive… la soif va finir par être dévorante… »

Reculant un peu, Aasimir inspecta son « patient » avec minutie. Il lui tourna autour avant de hocher la tête, approuvant ses propres idées.

« Bon mon cher… je vous propose de commencer par l’extérieur puis nous passerons à l’intérieur… il y a des dizaines de choses que j’ai envie de tester et nous n’avons pas tout notre temps non plus… »

Une lueur rougeoyante dans les yeux, le feu se mit à courir sur la main droite d’Aasimir, recouvrant la peau. Sur sa main gauche, de l’eau se condensait et une pellicule liquide se répandait pour la recouvrir.

« Je vous en prie n’hésitez pas à crier, cela ne dérangera personne vu que personne ne vous entendra… et cela me donnera des indications précieuses. Je ne sais pas vous… mais je suis tout excité ! »

Un hurlement de douleur jaillit de la gorge de Lenz Frieman alors qu’Aasimir débutait.

###

« Tiens je ne pensais pas du tout que cela aurait fait ce bruit là… en même temps je n’ai pas souvent l’occasion de faire exploser un rein de l’intérieur… en tout cas félicitation Lenz, je te trouve parfaitement propre de l’intérieur… un esprit sein dans un corps sein. »

Pencher en avant en train de regarder à travers une ouverture béante sur le côté de l’abdomen, dont il avait cautérisé les bords pour éviter une trop grosse perte de sang, Aasimir avait la main plongée dans les entrailles de son cobaye.

Recouvert de giclée de sang, de sueur et d’autres liquides tous provenant du corps de Lenz, Aasimir expérimentait tranquillement avec plaisir. Il avait déjà répondu à plusieurs questions qu’il se posait sur les réactions du corps humain à plusieurs sollicitations.

Sortant les mains de Lenz, il chassa d’un revers de poignet une mèche de cheveux, étalant du sang et des humeurs sur son front dans une grosse trainée.

« Ah Lenz !! Tu es génial ! Je réponds à tellement de questions que je me posais grâce à toi ! C’est ça le problème de n’avoir jamais été à l’école… j’ai loupé tellement de chose… Voir les flux de magie se répandre en toi et leur conséquence c’est… je n’ai pas de mot ! C’est juste ouah !! »

Terriblement excité par la situation, Aasimir regarda son pauvre cobaye avec une lueur d’amusement enfantin. Lentement, il se colla à lui, son sexe tendu se frottant à l’orifice annal. Ecartant les fesses, il pénétra lentement mais fortement dans l’intimité du bon docteur, qui ne put retenir un cri de douleur et d’humiliation. Après plusieurs va et viens, Aasimir plongea sa main à l’intérieur de son patient pour saisir de l’intérieur à travers l’intestin son sexe tendu. Les sensations étaient décuplées.

Produisant magiquement de la chaleur à travers sa main, il accéléra le mouvement de ses hanches pour profiter pleinement du plaisir qu’il ressentait, complètement sourd à la douleur du nécromancien. Rapidement, il sentit qu’il frappait régulièrement contre la prostate de Lenz. Déplaçant sa main, il l'attrapa de l’intérieur et la stimula. Rapidement le sexe de Lenz se tendit quelque peu et un jet continu de liquide séminal puis de sperme en jaillit. Amusé par le fait d’avoir provoqué une jouissance sans donner de réel plaisir, Aasimir ne chercha pas à durer et sortit dès qu’il sentit la jouissance venir. Il se termina à la main, laissant sa semence couler sur le corps de Lenz. Il n’allait cependant laisser aucune trace de lui sur le docteur, il y veillerait.

« Après cette petite pause détente… je vous propose de tester quelque chose d’intéressant avant de terminer et de ranger.

J’ai appris durant ma formation à Lomilende à neutraliser les substances chimiques et les poisons qu’on pourrait m’administrer en modifiant mon sang grâce à ma magie de l’eau. En jouant sur l’acidité ou en le chauffant à haute température pendant quelques instants, j’arrive à me débarrasser de pratiquement toutes les substances communes. Je t’avoue que ce n’est pas quelque chose de très agréable… c’est même « excruciating » comme vous dites dans votre beau pays. »

Aasimir regarda Lenz avec un sourire compatissant.

«J’ai envie de voir si j’arrive à le faire sur quelqu’un d’autre ou si la quantité d’énergie est trop importante… on va commencer par monter la température puis on acidifiera… je me demande à quel moment tes vaisseaux sanguins vont fondre… pour la douleur je le sais déjà : ça va être du lourd. »

« Tue moi… tue moi… je n’en peux plus… tue moi… »

« Oui oui on y arrive ! je t’ai pas menti et je ne le ferai pas… je pense que tu ne tiendras de toute façon pas très longtemps encore… surtout avec la suite des réjouissances ! Prêt ? »

Demanda-t-il pour la forme avant de poser sa main sur la poitrine de Lenz. UN nouveau hurlement se fit entendre avec en arrière-plan les encouragements d’Aasimir.

###

« Bon bas… je pense qu’on a fait le tour… merci beaucoup Lenz, j’ai répondu à beaucoup de questions que je me posais… tu ne m’écoutes plus là, regarde-moi au moins quand je parle… ah mince… désolé… j’ai oublié que j’avais sectionné les tendons de tes muscles du cou… tu ne peux donc pas lever la tête… Désolé !!"

Aasimir le regarda avec un air sérieusement désolé, voulant effacer la boulette qu’il avait fait. Recouvert de sang de la tête aux pieds, et de morceaux de boyaux , Aasimir ne ressemblait plus à grand-chose. Lenz aussi mais dans un autre style.

Il ressemblait à un pantin en bois dont un termite aurait fait son gouter. Il y avait des ouvertures nombreuses un peu partout dans son corps, cautérisées le plus souvent, certaines à vif d’où coulait du sang qui se répandait sur le sable avant d’être absorbé. Il manquait des morceaux de chaires, de muscles, de peau, de tendons et même un testicule, car Aasimir avait voulu savoir quelle forme avait l’intérieur d’une gonade sexuelle.

« Bon… je vais te laisser te reposer… je vais prendre une bonne douche. Je reviens et on termine tout ça… parce que bon l’heure tourne quand même… à tout de suite. »

Rapidement il se débarrassa des morceaux encombrant et fila à la douche. Cinq minutes plus tard, il revint les hanches entourées d’une serviette, en train de se sécher les cheveux avec une deuxième.

« Bon Lenz… on s’arrête là… merci beaucoup de ton aide… je pense que tu ne dois plus avoir suffisamment de voix pour répondre mais bon je ne t’en veux pas. »

Du bout des doigts, il tira une mèche de cheveux à peu près propre et souleva la tête du praticien. En fixant les orbites vides, le morceau de nez qui manquait et les dents dont on pouvait voir la racine à travers les gencives et la joue noircie et racornie, Aasimir s’étonna qu’il soit encore en vie.

« Allez good bye Lenz, et ne t’inquiète pas… tu ne reviendras pas du royaume des morts… ton âme ne sera pas disponible pour qui que ce soit… »

Aasimir eut un doute mais il lui semblait que le nécromancien avait souri, un sourire de reconnaissance. Avoir été torturé dans la vie et devoir revenir souffrir dans la mort était une fin commune et terrifiante pour les nécromanciens. Aasimir lui épargnerai au moins ça.

Posant un doigt de sa main gauche sur une zone immaculée du corps de Lenz, Aasimir murmura la formule magique que sa mère utilisait régulièrement durant son enfance. Il avait appris grâce à Erzebeth Nasdy à maîtriser cet aspect de son héritage magique. Les forces nécrotyques, qui dormait en lui, s’éveillèrent, combattant férocement contre la magie élémentale qui dominait habituellement.

 
Canalisant cette énergie dans son sortilège, il sentit la force vitale de Lenz s’accumuler sous la pression de son doigt, puis passer en lui, le traverser et venir se cristalliser dans sa main droite sous la forme d’une pierre rouge sang. Rapidement, la vie quitta le corps abimé de Lenz. Un froid mortel se fit ressentir dans la pièce et une sorte de hurlement sourd jaillit de la gorge de Lenz. Un râle inhumain provenant directement de l’âme du sorcier tandis que le sortilège nécrotyque cherchait et réussissait à l’arracher de son corps. Une plainte se fit entendre et finit par disparaître tandis qu’un crystal d’une blancheur laiteuse se formait à côté de la pierre rouge sang.

Tremblant face à la dépense d’énergie que ce sortilège lui avait demandée après une très longue session à utiliser sa magie élémentale, Aasimir se laissa tomber dans un fauteuil et ferma les yeux, serrant la main sur les deux pierres. Après quelques minutes, il avala la pierre rouge et sentit l’énergie vitale qui restait à Lenz passer en lui, lui permettant de récupérer suffisamment de force pour finir son travail.
D’un geste de la main, en marmonnant une formule en langage pyrique, il n’avait plus la force d’informuler, il fit naître une sorte d’anneau de flamme sur le cadavre de Lenz qui partit des pieds pour monter jusqu’aux cheveux. Les flammes brûlèrent chaque trace ou morceau de peau qu’Aasimir avait pu laisser sur le cadavre. C’était une sécurité indispensable à cette époque.

Regardant l’anneau de flamme s’insinuer à l’intérieur du corps et passer dans chaque plaies, Aasimir soupira de fatigue. Il se leva rapidement pour aller chercher quelque chose à grignoter tandis qu’il regardait les flammes finir leur travail en brulant chaque neurone du cerveau du nécromancien. Personne ne pourrait rien tirer comme information sur les dernières heures de Lenz, ni sur sa vie au final. Une fois le sortilège terminé, Aasimir prit le temps de se rhabiller, et rangea la pièce pour qu’elle soit identique à son arrivée.

Arès plusieurs minutes de rangement, il était crevé et il allait encore devoir amener le corps à Jezabel. Il incanta un nouveau sort, de la transpiration couvrant son front. Contrôlant un léger tremblement de sa main, il regarda le sable qui recouvrait le sol, s’agiter, onduler pour recouvrir le cadavre et combler les vides et les manques. Après quelques instants, le corps semblait intact et frais comme un poisson sortant de l’eau. Le sable tiendrai tant pendant six heures avant de s'effriter et disparaître.

« Bon bas Lenz… on y va ! tu es attendu. »

###

Après avoir frappé discrètement à sa porte, Aasimir déguisé en infirmier poussa un fauteuil roulant dans le bureau de la chamane. Sur celui-ci, un patient immobile, les traits dissimulés par une série de bandage.

« Madame… voici notre bon Dr Frieman. Comme convenu… J’ai dut faire quelques détours pour arriver ici incognito, mais c’est bon personne ne nous a vu…

Si ça ne vous dérange pas… je suis presque aussi crevé que notre bon ami ici présent… je vais donc prendre congé pour dormir… ah voici un petit cadeau pour vous, dit-il en posant la pierre précieuse blanche qu’il avait scellé sur un anneau d’or le plus pur, une babiole mais je serai ravi si elle vous plait assez pour que vous la portiez. »

Il déposa la bague sur le bureau, enleva sa tenue d’infirmier, se retrouvant nu, prit la tenue de patient qui était dissimulée derrière le cadavre et l’enfila rapidement.
« Madame… je reprends la mission de surveillance… à très bientôt pour un rapport… »

Et sur un hochement de tête de Jezabel, il sortit, pour regagner rapidement sa chambre et tomber dans un sommeil réparateur.


Dernière édition par Aasimir Fenring le Sam 4 Avr 2015 - 16:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Jezabel Pendragon
Directrice générale


Feuille de personnage
Nationalité: Ecossaise
Magie pratiquée: Chamane
Âge: 35 ans

Nombre de messages : 140
Date d'inscription : 24/04/2014

MessageSujet: Re: /!\ Carte blanche !! [One shot storyline]   Sam 4 Avr 2015 - 8:45
Jezabel se frotta les yeux et relu la même phrase pour la troisième fois. Décidément... elle était trop fatiguée et distraite pour son travail administratif. Elle pensait à à Black Widow, à l'ordre qu'elle lui avait donné. Elle ne doutait pas qu'il s'en sortirait à la perfection, sa distraction n'avait par conséquent aucune raison d'être... Un frisson lui parcourut la colonne vertébrale alors qu'elle songeait à l'assassin. Un sourire s'étendit sur ses lèvres. Peut-être ses pensées n'étaient-elles pas occupées par la mission, mais plutôt par le jeune homme lui-même. En se mordillant la lèvre, elle se remémora ce qui s'était produit contre le bureau devant lequel elle était présentement assise. Cela se reproduirait-il ?

Une fois de plus, elle tenta de se remettre à la lecture du rapport, chassant tant bien que mal les pensées perverses qui l'envahissaient. Son attention fut détournée une fois de plus. Quand on parle du loup... Aasimir venait de frapper puis d'entrer, déguisé en infirmier. Il lui amenait le corps demandé, la mission s'était déroulée sans souci, apparemment. Elle le remercia, un peu ailleurs, puis l'élémentaliste eut un geste qui la surprit. Il s'approcha et déposa une bague sur le bureau, en la présentant comme une « babiole ». Elle la prit pour la regarder de plus près.

« M-Merci. Elle est sublime. »


Fait rarissime, la directrice était émue. Elle reporta son attention sur le jeune homme et resta sans voix. Il s'était déshabillé et avait saisit ses propres vêtements, se changeant sans gêne sous ses yeux. Elle ne parvenait pas à détourner le regard, captivée par le corps lui faisant face. « A très bientôt », lui dit-il en prenant congé. Elle hocha la tête.

« Nous nous reverrons rapidement. Reposez-vous bien. »


Avant qu'il sorte, elle l’interpella une dernière fois.

« Black Widow ?
Il se retourna. Assurez-vous de garder ce déguisement d'infirmier. », lui recommanda-t-elle avec un clin d'oeil.

Lorsqu'il fut sorti, la chamane fixait la bague, chamboulée. Elle ne s'attendait pas à ça. Elle la passa à son doigt : évidemment elle lui allait à la perfection. Elle rit. Elle qui avait toujours refusé de porter son alliance, la voilà qui s'affublait d'un bijou offert par un homme qu'elle ne connaissait que depuis quelques jours. Mais qu'est ce qui t'arrive ma fille...

Elle revint rapidement à la réalité, dérangée par l'odeur du cadavre toujours dans la pièce. Elle fit appeler un infirmier, qui déplaça le cadavre dans le bureau du docteur Masaryk.

_________________

"We're all mad here. I'm mad, you're mad."
"How do you know I'm mad ?" said Alice.
"You must be" said the Cheshire Cat.
"or you wouldn't have come here."

~ Lewis Carroll

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

/!\ Carte blanche !! [One shot storyline]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Wrestlemania II : CARTE DU SHOW !
» Carte l5r
» Carte des Terres du Milieu
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)
» Carte de Terre de Fangh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lómilendë :: L'Antre de la Souffrance :: Les Tours Cardinales :: Tour Est :: Appartement 6-