AccueilPortailDernières imagesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -28%
Brandt LVE127J – Lave-vaisselle encastrable 12 ...
Voir le deal
279.99 €

Partagez
 

 Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ilian Adelsohn

Ilian Adelsohn
Lómilendë 3.0


Feuille de personnage
Nationalité: Deutsche
Magie pratiquée: Elémentaliste
Âge: 23 ans (ère Tugendbach)

Nombre de messages : 62
Date d'inscription : 15/08/2011

Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Empty
MessageSujet: Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé]   Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Icon_minitimeDim 25 Mar 2018 - 21:21
La nuit était tombée depuis un peu plus d'une heure déjà sur l'ancienne école de magie, refaçonnée par la force des choses en un asile psychiatrique, aujourd'hui désert. 


Désert? Pas tout à fait. Une silhouette, plutôt frêle, revêtue d'un vêtement plus sombre encore que l'obscurité ambiante, arpentait le château abandonné. A la vue du pas assuré de l'individu, l'on devinait aisément que l'intéressé était familiarisé des lieux, et ce, quand bien même depuis sa dernière apparition dans ce décor, bien des choses avaient changé, dont certaines irrémédiablement.


Parvenu à la hauteur d'une porte verrouillée, qui donnait, Ilian le savait, sur le bureau de l'ancienne directrice Pendragon, le garçon tendit un bras en direction de l'occlusion. Ses lèvres articulèrent brièvement une formule magique, qui, bien que prononcée indistinctement, produisit un effet on ne peut plus clair. Dans un souffle, la porte vola en éclat, déchirée, comme aspiré par l'intérieur même de la pièce, libérant le passage dans une bruyante déflagration d'air et de feu.


Ilian s'engouffra à travers l'espace béant. Une fois parvenu dans la pièce, il s'immobilisa. Cet ancien lieu de pouvoir, jadis bien gardé, lui était aujourd'hui livré. Pour l'éternité. 


Un sourire accroché aux lèvres, le garçon contourna le meuble qui servait de table de travail à la directrice d’antan, puis se dirigea vers la chaise, sur laquelle il prit place. Le jeune homme rassembla plusieurs papiers éparses laissés eux-aussi à l'abandon, parcouru l'un ou l'autre de ces rapports, les jugea indignes de davantage d'intérêt de sa part, et prit donc le pari de s'en débarrasser. L'empilement de documents hétéroclites alla donc immédiatement rejoindre la corbeille à papier. S'emparant d'un bloc-notes vierge, puis d'une plume magnifique, encore parfaitement en état de marche, bien que délaissée sur place depuis quelques temps déjà, Ilian traça un premier mot sur la page blanche, rapidement suivis d'autres. 


Le temps avait fait de lui le conteur, le maître du jeu, le vainqueur final. Il était l'héritier de Lomilendë. Son seul survivant. Et son avenir...


Le jeune allemand s'interrompit dans son travail, s'étira un court instant, l'air songeur... Les prochains temps promettaient d'être riches en péripéties, dès lors qu'il lui appartenait de tout refonder.
Revenir en haut Aller en bas
Salma Zeev

Salma Zeev
Lómilendë 4.0


Feuille de personnage
Nationalité: Égyptienne
Magie pratiquée: Chamanisme
Âge: 26 ans

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 10/02/2015

Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé]   Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Icon_minitimeDim 19 Déc 2021 - 13:42
Salma aimait déambuler dans les couloirs entre les prises médicamenteuses de la journée. Ces balades lui permettaient de se retrouver avec elle-même. Paradoxalement, cela lui permettait de canaliser son esprit en concentrant son attention sur les décors, les bruits. Bon, il est vrai que certains bruits de l'établissement soient perturbant, voire très perturbants. Il n'en reste que ces balades restaient bénéfiques.
Aujourd'hui, elle a décidé de vagabonder dans les couloirs au niveau de l'étage des bureaux. Telle une enfant, elle sautait de dalle en dalle faisant en sorte à ce que chaque pied n'en touche plusieurs à la fois. 
"Oups !"


Elle perdit brièvement l'équilibre. Elle fixe son pied sur le sol tentant de se redresser, évitant la chute. En levant son regard, l'égyptienne constata qu'elle se trouvait au niveau du bureau de Mme Pendragon, la directrice. 
"Tiens ? La porte est ouverte, 'faut que j'y jette un oeil." 


L'égyptienne s'approcha prudemment et dépassa lentement le cadre de porte, d'abord avec ces yeux noir ébène puis le reste du corps. Se figeant à mis chemin, tentant d'être discrète, elle plissa les yeux afin de mieux observer dans la pièce. Il lui fallu quelques secondes pour distinguer une silhouette assise sur le fauteuil. Mais il s'agissait pas de Mme Pendragon, la personne semblait plus chétive et fragile.
"Mais attend, c'est pas le petit emo du coin ?"


Elle reconnu Ilian, le petit allemand. Il était effectivement assis sur le fauteuil de la directrice. Fixant le mur d'un air contemplatif, son expression impassible laissa place à un large sourire, défigurant la face du jeune homme. Il sembla qu'il marmonnait quelque chose :
"Je suis le maître du jeu, le vainqueur final. Il était l'héritier de Lomilendë. Son seul survivant. Et son avenir..."

Salma ne comprenait rien à son charabia. Il l'effrayait même un peu avec son air fou et lever les bras au ciel. Elle se dit qu'il fallait faire quelque chose mais quoi ? Là, l'allemand cria de plus belle, scandant des phrases dans sa langue maternelle, sa voix devenant de plus en plus grave, comme si quelqu'un d'autre s'était emparé de son corps. 
Complètement effrayée, Samla, rebroussa chemin à toute allure dans le couloir, se retenant de crier à l'aide afin de ne pas signaler sa présence. 
"Il faut que je trouve quelqu'un!"
Revenir en haut Aller en bas
Sofía de Santa Cruz

Sofía de Santa Cruz
Lómilendë 4.0


Feuille de personnage
Nationalité: Espagnole
Magie pratiquée: Elémentaliste
Âge: 35 ans

Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 24/02/2015

Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé]   Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Icon_minitimeDim 19 Déc 2021 - 13:43
Comme à son habitude à cette heure matinale, Sofía buvait sa décoction préférée aux différentes herbes et fleurs magiques, debout devant une fenêtre du rez de chaussée. Comme elle travaillait principalement dans les sous-sols, cela lui plaisait de venir profiter des rayons de soleil épars.


Ajourd'hui, bien que ce fût une journée fraîche, et que les arbres étaient rougeoyants, le soleil inondait les imposantes façades de l'hôpital. Les pierres baignaient dans la chaleur douce de l'automne.


Ah! Comme c'est agréable. J'ai passé trop de temps en bas. Dios mio, quel plaisir. Je me sens comme un lézard au soleil. Mierda! le lézard!


A cette pensée du rampant, Sofía bondit et descendit les marches en trombe. Elle arriva dans un grand couloir et se dirigea rapidement dans un recoin, caché magiquement aux yeux des non-initiés ou simples d'esprit.


-Ay no... je me suis laissée aller.

Elle constata avec mécontentement que la porte était restée ouverte. Elle lâcha un soupir de contrariété et par conviction professionnelle, s'en alla vérifier la cellule au fond de la pièce.
Elle en avait passé des heures dans cette pièce, écrivant des centaines de papiers sur ses expériences et ses recherches. Elle avait reçu un cobaye particulièrement intéressant. Elle avait été enthousiaste au début par ce défi, exaltée par les possibilités infinies. Travailler sur un être magique et plutôt sensible à celle-ci, à la psyché névrosée, avait été un véritable bonheur, une source intarissable de découvertes, à ses entiers dépens. Petit bonus appréciable.


La vraie source de son plaisir fut quand elle constata avec une joie merveilleuse que son invité de marque réagissait comme un parasite. Toutes les potions, décoctions, médicaments, qui traitaient de problème parasitaires, d'infection par un hôte tiers, réagissaient positivement. Et depuis là, les possibilités avaient été infinies. Drogues, potions magiques, sortilège couplés par des hallucinogènes, produits interdits, tests expérimentaux, alchimie prohibée et autres joyeusetés.


Avec les mois, c'était devenu un véritable déchet. Toujours vivant, certes, cependant complètement psychotique et enfermé dans un monde, un univers qu'elle ne souhaitait pas déchiffrer et dont il semblait le seul intéressé. Elle le voyait fabuler, parfois ses paroles étaient intelligibles, quoique souvent incompréhensibles, à peines différentes d'un lobotomisé. Son corps, bien que régénéré par magie un nombre incalculable de fois, avait fini par devenir un peu plus résistant. Comme toute bonne espèce de parasite, il s'adaptait aux expériences douloureuses et immorales quotidiennes, nuit et jour selon l'envie et le café à disposition.


Mais avec le temps, la brune voluptueuse s'était habituée à ne plus utiliser autant de sorts de restrictions, ni de cordes ou de chaînes. Il était affaibli, facile à manipuler, docile à manier. Il obéissait aux ordres simples, aux interjections. Parfois il déambulait dans la salle, jouant avec les ombres ou sa propre main.
Et comme la pharmacienne en chef était d'humeur généreuse, elle l'avait laissé prendre un bain ce matin. Il avait encore joué avec ses déjections dans sa cellule et s'en était barbouillé le corps et visage. Elle pensait que cela lui éviterait l'habituel rinçage magique.  Enfin, il ne devait pas être allé loin. Le château était protégé, et aussi pensé pour ce genre d'inconvénients.


***


Elle n'eut qu'à le suivre "à l'odeur" avec quelques sortilèges et l'avait marqué d'une phéromone distincte afin de le localiser facilement dans cette éventualité. Ce fut rapide et assez simple, et elle ne s'étonna pas de le retrouver à l'étage du bureau de la directrice.


Une patiente, jugea-t-elle, le dévisageait et semblait hallucinée de ce spectacle navrant. Elle fut ravie qu'un membre du personnel arrive.


Je suis au bon endroit, je l'entends gesticuler comme un dément.

Elles le regardèrent toutes deux, puis leur regard se croisèrent. Sofía lâcha un rire moqueur et porta sa main à son front, navrée de ce pathétique désastre.


-Cela va attirer des curieux, se dit-elle à mi-voix. Je crains que cette fois-ci, je ne vais pas pouvoir y couper. Ay, qu'est-ce qu'il a fait au bureau? Peut-être aurais-je du lui laisser nécroser les jambes un peu plus. Je n'en reviens pas qu'il tienne encore debout. Ah je n'ai rien dit.

L'être pitoyable venait de chuter sur une feuille au sol et rampait sur son dos, gigotant comme un asticot.
Elle manipula le sol et une chaise en bois du couloir pour restreindre l'importun au sol.


Oh non, je reconnais ce parfum.


Pour une fois, Sofía eut réellement l'impression d'entendre des bruits de pas et non le froissement léger habituel qui accompagnait l'apparition qui surgit au bout du couloir.


Cette fois, ça va chauffer.

Sofía Jennifer de la Cruz sourit. C'était finalement une journée très intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Pendragon

Jezabel Pendragon
Lómilendë 4.0


Feuille de personnage
Nationalité: Ecossaise
Magie pratiquée: Chamane
Âge: 35 ans

Nombre de messages : 145
Date d'inscription : 24/04/2014

Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé]   Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Icon_minitimeDim 19 Déc 2021 - 13:47
Jezabel soupira. Elle se languissait. Son espion attitré avait mystérieusement disparu, terminées les parties de jambes en l'air dans tous les recoins de l'hôpital. Elle déambulait sans but dans les couloirs, glissant sans vergogne dans les méandres de sa dépression. Durant des mois, elle avait masqué sa détresse avec un comportement hypersexuel qui l'empêchait, au fond, de trop réfléchir. Sa sœur n'allait pas mieux, elle ne guérirait pas, ces expériences étaient inutiles, les chefs de Services étaient tous des irresponsables, des incapables, et les patients ne méritaient pas toutes l'attention qu'on leur donnait. Elle avait envie de les torturer, encore et encore. Peut-être qu'Hannibál Masaryk, avec ses étranges penchants nécrophiles, serait motivé à passer à la vitesse supérieure ? Ce crétin d'Hannibál... Jezabel s'était tuée à lui trouver une assistante. Elle avait songé que la groupie numéro une du Docteur Masaryk, Kalei Andersen, serait une aide précieuse... Et docile. Métamorphomage de talent, elle pourrait torturer les patients et peut-être séduire le ténébreux Docteur qui, à son humble avis, aurait eu grand avantage à se dévergonder un peu, relâcher la tension, s'envoyer en l'air une bonne fois pour toutes.


Mais non. Malgré tous les changements d'apparences de Kalei, Hannibál était resté aussi glacial que le marbre blanc qui le composait manifestement vu son teint. Voir la métamorphomage pourchasser le nécromancien n'avait pas amusé Jezabel bien longtemps. Jusqu'à ce qu'un tic nerveux vienne agiter l'inexpressif Docteur : il en avait marre, des simagrées et des stratagèmes de la Danoise. Cela se voyait à la façon dont ses sourcils se fronçaient lorsqu'elle était dans les parages, au ton de sa voix qui crissait un peu plus en donnant des ordres. La Fin arrivait. Ou le début des choses intéressantes, tout dépendant du point de vue. Pour Kalei, ce fut la fin. Hannibál répondit finalement à ses avances, acceptant un rendez-vous avec le jeune homme élancé dont elle avait pris l'apparence. Ils flirtèrent avec légèreté, jusqu'à ce que Masaryk soit certain de l'emprise sans faille qu'il avait sur la sorcière. Jezabel, bien trop heureuse de ses pouvoirs chamaniques, n'avait pas hésité à user des projections pour ne pas manquer une miette de ce qui se déroulait. Elle était au premières loges lorsqu'Hannibál avait usé de son ton le plus charmeur pour demander à Kalei de reprendre son apparence naturelle, ce qu'elle avait été bien trop heureuse de faire. Il avait pris un air vulnérable pour s'adresser à la jeune femme, redevenue rousse.


« Tu as déjà entendu les rumeurs à mon sujet...? Celle dont notre Directrice ne se lasse pas... »

« Ses blagues sur la nécrophilie tu veux dire ? »  

Elle rit nerveusement en fronçant les sourcils tandis que le nécromancien hochait la tête lentement sans la lâcher des yeux. Il n'ajouta rien.


« Oh, attends... C'est... C'est vrai ? »

Pas de réponse.


« Je peux... je peux m'adapter. »

Elle se concentra, la couleur quitta sa peau qui prit une délicieuse couleur bleutée. Ses cheveux s'effilochèrent, elle maigrit, devint squelettique au possible. Ses yeux se figèrent dans leurs orbites. Hannibál s'approcha, la prit enfin dans ses bras et effleura ses lèvres des siennes avant de se détourner, comme à regret.


« Ca ne fonctionne pas. Ta respiration, ton coeur qui bat... Je ne peux pas. »

Il fit mine de s'éloigner mais Kalei le retint.


« Attends ! Je peux faire mieux, je suis sûre que je peux... »

La métamorphomage ferma les yeux, s'entourant d'une aura magique. Jamais encore elle n'avait tenté de modifier ses organes internes. Elle devait bien pouvoir le faire. Elle murmura une incantation, faisant appel au peu de connaissance en nécromancie qu'elle avait. Son cœur devait mourir pour qu'elle puisse gagner celui d'Hannibál. Elle rouvrit les yeux lorsqu'il émit son dernier battement. Kalei s'était effondrée, une expression étrange mêlant la surprise, l'horreur et l'émerveillement figée à jamais sur son visage. Elle avait réussi. Mais arrêter son cœur la tuerait, elle l'avait compris trop tard. Elle ne pouvait pas simplement faire semblant.


Hannibál s'était rendu quelques heures plus tard chez la Directrice. « Nous avons un problème », lui avait-il annoncé. Elle lui avait jeté un regard las. « Je sais. Disposez-en comme vous le souhaiterez... » Pourquoi Diable gardait-il des corps ? Lorsqu'il lui avait fait la demande, la curiosité malsaine de Jezabel l'avait poussée à espionner son chef de Service. Mais à sa grande déception, il n'avait pas plus l'air de s'envoyer en l'air avec les morts qu'avec les vivants. Elle n'avait rien découvert et continuait inlassablement à vanner le nécromancien-pas-nécrophile, espérant ainsi le pousser à avouer ses desseins. En vain.


Les autres chef.fe.s de Services ne valaient pas mieux. Emma Thompson était ad vitam eternam aux abonnés absents, Aedan O'Briain courrait joyeusement les jupons (la Directrice espérait d'ailleurs que cela résulte en une tuerie - ou une orgie, au pire - mais rien). Samaha Black avait du potentiel. Entre la garde de la terrifiante Erzèbeth Nàsdy, son frère interné sans qu'elle le sache, Aedan qui la trompait et tombait manifestement amoureux de la fille Nàsdy... Tant de drames l'attendaient ! Mais rien n'arrivait. Rien, rien, rien. Fallait-il provoquer le destin ? Elle n'avait plus la motivation... La vie ne l'amusait plus. Elle soupira de façon dramatique. Elle l'avait pourtant visualisé tant de fois. La rivalité amoureuse entre Selena et Samaha qui résulterait en la découverte par la psychologue de la présence de sa mère au sein de Lómilendë... Folle de rage, elle s'attaquerait à la cheffe de Service qui aurait inévitablement le dessus compte tenu de sa puissance magique. Aedan interviendrait probablement, volant au secours de sa dulcinée... Un carnage. Ce serait un carnage. Qui mourrait ? Qui survivrait ? Malheureusement pour Jezabel, la situation stagnait.


Quant à la dernière arrivée en temps que cheffe de Service, Sofía de Santa Cruz, elle était prometteuse, sans doute... D'ailleurs, n'était-ce pas sa voix qui s'échappait du bureau de Jezabel ?


Le Directrice hâta le pas. Enfin de l'animation.


Le spectacle était grotesque. Ce que la Directrice identifia comme un patient se tortillait sur le sol tel un insignifiant vers de terre. Elle le regarda avec dégoût.


« C'est quoi... ça ? »

Elle regarda autour d'elle. Une autre patiente était là, pantoise devant le ridicule du tableau. Que faisait-elle dans son bureau ? Et Sofía, que faisait-elle plantée là avec son rictus satisfait ? Pourquoi n'avait-elle pas déjà géré la situation ? Que faisaient-ils tous dans ses quartiers ?! La Directrice explosa.


« Que croyez-vous faire ici ? » hurla-t-elle en direction de Salma.  « Déguerpissez ! Dans votre chambre, dans une cave, dans un donjon, que sais-je, HORS DE MA VUE ! »

La patiente aurait du mal à trouver un donjon dans l'ancien château bien rénové mais qu'importait. Qu'elle débarrasse le plancher, et vite.


La chamane inspira profondément pour ne pas vider sa rage sur la seule cheffe de Service en laquelle elle avait encore foi. Elle s'adressa à elle d'un ton cassant.


« Une explication ? Peut-on savoir ce qui s'est passé ici ? »

Lorsque Sofía expliqua la fuite de son patient-expérience et son lamentable manque de zèle pour le retrouver, Jezabel en eu assez. Non, vraiment, elle n'avait pas la patience pour supporter ce genre d'amateurisme. Qu'on la laisse être seule et dépérir en paix.


Elle ferma les yeux et envoya une sommation télépathique à ses sous-fifres.


« RÉUNION DES CHEF.FE.S DE SERVICES. DANS MON BUREAU. MAINTENANT. »

Sans surprise, l'éternelle abonnée absente et le coureur de jupon n'apparurent pas. Entourée de ses derniers bons éléments, Jezabel prit place sur sa chaise directoriale, un des talons aiguilles de ses bottes en cuir enfoncé dans l'épaule de la loque humaine toujours à terre.


Aidée de Sofía, elle résuma la situation et regarda tour à tour ses employés.


« Il semblerait que ce qu'il reste de cet être humain prenne un peu trop ses aises dans ses délires mégalomaniaques. Que pensez-vous que nous devrions en faire ? »
Revenir en haut Aller en bas
Samaha Black

Samaha Black
Lómilendë 4.0


Feuille de personnage
Nationalité: Anglaise
Magie pratiquée: Chamane
Âge: 34 ans

Nombre de messages : 75
Date d'inscription : 25/04/2014

Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé]   Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Icon_minitimeDim 19 Déc 2021 - 13:48
« Docteur Black, docteur Black ! »

La médecin sortit brutalement de ses pensées. Agacée par cette interruption, elle gifla l’infirmier qui avait osé la déranger. Devant l’air meurtri du malheureux, elle attrapa son visage d’une main et lui serra légèrement la mâchoire.

« Désolée mon mignon. J’ai été… surprise. »

Le soignant lui indiqua le patient qui se trouvait sur le lit. Ce dernier faisait vraisemblablement une overdose. D’un geste las, elle indiqua à l’infirmier de se charger du cas qui ne l’amusait plus. Elle attrapa une seringue et une fiole dont elle extrait la substance avant de se l’injecter dans l’avant-bras. L’effet fut rapide. Ces pupilles se dilatèrent. Elle prit finalement place sur le fauteuil au chevet du lit. Ces pensées vagabondèrent sous l’effet de la drogue et des va-et-vient du personnel médical qui s’attelait à soulager le patient. Elle se trouvait à présent dans un endroit sombre et humide. Des barreaux se dressaient en face d’elle. Derrière ceux-ci, une ombre s’approcha dans le faisceau de lumière, découvrant le visage de son frère.

« Je t’ai manqué Samaha ? »

Le visage de la sorcière fut déformé par la peur. Son cœur battit à tout rompre. De la sueur coulait à présent le long de ses tempes. Une voix tonitruante et plus aigüe s’échappa de la bouche de son frère. 

« RÉUNION DES CHEF.FE.S DE SERVICES. DANS MON BUREAU. MAINTENANT. »

Il fallu quelques instants à la rouquine pour comprendre qu’il s’agissait de la voix de la directrice de l’établissement, Jezabel Pendragon. Sans se presser la chamane se laissa ratterrir avant de se lever et de quitter la chambre de son patient. La directrice avait une fâcheuse tendance à abuser de son autorité par pur plaisir personnel. Qu’allait-elle leur inventer comme situation farfelue cette fois ?


Arrivée dans le bureau de la tête de Lómilendë, Samaha y découvrit le spectacle étrange d’un patient visiblement bien perché, sous le talon de la directrice.

D’une voix suave qui se voulait carrément lèche-cul, elle demanda :

« Que nous vaut cet honneur Madame La Directrice ? »

La situation rapidement éclairée, la médecin se leva pour observer de plus près cette larve pathétiquement exposée.

« Ahh… oui… il a dû passer dans mon service un moment avant que De Santa Cruz ne prennent le relais. C’est quoi son nom déjà… Ivan peut-être ? Ivan Anderson ? Enfin bref, ces tendances mégalos m’ont vite ennuyées. Faites-en ce que vous en voulez, de mon côté je m’en débarrasserais. Personne ne va le chercher et il n’y a rien d’intéressant à en tirer. Il n’a supporté aucune substance que je lui ai administré. Il n’a fait que pleurer et appeler son père, je suppose. Un certain Ambroisie Dubobard… Je ne sais plus exactement… En même temps, si j’avais eu envie de me rappeler ce genre de détail et de faire de la thérapie j’aurais fait psychologie et non psychiatrie. »

Après avoir répondu à la question de Pendragon, elle n’avait plus qu’une seule envie, retourner à ses occupations. Elle s’apprêtait à demander si elle pouvait disposer, mais le regard tranchant de la directrice la fit se dégonfler. Elle referma sa fine bouche et attrapa une cigarette qu’elle s’alluma rapidement. Si elle devait perdre son temps avec un patient insipide, autant qu’elle en profite pour soulager son addiction à la nicotine.
Revenir en haut Aller en bas
Hannibál Masaryk

Hannibál Masaryk
Lómilendë 4.0


Feuille de personnage
Nationalité: Hongrois
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 34 ans

Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 25/04/2014

Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé]   Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Icon_minitimeDim 19 Déc 2021 - 13:48
Le paysage, enseveli sous des couches nacrées, était froid et silencieux, reflet de l’homme qui l’observait, ensorcelé par sa beauté hiémale. Hannibál retira de la tasse l’infuseur dans lequel se mêlaient de la lavande, de la cannelle et du gravier d’obsidienne. Il porta le breuvage fumant à ses lèvres, fines et pâles. Les yeux fermés, il dégusta la concoction. L’amertume d’abord, réhaussée par le sucre épicé suivi par une vague de mélancolie lavandée. Le crépitement du feu dans l’âtre. Les mugissements du blizzard contre la fenêtre. Il inspira profondément et laissa ses pensées s’engouffrer dans les cavernes de son âme. Là où nulle lumière ne brillait. Là où il était maître incontesté. C’est dans ces recoins que s’agitaient ses desseins les plus sombres et qu’il retrouvait Roszá. L’heure approchait. Les uns après les autres, les engrenages s’enclenchaient. Une faible lumière viride dansotait dans le noir. Il tendit une de ses mains de craie pour l’effleurer.  
 
 
RÉUNION DES CHEF.FE.S DE SERVICES. DANS MON BUREAU. MAINTENANT.
 
 
Semblable à des ongles écorchant un tableau, la voix de Jézabel l’arracha à sa transe. Garce. Hannibál serra les poings. Une colère sourde s’empara de lui, irradiant de son torse pour finir sa course dans ses tympans bourdonnant. Il quitta le confort de son bureau, pour s’engager dans les couloirs de Lómilendë. Telle une ombre, il se glissa dans le bureau de la directrice où se tenaient déjà de Santa Crúz et Black. Des deux, il ne savait pour laquelle il avait le plus de dédain. L’apothicaire histrionique ou la psychiatre au narcissisme boursouflé ? 
 
 
Mesdames, s’annonça-t-il platement.
 
 
Jezabel, dont l’élégance n’avait malheureusement que pour égale son incompétence, lui expliqua de quoi il retournait. Son récit sec fut interrompu et agrémenté à plusieurs reprises par les commentaires lyriques de Sofía. Il avait donc été tiré de sa catalepsie pour …ça ? Il jeta un coup d’œil dégouté à la chose recroquevillée sous la botte de la directrice.
 
 
Il semblerait que ce qu'il reste de cet être humain prenne un peu trop ses aises dans ses délires mégalomaniaques. Que pensez-vous que nous devrions en faire ?
 
 
Avide de plaire, Samaha s’empressa de se prononcer. Son ton mielleux, sa chevelure flamboyante, et le parfum hors de prix dont elle empestait lui donnaient l’aspect d’une plante vénéneuse aux abois, prête à attraper la première mouche à sa portée. Quelle sotte. Noyé dans le flot de ses babillages, il faillit manquer le nom. « Ambroisie Dubobard » - Ambroise Tugendbach. L’allusion au feu le Coordinateur de l’OMDS durant la 3ème guerre mondiale abattit une digue. L’esprit d’Hánnibal s’enflamma, submergé d’idées. Il observa l’insecte étalé sur le sol.
 
 
C’est un ancien soldat, non ?
 
 
Oui, approuva Sofía qui fut elle-même lieutenant à la base 2304-Z. C’était le chien-chien de Tugendbach.
 
 
Erzèbeth le connait ?
 
 
Quoiqu’imperceptiblement, les corps se crispèrent. Toute évocation à la comtesse suffisait à couler un indicible malaise dans l’atmosphère. Depuis qu’elle était secrètement internée dans les tréfonds de l’hôpital, celles et ceux au courant de sa présence étaient sur les dents. La puissance extraordinaire et l’imprévisibilité de la nécromancienne étaient un redoutable cocktail. Une bombe à retardement nécessitant les précautions les plus extrêmes pour éviter une détonation cataclysmique.
 
 
Oui, répondit la pharmacienne avec prudence.
 
 
Pourquoi ? s’enquit la directrice 
 
 
Impatiente – ou nerveuse ? – la dragonne tapotait de ses longs doigts aux ongles soigneusement vernis sur le bord de son bureau. Hannibál esquissa un sourire.
 
 
  Erzèbeth et Ambroise ne s’entendaient pas.
 
 
  C’est le moins qu’on puisse dire, ironisa Sofía. 
 
 
Il y a donc une charge émotionnelle considérable associée à son nom et à tout ce qui s’y rapporte.
 
 
Il fixa Ilian. 
 
 
Peut-être qu’à la vue du toutou, Mme la Comtesse aura une réaction… intéressante.
 
 
Il distingua immédiatement la lueur qui illumina le regard de Jezabel. Victoire. Elle était intriguée. Si elle acceptait, elle mettrait en œuvre les ressources nécessaires pour extirper la nécromancienne de sa cellule. Alors, Hannibál y aurait enfin accès.
Revenir en haut Aller en bas
Sofía de Santa Cruz

Sofía de Santa Cruz
Lómilendë 4.0


Feuille de personnage
Nationalité: Espagnole
Magie pratiquée: Elémentaliste
Âge: 35 ans

Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 24/02/2015

Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé]   Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Icon_minitimeDim 19 Déc 2021 - 13:49
Sofía n'en croyait pas ses oreilles. Décidément, c'était vraiment de mieux en mieux. La journée devenait vraiment intéressante. Rien que le nom de la Comtesse, elle frémit, d'excitation et de peur. Cela lui plût. Elle n'était au courant que depuis peu. Il n'était pas possible de se servir dans ses stocks sans qu'elle ne le remarque, et elle avait de bons contacts pour ...certains produits de luxe. Elle avait fini par se douter, puis on le lui avait révélé. Un grand moment. Des messes basses, un tel secret. Elle avait été honorée, et terrifiée, ayant presque regretté pendant un premier temps de le savoir. Heureux les ignorants...


Un sourire carnassier, elle profita de l'interminable pause glaciale pour observer ses collègues. Ils se dévisageaient, sans se regarder réellement. 


No, hay más... c'est au de-là de ça...une lutte que je ne peux pas voir. Un jeu de pouvoir.


Sofía était encore jeune, et récemment arrivée. Venue de pays en guerre, utilisée comme une arme, elle savait se battre et suivre des ordres. Improviser de son propre chef, quand elle le décidait ou jugeait la situation utile. Elle savait aussi quand se taire, et acquiescer. Aujourd'hui était l'une de ces journées qui lui rappela son passé. Seule, dans l'état-major, entourée de généraux et chefs de guerre qui se détestent et veulent les armées ou armes des autres pour leur propre régiments. Ils se piaillaient dans les plumes. Hommes, femmes, vieillards ou vieilles acariâtres... 


Ils étaient tous dangereux. Parce qu'ils étaient tous fous à lier, et puissants. Des sommités de la magie, chacun dans leur domaine. Et là, le grand ténébreux, la llaga negra, la plaie noire, comme elle aimait l'appeler dans ses pensées, proposait d'utiliser ce vermisseau pitoyable comme...amuse-gueule? Un appât? Il devait vouloir autre chose. Les noms cités faisaient tinter une cloche, un lointain écho d'une histoire qu'elle avait oublié. 


L'hispanique regarda sa collègue, suspendue à son fin bâtonnet et qui souffla une grande bouffée dans l'air, sciemment face à son estimé confrère. Sofía n'avait jamais compris l'exhubérante Samaha, cette femme belle et décidément, toujours imprévisible. 


Toujours silencieuse, calme, posée, la pharmacienne en chef battit des cils pour dévisager sa supérieure.


Ce dernière semblait en profonde réflexion, les yeux pincés et plongée dans un scrutin interminable. Elle grinçait légèrement de la mâchoire. Les mots devaient s'emporter dans sa bouche et elle ne savait que dire. S'emporter, s'énerver, l'incendier, le blâmer, le réprimander ou céder; accepter la proposition.


Non sans une certaine euphorie tétanisante, elle s'osa à rompre le silence.


-Et pourquoi?


Tous se tournèrent vers elle et ceci lui glaça le dos. Elle n'apprécia pas leurs regards, heureusement sa propre folie inconsciente l'empêcha de s'en rendre compte.


-Pourquoi souiller le temps et la vue de la Comtesse avec ce.... ça? Regardez-le. Il n'est bon à rien, une véritable loque humaine. Aucun talent, ni même la nécromancie ne devrait pouvoir le ranimer. 




Elle en rit. C'était faux bien sûr. Tous le savaient. Mais ils comprirent ce qu'elle voulait dire.


C'était déconcertant de les voir la regarder, puis se tourner vers la chose au sol qui marmonnait des élucubrations, puis de se tourner à nouveau vers elle. Sofía s'empressa de rajouter:


-Il est amusant de le torturer. Son corps réagit bien à certaines de mes potions. J'ai pu faire de nombreux tests, ou rapports et à force de l'obliger à se régénérer, j'ai créé de nouveaux poisons... plaisants. Incroyablement robustes à la magie, ciblés, et au degrés de mortalité variables.


Pensant à ses poisons, ses nombreuses recettes, les nouveaux sortilèges empoisonnés, elle eut un plaisir intense en son sein. Ses doux venins, pour lesquels elle s'était prise d'une passion dévergondée. Si seulement Hannibàl n'avait pas été aussi ... insondable. Il devait en savoir beaucoup. Et Samaha, avec ses sorts, les plantes qu'elle pouvait créer, faire éclore, tout ce qu'elle pourrait lui confier, lui livrer... Peut-être valait-il mieux le leur céder. Qui sait, peut-être seraient-ils d'assez bonne humeur ensuite pour partager un peu de leur savoir.


-Toutefois, je reconnais qu'il devient salissant. Ma corne d'abondance semble se tarir. Je n'en tire plus réellement un grand intérêt.  Je me range à l'avis du Dr Masaryk. Ce pourrait être amusant, surtout si cela assouvit une certaine vengeance. Je respecte ça, c'est honorable.


Cela lui permettrait enfin de la revoir. Elle ne l'avait aperçue que quelques fois, toujours de loin, sur les champs de batailles, il y a si longtemps. ou en avait entendu parler, les racontards, les on-dits sur sa puissance, sa folie, sa beauté. C'était une légende. 


Elle était devenue mythique.


Il ne fait jamais bon de rencontrer ses héros. Et la déranger pour cette chose... Oui, Sofía était curieuse. Tout cela attisait ses sens.


Malgré le temps exécrable et cette glace insupportable, la journée la réconfortait. Elle trépignait intérieurement d'impatience. La tension était mortelle, l'atmosphère froide électrique. Il allait se passer quelque chose de grandiose. Pourvu qu'elle y assiste!
Revenir en haut Aller en bas
Jezabel Pendragon

Jezabel Pendragon
Lómilendë 4.0


Feuille de personnage
Nationalité: Ecossaise
Magie pratiquée: Chamane
Âge: 35 ans

Nombre de messages : 145
Date d'inscription : 24/04/2014

Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé]   Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Icon_minitimeDim 19 Déc 2021 - 13:51
Jezabel était ailleurs. Elle avait lancé le sujet tel un pavé dans la mare et s'était aussi réfugiée dans les méandres de son esprit. Les responsables de Services babillaient, bien ennuyés qu'elle les ait fait déplacer pour si peu. Si peu ? Il s'agissait du bureau directorial, tout de même, dans lequel s'aventuraient des patients. On était pas dans un poulailler. Quoi qu'à entendre jacasser Samaha, Hannibál et Sofía... La question se posait.
Un peu de concentration, bon sang. Récapitulons : Samaha n'avait guère été utile, proposant de se débarrasser de la loque humaine sans vraiment amener de solution concrète, Hannibál avait été pour le moins... surprenant en ne souhaitant pas ajouter un cadavre de plus à sa collection personnelle (ou peut-être comptait-il le fait plus tard ?) et Sofía avait démontré toute la faiblesse de son caractère en se rangeant bien trop rapidement du côté du sombre Docteur Masaryk.
Allons ! Il devait y avoir des débats, des conflits... Cela faisait longtemps qu'aucun patient n'avait été passé en catégorie C, on aurait dû se l'arracher. Eh non. Une fois de plus, la déception était amère. Bon, l'idée de Masaryk pouvait être divertissante. Observer la réaction de la Comtesse serait-il suffisant pour tromper momentanément sa dépression grandissante ?
Elle prit une grande inspiration, elle allait trancher, la bouche entrouverte, sur le point de prendre la parole quand elle fut grossièrement interrompue par un grand dadais qui débarquait, la fleur au fusil. Il s'approcha de la flamboyante cheffe de Service 3 et commença à roucouler.

« Bonjour ma douce... Qu'ai-je manqu- »


« MONSIEUR O'BRIAIN », rugit la Directrice. « Que vous soyez en retard est suffisamment impoli, nul besoin d'étaler votre insignifiance. »


Elle le fusilla du regard tandis que quelqu'un glissait au retardataire un « On décide comment se débarrasser de ça », suivit d'un mouvement de tête vers la chose qui commençait à baver dangereusement près du tapis oriental décorant la pièce.
Prête à reprendre là où elle avait été interrompue, Jezabel dut fournir un effort surhumain pour ne pas tuer l'Elémentaliste lorsqu'il reprit la parole.

« J'ai un patient qui serait ravi de le manger. »


Ah ? Elle le tuerait plus tard : il pouvait s'avérer utile, en fin de compte. Mais elle le tuerait, c'était certain. Cependant, regarder ce semi-cadavre se faire dévorer n'éveillait qu'un intérêt limité en elle. Du gore pur, voilà tout ce que c'était. Aucun intellect là-dedans. C'était une fin envisageable, tout au plus.
Elle balaya la pièce du regard. Elle n'avait pas envie toute cette agitation - et cela aurait probablement une répercussion néfaste sur Erzèbeth.

« Fort bien. La proposition d'Hannibál Masaryk est retenue. » Elle allait mentionner la Nécromancienne mais se retint : Aedan, trop proche de Selena, avait été maintenu dans l'ignorance. « Cela se déroulera en huis clos, vous n'êtes pas conviés. Veuillez disposer. »


Alors que ses subordonnés tournaient les talons, Masaryk posté près du patient qu'il allait livrer à Erzèbeth Nàsdy, la Chamane décida de garder ses options ouvertes. Un peu de gore n'avait jamais tué personne... Quoique.

« Aedan. Préparez votre patient au cas où il reste quelque chose à manger. »
Revenir en haut Aller en bas
Erzèbeth Nàsdy

Erzèbeth Nàsdy
Lómilendë 1.0


Feuille de personnage
Nationalité: Finlandaise et Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 54 ans

Nombre de messages : 469
Age : 31
Date d'inscription : 01/07/2007

Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé]   Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Icon_minitimeDim 19 Déc 2021 - 13:53
Au regard de son incommensurable dangerosité, la célèbre comtesse avait été isolée dans les profondeurs souterraines de Lómilendë. Sa prison, bardée de complexes sortilèges destinés à contenir sa puissance, se trouvait dans les tréfonds du bâtiment, engloutie dans une moite obscurité. Pourtant, au cœur de ce puits de ténèbres, l’antre d’Erzèbeth était étincelant. Une épaisse couche de givre recouvrait l’entier de la cellule, des cristaux de glace virevoltaient dans les airs et le tapis de neige au sol étouffait les moindres bruissements, plongeant la pièce dans une atmosphère cotonneuse. La nécromancienne, statue de marbre, se dressait au centre de ce monde figé.
.
La porte de son repaire s’ouvrit, révélant des silhouettes emmitouflées. Sous l’effet du froid à la férocité tout aussi surnaturelle que l’origine, leurs visages s’asséchèrent. Un homme au teint désormais rougi balança sans ménagement quelque chose sur le sol. La comtesse y dirigea ses yeux. Deux saphirs incandescents. Un humain. Les arrivants s’empressèrent de s’éloigner de cet enfer polaire. Tous et toutes sauf un. Elle l’identifia sans détour, assurée de sentir les caractéristiques émanations mortifères de l’Art dont elle était l’emblème. Il murmura un sort pour se prémunir de l’agressive magie ambiante. Il veut rester là ? S’amusa-elle. Elle fit un pas dans la direction de l’impudent. Une odeur âcre l’interrompit. Un effluve qu’elle ne connaissait que trop bien : celui de l’infatuation primordiale. La saveur rance de la suffisance. Elle s’agenouilla et, de ses longs doigts pâles, saisit le menton de la loque, le forçant d’un mouvement impérieux à lui faire face. Lorsqu’ils se reconnurent, les pupilles d’Ilian se dilatèrent sous le choc. Electrisé par une terreur indicible, il tenta de lutter. Erzèbeth lui écrasa le crâne sur le sol.
-        Couché.

Hannibál qui observait la scène avec délectation frissonna à l’ordre de la comtesse, glacé par le néant qui l’habitait. Ilian se figea, couinant de désespoir. Erzèbeth glissa une main dans les cheveux filandreux de l’élémentaliste.   
.
-        Le chien a perdu son maître ?

Chaque mot qu’elle prononçait sonnait le glas de toute vie, hanté par un écho sépulcral. Erzèbeth irradiait. Pareille à la neige au clair de lune, sa peau laiteuse scintillait. Sa chevelure corbeau flottait désormais au gré d’une brise inexistante. Elle se redressa, déversant sa puissance, essence même de la nécromancie. Reine de la Mort. La glace qui ensevelissait la pièce se mua brusquement en une masse ténébreuse. Terrifié, Hannibál recula, hypnotisé par la beauté lugubre de ce qui se déroulait sous ses yeux. Ilian se retrouva suspendu dans les airs, les bras en croix, le visage déformé par l’effroi. L’espace d’un fugace instant, le nécromancien eut pitié de lui. Erzèbeth s’approcha du pantin pour le saisir à la gorge.
.
-        Où est-il ?

La cellule trembla, secouée par cette question surgie des entrailles du vide.  Elle amena Ilian à elle, leurs visages si proches qu’il sentit son haleine de myrrhe.
.
-        Où est le traitre ?

Sous la pression de sa poigne, l’élémentaliste laissa échapper un gargouillis. Les ténèbres qu’elle avait convoquées se mirent à tournoyer. La comtesse relâcha son étreinte mais Ilian resta fixé à un bon mètre du sol. Animé de la force du désespoir il se remua tel un insecte plongé dans de l’huile bouillante. Ses cris devinrent si perçants qu’Hannibál dû se couvrir les oreilles. Hystérique, Ilian se brisa la voix. Des râles paniqués remplacèrent les hurlements. Erzèbeth le contourna pour se diriger vers la sortie. Lorsqu’Hannibál comprit son erreur, il était trop tard. Elle allait s’échapper. Non. J’ai besoin de toi. Rósza. Vainement, il s’interposa.
-        Comtesse, attendez…

Sans même qu’elle n’ait à formuler un sort, elle le balaya de la pensée. Il fut projeté contre le mur à sa droite. Sous la violence du coup, il perdit connaissance.
.
Quand il rouvrit les yeux, il découvrit une pièce faiblement éclairée par des néons fatigués. Dans la pénombre, au centre de la cellule, il devina un corps. Celui d’Ilian. Dans son dernier repos, ses traits étaient méconnaissables, transformés par l’horreur. Erzèbeth elle n’était plus en vue, évaporée dans la nuit dont elle était l’impératrice.  
Revenir en haut Aller en bas
Bernd Stein

Bernd Stein
Lómilendë 4.0


Feuille de personnage
Nationalité: Allemand
Magie pratiquée: Elémentalisme
Âge: 52 ans

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 18/02/2015

Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé]   Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Icon_minitimeDim 19 Déc 2021 - 13:53
Comme ça sent bon ! Depuis un moment déjà, un parfum s'est répandu sur la propriété. Manger. Au début, c'était encore une note sanglante qui macérait quelque part dans les couloirs. Puis un arôme épicé et la misère. Gut, gut  ! Les personnes qui perdent leur dignité et se souillent dans leur dernière heure sont les plus délicieuses. Si Bernd Stein a appris quelque chose sur la gastronomie au fil des années, c'est que ce n'est pas le beurre qui fait un plat, mais la souffrance. Demande aux oies gavées. Demande aux homards cuits vivants. Demande aux anguilles qui tremblent tristement avant que des dents leur déchirent la chair.

Aha ?! Un changement dans l’air. Alors que Stein se laisse porter par son estomac gargouillant à travers les catacombes, une nouvelle odeur explose dans l'univers olfactif comme un gaz mortel. Pas seulement mortel, mais mort et ancien - et puissant. Pendant une seconde, Stein oublie sa faim. Quelle force peut déformer à ce point la nature des sens ? Il ne peut pas seulement sentir l’odeur, mais en même temps l'entendre, la toucher et la voir. Comme une jument affolée à l'abattoir, Stein bondit en direction de la source. À plusieurs reprises, il cherche à mordre l’air pour goûter à cette aura démente.
C’est proche... elle est proche ?

Partie. D'un coup de poing dans l'estomac, l'odeur disparaît, ainsi que l'être qui en est à l'origine. Avec un peu de chance, il y a des restes.

Stein a complètement perdu le sens de l'orientation et semble s'être enfoncé dans les profondeurs de l'établissement. Schnell ! Faut chasser les dernières traces d’arômes avant qu'elles ne disparaissent. En tournant un coin, il voit une porte ouverte, apparemment une sorte de cellule de prison pour quelqu'un ou quelque chose. Il s'aventure à l'intérieur et voit une silhouette blanchâtre appuyée contre le mur. Schattenmann ? Il a déjà eu meilleure mine.

Puis il voit le cadavre étendu sur le sol. Manger. Là où il y avait un visage, Stein ne voit plus qu'une croûte figée par l'horreur. Une tuerie. Il lèche la peau glacée de l'oreille et mord. Puis encore et encore et encore. Il est vaguement conscient qu’ Hannibál Masaryk l'observe toujours. Mais cela semble secondaire. Ce qui compte, c'est la nourriture. De la nourriture pour l'âme.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé]   Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé] Icon_minitime
Revenir en haut Aller en bas
 

Reivindicatio [Salma, Sofía, Jezabel, Samaha, Hannibál, Erzèbeth, Bernd] - [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lómilendë :: Au-delà de Lómilendë :: Aux Racines du Mal :: Les Sous-sols :: Bureau de Jezabel Pendragon - Directrice de Lómilendë-