AccueilPortailDernières imagesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -33%
Pack Ecouteurs SAMSUNG Galaxy Buds 2 Noir + Chargeur ...
Voir le deal
99.99 €

Partagez
 

 Le malaise croissant [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jolanda Vogel

Jolanda Vogel
Habitant·e de Lómilendë


Feuille de personnage
Nationalité: Suisse
Magie pratiquée: Aucune
Âge: 42

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 01/05/2023

Le malaise croissant [Terminé] Empty
MessageSujet: Le malaise croissant [Terminé]   Le malaise croissant [Terminé] Icon_minitimeLun 8 Mai 2023 - 22:45
Les brioches de Jolanda ont l'air particulièrement moelleuses lorsque les premiers élèves du château arrivent dans le hall pour leurs rassemblements matinaux. Comme d'habitude, Jolanda a installé son stand un peu à droite de l'entrée de la salle principale. Son stand n'est guère plus qu'une charrette en bois sur laquelle ses produits sont exposés.
Aujourd'hui, c'est mardi et le mardi elle vend des croissants, des honigkuchen et des brioches. Toujours des brioches. Même avant, lorsqu’elle se considérait davantage comme une personne de pain quotidien qu’une fée sucrée, les brioches étaient toujours la grande exception. Mais la demande au château favorisait les choses plus fines de la vie, en particulier les croissants, dont la préparation répétitive était ce que Jolanda aimait le moins dans le monde de la boulangerie. Dans un monde de demandes, Jolanda s’occupait de l’offre.

Peu de temps avant la première vague d'étudiants s’approche vers sa charrette, attirés par l’odeur de ses brioches (bien sûr !). Ils achètent tous un croissant (bien sûr…). Ils semblent excités par leurs cours de magie, peu attentifs à elle (bien sûr). Elle aime optimiser le ratio d'affaires à interaction sociale de toute façon. Quand la dernière fille du groupe commande son croissant (tch…), Jolanda ne la regarde à peine. Soudain, son œil, le maudit, commence à tressaillir et à tourner. Lorsqu'elle lève le regard, elle voit le visage de la fille tout enfoncé, écrasé comme on écrase une citrouille en automne (avec le pied!). Ce n'est que lorsqu'elle remarque cette lueur à moitié transparente autour du visage qu'elle réalise que la fille porte une sorte de deuxième peau magique. Ou un masque. Ou peut-être même un deuxième visage. Un moment d'empathie atteint Jolanda, lui rappelant son propre accident de l'époque, mais la quitte tout aussitôt. Créature hideuse.

"La magie peut réparer les apparences, mais elle ne répare pas la personne", murmure Jolanda (ou peut-être pense-t-elle ?), son œil de verre tournoyant toujours sauvagement. Visiblement mal à l'aise, la fille prend son croissant et s'en va à grands pas.

C'est un autre jour au château. Un autre jour dans un lieu regorgeant de magie. Jolanda soupire. C'est ce que je mérite pour être une bonne boulangère. Des ennuis.

Une trentaine de minutes plus tard, elle a vendu tous ses croissants (bien sûr) et son armée de brioches est toujours aussi belle. Alors qu'elle les réarrange doucement sur sa charrette, elle se sent tout à coup observée. Involontairement, son œil balaye la zone (arrête !).
Est-ce qu’on la regarde ?


Dernière édition par Jolanda Vogel le Mar 1 Aoû 2023 - 13:23, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Báthory

Elizabeth Báthory
Directrice


Feuille de personnage
Nationalité: Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 38

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 18/04/2023

Le malaise croissant [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Le malaise croissant [Terminé]   Le malaise croissant [Terminé] Icon_minitimeMar 9 Mai 2023 - 12:57
Manigances et trahison. L’intrigue s’épaississait et Elizabeth luttait pour ne pas se retrouver emprisonnée dans cette mélasse poisseuse. Les murmures dans les couloirs de la cour à son passage. L’interruption des invitations aux réceptions. La comtesse devenait persona non grata. Misérables gueux. Ils osaient l’ostraciser ? Elle ?  La femme la plus riche et la plus puissante du royaume.

La nécromancienne inspira profondément. Calme. L’heure n’était pas à la précipitation. De sa plume connue dans tout l’empire pour être aussi affûtée qu’élégante, elle apposa sa signature au bas du parchemin qu’elle venait de noircir. Elle le plia méticuleusement avant de l’insérer dans une enveloppe qu’elle scella d’un sort de protection. Amélia pourrait apporter la missive au village dans la journée.

Elizabeth observa le noir de la nuit se dissoudre au loin, remplacé par les premières lueurs rosacées de l’aurore. Une promenade lui ferait du bien décida-t-elle, avant que le jour n’installe son empire de souffrance et rende l’accès à ses terres fastidieux.

Vêtue de ses usuels atours de jais, la comtesse quitta le château. Dans l’obscure sérénité de la forêt, elle se détendit, laissant ses pensées s’étendre bien au-delà des cimes, jusqu’aux caves de son antre de Čachtice. Katja doit être remplacée. La conclusion s’imposait dûe à son imprudence qui avait failli lui coûter plus que le simili d’opprobre populaire dont elle était désormais la cible. Mais par qui ? Il lui faudrait une inconnue. Il lui faudrait une femme dont la servilité n’aurait d’égale que la laideur. Une laideur de l’âme. Une capacité à repousser les limites. Une soif de grandeur dont Elizabeth serait le breuvage; la source d’apaisement. Les réflexions, informes et chaotiques se bousculaient. Que cherchait-elle ? Qui cherchait-elle ? Sur cet échiquier, chaque pièce devait être choisie avec prudence et placée avec exactitude.

L’aube laissant le pas au jour, la comtesse se retira au château. Dans le hall, son esprit toujours bouillonnant fut attiré par une sombre effervescence. Elle s’arrêta, ses sens magiques s’imprégnant de cette aura aigre. Elle repéra la femme dont elle émanait – une employée du château de toute évidence. Intriguée, elle joignit les mains à la hauteur de son sternum et s’approcha d’un pas lent de la boulangère.

-        Gruessech, la salua-t-elle.

Le domestique fit volte-face, les yeux légèrement écarquillés. La comtesse jeta un œil au stand avant de poursuivre dans un allemand chantant dont elle rallongaient les dernières syllabes.

-        Diese Brioche sehen saftig aus. Wie viel kostet das Stück?
Revenir en haut Aller en bas
Jolanda Vogel

Jolanda Vogel
Habitant·e de Lómilendë


Feuille de personnage
Nationalité: Suisse
Magie pratiquée: Aucune
Âge: 42

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 01/05/2023

Le malaise croissant [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Le malaise croissant [Terminé]   Le malaise croissant [Terminé] Icon_minitimeDim 14 Mai 2023 - 22:19
Jolanda avait vu sa part de précieuses femmes se promener dans une pièce comme si l'endroit leur appartenait. En fixant cette femme de cendres qui s'approchait de sa charrette, elle réalise que celle-ci était ne faisait pas semblant ; c’était probablement la propriétaire de l'endroit. Elle avait entendu le personnel de la cuisine chuchoter le retour de la troisième Directrice. Jolanda ne s'intéressait pas aux ragots ; les ragots ne se vendent pas bien. Pourtant, elle avait remarqué le mélange de crainte et de peur dans le ton du personnel. "L'Ombre", l’appelait un des cuisiniers, un autre"le Péché Ambulant". Des noms très peu créatifs, certes, mais aussi descriptifs, comme Jolanda est prête à l'admettre alors qu'elle cerne la personne qui se tient maintenant presque en face d'elle. Il y avait quelque chose d'inhabituel chez elle. Quelque chose d’illimité et d’illimitable.

La Directrice la surprend doublement en demandant une Brioche et en la demandant (presque ?) dans sa propre langue. Rares sont les femmes de gros calibre qui ont du goût (si rares !).

"La première brioche est gratuite" (cette fois seulement, cette fois seulement).

La compétence singulière sur laquelle Jolanda peut toujours compter est son sens des affaires. Et ce sens lui dit qu'être en bons termes avec cette personne vaut la peine d'investir.

"Mais les prochaines ne le seront pas. Et les gens reviennent toujours pour mes brioches." Jolanda glousse de manière plus aigue que prévu.

Alors que Jolanda saisit la brioche et la jette habilement sur un morceau de parchemin, elle se rend soudain compte que son œil magique s'est calmé tout seul. Cela semble significatif. Et malaisant.

Au fil des années, Jolanda a appris à contrecœur à se fier à son œil comme indicateur de son état intérieur. Le seul moment où l'œil ralentit, c’est lorsqu'elle travaille ses pâtes dans la cuisine. Au château, elle est constamment sur le qui-vive, la magie et les gens étant la pire des combinaisons possibles. Curieuse, Jolanda scrute l'apparence magique de la Directrice. Rien ? Non, plus que rien : un vide. (Huh !)

Jolanda tend la Brioche en souriant (trop trop trop).

"Tenez. Je dois dire que je commande votre goût" (arrête le rictus !). "Les gens d'ici ne semblent pas apprécier les brioches. Vous n'êtes pas d'ici, n'est-ce pas ?".


Dernière édition par Jolanda Vogel le Sam 20 Mai 2023 - 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Báthory

Elizabeth Báthory
Directrice


Feuille de personnage
Nationalité: Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 38

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 18/04/2023

Le malaise croissant [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Le malaise croissant [Terminé]   Le malaise croissant [Terminé] Icon_minitimeLun 15 Mai 2023 - 19:22
Fascinée, la comtesse observa l’étrange créature s’agiter sous son regard sépulcral. Ses mouvements, agiles et rapides, laissaient penser que la boulangère était une femme expérimentée ; et maligne. En lui offrant cette brioche, la veille femme se mettait d’entrée de jeu du bon côté. La nécromancienne était loin d’être insensible aux flatteries et le reconnaissait volontiers. Celles et ceux qui reconnaissaient son rang et admiraient sa puissance lui étaient sympathiques. Sa curiosité toujours piquée, Elizabeth cherchait l’épice qui relevait l’âme de cette femme d’apparence si fade. Entre ses pensées nerveuses, elle huma une énergie particulière. Un flair. La commerçante était retorse – de la meilleure manière qu’il soit. « Vous n'êtes pas d'ici, n'est-ce pas ? ».

-        Hat mich mein Akzent verraten ? demanda-t-elle en saisissant la brioche qu’elle lui tendait. Oder ist es etwas an meiner Person das anders ist ?

Elle accompagna la provocation d’un petit sourire qui n’atteignit pas ses yeux.

-        Und Sie selber ? Woher kommen Sie ?

Question rhétorique. La boulangère était évidemment des environs. Il y avait dans son allemand l’incomparable touche des dialectes alpins : une robustesse hachée de roulements. Une union de poivre et de miel particulièrement appréciée de la comtesse. La nécromancienne lui tendit une main aux longs doigts pâles, parée d’un seul anneau d’obsidienne.

-        Gräfin Elizabeth Báthory.


Dernière édition par Elizabeth Báthory le Sam 27 Mai 2023 - 17:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jolanda Vogel

Jolanda Vogel
Habitant·e de Lómilendë


Feuille de personnage
Nationalité: Suisse
Magie pratiquée: Aucune
Âge: 42

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 01/05/2023

Le malaise croissant [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Le malaise croissant [Terminé]   Le malaise croissant [Terminé] Icon_minitimeSam 20 Mai 2023 - 19:56
Oha ! Oui, c'est logique. Ça fait beaucoup de sens. Les comtesses aiment les brioches (comtesse, directrice…). Jolanda tend la main à la comtesse et, ne sachant pas si elle doit la serrer ou l'embrasser (une comtesse !), la retient un peu avant de la lâcher délicatement, comme pour ne pas la laisser tomber dans le vide.

"Bäckerin Jolanda. Jolanda Vogel. Aber keine Angst, ich habe keinen, Vogel, auch wenn die Leute im Dorf etwas anderes behaupten...Ihr Akzent. Ja, ja ! Ich habe ein gutes Gehör für solche Dinge", ajoute Jolanda en exagérant son dialecte.

C'est un mensonge et les mensonges sont mauvais pour les affaires. En général. Mais ce n'est pas l'accent qui distingue la comtesse. De nos jours, les gens ont toutes sortes d'accents. Et ce n'est pas non plus à proprement parler une caractéristique de sa personne. C'est toute sa personne. Tout dans cette femme dégage quelque chose de pas tout à fait... normal (Magie ! Magie ?). Sa simple présence est déconcertante, mais Jolanda ne peut s'empêcher d'être attirée par elle. Un lemming vers l'abîme (comme ils sautent !).
 
"Ich selber bin aus Schuls. Alle in Schuls kennen mich (et mes brioches) und ich kenne die Leute (ce qui payent) Ich war auch schon weg, aber es zieht mich immer zurück. Falls Gräfin etwas im Dorf braucht, bin ich quasi Ihre Frau. "

Jolanda dit cette dernière phrase comme une déclaration, alors qu'elle l'entendait comme une question. Une offre. Ne sachant que dire ou faire ensuite, elle se contente de fixer la comtesse, absorbant le vide-et-plein- de sa présence. (impolie, impolie Jolanda !). Contente de faire un pas vers l'écueil.
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Báthory

Elizabeth Báthory
Directrice


Feuille de personnage
Nationalité: Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 38

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 18/04/2023

Le malaise croissant [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Le malaise croissant [Terminé]   Le malaise croissant [Terminé] Icon_minitimeSam 27 Mai 2023 - 22:43
Elizabeth observa avec amusement la boulangère se démener maladroitement avec les salutations d’usage. Il était évident que la vieille femme rencontrait pour la première fois une femme de son rang. La comtesse ne fut pas surprise d’entendre que Jolanda était (considérée comme) la folle du village. Il y avait dans son attitude une hystérie latente. La paysanne se promenait aux confins de la raison, effleurant perpétuellement le délire. Et cette aura de décadence… cette pulsion maniaque était de l’hydromel pour les papilles de la nécromancienne. Un nectar duquel elle pouvait s’abreuver sans cesse. Un nectar duquel elle devait s’abreuver. « Falls Gräfin etwas im Dorf braucht, bin ich quasi Ihre Frau ». Un rare sourire illumina le visage de la Hongroise, l’ivoire de sa peau momentanément rosé pour l’occasion. Comme souvent dans la vie de la comtesse, lorsqu’elle avait un souhait, il se voyait exaucé. Elle jouait depuis peu avec l’idée de recruter une nouvelle fidèle et voilà que celle-ci lui tombait dans les bras. Elle devrait pourtant faire preuve de prudence, il y avait dans le regard de Jolanda une attraction qui côtoyait une répulsion. Cette boule de nerfs avait tant le potentiel d’aduler Elizabeth que de devenir une de ses féroces détractrices. Elle devrait être charmée. Amadouée.

- Das ist aber sehr lieb von Ihnen, Bäckerin Vogel.

Sans la quitter des yeux, elle dégusta la brioche, soupirant de plaisir.

- Mmmmh. Lecker. Sind sind begabt.

Les humains, Magiques et hommes confondus, étaient faits du même désir ardent de plaire. D’être aimé. Et, pour la majorité, s’ajoutait à cette perpétuelle recherche de validation externe, celle de l’argent. Que ce soit dans le Royaume de Hongrie où ici, les gueux étaient identiques. Ils vendraient femmes et enfants contre quelques écus. Ou, dans le cas échéant, leurs loyaux services. Elizabeth retira l’anneau qu’elle portait et le glissa dans la main rugueuse de la boulangère.

- Ein Zeichen meiner Dankbarkeit, liebe Jolanda.

Cet étrange oiseau était exactement ce dont la nécromancienne avait besoin et, elle le sentait, s’assurer sa fidélité serait un gain inestimable.
Revenir en haut Aller en bas
Jolanda Vogel

Jolanda Vogel
Habitant·e de Lómilendë


Feuille de personnage
Nationalité: Suisse
Magie pratiquée: Aucune
Âge: 42

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 01/05/2023

Le malaise croissant [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Le malaise croissant [Terminé]   Le malaise croissant [Terminé] Icon_minitimeMar 25 Juil 2023 - 20:48
"Ein Ring...für mich ?" (un trésor !) "Das ist...lieb" (Gentil ? Vraiment ?

Anneau dans la main gauche, Jolanda se jette pratiquement par terre et se plie sur les genoux pour exprimer sa gratitude. Lorsqu'elle entend un petit souffle d'air de la part de sa généreuse majesté (Regret ? Oh non, pas de regret), elle se redresse et tend les deux mains vers la comtesse comme pour la supplier de faire glisser l'anneau sur un doigt de son choix.

Si le talent des mots est une force et le tact social un don, alors Jolanda maudit le monde de n'avoir reçu ni l'un ni l'autre.

Sans sourciller, la comtesse prend l'anneau et le glisse sur l'index droit de Jolanda. C'est le doigt qu'elle utilise pour pétrir ses pâtes. Ce n'est pas l'idéal. Mais jamais elle n'enlèvera l'anneau qui lui a été offert. Une opportunité se présente et Jolanda la saisit. C’est ça la seule sage parole dont Jolanda a besoin dans sa vie.

"Danke", croasse Jolanda, sentant le nouveau poids sur son doigt et se sentant plus riche de minute en minute.
"Wie kann ich Ihnen für diese Ehre je danken ?" Jolanda n'a pas le temps de se rendre compte du danger de cette question avant que ces mots sortent de sa bouche.

Son oeil commence à s'agiter alors qu'elle pense aux conséquences potentielles de ce cadeau de la comtesse.Mais ça c'est plus tard. Pour le moment les affaires sont terminées.
Au revoir, vie de pauvreté.
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Báthory

Elizabeth Báthory
Directrice


Feuille de personnage
Nationalité: Hongroise
Magie pratiquée: Nécromancie
Âge: 38

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 18/04/2023

Le malaise croissant [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Le malaise croissant [Terminé]   Le malaise croissant [Terminé] Icon_minitimeSam 29 Juil 2023 - 23:08
Submergée par l’immensité de ce qui lui arrivait, la boulangère se prosterna, se confondant en remerciements. Usuellement, ce genre d’attitude aurait dégoûté Elizabeth qui n’avait que mépris pour la servilité et ses effluves. Pourtant, elle se surprit à être touchée par la spontanéité de cette réaction. Jolanda était de toute évidence dépassée par les évènements. Lorsque la boulangère présenta ses longs doigts rugueux à la comtesse avec l’intention apparente de laisser celle-ci la pârer de l’anneau, la nécromancienne le glissa doucement à son index droit. Malgré le torrent de gratitude se déversant de la vieille femme, Elizabeth sentit poindre une méfiance persistante. Elle ne perd pas le nord, pensa-t-elle, amusée par la sagacité de l’humaine ; si elle était certes éblouie par la magnificence de la comtesse, elle sentait bien que celle-ci, telle une plante exotique était aussi belle que toxique. Si l’approche avait été bien amorcée, la nécromancienne ne devait pas s’emballer et procéder avec prudence. Jolanda n’était pas – encore – acquise.

L’heure avançait. Dans son dos, Elizabeth sentit plus qu’elle ne vit le soleil sur le point de se déverser dans le hall.

- Liebe Jolanda, es würde mich sehr freuen, Sie Morgen fürs Abendessen zu haben.

L’occasion de gâter la gâteuse de mets enchanteurs et de consolider sa loyauté. L’occasion aussi pour elle de rencontrer sa future collègue et partenaire, Amélia. Si, comme le souhait de plus en plus ardemment la nécromancienne, Jolanda devenait sa nouvelle Katja, il lui faudrait alors impérativement pouvoir collaborer avec sa servante.

- Was halten Sie davon ?

La plante, irrésistible, se pârait de ses plus chatoyantes couleurs pour attirer la mouche.
Revenir en haut Aller en bas
Jolanda Vogel

Jolanda Vogel
Habitant·e de Lómilendë


Feuille de personnage
Nationalité: Suisse
Magie pratiquée: Aucune
Âge: 42

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 01/05/2023

Le malaise croissant [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Le malaise croissant [Terminé]   Le malaise croissant [Terminé] Icon_minitimeMar 1 Aoû 2023 - 13:22
Ça y est ! La mobilité sociale ascendante.
Pourquoi Jolanda devrait-elle continuer à feindre l'humilité avec sa petite charre de boulangère alors qu'elle pourrait être (riche riche riche)...en train de souper avec une comtesse ? Certes, il s'agit d'une comtesse dont elle ne se souciait pas vraiment de l'existence avant aujourd'hui. Certes, tout va très vite, trop vite pour une personne aussi prudente et délicatement circonspecte que Jolanda. Certes, que les motivations de la comtesse restent insondables. Il est aussi vrai qu'une magie étrange enveloppe l'essence même de la comtesse d'une manière agréablement imposante, comme si une volonté s'infiltrait subtilement dans la psyché de Jolanda. Cela la fait tressaillir, lui donne la chair de poule.

Mais Jolanda n'a jamais prétendu être un bon juge de moralité. Pour ce qu'elle en sait, les gens sont des coquilles vides que l'on remplit chaque jour d'un nouveau désir capricieux. La plupart des gens que Jolanda connaît sont instables (pas moi, surtout moi). Ils ne sont pas dignes de confiance. Comme, par exemple, ses anciens maris - Jolanda ne pouvait même pas leur faire confiance pour... vivre. Elle a cependant fait confiance à leur héritage ; elle a fait confiance aux affaires. Contrairement à l'opinion des pauvres (Tschüss !), elle sait que certaines opportunités dans la vie sont gratuites. Il ne faut juste pas avoir peur de les saisir. Qui sait, les comtesses s'ennuient probablement facilement et aspirent à la nouveauté, au divertissement et à la bonne compagnie. Pour autant que Jolanda le sache, elle n'est rien de tout cela. Pourtant, la comtesse a dû voir quelque chose dans son âme. Et Jolanda voit la richesse dans la sienne.

"Ja! Nichts lieber als das! Ich esse noch besser als ich backe. Am liebsten mit Ihnen" (toujours adéquante haha-HA).

Jolanda roule trois fois son œil de verre et se prépare mentalement d’être appelée au souper demain soir.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




Le malaise croissant [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Le malaise croissant [Terminé]   Le malaise croissant [Terminé] Icon_minitime
Revenir en haut Aller en bas
 

Le malaise croissant [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lómilendë :: Au cœur du Château :: Rez-de-chaussée :: Le hall-