AccueilMembresPortailGroupesRechercherFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Future Starts Slow [Jezabel Pendragon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Arthur Black
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Anglaise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 36 ans

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 24/04/2015

MessageSujet: Future Starts Slow [Jezabel Pendragon]   Sam 25 Avr 2015 - 17:39
Le voyage s’était déroulé calmement. Quelques secousses avaient dérangé la méditation du prisonnier, mais déjà ce dernier faisait, à nouveau, le vide dans sa tête. Il visualisait très clairement son énergie. Elle était bloquée par deux magies bien distinctes ; l’une de nature chamanique et l’autre de nature élémentaliste. Arthur Black ne s’efforça même pas à tenter de briser les enchantements. Les maléfices combinés étaient bien trop puissants. Tant de précautions pour sa personne, le détenu en était presque flatté. De toute façon, il ne cherchait pas à s’évader puisque c’était lui-même qui s’était rendu aux autorités. Mais ce fait, les politiques se sont bien gardés de le communiquer. Un gros poisson comme lui, il fallait faire croire à la populace qu’il avait été appréhendé par les forces de l’ordre. Cette tentative pitoyable avait quand même atteint son but : redorer un tant soit peu le blason de la sécurité.
 
La fourgonnette se stoppa nette, avant qu’une main n’attrapa le bras musclé du nécromancien. Il fut tiré hors de son moyen de transport tout comme le bandeau qu’il portait sur le visage. Devant lui s’étendait la majestueuse bâtisse rénover de Lómilendë. Le sorcier pouvait enfin admirer de ces yeux sa vieille ennemie qui s’était offerte une deuxième jeunesse. Bien qu’il ait assassiné nombre de ses occupants, l’homme n’avait jamais eu l’ordre de le faire à l’intérieur des lieux. Il n’avait donc jamais pénétrer le monument. Entouré d’une garde de pas moins de cinq mages, le meurtrier s’avança, serein, vers les portes massives du bâtiment, un sourire léger dessiné par sa bouche.
 
Tout au long de sa progression, il vit membres du personnel et patients s’écarter de son chemin. Les chuchotements redoublèrent à l’intérieur même de Lómilendë. On le craignait… On le méprisait… et parfois même, on se laissait intriguer. Sans autres procédures, les gardes emmenèrent leur otage vers les sous-sols de l’établissement faisant fi du secrétariat. Le détenu n’était pas traiter comme le reste des patients. Il allait être reçu directement par la Directrice de l’établissement.
 
Rien ne fut mis de côté. Parvenu aux portes de l’antre de la dragonne, la plus décorée des cinq gardes frappa. Lorsqu’on lui donna l’autorisation d’entrée, une vraie parade s’exécuta sous les yeux de la chamane. La porte ouverte, les cinq assignés placés de part et d’autres du nouvel interné l’amenèrent à l’intérieur de la pièce. Le plus jeune des soldats écarta les chaises qui faisaient face au bureau de Jezabel pour y placer un simple tabouret. Même le siège du condamné n’avait pas été laissez au hasard. L’objet était imprégné de magie chamanique. Tant de précaution pour rien ! s’amusa-t-il à penser. Arthur Black n’avait aucune raison de fuir les lieux dans lesquels il avait tant convoité se retrouver. La petite danse de la garde exécutée, une des militaires latéraux poussa le détenu torse nu à se positionner sur le tabouret. Le siège sans dossier laissait apparaître le tatouage en forme de corbeau noir du captif ainsi que ses nombreuses cicatrices qui perlaient sur son dos athlétique. On pouvait remarquer aussi très clairement le serpent qui s’enroulait autour de son avant-bras. Le simple privilège de porter un vêtement couvrant son buste lui avait été enlevé. Le seul vêtement qu’il portait était un pantalon beige de prisonnier.
 
L’homme était, de facto, complètement soumis devant la directrice. Tout l’attirail et les procédures mises en place par le gouvernement anglais empêchaient l’homme de tenter quoique ce soit. Même ses mains étaient liées par des menottes. Pourtant, Arthur Black plongea son regard droit dans les yeux de Jezabel. Son sourire se creusa un peu plus dans ses joues. Il ne semblait pas anéanti, ni même angoissé. Il avait une assurance déconcertante pour un homme dans sa position.
 
A la surprise générale, la directrice ordonna à la troupe d’élite de déguerpir. Les concernés furent quelques peu surpris, et la femme qui avait frappé à la porte du bureau s’indigna, expliquant vaguement qu’ils devaient rester dans les parages jusqu’à ce que le détenu soit assigné à sa cellule. Après un regard plus que persuasif de l’écossaise, suivi d’un ordre qui ne laissait aucune place à la négation, les soldats capitulèrent et rentrèrent chez eux.
 
Pendragon et Black se fixèrent. Ce dernier n’avait pas détourné le regard des yeux de la chamane. Lorsqu’ils furent seul à seul, le prisonnier plaça ses premiers mots.
 
« Pendragon… Votre réputation vous précède… »
 
Sa voix était grave et lente. Par cette phrase, il ne faisait que remarquer à quel point l’autorité de la femme était étendue. Elle venait de renvoyer la garde qui l’accompagnait, une élite entraînée spécialement pour son déplacement. Après tout, il n’y avait pas de grande surprise à cela. Lómilendë avait été gouvernée par une série de femme aux caractères forts. Même si l’ancêtre Adrazar et son descendant était aux commandes de l’établissement aux côtés de leurs égaux, il était de notoriété publique que les vraies leaders se cachaient du côté féminin – la  preuve n’en fut que renforcée lorsque Yezekael Adrazar ne rejoignit pas le projet Lómilendë-R.
 
Il ne s’embêta pas non plus à maquiller le tout d’une politesse exécrable. Après tout, il ne le faisait pratiquement jamais et sa position de prisonnier ne lui laissait aucun intérêt de lécher les bottes de la femme qui se trouvait en face de lui.
 
L’écossaise était une belle femme, très attirante. Le sorcier ne connaissait pas grand-chose sur elle. Sa sœur travaillait peut-être au sein de l’établissement, mais les deux Black n’avait pas eu le vraiment le temps de discuter depuis le début de sa cavale. Toujours rivés sur son regard, l’anglais ne défaillit pas. Il restait serein. Attendant patiemment la réaction de sa nouvelle gardienne. Était-il vu comme un poids ou une grosse opportunité ? Sa présence braquait tous les projecteurs sur Lómilendë ou plus précisément sur lui. Le captif avait eu vent par la presse d’histoire étrange sur l’hôpital psychiatrique, notamment une mort douteuse d’un haut responsable. Il se demandait si la directrice voyait en lui une un danger que les médias chercheraient à s’approcher de trop près de l’établissement ou si au contraire, sa présence détournait l’intérêt des médias sur sa personne et les éloignait un peu plus du vrai problème de l’endroit…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Jezabel Pendragon
Directrice générale


Feuille de personnage
Nationalité: Ecossaise
Magie pratiquée: Chamane
Âge: 35 ans

Nombre de messages : 140
Date d'inscription : 24/04/2014

MessageSujet: Re: Future Starts Slow [Jezabel Pendragon]   Mar 28 Avr 2015 - 17:54
Jezabel jouait avec un stylo. Le faisait tourner autour de ses doigts - voilà pourquoi je ne porte pas de bague ! - le lançait, le rattrapait. Arthur Black... Arthur Black... Le célèbre tueur allait arriver d'une minute à l'autre... Maintenant ! Non, toujours pas. Elle s'ennuyait en attendant son futur patient. Qu'allait-elle faire de lui ? Emma Thompson aurait dû la seconder durant cet entretien ainsi que pour toutes les décisions concernant le cas cependant la caractérielle cheffe de service s'était absentée après les fêtes pour désoûler... Elle était donc seule pour gérer la situation.

Arthur Black était le frère de sa chère Samaha. Elle appréciait beaucoup la rousse, qui devait passer dans son bureau l'après midi même pour parler du cas Fenring. 'Pouvait pas être invisible celui-là... Obligée de parler de mon espion à une de mes employées, c'est le pompon. Jezabel se demanda ce qu'elle était censée faire. Prévenir l'Anglaise ? Quels liens entretenait-elle avec son frère ? Serait-elle ravie ou furieuse de le revoir... Sans attendre, Jezabel plongea le nez dans un de ses tiroirs pour en sortir le dossier relatif au docteur Black. Les papiers concernant les chefs de service étaient toujours à sa portée, depuis le premier incident. Elle parcourut le dossier des yeux. Rien de bien intéressant, tous les deux semblaient ne pas s'être revus depuis de nombreuses années d'après les informations de sa secrétaire.

Elle avait eu le temps de ranger le rapport et de reprendre son stylo avec lequel elle effectuait à nouveau des figures de haute voltige lorsqu'on frappa enfin à sa porte. Elle ordonna qu'on entre.

D'un mouvement extrêmement lent, elle déposa le stylo sur le bureau, pour que le plastique ne fasse pas le moindre bruit en rencontrant la surface de verre noir. En même temps, elle haussa un sourcil. Un escadron de cinq gardes armés jusqu'aux dents lui amenaient un prisonnier à moitié nu... What the hell... Ils écartaient les chaises présentes pour déposer un tabouret sur lequel ils firent asseoir l'ancien soldat slivien. Il la regardait en souriant, Jezabel l'apprécia aussitôt. Les gardes entouraient maintenant leur proie, attendant manifestement le début de la séance. Ca, il n'en est pas question, pas une seconde.

« Merci, vous pouvez disposer. »


Voilà qui était poli et pourtant clair. L'espèce de harpie haut gradée s'indigna. Ils devaient rester dans les parages pour surveiller... Jezabel n'écouta pas la suite. Eh la bouffonne, je peux m'occuper de moi-même toute seule. Elle la fixa d'un regard furieux.

« Dégagez. »


L'ordre fut finalement exécuté. Quel culot quand même... Elle était enfin seule avec son nouveau joujou. Il prit la parole le premier, ce qui ravi la directrice. Elle avait eu peur de devoir tirer les vers du nez - quelle expression répugnante - de l'arrivant. « Pendragon… Votre réputation vous précède… »

« C'est tout un art. Vous devez le savoir. »


Entretenir sa réputation était réellement compliqué. Bien qu'elle soit agréable avec la plupart des employés qu'elle rencontrait, Jezabel s'était forgée une réputation de vrai tyran au sein de l'établissement. A en croire la remarque de Black, les rumeurs sur sa personne avaient outrepassé les portes de l'hôpital. Voilà qui est parfait.

Elle fixait le détenu, calmement.

« Monsieur Black, le rapport de ma secrétaire indique que vous vous êtes rendu vous-même aux autorités. Ce n'est pas la version qu'ils ont servie au public, intéressant n'est-ce pas ? »


Elle avait commencé sur le ton de la conversation, d'un air détendu et joyeux. Cette phrase n'était cependant que l'introduction d'une question plus pointue.

« Pourquoi vous êtes-vous rendu ? »


Bien qu'il ait été constamment en cavale, Arthur aurait très certainement pu réussir à se cacher durant encore de nombreuses années. Que signifiait ce changement d'avis, de nombreuses années après la fin de la guerre ?

Elle enchaîna avec une question plus farfelue. Le rapport en sa possession ne lui avait donné aucune réponse satisfaisante, elle devrait donc aller chercher l'information à la source.

« Quels liens entretenez-vous avec votre sœur ? Samaha effectue un excellent travail dans cet établissement depuis son ouverture, je ne souhaiterais pas qu'une rencontre avec vous ait un effet néfaste sur elle. »

Elle parlait à l'homme avec franchise et respect, chose qu'elle n'avait que rarement fait auparavant. Elle considérait les patients comme des objets de test en attendant de trouver un remède pour Xandrah. Ils ne méritaient ni son respect, ni son attention. Celui-là était particulier. Bien que d'un parti opposé à celui dans lequel elle avait grandi, il ne l'effrayait pas. Elle avait pour lui une étrange fascination. Comment pouvait-on garder tant de fierté en étant enchaîné, à moitié déshabillé, traité comme un moins que rien ? Il était impressionnant.

_________________

"We're all mad here. I'm mad, you're mad."
"How do you know I'm mad ?" said Alice.
"You must be" said the Cheshire Cat.
"or you wouldn't have come here."

~ Lewis Carroll

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Arthur Black
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Anglaise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 36 ans

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 24/04/2015

MessageSujet: Re: Future Starts Slow [Jezabel Pendragon]   Mar 28 Avr 2015 - 21:26
La directrice des lieux démarrait l’interrogatoire sur le ton de la conversation. Voilà qui changeait beaucoup des traitements qu’il avait reçus précédemment. Par exemple, une fois arrêté et ensorcelé, Arthur Black avait tout de suite été remis à une cellule spéciale d’informations. Son petit sourire indétrônable ne l’avait pas quitté un seul instant. Habitué aux sévices, il ne fut pas difficile de résister aux tortures avant l’arrivée inopinée de son avocat, engagé par les bons soins d’Ostroróg. Le reste ne fut que paperasse. L’avocat avait réussi rapidement à faire déclarer un internement.
 
Il se rappela aussi de ses débuts, où il avait été attrapé plusieurs fois par l’ennemi. A cette époque, si son mentor n’était pas intervenu, il n’aurait pas donné cher de sa peau. Pourtant, il avait évolué et changé. Il s’était amélioré et surtout le personnage évitait de se faire prendre.
 
Il en revint à l’attitude détachée de la chamane. Arthur pouvait la comprendre ; l’interné était sous bonne garde de deux sortilèges, positionné sur un tabouret qui devait certainement aspiré l’énergie du nécromant et menotté. L’anglais étira son dos lentement. La position était fort inconfortable, mais le détenu semblait s’en accommoder.
 
« Hmmm… Mon arrestation… » Lâcha-t-il de cette même voix lente et grave qui le caractérisait.
 
Il continuait à fixer Jezabel Pendragon droit dans les yeux, se remémorant les événements. Piccadilly Circus, Londres. Voilà où l’assassin était passé de fugitif à captif. Il était sorti des ténèbres et s’était placé droit devant la fontaine en mémoire de Lord Shaftesburry. A l’adresse d’un passant juste à côté de lui, il racontait l’histoire du bienfaiteur pour qui ont avait érigé le monument. Lorsque son interlocuteur daigna observer Arthur Black, la peur se lut sur son visage. Il fallut, en tout et pour tout, 13 minutes pour que les autorités appréhende le célèbre meurtrier.
 
La question qui se posait tout naturellement : comment avait-on pu réussir à tromper les médias sur ce carrefour aussi bondé ? On ne le pouvait pas. La seule et unique chose à faire était de les soudoyer, ainsi que les témoins. Sliven avait beau être vu comme un mouvement propagandiste, l’opposition n’était pas toute blanche non plus. Le tueur se riait pourtant de ces imbéciles qui avaient cru à cette arrestation providentielle. Lui qui avait réussi à fuir pendant toutes ses années, pouvait-il être réellement stupide au point de se montrer sur une des places les plus célèbres de la banlieue londonienne ? Certainement pas. Il y avait une raison. Et cette raison semblait intéresser la directrice de Lómilendë.
 
« Votre supérieur m’a fait une offre que je ne pouvais refuser. Et il semblerait que passer par la case de l’internement soit mon unique possibilité afin de revenir en terres nord-européennes. »
 
Chaque détail ne pouvait être révélé, mais l’évocation d’Eryk Ostroróg avait pour but de calmer les interrogations de l’écossaise. Le sujet suivant était tout autre. Il concernait sa sœur, Samaha.
 
« En ce qui concerne Samaha, notre relation était à sens unique durant de longues années, puisqu’elle ne pouvait pas répondre à mes prises de contact. Cependant, connaissant ma sœur, je suppose que ma présence ici représentera plus un choc qu’un réel enthousiasme. »
 
Le patient savait que sa cadette l’avait toujours élevé à un rang au-dessus du reste de leur famille. Petite, elle le suivait partout et en grandissant, bien qu’ils se soient perdus de vue, elle continuait de lui écrire régulièrement. La dernière conversation qu’ils avaient eue datait de la fin de la Guerre. La rousse pleurait, mais ça ne le touchait pas vraiment. Le nécromancien se rappelait même qu’il la trouvait faible à cette époque-là. Quant à deviner ce qu’elle allait penser de son retour, ce n’était pas de son ressort. Elle ne serait certainement pas heureuse qu’il se soit fait prendre.
 
Arthur continuait son observation de la directrice. Il avait cru deviner qu’il avait réussi à capter son attention et se demandait ce qu’elle allait bien faire de lui. Sous le silence qui suivit, le captif craqua sa nuque pour se décontracter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Jezabel Pendragon
Directrice générale


Feuille de personnage
Nationalité: Ecossaise
Magie pratiquée: Chamane
Âge: 35 ans

Nombre de messages : 140
Date d'inscription : 24/04/2014

MessageSujet: Re: Future Starts Slow [Jezabel Pendragon]   Mar 5 Mai 2015 - 21:28
« Votre supérieur m’a fait une offre que je ne pouvais refuser. » Encore le vieux chnoque ?! Décidément, Ostroróg se mêlait de plus en plus des affaires de l'hôpital. C'avait commencé par Fenring, maintenant Black... Jezabel eut un doute. Et s'il était à l'origine de l'arrivée d'Erzèbeth Nàsdy dans l'établissement ? Non, Selena avait semblé être seule pour décider son choix. Certes, Eryk avait certainement connaissance de l'internement de la célèbre nécromancienne, cependant elle espérait qu'il n'en soit pas la source. Elle se sentirait terriblement trahie et manipulée, si tel était le cas.

Arthur lui parla ensuite de sa relation avec Samaha. Le frère et sa sœur ne semblaient, à ce stade, n'être ni en bons, ni en mauvais termes. Elle avait donc le choix d'annoncer ou non l'arrivée de l'ex soldat slivien à la cheffe du service 2. Comme l'avait si habilement relevé l'homme, elle serait certainement choquée d'apprendre l'internement de son aîné. Mieux valait éviter de lui en parler en cette période qui semblait déjà forte troublée à la directrice. Malgré l'élimination de Frieman, tant de choses étaient encore douteuses... Entre les deux patients pour le moins singuliers envoyés directement par le vieux chnoque, la mission d'Aedan qui se traînait, la relation dangereuse qu'elle entretenait avec Fenring, l'errance d'Erzèbeth à Noël et les questions qu'elle avait encore à lui poser... Quand aurait-elle le temps d'aller rendre visite à la comtesse d'ailleurs ? Si son entretien de l'après-midi ne s'éternisait pas trop, elle pourrait peut-être lui accorder une visite ensuite...

« Merci pour ces informations. Je n'informerai pas Samaha pour le moment, il me semble que l'ambiance actuelle ne s'y prête pas... »


Encore une fois, Jezabel bavardait joyeusement. Sans dévoiler la moindre information au futur patient, elle faisait tout de même la conversation.

Maintenant, il fallait décider de ce qu'il faudrait faire pour ce cas si particulier. Elle n'allait pas expérimenter sur lui. Il ne présentait aucun intérêt selon ses critères personnels : elle n'aimait que les cas se rapprochant de sa cadette. Il faudrait donc attendre qu'Emma revienne ce qui ne devrait pas trop tarder, elle accourra dès qu'elle saura quel merveilleux patient l'attend, pour prendre une réelle décision. En attendant, il serait mis en observation.

Elle soupira d'un air dramatique.

« Compte tenu de vos actions passées, nous allons devoir dans un premier temps vous mettre en observation sous haute surveillance. J'espère, monsieur Black, que vous n'avez pas peur de vous ennuyer. »


Elle regarda le dossier du patient. Tout semblait en ordre.

« Je ne vais pas m'occuper de votre thérapie, je n'ai donc pas spécialement de question à vous poser... Tout le reste semble en règle. Quelque chose à ajouter ? »


Elle avait recommencé à jouer distraitement avec son stylo. Elle aurait voulu faire durer l'entretien mais malheureusement, tout avait déjà été traité. De quoi pouvait-on bien discuter avec un meurtrier ? Certainement pas de la pluie et du beau temps.

_________________

"We're all mad here. I'm mad, you're mad."
"How do you know I'm mad ?" said Alice.
"You must be" said the Cheshire Cat.
"or you wouldn't have come here."

~ Lewis Carroll

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Arthur Black
Patient(e) - service 3


Feuille de personnage
Nationalité: Anglaise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 36 ans

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 24/04/2015

MessageSujet: Re: Future Starts Slow [Jezabel Pendragon]   Lun 11 Mai 2015 - 10:36
Le nécromancien qui n’avait toujours pas détaché le regard de son interlocutrice sembla détecter une intense réflexion avant la réponse de celle-ci à ses déclarations. Arthur Black se demandait ce qui pouvait autant préoccuper la cheffe de l’établissement. Certainement de nombreuses affaires. Un personnage de haut rang, comme elle, devait certainement s’occuper de plusieurs problèmes. Le sorcier fut néanmoins amusé lorsque Jezabel Pendragon reprit la discussion sur le ton des banalités. Décidément, la psychologue revêtait une personnalité fort atypique.
 
Si sa sœur n’était pas mise au courant tout de suite, l’assassin ne pouvait qu’imaginer l’explosion d’émotions qui se déverserait dans ce pauvre petit être si fragile. Le spectacle n’en serait que plus appréciable et la manipulation de l’autre Black n’en serait que plus aisée.
 
L’assertion suivante se révéla moins agréable, mais pourtant prévisible. Il allait être enfermé et observé ; certainement pour une durée assez longue. L’ennui, comme l’avait si bien mentionné l’écossaise allait certainement venir hanter le frère. Lui qui était si impulsif, trouverait le moyen de contenir son besoin…
 
Il hésita à ne rien ajouter aux décisions de la responsable de l’hôpital. Le détenu laissait ainsi planer un certain mystère. Puis, l’anglais changea brusquement de stratégie. Elle s’était désintéressée de lui. Il le voyait et le sentait. Il fallait qu’il tente de captiver à nouveau son attention et soudainement le prisonnier embrassa une idée fraîchement trouvé.
 
Sa posture se modifia. Son dos se relâcha lentement, vertèbre par vertèbre. Il positionna ses avants bras, liés par ses poignets menottés, sur ses genoux. Le dos légèrement vouté, il était à présent en position de confidence.
 
« L’ennuie m’envahira quoiqu’il arrive. »
 
Sur cette simple déclaration, il laissa un petit silence s’installer entre les deux protagonistes. L’envie, le besoin reviendrait. Il faudrait qu’il tue à nouveau. Même en cavale, il ne s’était pas séparé de cette petite habitude qui pendant tant d’année était devenue son quotidien. Au détour d’une ruelle, à la tombée de la nuit, il coinçait une pauvre âme qu’il tuait tout de suite ou parfois un peu plus tard, après l’avoir torturer. Pour le plaisir, il allait parfois jusqu’à en apprendre plus sur sa victime afin de mieux la faire souffrir.
 
« Connaissez-vous, Pendragon, le doux plaisir de donner la mort ? »
 
Le nécromancien s’adressait à Jezabel comme à une égale et sans la moindre gêne. Le meurtrier guettait la moindre réaction de la directrice. Il avait eu vent des étranges morts ou disparitions qui entouraient Lómilendë et par une simple déduction, il s’imaginait follement que la haute responsable pouvait bien avoir quelque chose avec tout cela. A vrai dire, l’anglais serait même particulièrement déçu si ce n’était pas le cas. Il poussa son raisonnement plus loin en s’imaginant la si gracieuse créature qui se trouvait devant lui, ôter froidement la vie d’un de ses subordonnés. D’une voix toujours aussi lente et grave, il reprit.
 
« Ce plaisir si intense que l’on ressent lorsque l’on brise une âme de ses propres mains ? Cette sensation de pouvoir intense qui coule dans chacune de vos veines lorsque la vie disparaît des yeux de votre proie. Ce sentiment d’harmonie totale lorsque le corps de votre victime se refroidit devant vous. »
 
En décrivant chacun de ces états, le tueur revivait l’assassinat de ses cibles. Sous l’effet agréable de son discours, il se lécha lentement sa lèvre supérieure en observant les moindres faits et gestes de la directrice. Le nécromancien aurait été prêt à lui montrer et à lui faire ressentir cette sensation de puissance qui l’envahissait. Mais son fantasme ne s’arrêta pas là. Après lui avoir montré les douces joies du meurtre, il l’aurait fini par l’assassiner froidement une fois qu’elle y aurait pris goût. Une œuvre parfaite…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Future Starts Slow [Jezabel Pendragon]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Future Starts Slow [Jezabel Pendragon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ( the future starts slow. ) ft. aloisia rosenwald
» Ishtar Jezabel Amélia [Terminée]
» kimitori, la future mangaka
» Scratch Built - Future Wars
» Haiti must decide Haiti's future

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lómilendë :: Aux Racines du Mal :: Les Sous-sols :: Bureau de Jezabel Pendragon - Directrice de Lómilendë-