AccueilMembresPortailGroupesRechercherFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ghost Love Score - terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 24
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Ghost Love Score - terminé    Ven 17 Avr 2015 - 0:17
Noir. Noir. Noir. Les ténèbres. Erzèbeth ouvre les yeux. Où est la neige ? Où est la glace ? Où est la grotte. Où suis-je ?  La nécromancienne s’assit sur son lit en silence, scrutant l’obscurité. Elle ne reconnaissait pas cette chambre, cet endroit, et pourtant il lui semblait si… familier. La comtesse sourit. Elle y était. Elle était de retour à Lómilendë. Elle s’approcha de la fenêtre et observa le parc enneigé baigné d’un splendide clair de lune. Elle ferma les yeux et inspira profondément. Lómilendë. Le grand jour approchait. La nécromancienne se dirigea vers la porte de sa chambre et tenta de l’ouvrir. Elle était verrouillée. La nordique hausse un sourcil, interpellée. Ils croyaient la retenir ? Elle était là de son plein gré. Ils seraient fous de penser le contraire. Une lueur rougeâtre naquit au bout de l’index gauche de la comtesse, elle l’apposa avec douceur sur la poignée qui s’ouvrit alors. La voie était libre, Lómilendë lui tendait les bras.
Erzèbeth sortit en marchant lentement dans les couloirs. Pâle comme la lune qui brillait dans le ciel, la sorcière ressemblait à un fantôme déambulant avec grâce. Sans un mot, elle commença à s’effacer, se fondant dans la nuit. Libre comme l’air, la comtesse arpenta l’établissement. Tout avait beau avoir complètement changé, l’âme de Lómilendë était toujours là, elle sentait même son cœur palpiter dans ses entrailles. La magie coulait à flots, baignant l’établissement de sa puissance. Bientôt. Bientôt. Tout bientôt.

Conformément aux effets escomptés par le Gel Cœur, les pouvoirs de la nécromancienne étaient désormais complètement débridés. Pour ce qui était des conséquences inattendues, bien qu’Erzèbeth ait survécu au terrible sortilège, elle n’était plus  vraiment elle. Son visage portait les réminiscences de celle qu’elle avait été mais il n’était plus la même. Elle ne faisait pas son âge, elle n’en avait d’ailleurs plus vraiment. Etrange et effrayant humanoïde, la comtesse était devenue une sorte de Frankenstein à la beauté dérangeante. Mi-bête, mi-femme, elle semblait être le résultat d’un assemblage entre mort et vie, beauté et laideur, attraction et répulsion.
Soudain, la nécromancienne se rematérialisa, émergeant de l’obscurité. Elle semblait flotter dans les ténèbres qu’elle épousait avec perfection. Elle se trouvait au onzième étage. La sorcière inspecta les lieux qui accueillaient désormais des salles d’opération. Elle ferma les yeux et inspira profondément. Elle fut immédiatement submergée de souvenirs.
 
 _____
 
Ouvrez vos ouvrages à la page 562.

Les bruissements de pages que l’on tourne résonnèrent alors unanimement dans la salle. Erzèbeth, vêtue aujourd’hui d’une robe à corset noir contempla ses élèves quelques secondes avant de poursuivre. 
La nécromancie est clairement l’art le plus complexe à maitriser. Il est ingrat. Il demande beaucoup de travail et de patience. Acquérir les bases est une condition sine qua non si vous espérerz devenir un jour de grand nécromanciens.

La nordique se leva et se mit à déambuler lentement entre les rangs.


Sous vos yeux se trouve une liste de certains des sorts les plus complexes qui existent dans l’art obscur. Je veux que vous les étudiiez attentivement et que vous en choisissiez un.

Un ersatz de murmure que l’enseignante fit taire d’un regard, parcourut brièvement la salle.

Cet enchantement deviendra votre objectif. Peut-être même votre marque de fabrique. Vous n’êtes qu’en première, mais au cours des sept prochaines années, vous allez fréquenter Lómilendë. Cet établissement est un des meilleurs au monde. Je suis une des meilleures dans mon domaine. Croyez-moi, au terme de votre cursus avec moi, vous maîtriserez un de ces sorts.

Un étrange sourire étira les pâles lèvres de la nécromancienne. L’excellence était son crédo et elle serait une enseignante impitoyable. Les privilégiés qui avaient la chance d’avoir été sélectionnés pour étudier ici étaient la relève. Formés par la meilleure nécromancienne, le meilleur élémentaliste et la meilleure chamane contemporains, ils deviendraient les prochaines figures de proue du monde magique.
 
  _____
 

La nordique rouvrit les yeux. Les images l’avaient saisi avec une vivacité spectaculaire et pourtant… tout ça remontait à si loin. Une autre vie. Elle était alors si jeune, si naïve. Immobile, la comtesse regarda, apathique, le givre s’étirer autour d’elle et progresser sur le sol et les murs. Depuis le Gel-Cœur, elle irradiait constamment de froideur. Au sens littéral autant que littéraire. La nostalgie qui s’était emparée d’elle disparut brutalement.
Néant.
La comtesse cligna des yeux plusieurs fois, comme si elle tentait de se réveiller. Que se passait-il ? Des rapides coups d’œil autour d’elle la situèrent bien vite. Elle y était. Elle sourit, sentant l’énergie de la bâtisse affluer de toute part. Son heure approchait. Une excitation animale s’empara d’elle. Elle commença à s’agiter et à marcher en rond quand des pensées parasites s’imposèrent à elle. Elle lutait la garce.

Non… non… NON !

Hurla t ’elle brusquement avec hystérie. Erzèbeth s’était arrêtée net et avait saisi sa tête à deux mains, le regard fou. Elle respirait bruyamment, les yeux exorbités. Elle remarqua alors une présence. Quelqu’un se tenait au bout du couloir. La lumière crue des néons inonda l’espace. La nécromancienne tourna violemment sa tête vers l’inconnue, ses grands yeux glace rivés sur elle. 


Dernière édition par Erzèbeth Nàsdy le Ven 17 Avr 2015 - 10:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Jezabel Pendragon
Directrice générale


Feuille de personnage
Nationalité: Ecossaise
Magie pratiquée: Chamane
Âge: 35 ans

Nombre de messages : 140
Date d'inscription : 24/04/2014

MessageSujet: Re: Ghost Love Score - terminé    Ven 17 Avr 2015 - 10:13
Jezabel grogna. Une alarme assourdissante retentissait dans ses appartements, la tirant d'un lourd sommeil sans rêve. Les récents événements avaient forcé le personnel à mettre en place un système de surveillance des patients plus poussé qu'auparavant. La totalité des chambres étaient maintenant sous alarme dès la tombée de la nuit : si la porte était ouverte, le ou la chef(fe) de service était immédiatement averti(e). La directrice s'était personnellement occupée de désactiver celle de son espion, Fenring. Deux autres patients avaient également eu droit à un traitement de faveur : Arkann Amargànt et Erzèbeth Nàsdy. Ces deux-là étaient sous surveillance non-stop et l'alarme préviendrait aussi bien leur responsable que la directrice.

Cette nuit-là, contrairement aux attentes de la chamane, c'était la Reine des glaces qui s'était échappée. Voilà qui n'était pas forcément plus positif... Le gel-cœur l'avait rendue aussi redoutable qu'imprévisible. Il fallait maintenant se dépêcher, personne ne devait la voir.

Vêtue d'une nuisette de soie noire lui arrivait à mi-cuisse, Jezabel ne prit pas le temps de s'habiller. Elle se saisit d'une robe de chambre assortie qu'elle enfila en saisissant son téléphone portable. Sur l'écran s'affichait une carte de l'établissement avec une silhouette violette représentant Erzèbeth. La forme humaine se déplaçait entre les étages et... Disparaissait ? Foutue technologie. L'intensité des pouvoirs de la sorcière devait avoir fait dérailler le système de géolocalisation. Il lui fallait se rapprocher du dernier endroit où s'était trouvée la nécromancienne et la localiser grâce à un sort. Sans doute retrouverait-elle Samaha sur place, les recherches seraient facilitées.

Elle courut dans les escaliers. L’ascenseur aurait été plus rapide, mais également stupide : la fugitive ne l'emprunterait certainement pas. De ce fait, elle risquait de la croiser en montant, et de devoir redescendre ensuite. Durant son ascension, la silhouette était réapparue sur son portable qu'elle tenait toujours à la main. Elle semblait s'être arrêtée au onzième étage. Essoufflée, Jezabel y arrivait elle aussi et fut accueillie par un cri. Entourée de glace, la comtesse hurlait en se tenant la tête, recroquevillée sur elle-même, comme possédée. Malgré la détresse visible de la Nordique, la scène était à couper le souffle. La lune qui apparaissait à travers l'une des fenêtres se reflétait sur le givre qui recouvrait désormais la quasi-totalité du couloir. A son centre se tenait Erzèbeth, vêtue d'une impressionnante robe à corset semblant tout droit sortie des années 1840. Tenter de lui imposer une tenue classique de patiente avait été tout bonnement impossible. Ses longs cheveux cascadant sur ses épaules et masquant partiellement son visage lui donnaient l'air irréelle. Soudain, ses yeux se posèrent sur la chamane, la fixant avec froideur.

Silencieusement, marchant avec précaution sur le sol gelé, elle s'approcha. Pour la première fois de sa vie, Jezabel avait réellement peur. Le gel-cœur ayant totalement débridé les pouvoirs de celle qui était l'une des plus grandes nécromancienne de tous les temps, elle faisait bien pâle figure. Un geste de la Finno-hongroise et elle serait morte. Pas sûr que son don de régénération lui soit d'une quelconque utilité. Il ne fallait surtout, surtout pas brusquer la patiente. Un instant, la directrice songea à appeler de l'aide. Samaha, si elle se trouvait dans ses appartements, avait entendu l'alerte et devrait arriver sous peu. Qui appeler d'autre ? Aasimir ? Mauvaise idée. Ses pouvoirs lui seraient certainement d'un grand secours, cependant il n'avait pas connaissance de la présence de la Nordique à Lómilendë, et comment justifier sa présence devant le docteur Black ? Non, l'espion n'était pas envisageable sur ce coup-là. Qui d'autre, alors ? La présence de Selena calmerait peut-être sa mère... L'Ecossaise garda cette idée en tête, au cas où. Elle avait décidé de tenter le diable.

D'une voix calme et assurée, elle s'adressa à la femme qui se trouvait désormais à quelques mètres d'elle.

« Madame la comtesse ? Je suis Jezabel Pendragon, directrice de l'hôpital psychiatrique dans lequel vous êtes internée suite au Gel-Cœur. Même si vous connaissez ce château de fond en comble, il n'est pas prudent de vous y promener seule. Accepteriez-vous de regagner votre chambre ? »

Qui eut cru qu'un jour elle s'exprimerait avec un tel respect envers une patiente ? Celui-ci n'avait pourtant rien de feint. Sur ses gardes, la directrice était prête. Elle ignorait si la Nordique répondrait, si elle s'enfuirait, si elle l'attaquerait. Toutes les options étaient envisageables.

_________________

"We're all mad here. I'm mad, you're mad."
"How do you know I'm mad ?" said Alice.
"You must be" said the Cheshire Cat.
"or you wouldn't have come here."

~ Lewis Carroll

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 24
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Ghost Love Score - terminé    Ven 17 Avr 2015 - 11:52
Figée, la comtesse regarde l’inconnue s’approcher d’elle. Fascinée elle l’écouta se présenter. Jezabel Pendragon. Lentement, la nécromancienne se redressa, retrouvant un semblant de normalité dans sa posture et son regard. La folie avait quitté ses yeux, laissant place à un insondable vide. Un hôpital psychiatrique. Lómilendë était devenu un asile. Peut-être que… Sans prêter garde à Jezabel elle se mit en marche, lentement, faisant les cent pas. Elle semblait pensive. Quelque chose ne joue pas. Un danger ? Au contraire, tout va bien. Au gré de ses déambulations réflexives, sa longue robe noire d’époque se balançait doucement au rythme de ses pas.

Son choix allait porter ses fruits. Pragmatique, la nordique se remémora le fil des événements. En apparaissant à sa fille, elle savait pertinemment que celle-ci l’aiderait. L’innommable intuition qui l’avait poussé à elle plutôt qu’à Vanina ou son fils était la clef. Selena était la clef. Lómilendë était la clef. Ce sentiment d’une puissance inouïe, incroyable, extraordinaire qui s’était emparé d’elle avec force, la tirant des limbes où elle errait. D’où venait-il ? Pourquoi maintenant ? Comment ? Dans quel but ? Son esprit, devenu l’archétype de la logique, tournait à plein régime sans trouver de réponse cohérente. Sa seule certitude était que Lómilendë constituait le dénominateur commun, la solution et peut être même la cause.

Soudain, Erzèbeth se rappela qu’elle n’était pas seule. La nécromancienne stoppa ses ruminations et planta ses yeux dans ceux de la directrice. Pas prudent ? Cette petite fille savait-elle vraiment à qui elle avait à faire ? Pour qui la prenait-elle ? Elle régnait sur l’empire de la nécromancie incontestablement et totalement. Sa maitrise de la magie état prodigieuse, elle avait mis fin à la guerre. La guerre. La Générale se rappela les champs de bataille, le sang, les cris et surtout la mort. Sa plus fidèle amie. Celle qu’elle maniait avec tant de brio et répandait sans pitié là où elle combattait. La guerre était finie, sa mission accomplie. Pourtant elle était toujours là. Pourquoi ? Elle aurait dû quitter cette Terre qui ne lui appartenait plus. Ce monde n’était plus le sien. Son temps était passé, sa vie derrière elle. Elle résidait néanmoins, hantant ces lieux en quête de réponses. Un étrange bouillonnement. Non…

Jezabel, immobile et aux aguets attendait patiemment, à quelques mètres d’elle. La Comtesse, en une fraction de seconde, se retrouva derrière la directrice. Elle lui saisit les cheveux et inclina sa tête de force, dévoilant son cou. La noble respira alors délicatement la peau, fine et tendue, qui s’offrait à elle. Jezabel était une femme magnifique. Sa beauté était stupéfiante. Envoutante. Elle sentit aussi un pouvoir féroce. La directrice était une femme d’exception, clairement. Chamane, sans aucun doute, elle avait un autre don. La Hongroise le sentait. Elle planta furtivement ses dents dans la chaire de l’Ecossaise avant de se retirer pour admirer la peau cicatriser quasi instantanément. La comtesse sourit. Doucement elle contourna Jezabel pour se retrouver en face d’elle, à quelques centimètres.
La directrice était une perle rare. Elle avait quelque chose que la comtesse reconnaissait. Oui. Ca ne pouvait être que ça. Toujours silencieuse, elle passa sa main droite dans la chevelure de la chamane. Elle semblait terrifiée.

C’est un merveilleux don que vous avez Miss Pendragon. Ne vous êtes-vous jamais demandée d’où il venait ?

Sa voix était grave et sensuelle. Lente et envoutante. Ses yeux, qui ne cessaient de changer, avaient définitivement quitté la folie ou le néant pour devenir incandescents. Au sol et aux murs, la glace commençait à s’épaissir, une étrange lueur verte avait commencé à émaner de la nécromancienne et les néons clignotaient furieusement, leur lumière vacillant. Un sourire indéchiffrable aux lèvres, la Hongroise fixait la voluptueuse directrice avec amusement et intérêt. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Jezabel Pendragon
Directrice générale


Feuille de personnage
Nationalité: Ecossaise
Magie pratiquée: Chamane
Âge: 35 ans

Nombre de messages : 140
Date d'inscription : 24/04/2014

MessageSujet: Re: Ghost Love Score - terminé    Ven 17 Avr 2015 - 14:49
Médusée, Jezabel regarda la comtesse faire les cent pas dans le couloir. Elle semblait l'ignorer totalement. A quoi pensait-elle ? Elle semblait perdue dans ses souvenirs.

L'Ecossaise ne bougeait pas. Tendue, elle ne faisait plus le moindre mouvement pour éviter de ramener la nécromancienne à la réalité. Elle ne voulait pas la brusquer. Elle ne parlait pas, s'assurant simplement de garder un œil sur Erzèbeth pour éviter qu'elle s'échappe. Si elle avait voulu fuir, elle aurait usé de ses origines vampiriques et aurait bougé beaucoup plus rapidement.

Le temps semblait s'éterniser. La Nordique n'avait pas mal réagi à la première intervention de la directrice, celle-ci hésitait à renouveler l'expérience. Elle pourrait prendre la femme par le bras et la guider vers son service, avec douceur. Un contact physique semblait pourtant bien plus délicat et risqué que de simples paroles. Alors que la chamane pesait encore le pour et le contre, la quinquagénaire s'immobilisa et la fixa.

Oulà... ça sent pas bon pour moi ça. A peine ces pensées avaient-elles défilé dans l'esprit de Jezabel qu'Erzèbeth avait disparu. La sorcière sentait désormais sa présence derrière elle. Tétanisée, elle ne fit pas le moindre geste. Leurs corps se touchaient presque tant l'inquiétante nécromancienne était proche d'elle. D'un geste rapide, elle lui écarta les cheveux et lui fit pencher la tête, l'Ecossaise sentait son souffle dans son cou. Un seul faux pas et tu es morte, ma grande. Sa terreur, qu'elle avait caché avec brio était désormais palpable.

Elle ne put retenir un gémissement de douleur quand les impressionnantes canines de la Finno-hongroise se plantèrent dans sa gorge. Va-t-elle me tuer ? Est-ce là la fin de Jezabel Pendragon ? Tout ça parce que tu as tenu à essayer de gérer le cas toute seule... Félicitations ma fille. Sa blessure guérit instantanément. Elle ne ressentait plus qu'une vague piqûre à l'endroit où les dents avaient malmené sa chair. Voilà bien longtemps que son don ne lui avait été d'aucune utilité.

Elle tremblait. Sa cicatrisation miraculeuse allait-elle faire redoubler de cruauté celle qui se trouvait dans son dos ? Non. Elle revint se poster devant la directrice, apparemment calme. Jezabel ne savait que faire, à part la fixer de ses grands yeux apeurés tandis qu'elle passait une main dans ses cheveux. Une biche faisant fasse à son chasseur.

« C’est un merveilleux don que vous avez Miss Pendragon. Ne vous êtes-vous jamais demandée d’où il venait ? »

La voix n'avait rien à voir avec le cri poussé précédemment. Elle était devenue sensuelle. Le ton de sa voix, assorti aux précédents agissements de la comtesse - la morsure, puis la caresse - donnait à la scène un côté érotique renforcé par la tenue de la directrice. Toujours vêtue de sa nuisette et de sa courte robe de chambre, elle avait rapidement enfilé des bottines à hauts talons avant de se lancer à la poursuite d'Erzèbeth. Alors que la glace s’épaississait, elle se retenait tant bien que mal de grelotter, ses jambes totalement nues commençant à être frigorifiées.

« J'ai effectué de nombreuses recherches pour connaître l'origine de ce don... Je ne la connais toujours pas. », avoua-t-elle en réponse à la question de la Nordique.

Pourrait-elle lui en apprendre plus ? Elle brûlait de le demander. Soudainement, tout semblait secondaire. Le fait d'être seule avec cette redoutable magicienne, le froid qui faisait trembler ses lèvres malgré elle, le devoir de ramener la patiente dans sa chambre, plus rien n'avait d'importance. Rien d'autre que ce qu'Erzèbeth pourrait lui apprendre.

_________________

"We're all mad here. I'm mad, you're mad."
"How do you know I'm mad ?" said Alice.
"You must be" said the Cheshire Cat.
"or you wouldn't have come here."

~ Lewis Carroll

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 24
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Ghost Love Score - terminé    Ven 17 Avr 2015 - 16:16
La Hongroise recula légèrement afin de mieux pouvoir observer la chamane. Elle était exquise. Alors qu’elle bredouilla une réponse, la comtesse se mit à tourner lentement autour d’elle, laissant une de ses mains glisser sur son corps, frôlant son cou avant de descendre sur ses hanches. Divine créature. Une intarissable sensation de faim s’empara d’elle. Elle déglutit, la salive ne cessant d’être sécrétée en sur abondance.

La Hongroise sentit l’intérêt dévorant qu’avait déclenché sa question chez son interlocutrice. Elle sourit. L’intérêt était partagé. La tension entre les deux femmes était palpable, oscillant entre sensualité, peur, fascination et suspicion. Tout semblait pouvoir arriver. Se rapprochant à nouveau de sa proie, la noble inspira une nouvelle fois son parfum. Elle s’imagina avec délectation sa langue parcourir ce corps et ses crocs se planter dans cette chaire si parfaite.

Mon enfant. Je peux répondre à toutes tes questions.

Enonça-t-elle. Aussitôt elle vit les yeux de Jezabel s’illuminer. Il n’y avait plus de peur. Plus de crainte. Plus d’impératifs. Plus que les réponses à ses questions, des questions que la comtesse savaient existentielles pour la jeune chamane. La noble continua dans un murmure glissé au coin de l’oreille de la directrice.

Libère moi et tu auras tout ce que tu désires.

La lumière verdâtre s’intensifia dans une relation proportionnellement inverse à la diminution de la lumière des néons. L’ensemble du couloir était désormais baigné d’une épaisse couche de glace et le temps semblait s’être figé. Les iris de la comtesse brillaient comme deux feux, illuminant son visage. La comtesse était presque collée à Jezabel, leurs lèvres n’étaient qu’à quelques centimètres. La chamane pouvait observer les canines affutés de la nécromancienne et scruté son visage aussi blanc que la neige, dépourvu de rides et pourtant marqué par le temps.


Au milieu de l’enfer de glace qui s’était étendu, la noble émergeait, impérieuse et impériale. Sa longue robe noire trainant sur la neige, les lacets de son corset désormais gelés scintillaient faiblement et sa chevelure remuait faiblement. Elle ressemblait à un majestueux corbeau, enveloppant sa proie de ses ailes ébène. Victime consentante, la sublime directrice ne grelotait plus, hypnotisée par la Hongroise. Ses yeux happés par ceux de la noble elle put y voir le changement brusque qui opéra. 

Non ! NON ! NON ! Une fraction de seconde, les iris reprirent une teinte verte avant de retrouver une couleur glace. Le regard d’Erzèbeth sembla s’éteindre. La lumière des néons reprit de la vigueur et illuminèrent à nouveau le couloir. L’aura verdâtre s’estompa et la Nymphe Obscure recula.

Immobile et silencieuse elle détailla de haut en bas la femme qui lui faisait face. Jezabel, l’ai hagard, reprit lentement conscience que quelque chose avait changé. La Scandinave, d’un souple mouvement de poignet, fit disparaitre la glace, la neige et le givre qui s’étaient accumulés, remettant l’hiver où il appartenait. Dehors.

Qui était cette jeune femme ? Que faisait-elle à moitié nue dans les couloirs ? La nécromancienne resta figée dans un silence mutin, observant les alentours. Lómilendë ? Sans un regard de plus pour la chamane, elle tourna les talons et continua son exploration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Aasimir Fenring
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Français
Magie pratiquée: Elémentalisme
Âge: 27 ans

Nombre de messages : 111
Age : 31
Date d'inscription : 06/03/2015

MessageSujet: Re: Ghost Love Score - terminé    Ven 17 Avr 2015 - 18:28
Après être allé se balader dans les sous-sols, pour contempler de visu l’étendue des dégâts qu’il avait provoqués, Aasimir s’était décidé à réaliser une petite ronde dans les étages supérieurs. Il fallait bien vérifier que tous les patients étaient bien dans leur chambre et si ce n’était pas le cas, voir rapidement où ils étaient et avec qui. Car il ne fallait pas oublier les quotas et les règles de la Directrice.

Certains chefs de service, comme Aedan, étaient aussi sur la liste des choses à surveiller.

***Beaucoup de choses à faire… et pas beaucoup de temps… heureusement je peux faire la grasse matinée et faire le sieste… sinon je serai dans… qu’est-ce que…***

Alors qu’il entrait discrètement au 7ième étage, il avait cru sentir une onde de puissance nécrotyque en provenance des étages supérieurs.

Il s’arrêta net. Cette sensation était familière. Trop familière. Un nom jaillit dans son esprit, alors que son corps était déjà en mouvement et que sa magie s’accumulait déjà dans chaque fibre de son corps.
Nasdy.

Tout en veillant toujours à être le plus discret possible, Aasimir monta les étages le plus rapidement possible. Les différents chefs de service allaient certainement sentir la magie et rappliquer. Il allait devoir la jouer fine, mais il ne pouvait pas ignorer l’évènement.

Arrivé au onzième, le froid polaire qu’il ressentait l’arrêta. Il aurait reconnu cette puissance et cette saveur parmi des milliers de nécromanciens. On ne travaillait pas avec la comtesse pendant plusieurs années sans apprendre à la reconnaître. Et puis c’était tout de même elle qui l’avait formé pour utiliser sa magie nécromantique malgré les difficultés que cela avait provoquées.

Ouvrant la porte de service avec discrétion, il s’avança dans les couloirs vides et froids. Très rapidement, en suivant la glace, il se retrouva dans le dos de deux femmes. L’une tournait autour de l’autre, tandis que l’autre se tenait immobile presque offerte.

Il n’eut aucun mal à reconnaître Jezabel et Erzebeth. Deux femmes de pouvoir, aux commandes d’un même lieu sacré. Aasimir aurait ricané de l’ironie de la chose s’il n’avait pas eu à rester invisible. Il ne put tout de même s’empêcher de remarquer que toutes les deux ne portaient pas grand-chose.

Puis sans qu’on ne comprenne réellement le comment du pourquoi, la glace disparue, l’atmosphère se réchauffa et la comtesse sembla se désintéresser de Jezabel.

Aasimir profita du changement de situation pour s’avancer rapidement et saisir Jezabel contre lui. Un main sur chaque poignet pour éviter qu’elle ne réagisse brutalement, il lui chuchota rapidement à l’oreille.

« C’est moi… Je passai par là et j’ai cru remarquer un léger froid dans l’atmosphère… je suis venu voir si je pouvais réchauffer un peu l’ambiance… »

Il se tut et finalement ajouta rapidement

« Je vois que tu as fait connaissance avec la partie vampirique de la comtesse… ce n’est pas son meilleur profil… Séduisant, c’est sûr… très séduisant même… mais mortel… »

Aasimir se tut attendant de voir comment Jezabel allait réagir et surtout ce qu’elle allait faire. Il ne pouvait pas rester trop longtemps ici pour ne pas se faire attraper par les mauvaises personnes.

Et puis Mama Nasdy n’était pas un simple pion sur un échiquier. C’était une reine sur le plateau et il ne pouvait pas se mesurer à elle sans réel dommage si la situation tournait mal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Samaha Black
Cheffe du service 3 - Baudelaire


Feuille de personnage
Nationalité: Anglaise
Magie pratiquée: Chamane
Âge: 34 ans

Nombre de messages : 73
Date d'inscription : 25/04/2014

MessageSujet: Re: Ghost Love Score - terminé    Sam 18 Avr 2015 - 23:00
L’alarme se déclencha dans l’appartement de Samaha. Aucun doute, un patient de son service s’était échappé de sa chambre. Cette précaution, mise en place par la directrice à la suite des divers incidents, allait énervée la chamane si cela devait se produire régulièrement. Quelle désagréable impression que d’être réveillée au milieu de la nuit pour des broutilles. Elle allait certainement envoyer un de ses subordonnés pour régler le problème.
 
Des broutilles… vraiment ? Une autre sensation envahit soudain la rousse qui murmura dans un souffle :
 
« Erzèbeth Nàsdy… »
 
L’esprit chargé de sa surveillance venait de retourner vers sa maîtresse pour lui signifier du mouvement dans la chambre de la nécromancienne. Pas de place aux coïncidences, la cheffe du service Baudelaire se doutait parfaitement que les deux alertes devaient être liées. Mais quelle était la meilleure tactique à adopter ?
 
La célèbre sorcière était redoutable et en plus soumise à un sortilège des plus dangereux. Mieux valait jouer la prudence et user de la projection astrale pour se rendre sur les lieux. Ainsi personne ne pourrait la blesser, mais en contrepartie, l’anglaise ne pourrait pas agir physiquement non plus. Rapidement, Samaha localisa l’emplacement de la nécromancienne qui émanait d’une aura particulière.
 
La chamane enfila sa robe de chambre avant de se positionner confortablement contre un des imposants coussins qui trônait sur son lit. Elle ferma les yeux et murmura doucement une incantation.
 
« Leita annarsstaðar »
 
L’effet se ressentit immédiatement. La sorcière quitta son enveloppe corporelle, laissant sa tête retombée légèrement sous l’inconscience. Instantanément, elle apparut à proximité des lieux. De la glace recouvrait l’étage et Jezabel se trouvait déjà sur place. Au vu de son habillement, la directrice avait dû, elle aussi, se précipiter à la recherche d’Erzèbeth Nàsdy.  La cheffe de service resta en retrait dans l’ombre de la nuit. Si quoique ce soit devait se produire, elle se dématérialiserait et avertirait des renforts.
 
Lorsque la comtesse planta ses canines acérées dans la chaire du dragon, Samaha eut un mouvement de recul et d’appréhension. Elle se retint de disparaître. Son instinct lui ordonnait de ne pas bouger et d’attendre patiemment la suite des événements. Un geste bien sage puisque la nécromancienne ne sembla plus montrer le moindre signe de violence. Au contraire, elle avait analysé Jezabel. Quelle créature incroyable. Même à quelques mètres d’Erzèbeth, la rousse pouvait apercevoir son physique étrange et hors norme.
 
Mis-à-part cette séquence emplie d’adrénaline, ce fut la suite des événements qui choqua complètement l’anglaise. Son patient, Aasimir Fenring, apparut auprès de Pendragon. Il l’a saisi par les poignets, la plaqua contre lui… et lui parla d’une manière totalement inadéquate pour un simple patient.
 

Tout s’éclairait… La discussion qu’elle avait eue plus tôt avec Jezabel devenait aussi claire que de l’eau de roche. Oubliant momentanément toute prudence lors de cette incroyable révélation, la chamane s’approcha bien malgré elle de la scène se détachant des ténèbres, comme pour être sûre de bien voir ce qui se déroulait sous ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Jezabel Pendragon
Directrice générale


Feuille de personnage
Nationalité: Ecossaise
Magie pratiquée: Chamane
Âge: 35 ans

Nombre de messages : 140
Date d'inscription : 24/04/2014

MessageSujet: Re: Ghost Love Score - terminé    Sam 18 Avr 2015 - 23:49
Non. Non ! Elle avait été à deux doigts de savoir. Que s'était-il passé ? Le regard de la comtesse avait brusquement changé, il semblait s'être éteint. Elle l'avait regardée avec l'air de ne pas la connaître et s'était détournée sans un commentaire. Deux secondes plus tôt, la chamane avait dû concentrer toute son énergie pour résister à la pulsion animale qui l'avait saisie et ne pas embrasser les lèvres se trouvant à quelques millimètres des siennes et voilà que subitement, Erzèbeth l'ignorait... Que s'était-il passé dans la tête de la Finno-hongroise ?

Alors qu'elle allait s'élancer pour la rattraper, quelqu'un se colla à elle et la saisit par les poignets. Sans même avoir besoin de jeter un regard à l'intrus, Jezabel sut qu'il s'agissait d'Aasimir. Personne d'autre au sein de l'hôpital n'aurait eu l'audace de la tenir ainsi. La voix qui murmura à son oreille confirma son intuition. Comme ça, il aurait voulu réchauffer l'ambiance ? Nul besoin, le comportement si sensuel de la Nordique avait clairement suffit à faire oublier la température à la chamane...

D'un geste brusque, elle dégagea ses poignets et fixa l'espion droit dans les yeux, une lueur furieuse au fond du regard. Que diable venait-il faire ici ? Elle ne voulait pas de lui. Si Samaha arrivait, que dirait-elle ? Et maintenant, la priorité n'était plus à ramener la patiente dans sa chambre, mais à obtenir des réponses à ses questions. Jezabel sentait qu'elle ne réussirait pas à faire parler la nécromancienne en présence d'un intrus.

« Nul besoin de me mettre en garde. J'ai des choses à régler avec miss Nàsdy, veuillez disposer Black Widow. »


Manifestement, son affection pour Aasimir ne pesait pas lourd à côté d'une trentaine d'années de questionnement qui pourraient enfin trouver réponse. Elle le planta là, s'élançant à la suite d'Erzèbeth qui avait prit un peu d'avance durant l'échange.

Surprise par la présence de l'élémentaliste, perturbée par les paroles de la Scandinave, Jezabel n'avait pas remarqué la présence de Samaha. Elle venait d'utiliser le nom de code du patient devant elle et s'était tenue bien trop proche de lui pour ne pas éveiller les soupçons. Elle l'ignorait encore, mais elle venait de faire des aveux plutôt clairs à la cheffe de service.

Elle avait rattrapé sa cible, qui, heureusement pour elle, flânait et ne marchait par conséquent pas très rapidement. Dans sa course, elle ne s'était pas retournée. Aasimir l'avait-il suivi ou avait-il fait demi-tour ? Elle ne s'en souciait pas. Doucement, elle posa la main sur le bras d'Erzèbeth.

« Madame la comtesse ? A propos de mon don... Dites m'en plus, je vous en prie. Je ferai ce qu'il faudra. Je vous libérerai. »

L'émotion faisait trembler la voix de la directrice. Une fois n'était pas coutume, elle était totalement vulnérable, prête à tout pour obtenir une réponse. Prête à libérer la femme. La libérer, mais comment ? Et surtout, de quoi ?

_________________

"We're all mad here. I'm mad, you're mad."
"How do you know I'm mad ?" said Alice.
"You must be" said the Cheshire Cat.
"or you wouldn't have come here."

~ Lewis Carroll

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Erzèbeth Nàsdy
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 467
Age : 24
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Ghost Love Score - terminé    Dim 19 Avr 2015 - 22:25
Valse, valse. Tourne, tourne. Tel un irrépressible manège, la vie nous emmène dans sa folle danse. Les plus braves apprennent tant bien que mal à danser sur les rythmes tantôt endiablés tantôt mélancoliques qu’elle nous joue, les autres finissent sur le carreau, éjecté du manège infernal. Elle avait été une Reine. L’Impératrice de son siècle. Une femme droite, courageuse, exemplaire et d’une puissance inouïe. Orgueilleuse mais pas vaniteuse, dure mais pas cruelle, forte mais pas invincible, Erzèbeth avait été une femme d’exception. Elle avait dirigé d’une main de fer Lómilendë-l’école avant de faire usage de la même inflexibilité à la tête de Lómilendë-base militaire.

Les schémas et évènements qui avaient structuré son existence semblaient tous se rejoindre, comme si une logique cosmique les unissait. Elle avait toujours soupçonné la vie être un mélange de destiné et de hasard alternant savamment entre les deux opposés mais depuis qu’elle avait atteint cet étrange état de supra-conscience elle en était sûre : tout était lié. Elle ne savait pas comment ni pourquoi et ne le saurait certainement jamais mais l’évidence était là. Son corps était devenu une porte sur le monde qu’elle avait quitté, passage vers cette vie qu’elle aimait tant, désormais disputé par plusieurs entités.

Elle se rappela sa jeunesse. Enfant à l’innocence arrachée bien trop tôt, elle était devenue une fougueuse sorcière impliquée dans la société. Sans jamais avoir œuvré en tant que politicienne en tant que telle elle avait clairement été une femme d’Etat. Figure de l’opinion publique adulée et honnie, la Comtesse du Grand Nord avait façonné son temps. Elle avait lutté pour ses idéaux, tentant avec acharnement d’imposer l’égalité et le respect parmi ses pairs. Là était tout le paradoxe de la fameuse nécromancienne. Elle avait toujours usé d’une force de coercition impressionnante pour prescrire ses idées, considérant que la masse était trop imbécile pour savoir se prononcer pour le bien commun. Cruelle ironie de la vie, elle savait elle-même avec une impitoyable clarté être stupide sur de nombreux points. Elle avait donc pris le parti prix de devenir une féroce machine de guerre tant sur la scène politique que sur les champs de bataille. Ses ennemis s’étaient accumulés et la nécromancienne avait été décriée à de nombreuses reprises comme une despote. Erzèbeth avait été un personnage public complexe, peut être machiavélique mais avant tout, elle avait été une femme passionnée. Férue d’enseignement, elle aimait les enfants et l’éducation. Elle aimait transmettre et aider. Elle aimait lire, danser, rire, manger, voyager, parler, écouter… En somme, elle aimait férocement la vie. Un peu trop peut-être.

Cette époque où la Finno-Hongroise évoluait dans ce monde qu’elle chérissait tant – sans pour autant cesser de le condamner durement – était révolue. La Scandinave errait désormais dans les limbes du Gel-Cœur, invitée dans son propre corps sans pouvoir le commander pour autant. Morte mais vivante, elle assistait impuissante au manège. Chaque minute, chaque seconde était un terrible et barbare combat contre les ténèbres, contre elle. La porte avait été ouverte 30 ans auparavant sans jamais s’être refermée complètement.

Une main se pose avec douceur sur son bras. Erzèbeth regarda et écouta, absente, Jezabel lui parler. Elle pouvait lire l’inquiétude et la peine sur son visage. Elle aurait tellement eu envie de l’aider. Mais qui était-elle ? Elle la sentit revenir à la charge, grognant et déchirant ses entrailles. La nécromancienne tressaillit légèrement, s’appuyant contre le mur, la tête penchée, ses yeux fixant désormais le sol avec obstination. Va-t’en. Va-t’en. A nouveau, le sol commença à geler, plus vite que la première fois. Les néons reprirent leur danse, clignotant de plus en plus vite. La nuit s’épaissit, tout s’assombrit. Le temps semblait à nouveau s’être figé, englouti par les ténèbres. La température continua à chuter, inexorablement. -5°, -10°, -20°, -25°. Seule dans sa folie, dans son combat, Erzèbeth n’avait plus conscience ni de la présence de Jezabel, ni du lieu où elle se trouvait ou même de qui elle était. Elle-même ou elle ? Ca peut être ? -35°, -40°. Le froid devenait létal, chutant à une vitesse effrayante. -50°. -60°. -70°. A ce stade, les ténèbres et le froid semblaient avoir fusionné : la mort régnait.

Très lentement, mécaniquement, la Hongroise se redressa. Ses cheveux étaient complètement gelés et sa peau recouverte de fins cristaux de glace. Elle s’approcha de l’oreille de Jezabel qui luttait contre les impitoyables conditions qui s’étaient installées dans le couloir, là ses lèvres bleu pâle lui murmurèrent

Nous ne sommes pas aussi différentes que tu pourrais le croire.

La Comtesse se recula légèrement et la directrice pu voir la lueur briller dans ses yeux avant de s’éteindre. Erzèbeth s’écroula. A peine avait-elle touché le sol que les ténèbres se dissipèrent et la température remonta à une vitesse spectaculaire. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Aasimir Fenring
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Français
Magie pratiquée: Elémentalisme
Âge: 27 ans

Nombre de messages : 111
Age : 31
Date d'inscription : 06/03/2015

MessageSujet: Re: Ghost Love Score - terminé    Mar 21 Avr 2015 - 15:10
Jezabel l’avait fermement envoyé promener. Sans ménagement et sans aucune marque de l’affection dont elle avait pu faire preuve dans leur moment d’intimité.

Alors qu’il aurait normalement dut être totalement indifférent à ce genre de situation, quelque chose au fond de lui le faisait tiquer, et une sorte de minuscule trace d’agacement s’était mise à briller pour s’éteindre immédiatement, laissant une amertume vite dissipée.

La Directrice avait été claire, il devait disposer. Il allait repartir quand un scintillement attira son regard. Il se stoppa et insuffla un peu de magie dans ses pupilles. Il ne pourrait pas voir le monde des esprits comme un chaman, mais il pourrait noter le flux de magie dans les alentours.

Alors qu’il balayait des yeux les couloirs vides, il distingua une forme flottant à mi-hauteur. Un esprit. En focalisant un peu plus de magie, il devina une silhouette dont les formes généreuses ne pouvaient appartenir qu’à une seule personne.

*** Dr Black !! Depuis combien de temps êtes-vous là… trop longtemps à mon avis… les témoins sont toujours gênants…***

Concentrant sa magie dans sa main gauche, il murmura un sortilège en langage pyrique, qui pourrait se traduire dans la langue commune en « feu spectral ». Une flamme violette semblant emmètre du froid plutôt que de la chaleur, s’éleva lentement de la peau de l’élémentaliste.

C’était un sortilège appris auprès de Yezekael. Les esprits détestent le feu, mais il ne leur fait rien étant immatériel. En collaboration avec Vanina Tsukiyo, il avait mis au point un sortilège pour rendre le feu immatériel, et donc présent dans le monde éthérique des esprits.

Un esprit de bas niveau serait consumé séance tenante, ne laissant rien derrière lui. Pour l’esprit d’un chaman, la douleur serait suffisante pour le faire rentrer immédiatement dans son corps qui serait marqué par une belle stigmate de brûlure. 

Il s’approcha de la silhouette-esprit, la main gauche tendue comme pour saisir un bras ou une jambe.

*** Dr Black… Il n’est pas très poli d’écouter aux portes…  notre prochain entretien va certainement être plus amusant que le dernier… ***

Et il se jeta sur l’esprit, tentant d’attraper l’immatériel…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Samaha Black
Cheffe du service 3 - Baudelaire


Feuille de personnage
Nationalité: Anglaise
Magie pratiquée: Chamane
Âge: 34 ans

Nombre de messages : 73
Date d'inscription : 25/04/2014

MessageSujet: Re: Ghost Love Score - terminé    Mer 22 Avr 2015 - 14:44
La silhouette exposée de la chamane ne sembla pas se faire remarquer par les protagonistes dans un premier temps. Elle était toujours stupéfaite par la scène à laquelle elle venait d’assister. Jezabel avait beau repousser le patient de son étreinte, le dialogue qui suivit ne provoqua qu’une confirmation chez la responsable du service Baudelaire.
 
La directrice de l’hôpital avait révélé le nom de Black Widow… Pour avoir grandi dans un environnement pseudo-militaire, Samaha comprit rapidement qu’il devait s’agir d’un nom de code pour un soldat. Aasimir Fenring n’était donc pas ce qu’il prétend être. *Quelle perte de temps…* pensa l’anglaise à propos de la séance qui se révélait désormais infructueuse. Pourtant, le mystère persistait. Pourquoi diable Jezabel avait-elle engagé un faux patient et l’avait placé dans son service ? Était-ce encore un énième test ? Pourtant, l’écossaise lui avait promis que sa vie n’était pas en danger plus tôt dans la matinée. Quand était-il à présent ? Venait-elle de découvrir le secret de trop ?
 
L'attention de la chamane se reporta l’espace d’un instant sur la poursuite d’Erzèbeth par Jezabel. Par conséquent, elle ne vit pas venir l’attaque frontale de l’élémentaliste qui toute flamme dehors lui fonça dessus. La rousse ne dût que son salut à la célèbre nécromancienne qui venait de jeter un froid, littéralement, dans les environs. L’effet d’un refroidissement magique sur la flamme magique fut immédiat et diminua la densité de celle-ci. Grâce au temps gracieusement gagné, la sorcière en profita pour dissiper son sort astral et regagner au plus vite son enveloppe corporelle.
 
De retour dans ses appartements, Samaha releva la tête très rapidement et ressentit une souffrance dans la nuque. Cette dernière se relaya au second plan pour laisser place à une douleur lancinante sur son bras.
 
« Sale bâtard ! » ragea-t-elle à l’adresse de son (ex-)patient.
 
Malgré sa réaction, le sort élémentaire l’avait atteinte légèrement sur le poignet gauche : une petite marque qui offrait pourtant une douleur intense, mais supportable. La psychiatre avait eu de la chance. Même si la flamme de Fenring n’était pas mortelle, elle aurait pu faire de bien plus gros dégâts.
 
Samaha n'en n'avait pas l'air, mais elle avait grandi dans un environnement instable. Ces parents et son frère étaient clairement engagés dans le mouvement slivien et même si elle ne l’avait pas rejoint elle-même, son parcours scolaire avait été parsemé d’entraînement rude et intense. La chamane n’était de loin pas dans les meilleurs de sa catégorie, mais elle savait clairement survivre. Au vu des événements qui venaient de se produire, son éducation allait être mise à contribution dès ce soir.
 
La rousse devait se protéger à tout prix, car elle ne savait pas si Pendragon tenterait de l’assassiner ou non. En tout cas, son petit toutou venait de démontrer clairement des signes d’agression à son égard. L’appartement de la cheffe de service apparut comme le meilleur endroit pour se barricader. Il suffisait de renforcer les sortilèges en place et d’ajouter quelques éléments de surprise. Au fond, Samaha espérait que ces mesures étaient disproportionnées et inutiles, mais elle refusait de subir le même sort que son ancien professeur. Pour la journée du lendemain, elle resterait principalement dans son bureau, et rejoindrais à nouveau ses appartements dès son travail accompli.
 

[HRP : Pour la chronologie ça devient assez chaud, donc si Jeza ou Aas veulent en « parler » avec Samaha, qu’ils attendent le banquet ou après celui-ci Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Jezabel Pendragon
Directrice générale


Feuille de personnage
Nationalité: Ecossaise
Magie pratiquée: Chamane
Âge: 35 ans

Nombre de messages : 140
Date d'inscription : 24/04/2014

MessageSujet: Re: Ghost Love Score - terminé    Sam 25 Avr 2015 - 8:55
La nécromancienne la regardait sans avoir l'air de la reconnaître. Mais pourquoi me presses-tu de questions ? semblaient demander ses yeux. Un changement s'opéra soudainement : elle baissa la tête et rapidement, le sol commença à geler à nouveau. Suprise, Jezabel ôta sa main du bras de la comtesse en un geste effrayé.

Il semblait faire plus sombre. Les néons de l'hôpital clignotaient, s'éteignaient par moment. La scène était lugubre. Il faisait de plus en plus froid. Quelle température pouvait-il bien faire. Jezabel sentait son corps s'engourdir, elle n'avait déjà plus aucune sensation dans ses extrémités. Elle allait mourir de froid. Désespérée, elle tenta d'appeler Aasimir. Peut-être aurait-il pu l'aider grâce à un sort de feu ? Aucun son ne franchit ses lèvres, devenues bleues, qui ne répondaient plus à ses ordres. Elle était trop paniquée pour réussir à attirer l'attention de l'élémentaliste avec un sort. Quelle solution lui restait-il ? Elle n'en voyait aucune.

Allait-elle s'écrouler avant de mourir ? Ou serait-elle congelée debout ? Des pensées morbides lui traversaient l'esprit. Alors qu'elle était résolue à mourir face à la Reine des glaces, l'incroyable se produit. Les signes vitaux de la chamane étant presque inexistants, son don s'était réveillé. Une vague de chaleur traversa son corps et bientôt, elle fut à nouveau capable de bouger, de respirer, de penser. Elle lança un sort de magie universelle permettant de se réchauffer pour compléter les effets que son don avait eus. Bien qu'elle avait toujours froid, c'était devenu étrangement supportable. Ses jambes tremblaient sous l'effet de la température mais elle ne s'en rendait plus réellement compte. Comparé à ce qu'elle venait de traverser, ce n'était plus rien.

La scène semblait avoir duré une éternité à Jezabel. Il lui semblait avoir lutté des heures durant contre le gel qui désormais régnait dans le couloir. Tout cela avait pourtant été extrêmement rapide, quelques secondes, quelques minutes tout au plus. La nécromancienne la regarda. Elle la touchait presque lorsqu'elle s'approcha de son oreille.

« Nous ne sommes pas aussi différentes que tu pourrais le croire. »


La Nordique s'éloigna en même temps que Jezabel eût un mouvement de recul. Que voulait-elle dire ? Quel lien y avait-il entre elle et la magnifique mais inhumaine créature qui se tenait face à elle ? Elle allait la presser de questions lorsque la lueur dans ses yeux s'éteignit et qu'Ezèbeth s'écroula sur le sol.

Choquée par les événements, Jezabel resta immobile quelques instants avant de se laisser tomber à genoux sur le sol aux côtés de la Finno-Hongroise.

« Non... »


En sentant des larmes couler, et non pas geler sur ses joues, la directrice s'aperçut que la température était à nouveau normale. Ses doigts, ses pieds lui faisaient mal alors que le sang recommençait à circuler normalement dans son corps. Qu'est ce qui venait de se passer ? Comment avoir les réponses à ses questions ? Elle resta de longues minutes aux côtés de la sorcière, sans trouver le courage de faire le moindre geste. Elle aurait pu savoir.

Lorsqu'elle sentit à nouveau le froid de la nuit hivernale sur sa peau, elle décida de partir. A l'aide d'un sort pour alléger le corps inanimé, elle porta la patiente, qu'elle ramena dans sa chambre.

« Nous nous reverrons, comtesse. »


_________________

"We're all mad here. I'm mad, you're mad."
"How do you know I'm mad ?" said Alice.
"You must be" said the Cheshire Cat.
"or you wouldn't have come here."

~ Lewis Carroll

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ghost Love Score - terminé    
Revenir en haut Aller en bas
 

Ghost Love Score - terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vegas - Love Game [Terminé] [Hot]
» I'm afraid no ghost ? ~ Morgan [Terminé !]
» [TERMINÉ] I fall in love with you every single day. - EDWARD.
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lómilendë :: L'Antre de la Souffrance :: Étages :: Onzième étage-